MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Poids actuel et poids physiologique ou "poids de forme&

55 ans Annecy 81
Coucou les filles,

Bon alors, après avoir cherché comment calculer son IMC et avoir trouvé -merci le net !- je suis partie à la recherche de mon poids de forme. Histoire  
de savoir si je me faisais des idées ou pas quant à maigrir ou pas.
Bon, j'ai donc bien une douzaine de kilos dont je dois me délester, ça, remarquez que je le sentais bien surtout en montant les escaliers !...

J'ai trouvé comment calculer son poids de forme et aussi comment s'en rapprocher, si on le souhaite...
http://www.placedubien...ossiers/traitement_minceur.php
Les règles ne sont pas draconiennes, tombent plutôt sous le sens mais on a parfois tendance à les oublier...

Bonne journée, les filles,
Eve

[edit modo : Discussion déplacée depuis le forum Rééducation alimentaire (RA méthode gros.org) ]
47 ans 76 10598
Ton lien n'a rien à voir avec la RA. C'est encore un régime comme un autre.

La preuve avec ces quelques citations:
Citation:
Perdre du poids implique toujours une petite dose de volonté et un minimum de mobilisation personnelle sans lesquelles vous ne perdrez pas le moindre gramme


Ca, c'est l'argument type de tout régime: si vous échouez, c'est par manque de volonté. :roll:

Citation:
Diminuez légèrement le sel, le pain, les aliments gras, les farineux, les féculents, le sucre


Voilà, on en revient aux "bons" et "mauvais" aliments. Cela n'existe pas. Si mon corps réclame du sucre, c'est qu'il en a besoin et donc je lui en donne. C'est mon corps qui décide et pas le docteur truc.

Citation:
Mangez, à chaque repas, des salades vertes (chicorée, cresson, laitue, mâche, scarole, etc.): elles vous donneront l'impression d'avoir l'estomac plein sans vous apporter beaucoup de calories


Le grand classique des aliments qui remplissent sans faire grossir. Une salade, mangée sans faim, fera grossir aussi surement qu'une tablette de chocolat mangée dans les mêmes conditions. Et puis, quelle monotonie: de la salade à chaque repas!

Et bien sûr, ce brave docteur termine avec la liste des trucs pour couper la faim, des aliments à proscrire totalement, des aliments à consommer sans modération et blablabla.

Alors non Pouliche, ces régles ne tombent pas sous le sens, ce sont des régles qui ménent direct à l'effet yoyo.
47 ans 76 10598
J'avais oublié quelquechose: il n'existe aucune méthode miraculeuse ou pseudo-scientifique pour calculer ton poids de forme.

Celui-ci est propre à chaque individu et correspond au poids qu'on maintient en écoutant ses sensations alimentaires.

Donc, ne cherches pas à le calculer sur le net, tu ne trouveras pas. ;)
25680
Pouliche a écrit:
Histoire de savoir si je me faisais des idées ou pas quant à maigrir ou pas.
Bon, j'ai donc bien une douzaine de kilos dont je dois me délester, ça, remarquez que je le sentais bien surtout en montant les escaliers !...


Coucou Pouliche,

As-tu une activité physique régulière dans laquelle tu t'amuses ?
Non parcque les escalier obèse morbide ou sévère je montais et je monte 3 étages à pied sans plus de soucis que mes "camarades" minces (et parfois plus facilement :mrgreen: )

L'imc n'est pas une mesure valable car elle ne tient pas compte de ta morphologie, de ta musculature .... etc et si on écoute l'imc Bradd Pit est obèse (A voir).

Pour ce qui est du poids de forme, bien malin celui qui pourra le deviner à l'avance :roll:

Pouliche pourquoi penses tu devoir changer ?
55 ans Annecy 81
Bonne question Anne...

Parce que mes cuisses frottent, parce que je suis passée du 36 au 42 voire 44 dans mes meilleurs jours, parce que j'ai pris 8 kilos en 6 mois et que parti comme c'est parti, c'est bien parti ! Parce que l'endocri me l'a dit et redit. Parce que 12 kilos quand on mesure pas 1 m 50, ça fait plus que quand on mesure 1 m 70, parce que je suis fatiguée, essouflée, que j'ai un gros ventre qui me complexe terrible (à croire que les 12 kilos sont là !), parce que je me sens mal dans mon poids, parce que...
Wouah, ça fait déjà un bon paquet de raisons !
Je ne me reconnais plus, je ne m'aime plus... Bon d'accord, y'en sans doute d'autres raisons pour lesquelles je ne m'aime pas mais là, j'arrive plus à faire avec moi !
...
Je sais bien que tout ce qui est IMC, poids de forme, etc ce ne sont que quelques indications... mais quand je vois l'étendue des dégâts et que ça ne s'arrête pas bien au contraire, je balise !
Merci d'avoir pris le temps de me lire...
25680
Est-ce que tu sais d'où vient cette prise de poids ?
Tu parles d'une taille 36, étais-ce ta taille habituelle ?
55 ans Annecy 81
Merci Anne de prendre le temps de me répondre...
Oui, le 36 été ma taille. Un temps. J'ai toujours eu du ventre. C'est ça qui me gêne terriblement... Maintenant, c'est 44, ferme. Je me sens bien quand je fais quelques kilos de moins, même en restant grassouillette mais là...

J'ai toujours été replette et l'année dernière, j'avais bien grossi... La vie de couple, faut croire ! Et là, paf, rupture en début d'année.
Du coup, j'ai fondu comme neige au soleil... et forcément, qui dit perdre et perdre vite, dit retrouve et retrouve plus !
Le regard des autres me blesse et mon propre regard encore plus...
Cette rupture m'a beaucoup fragilisée, j'ai perdu l'estime que je me portais, je me sens fragile tout le temps. Est-ce que je cherche à être plus forte physiquement pour faire face ? Je ne sais pas...

Mais sur 1 m 50... Ca vaut bien 20-25 kilos sur 1 m 70. Et je continues de grossir ! Le 44 devient juste, trés juste... Pas bien avec moi-même...

Merci Anne de ton "écoute"...
10
encore une façon de nous arnaquer!! merci bien
38 ans Montréal 1666
T'en fais pas trop avec l'IMC

J'avais trouvé ça sur VLR et l'avais mis sur mon blog mais je ne trouve plus l'adresse ici, alors je te le recopie:

Citation:
En janvier 2003, alors que l'Amérique se préparait à entrer en guerre contre l'Irak, le chirurgien en chef de l'armée des Etats-Unis, Richard Carmona, a prévenu la nation qu'elle s'exposait à un bien plus grand danger que les prétendues armes de destructions massives de Saddam Hussein. Plutôt que de se préoccuper du danger d'armes nucléaires, biologiques ou chimiques, Carmona a dit a son audience : "Faisons plutôt face à un problème plus réèl, et déjà présent : l'obésité."

Carmona est simplement le dernier chirugien a avoir considéré l'augmentation du poids des américains comme le problème de santé publique numéro 1. En faisant çà, ils ont simplement reflété le discours de l'institution médicale, qui depuis des décénnies considère l'obésité et le surpoids comme des risques majeurs pour la santé. Le poids est en procès, mais jusqu'à présent la défense est inexistante dans la court de l'opinion publique. Finalement, Le grief contre le poids repose sur l'affirmation que plus on est minces, plus on vit longtemps. La graisse tue, et la prescription est claire : devenez mince !

Les médecins et professionnels de la santé publique en guerre contre l'obésité nous feraient croire que déterminer qui est gros ou pas est une question scientifique à laquelle peut répondre quelque chose d'aussi brut qu'un indice de masse corporel (L'IMC est une simple formule mathématique qui range les gens de différentes mensurations dans une échelle unique taille/poids). Cela est faux, comme bien d'autres affirmations à la source des griefs contre l'obésité. L'obésité est une construction culturelle. D'après les critères de santé publique actuels, Brad Pitt, Michael Jordan et Mel Gibson sont tous en surpoids, tandis que Russell Crowe, George Clooney et la star de baseball Sammy Sosa sont tous "obèses". D'après ce même calcul si votre IMC est au dessus de 25, vous êtes en surpoids, point final.
Remarquons aussi la différence radicale avec laquelle notre culture définit la mode de la minceur suivant si vous êtes un homme ou une femme. Si Jennifer Aniston avait le même IMC que son mari Brad Pit, elle pèserait approximativement 25 kilos de plus qu'actuellemnt.

D'après la dernière formule de l'imc, 64.5% des adultes américains sont soit "en surpoids" (IMC entre 25 et 29.9) soit 'gros' (IMC de 30 ou plus). Des études ont trouvé une association entre même de petits excès de poids, et un sensiblement plus grand risque de mort prématurée. Par exemple, une étude très connue montrée dans le New England Journal of Medicine en 1995 montre que des femmes de taille moyenne avec 5 kilos en trop ont un risque de mortalité accru de 60%. Une étude de 1999 publiée dans le Journal of the American Medical Association estime que le surpoids conduit à 300 000 morts prématurées par an, rien qu' en Amérique.

Depuis, la proportion de la population avec un dangereux surpoids continue à augmenter : depuis la dernière décénnie, l'amérique compte 50% d'obèses en plus. Si les auteurs de ces études ont raison, l'Amérique est confrontée a une crise de santé qui, dans la bouche des guerriers anti obésité, ferait ressembler le sida à "une vilaine épidémie de grippe".

Les centres de prévention des maladies informent que l'éxcès de poids et l'obésité exposent les personnes à des risques accrus d'arrêt cardiaques, de maladies coronariennes, de diabète, d'hypertension, d'apnée obstructive du sommeil et d'autres problèmes respiratoires, et quelques cancers. Les griefs contre le poids sont donc clairs : la science a prouvé qu'avoir un imc de 25 (un poids de 66.5 kilos pour une femme de taille moyenne, 79.4 kilos pour un homme de taille moyenne) ou plus vous expose à une myriade de prédispositions mortelles. La question devient alors, que peut on faire contre cette épidémie qui met en péril les vies de plus de 135 millions d'Américains adultes actuellement en surpoids ?

La solution à cette crise semble évidente : les américains doivent trouver une façon de perdre du poids. Un article récent des chercheurs de la Harvard Medical School précise: "les adultes devraient essayer de maintenir un indice de masse corporel entre 18.5 et 21.9 pour minimiser les risques" (Pour une femme de taille moyenne, cela voudrait dire maintenir un poids entre 47.6 et 60.3 kilos).

Comment les américains sont ils supposés parvenir à çà ? Les autorités de santé publique nous assurent que le meilleur moyen pour un poids santé est une combinaison de restriction calorique - ou régime - et d'exercice. Malheureusement, cette prescription classique a un taux d'échec extrêmement élevé : une large majorité de régimeurs finissent par reprendre tout le poids perdu, et nombreux finissent par peser plus qu'avant leurs efforts pour perdre du poids. Sachant tout celà, il n'est pas surprenant que l'industrie pharmaceutique ait dépensé des milliards de dollars à essayer de développer des médicaments fiables et efficaces pour perdre du poids. Et pour ceux que ni les médicaments ni les régimes ne parviennent à aider, la chirurgie de la perte de poids est devenue une option incroyablement populaire, bien que dangereuse.

Donc, voilà les griefs contre l'excès de poids: on nous dit que l'Amérique est sur le point de mourir de suralimentation. La principale croyance de ceux qui accusent l'obésité est qu'il existe un rapport étroit et prévisible entre le la prise de poids et la mortalité. Après tout, c'est ce qui la plupart des gens pensent quand ils lisent que les autorités de santé médicale et publique ont déterminé qu' un IMC de 25 ou plus est dangereux à la santé d'une personne. Cependant, cette croyance est balayée devant une preuve évidente.

Un projet mené en 1996 par des scientifiques du National Centre for Health Statistics and Cornell University a analysé les données de dizaines d'études précédentes, réunissant au total plus de 600 000 sujets suivis pendants 30 ans. Parmi les hommes blancs non fumeurs, le plus bas taux de mortalité a été trouvé chez ceux avec un IMC entre 23 et 29, ce qui signifie qu'une grande majorité des hommes qui ont vécu le plus longtemps étaient en excès de poids selon des directives de gouvernement. Le taux de mortalité pour les hommes blancs dans la gamme censée être idéale idéale de 19 à 21 était identique à celui pour ceux dans les 29 à 31 (les la plupart de qui serait défini maintenant comme "obèses").
En vue des femmes blanches non fumeuses, les conclusions de l'étude étaient plus frappantes : la chaîne d'imc se corrélant avec le plus bas taux de mortalité était extrêmement large, environ de 18 à 32, signifiant que une femme de la taille moyenne pourrait peser n'importe quoi à 40 kilos près sans voir aucun changement statistiquement crucial de son risque de mort prématurée.

Dans presque toutes les études épidémiologiques à grande échelle, on a trouvé peu ou pas de corrélation entre poids et santé pour une grande majorité de la population - et en effet la corrélation qui existe suggère qu'il soit plus dangereux d'être juste à quelques kilos en "sous poids" que des dizaines de kilos en trop.
Ainsi, regardons les études les plus citées pour justifier que " l'excès de poids" est une épidémie mortelle en Amérique aujourd'hui. N'importe qui qui prend la peine d'examiner la preuve des charges retenues contre l'excès de poids avec un oeil critique sera frappé par la déconnection radicale entre les données ces études et les conclusions que leurs auteurs tirent.

Les décès annuels attribuables à l'obésité aux Etats-Unis, qui sont apparus dans le Journal of the American Medical Association (Jama) en 1999, sont la source des chiffres répétés sans fin : les fameux 300 000 décès dus au surpoids aux USA chaque année. (ce "fait" a été cité dans les grands médias plus de 1700 fois durant les 2 dernières années)
Observons cela de plus près. Comme Glenn Gaesser, un professeur à l'université de la Virginie le souligne, les études ont uniformément échoué à trouver un rapport entre l'augmentation de l'IMC et celui de la mortalité chez les plus de 65 ans, or approximativement 78% des 2,3 millions de décès annuels aux USA se produisent parmi les personnes qui ont au moins 65 ans. Donc, 78 % des décès n'ont pas le moindre lien statistique avec l'IMC. "Il reste quand même les 500.000 décès annuels de personnes au dessous de 65 qui pourraient être liés à l'imc."
Gaesser m'a indiqué. "ces chiffres incluent les décès de chaque cause possible: véhicule à moteur et tous autres accidents, homicides, suicides, cigarettes, alcool, agents microbiens, agents toxiques, abus de drogue, etc.., etc... penser que même 60% [ CAD 300 000 ] de ces décès sont dus à l'excès de poids est absolument absurde."

"Excès de poids, obésité et mortalité du Cancer", publié au journal de la Nouvelle Angleterre de la médecine en avril 2003, a fait la première page dans de nombreux grands journaux américains. Par exemple, le Los Angeles times a signalé dans un article que l'étude a fourni "le premier compte rendu du rapport entre l'obésité et le cancer". L'article a continué pour citer les auteurs de l'étude afin de dire que "les 90.000 décès par année de cancer pourraient être évitées si tous les adultes maintenaient un IMC en dessous de 25 durant toute leurs vies." La décalage entre les données réelles de cette étude et l'article alarmiste que ses auteurs en ont fait est particulièrement remarquable.

Parmi les individus au "poids idéal" (IMC 18,5 à 24,9), l'étude a observé un taux de mortalité du cancer de 4,5 décès pour 1.000 sujets. Parmi les individus "en surpoids" (IMC 25 à 29,9 - une catégorie qui inclut actuellement environ deux fois plus d'Américains adultes que ceux au "poids idéal"), le taux de mortalité de cancer était les 4,4 décès pour 1.000 sujets. En d'autres mots, les gens en surpoids avaient en fait un taux global de mortalité du cancer plus faible que ceux au poids idéal.

La plupart des Américains, et donc la plupart des médecins, supposent simplement que plus vous êtes gros, plus vous souffrirez des maladies des artères. Pourtant plusieurs études ont spécifiquement cherché à déterminer l'incidence de la graisse sur les maladies coronariennes. Réponse: non. Même massivement les hommes et les femmes obèses ne semblent pas être plus enclins aux maladies vasculaires que la moyenne.

Il est vrai que le poids est associé à l'hypertension et à certains types de maladie de coeur. Mais là encore il a été indiscutablement prouvé que cette corrélation n'est pas nécessairement le produit du poids, mais plutôt de la perte et du regain de poids. Les patients obèses qui ont soumis des régimes à très basses calories montrent plus tard des taux beaucoup plus élevés de crises cardiaques que les personnes également grosses qui n'ont pas essayé de perdre le poids en premier lieu. Le plus grand problème pour ceux qui insistent sur l'existence d'un lien causal fort entre le poids et les maladies du coeur est que les nombre de décès dus aux maladies du coeur a plongé précisément en même temps que le taux d'obésité a explosé.

Les actes d'accusation contre le poids se concentrent invariablement sur le diabète, parce que le diabète du type 2 est beaucoup plus commun parmi les personnes plus lourdes que la moyenne. . Il est devenu courant de clamer que l'Amérique est sur le point d'être accablée par une épidémie de diabète, que pour la première fois le diabète du type 2 est vu parmi des enfants, etc.., et que le remède à cette crise est de rendre de gros minces. En fait, la définition du diabète a changé (d'un taux de sucre dans le sang de 140 à 126). Et donc beaucoup plus de personnes ont été diagnostiquées comme souffrant de la maladie. Plusieurs études récentes indiquent que la clé pour éviter le diabète du type 2 est de ne pas essayer de perdre de poids (en effet, il y a beaucoup de preuves que les régimeurs sont bien plus enclins à la maladie que la moyenne), mais faire plutôt des changements de style de vie , des niveaux d'activité et une alimentation qui réduisent considérablement le risque de contracter la maladie, que ces changements mènent ou non à une perte de poids.

Pendant les dernières trois décennies, selon l'enquête de Gaesser, entre 35 et 40 études médicales ont trouvé que la prise de poids réduisait l'incidence de divers cancers. D'autres maladies et syndromes que les diverses études médicales indiquent sont moins communs parmi des personnes plus lourdes, incluant l'emphysème, la maladie pulmonaire obstructive chronique, la rupture de hanche, la rupture vertébrale, la tuberculose, l'anémie, l'ulcère peptique et la bronchite chronique, entre d'autres. En effet, combien de personnes se rendent compte que des femmes plus grosses ont des taux bien inférieurs d'osteoporose, qui est un état aussi répandu que gràve parmi des femmes âgées? Considérez les implications potentielles pour la santé publique du fait que les ruptures de hanche sont deux fois et demi moins probables parmi des femmes plus grosses. La rupture de hanche est une cause principale de mortalité et d'incapacité permanente parmi des femmes plus âgées (en Grande-Bretagne, plus de femmes meurent de la rupture osteoporose connexe de hanche que du cancer de sein, cervical et utérin combiné).

Si nous devions utiliser jusqu'au bout la logique des guerriers anti-gros, ne devrions nous pas être encouragés à gagner le poids pour se protèger contre, entre autres, le cancer, l'osteoporose et la plupart des grandes maladies pulmonaires ?

Parmi les gens plus gros, - IMC au dessus de 30 - , certains souffrent d'avantage de problèmes de santé que les individus qui pèsent le "poids idéal". Mais çà ne prouve pas en soi que le problème de ces gens soit causé par leur excès de poids. Il y a de nombreux autres facteurs affectent bien d'avantage les gens les plus gros dans notre société, et qui influent la santé de manière négative : vie sédentaire, mauvaise alimentation, régimes induisant des variations de poids, consommation de produits de régime, pauvreté, discrimination à l'accès à la santé, et généralement discrimination sociale. Aucun de ces facteurs n'a été pris en compte par les "les décès annuels attribuables à l'obésité aux Etats-Unis", l'étude JAMA responsable du "fait" que l'obésité tue 300 000 américains par an.

Le plaidoyer anti graisse part de la supposition que si une grosse personne maigrit, cette personne acquerra les caractéristiques de santé des personnes minces en premier lieu. Bien que cette idée ait l'air d'être du simple bon sens, comme de nombreuses pensées de bon sens, elle est douteuse. Si une personne physiologiquement prédisposée à être grosse perd du poids, Cela ne la tranforme pas pour autant en une personne psychologiquement inclinée à être mince.
Pour mieux comprendre les implications de cette distinction, imaginons que les hommes chauves meurent plus jeunes, dans l'ensemble, que les hommes hirsute, probablement parce que les hommes chauves ont d'avantage de testostérone, qui apparaît comme un réducteur d'espérance de vie Sachant çà, personne ne pourrait conclure que faire des implants capillaires à un chauve améliore son espérance de vie.

Jamais personne n'a conduit d'étude réussie sur les effets à long terme de la perte de poids, et pour une raison très simple : personne ne sait comment transformer les gros en maigres.

Ce constat est choquant , malgré le fait que il y a peu de meilleures propositions établies dans le domaine entier de la médecine. Comment est ce possible ? Après tout, ceux qui s'acharnent contre le surpoids ne cessent de nous rappeller comment perdre du poids : manger moins et faire plus d'exercice. En théorie, le régime devrait rendre les gens minces. En pratique, çà ne fonctionne pas.

Plus que jamais les américains font des régimes, le pourcentage a triplé depuis la dernière génération. Et résultat ? Les américains pèsent en moyenne 33 kilos de plus qu'il y a 20 ans. Des dizaines de millions d'américains essaient - plus ou moins constamment - de perdre 10 ou 15 kilos. (12kg est le cas de figure moyen dans les sondages de régimeurs). Demandez leur pourquoi, la plupart vous diront qu'ils font celà pour leur santé, souvent après conseil de leur médecin.
Gaesser note que plus de 24 études ont trouvé que des pertes de poids de cette ampleur (et même à partir de 4 kilos conduisent à un risque agravé de mort prématurée, parfois de l'ordre de plusieurs centaines de pourcent.

Au cours des 20 dernières années, les scientifiques ont recueilli une grande somme de preuves indiquant que la forme physique cardiovasculaire et métabolique, et les niveaux d'activité qui favorisent une telle forme physique, sont les prédiseurs bien plus importants de la santé globale et du risque de mortalité que le poids. Actuellement aucune des études les plus souvent citées pour affirmer que le surpoids tue ne tient compte ces données.

Les travaux les plus étendus de cette sorte ont été menés à bien par Steven Blair et ses collègues au Dallas's Cooper Institute, avec 70 000 participants à l'étude. Ils ont découvert que, tout simplement, quand les chercheurs tiennent compte de la forme physique et du niveau d'activité des personnes étudiées, la masse du corps semble n'avoir aucune incidence sur la santé. Dans les études de Blair, les personnes engagées dans des niveaux modérés d'activité physique ont autour de la moitié du taux de mortalité des personnes sédentaires qui maintiennent un poids "idéal".

De même manière, en 1999 une étude du Cooper Institute sur 22 000 hommes a trouvé le taux de mortalité le plus élevé chez les hommes sédentaires au tour de taille de moins de 89 cm, alors que le plus faible taux a été trouvé pour ceux dont cette mesure se situait à 100 cm et plus. Une étude Blair de 1995 a trouvé que le démarage d'une activité physique (pour des personnes sédentaires) équivalent à une promenade d'une demi-heure de marche rapide quatre ou cinq fois par semaine réduit le taux de mortalité de 50 %. Comme Blair le dit lui-même, les américains "se trompent de coupable avec le poids et la perte de poids. C'est tout faux ! C'est l'activité physique la clé !"

Pourquoi les américains sont ils si effrayés des risques sanitaires généralement minimes associés au surpoids, et en même temps indifférents aux risques sanitaires beaucoup plus grands induits par le fait d' être un homme, ou un pauvre, ou un noir, ou très mince ?

Considérez ceci : Dans la perspective d'une industrie médicale et pharmaceutique qui chercherait à maximiser ses profits, la maladie idéale serait une maladie qui n'a jamais tué ceux qui en ont souffert , qui ne pourrait pas être traitée efficacement, mais que les médecins et leurs patients insisteraient pour traiter de toute façon. Heureusement pour elle, l'industrie de santé américaine a découvert (ou plutôt inventé) une telle maladie. Çà s'appelle obésité. Basiquement, la recherche sur l'obésité en Amérique est fondée par l'industrie des régimes et des médicaments, qui sont les acteurs économiques qui ont le plus à gagner de la conclusion qu'être gros est une épidémie qui requiert un traitement agressif. De nombreux chercheurs ont des relations financières directes avec les compagnies qui produisent les produits qu'ils testent.

Le financement public de ces études est rare, et le secteur des études de produits médicaux pour validation extrêment concurenciel. un chercheur proiminant sur l'obésité m'a dit : "quand vous sollicitez une aide publique, pour avoir une chance, vous devez vous faire remarquer en expliquant le sens de la recherche." Le chercheur m'a alors demandé lesquels des scénarios suivants étaient le plus susceptibles de fonctionner :

1 "bien qu'il soit difficile d'établir un rapport indépendant entre l'obésité, la morbidité et la mortalité, et qu'il apparaît que les facteurs de style de vie - tels que les pauvres qui suivent des régimes et manquent d'activité physique - posent des risques sanitaires bien plus grands, nous vous demandons néanmoins une aide pour étudier l'obésité comme question de curiosité scientifique, et évaluer également si il ne serait pas plus prudent de faire faire de l'activité aux gros plutôt que de les faire mincir."

Ou: 2 "L'obésité tue au moins 300 000 Americains chaque année, et le modèle mathématique de l'obésité prédit que dans 50 ans chaque homme, femme et enfant sera en surpoids ou obèse en Amérique."

En Afrique de l'Ouest aujourd'hui, les cérémonies de beauté comportent des candidates qui seraient considérées nettement "obèses" aux USA; Beaucoup de jeunes femmes qui représentent le pinnacle de la beauté de la femme dans ces cultures pèsent plus que 90 kilos. De ce point de vue, l'Afrique de l'Ouest d'aujourd'hui est assez similaire aux USA des années 1890, quand l'actrice de 90 kilos Lillian Russel était considérée comme la beauté indiscutable de sont époque.
Historiquement parlant, bien plus de cultures ont ressemblé à l'Afrique de l'Ouest comtemporaine et l'amérique de la dernière moitié du 19 ème siècle qu'aux Etats-Unis actuellement, ou un idéal de minceur sans précédent règne suprêmement. .

C'est une culture dont le besoin de commander le monde et les gens qui y vivent est si intense qu'elle a été conduit à la conclusion absurde que les millions d'individus uniques devraient tous peser dans les 45 kg d'un poids idéal imaginaire. En fait, comme nous l'avons vu, il n'y a pas de raison médicale valide pour laquelle deux femmes de même taille ne pourraient pas peser respectivement 45 et 90 kilos, tout en maintenant chacune un métabolisme cardiovasculaire optimal, et une excellente santé.
Cependant, il y a d'énormes forces culturelles, politiques et économiques qui s'assurent que nous faisons de notre mieux pour que ces femmes continuent à se sentir misérables à propos de leur "fléau".

Si on forçait quelqu'un à expliquer en six mots la férocité - inexpliquable autrement - de l'amérique envers le poids, çà donnerait çà : Les américains pensent qu'être gros est dégoutant. Il y a cinquante ans, l'Amérique était pleine que gens que les élites regardaient avec quelque chose d'aparenté à un franc dégout : les noirs en particulier, bien sur, mais aussi les minorités éthniques, les pauvres, les femmes, les juifs, les homosexuels, et bien d'autres.
De nos jours, il faut une nouvelle cible.

Comme le remarque le manuel des études sur l'obésité (ndt : The Handbook Of Obesity Studies)" dans les sociétés hétérogènes et affluentes comme les Etats-Unis, il y a une forte corrélation inversée entre classe sociale et obésité, particulièrement chez les femmes". En d'autres mots, en général, les pauvres sont gros et les riches minces en amérique. Le dégout que les minces des classes sociales hautes ressentent pour les gros des classes sociales basses n'a rien à voir avec les statistiques de mortalité, et tout à voir avec la sensation de supériorité morale. Précisément parce que les américains sont si préoccupés de leur niveau social, le dégout que les (relativement) pauvres suscite chez les (relativement) riches doit être projeté sur une autre caractérique distinctive.

En 1853, un bourgeois anglais pouvait être tout à fait désinvolte au sujet du fait que la simple vue du prolétariat urbain le dégoûtait. En 2003, n'importe quel bourgeois américain libéral serait horrifié à l'idée que la vue par exemple d'une ouvrière mexico-américaine dans un supermarché puisse, d'une façon ou d'une autre susciter un dégoût dans son ame sensibilisée. Mais la vue d'une grosse femme - disons "obèse" - ou plutôt d'une femme obèse "morbide" [ sic ] entrant dans le supermarché... oh, là c'est autre chose.

L'argument le plus nocif dans la littérature au sujet de l'obésité est que les filles et les femmes noires et hispaniques doivent "être sensibilisées" au "fait" qu'ils ont des sentiments "peu convenablement positifs" au sujet de leurs corps.
Les lecteurs doivent suspecter une mauvaise plaisanterie. Je préfèrerais. Une étude de l'université de l'Arizona a constaté que, alors que seulement 10% des d'adolescentes blanches examinées étaient heureuses avec leurs corps, 70% des d'adolescentes noires etaient satisfaites avec le leur (les filles noires pesaient plus, en moyenne, que les filles blanches).

Quand on leur a demandé de définir la beauté, les filles blanches on décrit leur idéal féminin comme une femme de 1 mètre 75 pesant entre 44 et 47 kilos (ie, quelqu'un de plus mince que le mannequin habituel). En revanche, les filles noires ont décrit une femme dont le corps incluait des caractèristiques comme des hanches évidentes et des cuisses massives.

Les chercheurs en obésité et les sociétés de régimes font tout leur possible pour changer cette situation inacceptable. Ces dernière années, les compagnies de régimes ont ciblé d'avantage leur publicité vers les femmes noires et hipaniques.
Une autre enquête récente a remarqué que les filles noires avaient une meilleure image de leur corps et moins de désordres alimentaires que les filles blanches, alors qu'elles pesaient plus.

"Ces résultats," concluent les auteurs, "devraient être employés dans le développement des programmes culturelement sensibles d'intervention de santé publique pour aider à réduire les taux élevés d'obésité au sein de la communauté noire et encourager la jeunesse noire à atteindre une corpulence [ sic ] saine et raisonnable." Ici encore, nous voyons à quel point la justification sanitaire est cruciale à tous les aspects de la guerre contre l'obésité.

De quoi aurait l'air une proposition pour "des programmes culturelement sensibles d'intervention de santé publique" si on la traduisait en franc parler ? Une invitation à rendre les filles noires et hispaniques aussi névrosées avec leur poids que les filles blanches tendent à être, parce que ces groupes représentent la meilleure opportunité d'attendre un marché pour les produits inutiles, chers et dangereux de l'industrie de la perte de poids ?

La minceur a une signification métaphorique en Amérique aujourd'hui. Les Américains - et particulièrement les élites américaines - lui attibuent de la valeur pour exactement la même raison que quelqu'un qui souffre d'anorexia nervosa : parce que ne pas manger signifie ne pas laisser place au désir. Etrangement, ce que les élites américaines trouvent le plus désirable est un corps dont l'apparence signale un triomphe de la volonté sur le désir lui même. Ainsi, la vertu du corps n'est pas tant indiquée par la minceur en elle-même, mais plutôt par les efforts qu'elle représente. Finalement l'acharnement contre la graisse est une cause et une conséquence de la transformation d'une mentalité de réussite par le travail à la mentalité américaine de régime.

Le mythe de l'obésité prospère en Amérique parce que l'Amérique est une culture de désordres alimentaires. . D'ailleurs, les symptômes principaux de cette situation - nos taux croissants de "surpoids", de boulimie et d'anorexie - sont également des symptômes, et des métaphores d'un plus large ensemble d'inquiétudes culturelles.

Les Américains s'inquiètent, à raison, que nous soyons devenus trop volumineux pour notre propre bien-être : que nous consommons trop, trop rapidement; que nos voitures, nos maisons, et nos centres commerciaux sont trop grands; que nos ambitions impériales d'être le coffre-fort du monde pour la démocratie et McDonald sont trop importantes. Dans ces circonstances, s'occuper des 5 kilos "en trop" que l'adulte américain moyen a gagné au cours des 15 dernières années est devenu une manière commode d'éviter un enclenchement plus direct avec tout nombre de problèmes concernant les excès de l'Amérique.

Pour les Américains les plus aisés en particulier, il est plus facile de traiter l'inquiétude au sujet de la consommation excessive en s'obsédant au sujet du poids, plutôt qu'en faisant réèlement face à des menaces bien plus sérieuses à notre santé sociale et politique.
Nous pouvons conduire de grosses voitures qui dégagent des tonnes d'hydrocarbure dans l'atmosphère, Nous pouvons consommer une part très disproportionnée des ressources naturelles limitées;
Nous pouvons encourager une politique étrangère qui consiste à expédier les militaires partout sans prendre en considération les objections de nos alliés.
Mais au moins nous ne mangeons pas ce cookie supplémentaire qui nous est offert.
108 ans 6176
ils'agit d'un deterrage de post datant de 2006 ! te prends pas trop la tete , Vertige ;)
52 ans Région nîmoise 1567
Vertige, pourrais-tu me donner l'origine de l'article stp ? Merci d'avance
38 ans Montréal 1666
J'aimerais bien Sandy mais je n'arrive pas à trouver. C'était une traduction postée sur le mag VLR.

Triss a l'air de l'avoir trouvé??
35 ans Lyon 307
http://www.vivelesrondes.com/obesite-mythe/

C'est un extrait d'un bouquin américain, de Paul Campos, The Obesity myth, traduit par vlr.
B I U


Discussions liées