MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La coparentalité

47 ans 76 10598
Citation:
Pour la définir brièvement, la coparentalité, c’est: partager la vie et l’éducation de son enfant avec un père ou une mère qui n’habite pas avec vous, et ceci  
pour la vie. source


La coparentalité, c'est une femme ( ou un homme) avec un désir d'enfant mais sans l'envie de vivre avec le papa/la maman.

Si ce phénomène est connu dans le monde gay et lesbien, il semblerait qu'il commence à faire son chemin chez des femmes seules, avec un désir d'enfant très fort.

Que pensez-vous de cela?
A
47 ans Sud-Ouest 197
Je n'ai pas encore eu le désir d'enfant. Je ne peux donc pas me placer du côté de la mère.

Du côté de l'enfant, je pense que chacun et chacune d'entre nous peut trouver dans son entourage le cas d'un enfant elévé par un seul parent (pour toute sorte de raison) et pour qui tout s'est apparemment bien passé. Toutefois, je ne peux m'empécher de penser que ces enfants partent avec un certain "handicap" dans la vie. Je crois qu'il est nécessaire pour tout d'enfant de savoir qu'il est né du désir d'un couple, quelque soit l'histoire de ce couple, et non pas des circonstances de la vie qui ont fait croiser le "géniteur" et la mère au moment où celle-ci voulait un enfant.
44 ans 17521
si les deux personnes du couple sont en phase quant à l'éducation qu'elles souhaitent donner, alors pas de soucis, mais sinon, c'est la galère assurée... risque que moi je n'aurais pas envie de prendr,e personnellement. moi je pense qu'il vaut mieux être seul(e) que mal accompagné(e), surtout en ce qui concerne l'éducation d'un enfant... dans le sens où un parent seul aura une ligne de conduite unique, dans l'éducation de son enfant, il n'y aura pas deux poids deux mesures, "papa dit non, maman dit oui"...

à partir de là, je trouve que la coparenlité est un concept séduisant, et qu'il vaut mieux avoir deux parents vivant séparement mais s'entendant bien, plutôt que deux parents vivant ensembles parce qu'ils se sont mairés il y a 15 ans mais qui se détestent, ou s'ignorent...

contrairement à armama, je ne pense pas qu'il est important pour l'enfant d'être né du désir d'un couple, mais plutôt de savoir qu'il est né d'un désir d'enfant...

je ne pense pas que l'on parte avec un handicap dans la vie spécialement dans le cas de la coparentalité... en fait, aujourd'hui, je pense que vu le nombre de familles divorcées, séparées, jamais mariées, recomposées X fois, monoparentales, homo, etc... franchement, dans ce cas les 3/4 des familles font partir leurs enfants dans la vie avec un "certain handicap"...

moi j'ai été élevé par ma mère seule (mais vraiment toute seule), et je m'en suis très bien portée, je n'ai que de bons souvenirs de mon temps passé avec elle, je l'adore, elle a toujours su me guider, a été très présente, mais aussi savait affirmer son autorité tout en me laissant mon libre-arbitre, etc... ça n'aurait jamais pu être aussi bien avec mon père à la maison.

simplement, quand l'amour et l'équilibre (qui ne nécessite pas forcement un papa et une maman sous le même toit) sont là, je ne vois pas où est le problême...

bref, je suis dit oui à la coparentalité, si cela est fait pas des gens intelligents, qui respectent leur "contrat", à savoir un partage équitable de l'éducation de l'enfant, quelque chose d'harmonieux tout simplement construit sur le désir d'avoir un enfant... :D
56 ans douai 1905
chloeecamille a écrit:
Citation:
Pour la définir brièvement, la coparentalité, c’est: partager la vie et l’éducation de son enfant avec un père ou une mère qui n’habite pas avec vous, et ceci pour la vie. source


La coparentalité, c'est une femme ( ou un homme) avec un désir d'enfant mais sans l'envie de vivre avec le papa/la maman.

Si ce phénomène est connu dans le monde gay et lesbien, il semblerait qu'il commence à faire son chemin chez des femmes seules, avec un désir d'enfant très fort.

Que pensez-vous de cela?


c'est ce que j'ai fait en 1991-1992 pour mon quatrieme enfant!!!! j'ai choisi le père sans qu'il le sache et je comptais bien l'élever toute seule....seulement je n'avais pas pensé que le père puisses être au courant et vouloir avoir un droit sur ce bébé....un droit un peu spécial dans le sens ou il y a eu enlévement d'enfant mais que nous avons réussi , quand je dis nous , je parles surtout de la gendarmerie, à l'intercepter à la frontiere espagnole!!! le gamin avait 9 mois à l'époque et il a vécu un traumatisme, il a "arreté sa croissance" et il a longtemps fait un petit poids pour une petite taille!!!aujourd'hui, si il a toujours une taille inférieure à son age, 14 ans, il es par contre en surpoids !!!! jamais , si j'avais su les conséquences,je n'aurais procédé de cette façon!!! un enfant, meme désiré, cela est dangereux de vouloir le concevoir seule!!!!
A
47 ans Sud-Ouest 197
Je me permets de revenir sur le sujet car je ne sais pas si j'ai été claire : je ne dis pas qu'il est indispensable que les père et mère forment un couple ad vitam eternam. Il est, me semble-t-il, important pour un enfant de savoir que ses parents ont eu une histoire. Après, il se pas se ce qu'il doit se passer : séparation, divorce, remariage, frères et soeurs...
47 ans 76 10598
myrza a écrit:
c'est ce que j'ai fait en 1991-1992 pour mon quatrieme enfant!!!! j'ai choisi le père sans qu'il le sache et je comptais bien l'élever toute seule....


Attention, dans le concept de coparentalité, les deux "géniteurs" sont au courant. Il ne s'agit pas de faire un enfant dans le dos ( je sais, l'expression n'est pas jolie) mais de décider à deux de faire un enfant, de l'élever ensemble mais sans vivre sous le même toit, sans former une famille au sens traditionnel du terme, sans avoir de sentiments amoureux ect...

Ce qui lie ces deux personnes, c'est le désir d'enfant.
55 ans sud sarthe 1290
j'avoue que la tendance actuelle de ne toujours vouloir que le meilleur de tout sans accepter ce qui est moins agréable me laisse fort sceptique...

c'est sûr rester ensemble juste "pour l'enfant" n'est pas plus acceptable que de se disputer l'enfant, mais une vie est faite de hauts et de bas qu'il faut apprendre à gérer, ce qui n'est pas facile, je l'admets.

mais 15 ans de mariage et plus de 20 ans de vie commune sans nuages et encore des projets communs sur le long terme, ça existe aussi!

je ne crois pas que je pourrais vivre une coparentalité, ce n'est pas l'idée que je me fais de la famille ni même d'un couple...c'est déjà assez dur en cas de divorce ou de séparation!
40 ans RP 3487
Ben ça donne la meme chose que des parents qui se séparent ...

Je suis pour, je ne vois pas pourquoi deux celibataires ne pourraient pas s'entendre sur l'éducation partagée d'un enfant en commun ...
41 ans 04 5576
Attention, Thetoad en pleine période romantico-débile, s'apprête à délirer. Et son propos ne concerne que les hétéros qui souhaitent un jour vivre avec quelqu'un (c'est à dire que je peux comprendre les raisons des couples homos ou les gens qui se suffisent à eux même et ne souhaitent pas vivre en couple)

Si je suis d'accord avec l'idée et que je trouve le principe de base au final plus "sain" que d'avoir un enfant "par accident" alors qu'on est en couple ou en début de relation, le désir de coparentailté n'est il pas le reflet de la certitude qu'on ne fondera pas une famille basée sur un couple ?

Ce que je veux dire, c'est que pour moi en tout cas, je ne rejette pas l'idée de la coparentalité du tout. Seulement je pense que je n'y viendrai que si je me rend compte que je n'ai plus aucune chance de rencontrer un homme dont je tomberai amoureuse, avec qui j'ai une chance de relation suivie et privilégiée et avec qui j'aurais des enfants.

Il sera toujours possible, sans doute, de rencontrer un homme après la naissance de cet enfant et d'en tomber amoureuse mais l'idée de base pour moi reste la même : vouloir un enfant sur ce type de schéma n'est ce pas finalement admettre qu'on ne peut pas être aimé(e) suffisament durablement pour en avoir un "en couple" ?
48 ans Belgique 115
Je suis une co-parente... :)

Je ne voulais pas vivre avec un homme. Par contre, je voulais être maman.
Par chance, j'ai un ami qui a tout à fait partagé ma vision de la vie, mes envies, mes attentes. Et nous avons maintenant deux enfants ensemble, sans vivre sous le même toit.

Pour différentes raisons, il n'a pas reconnu les enfants (qui portent donc mon nom) mais il est leur papa au vu et au su de tous.

Le point négatif est qu'il s'en occupe moins que je ne l'aurais espéré. Mais j'ai des tas d'amies mariées qui me disent la même chose de leur conjoint ;)

Sinon, la vie de mes enfants, est comme celle de n'importe quel enfant de "divorcé" avec comme désavantage le fait de moins voir leur papa que d'autres enfants de divorcé (mais ça, c'est un problème dans notre "contrat" et qui n'est pas inhérent à la coparentalité). Et comme gros avantage (par rapport aux enfants de "divorcés") le fait que leur papa et moi nous entendons à merveille, nous nous respectons et nous pouvons faire des activités ensemble sans prise de tête.

Mes enfants sont encore jeunes. Mais jusque maintenant, ils comprenent très bien la situation et tout se passe bien. ils ne se sentent pas différents des autres enfants.

Et pour ma part, j'ai choisi cette vie. Et à refaire, je signerais des deux mains. Je suis vraiment heureuse.

Maintenant, je pense que chacun, en fonction de son caractère, de ses aspirations, de son vécu,... va trouver du positif ou du négatif dans cette situation.
Comme dit Karen, à partir du moment où les relations sont hamonieuses et saines, chacun vit la vie qu'il souhaite... :)
B I U