MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

"Le Monde" des 14-15 janvier : chronique sur le p

2812
Bonjour,

J'ai découvert dans "Le Monde" des 14-15 janvier une chronique intéressante écrite par Jean-Michel Dumay et ayant pour sujet le poids et la manière dont est vu le surpoids.  


Il est impossible de copier l'intégralité de cette chronique. Donc, je vous en livre quelques éléments.

On y apprend que 70 % des Français avouent surveiller leur poids alors que le surpoids ne touche que 30 % de la population.

On y découvre aussi la folie des Américains. Je cite : "En Pennsylvanie, on s'émeut maintenant que les écoles glissent dans les bulletins scolaires une lettre comportant des notes d'un genre particulier : l'indice de masse corporelle de chaque élève d'une part (...) ; et la place de l'élève, en conséquence, dans la répartition de sa classe d'âge, d'autre part, selon son genre (féminin ou masculin). De jeunes têtes auraient développé dans ce rapprochement entre notes scolaires et statistiques personnelles un fort sentiment de culpabilité."

J'ai aussi beaucoup aimé les propos de Jean-Paul Poulain, spécialiste de la sociologie de l'alimentation : "On peut se demander pourquoi, dans notre société d'abondance, on utilise la minceur pour affirmer sa position sociale, en s'appuyant sur un discours médical. En effet, c'est moins à une épidémie d'obésité que nous assistons aujourd'hui qu'à une épidémie de mise au régime".
40 ans là 5969
je voulais lire l'article en entier, mais c'est payant :?
néanmoins c'est assez ahurissant ce que font les américains (et je ne doute pas que bientôt ce genre de choses vont arriver ici (ou tout du moins tenter de le faire...)
pourquoi être obsédé par le poids?
Citation:
On peut se demander pourquoi, dans notre société d'abondance, on utilise la minceur pour affirmer sa position sociale, en s'appuyant sur un discours médical.

ben je me le demande aussi...
2812
J'ai oublié de donner le titre de l'article : "Mon poids divisé par le carré de ma taille".

Malheureusement, l'accès n'est plus gratuit. Il ne reste plus qu'à se rendre dans la bibliothèque la plus proche.
44 ans 10768
tu ne peux pas éventuellement le scanner ? ;)
2812
Non. J'ai ce journal au travail.
33 ans Charleville-Mézières 1453
Citation:
Mon poids divisé par le carré de ma taille
Article paru dans l'édition du 14.01.07




Dans trois semaines, à l'image du tabac ( « Fumer tue », « Fumer nuit gravement... »), la malbouffe aura contre elle ses slogans dans les campagnes publicitaires de certains produits alimentaires ou de boissons sucrées, où elle est suspectée de s'y loger : « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop salé, trop sucré. » Ou « Evitez de grignoter entre les repas ». Ou encore, sur un mode positif : « Pratiquez une activité physique régulière », « Mangez au moins cinq fruits et légumes par jour ».

Ça tombe bien. Le poids, pour les Français, serait devenu une véritable obsession. Environ 70 % confient le surveiller, alors que 30 % seulement (si l'on peut dire) sont considérés en surpoids. Il faut dire que depuis un temps, il est difficile de ne pas entendre les cris d'alarme des professionnels de santé. Depuis que l'obésité a acquis son rang de première « épidémie non infectieuse » par la grâce de l'Organisation mondiale de la santé.

La question taraude depuis bien plus longtemps les Etats-Unis, où les grands moyens sont employés. Mais les effets sont-ils toujours bien maîtrisés ? En Pennsylvanie, par exemple, on s'émeut maintenant de ce que les écoles glissent dans les bulletins scolaires une lettre comportant des notes d'un genre particulier : l'indice de masse corporelle (IMC) de chaque élève, d'une part - c'est-à-dire son poids (en kilos) divisé par le carré de sa taille (en mètre) -, qui fournit une évaluation de la masse grasse approximative ; et la place de l'élève, en conséquence, dans la répartition de sa classe d'âge, d'autre part, selon son genre (masculin ou féminin). De jeunes têtes auraient développé dans ce rapprochement entre notes scolaires et statistiques personnelles un fort sentiment de culpabilité. Des coups de blues. L'impression qu'ils étaient surveillés (sanctionnés ?) par l'école pour leurs efforts à se maintenir dans une norme sociale acceptable.

L'expérience fait réfléchir. Sur le poids de culpabilité qu'elle semble induire, sur la pression sociale qu'elle révèle. Dans un récent colloque à la Sorbonne, l'épidémiologiste de l'Inserm Marie Choquet jetait quelques chiffres : à 18 ans, la moitié des filles font des régimes. 40 % ne prennent pas de petit déjeuner (35 % des garçons), 21 % sautent des repas (18 % des garçons). Ce qui serait en cause : le regard de l'autre. Avec, pour préoccupation corollaire : « Vais-je être désirée ? » Médecin nutritionniste, psychothérapeute et coauteur de Dictature des régimes, attention ! (Odile Jacob, 2006), Jean-Philippe Zermati relevait de son côté tout ce qui joue dans l'inconscient en matière de surpoids. Tout ce qui ne dépend précisément pas de la force de caractère. Outre d'éventuelles causes génétiques ou environnementales, l'obésité a, comme l'alcoolisme, souvent plus à voir avec les émotions qu'avec la volonté. Il ajoutait que l'IMC était bien trop théorique et pas assez individualisé.

« On peut se demander pourquoi, dans notre société d'abondance, on utilise la minceur pour affirmer sa position sociale, en s'appuyant sur un discours médical, s'interrogeait déjà de son côté le spécialiste de la sociologie de l'alimentation Jean-Paul Poulain ( Recherche et Santé, avril 2004). En effet, c'est moins à une épidémie d'obésité que nous assistons aujourd'hui qu'à une épidémie de mise au régime. » Et de suggérer l'approfondissement d'une réflexion avec les professionnels du secteur pour faire le tri entre ce qui relève du risque médical réel et ce qui est du domaine de la stigmatisation.

Tout ça pour dire qu'il faudra peut-être y regarder à deux fois avant de laisser un jour un éducateur faire recopier cent fois aux mauvais (car trop gros) élèves : « Je ne dépasserai pas 25 en divisant mon poids par le carré de ma taille ... Je ne dépasserai pas 25... », etc.

Jean-Michel Dumay



Je ne suis pas sûre que ce soit très autorisé :oops:
Mais l'article est assez interessant.
2812
Ce n'est absolument pas autorisé. Tu risques une amende de quelques milliers d'euros. Mais ne t'inquiètes pas, je ne te dénoncerai pas :D
40 ans là 5969
:shock: :?
ça fait parti des choses que je ne comprends pas...
tu achète le journal, tout le monde autour de toi peut lire
mais là on peut pas...
c'est pas logique... :roll:
44 ans 10768
Merci beaucoup Lodie ;) Je pense pas qu'ils viennent nous embeter avec ça, de + tu cites la source et l'auteur donc bon... ;)

L'article est très intéressant en tout cas...
Dommage que ce type de discours soit moins relayé médiatiquement que le discours ambiant sur la minceur...
2812
HS pour répondre à Thyselle et Amnésis :

La loi sur le droit d'auteur est extrêmement complexe, notamment en ce qui concerne le droit de copie. Je n'entrerai pas dans les détails mais diffuser l'intégralité d'un texte en indiquant la source et l'auteur est illégal. Ce qu'on peut faire : citer la source, l'auteur et quelques passages du texte.

Fin du HS
B I U