MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

combien de temps pour se remettre de l'hyperphagie?

36 ans 288
Sortir de l'hyperphagie, ça prend du temps????

J'ai cerné les causes, ce qui me fait manger à outrance. Oui mais après???

Ah lalala...
Quelle angoisse!

Je n'arrive pas du tout à faire une RA  
car par ailleurs, quand je ne mange pas, j'ai bien du mal à faire ce que j'ai à faire. Pourtant, je dois m'y mettre, assumer mes choix etc. Ouh lalala.... (beaucoup de oh lala parce que là, précisément, j'ai beaucoup trop mangé...).

Je ne maîtrise plus rien, alors quoi faire?

pffffou...

Bon après ce énième post sur l'hyperphagie, je vous souhaite bon courage.

Si certain(e)s veulent me dire que ce n'est pas irrémédiable et m'encourager à agir maintenant, je serais contente, histoire de me motiver... Il me faut une pression extérieure, quelle qu'elle soit. Là, ya plus grand chose qui marche... C'est tout de même bizarre!

Une de mes résolutions maintenant que je vis seule: faire mes courses au jour le jour, ne pas stocker pour ne pas être tentée de céder à la tentation destructrice et antiproductive.

On verra... ah lala... :roll:

ciao!
C
50 ans 1965
Cerner les causes? Perso, ça faisait plus de 10 ans que je connaissais les causes de mes TCAs!

Et grosso modo ça fait un peu plus d'1 an que ça va mieux...

Connaitre les causes est une chose, agir en conséquence en est une autre! Et là je ne parle pas que de nourriture...je parle à TOUT niveau. Changement de vie en qqsorte, changement de façon de penser, de faire, d'être...
36 ans 288
Oh lalala...
Bah oui....
Ya du boulot, c'est la énième fois que je le dis, mais j'ai pas la force de m'y mettre...
C'est un travail de tous les jours, dur dur... :roll:
C
50 ans 1965
Dur dur comme tu dis... Et encore à ce jour c'est pas encore comme je le voudrais... Je suis dans une sale période...assez tristounette et mélancolique depuis qq jours...alors le drame je me suis manger un paquet de bonbon et des barres de chocolat au lait! Rien à voir avec l'empleur des crises que j'avais...mais le fait de trouver du "réconfort" dans la bouffe au lieu de prendre le temps de faire le point ben ça me dégoute je l'avoue.

Je crois que le plus chiant c d'avoir fait un si long parcours, s'être remis tant de fois en question et que l'automatisme reste encore... J'aurais pu me poser, réfléchir, mettre de la musique douce et me reposer...et ben non! :roll:

Ceci dit, point positif la dedans, ça se voulait justement positif...une prise de douceur sucrée me rapelant les gouts de mon enfance (moi un manque d'amour? nooooon lol) et donc rien à voir avec mes anciennes tendances destructrices...rien à voir avec le fait de me bourer jusqu'à l'explosion, etc.

Enfin, tout ça pr dire que chaque parcours se fait sans doute avec des hauts et des bas...
36 ans 288
Ca pour sûr, et je suis dans un creux... Bon ben ça arrive à tout le monde, mais je ne parviens pas à me raisoner et à surmonter...
Moi j'ai des obsessions ou quelque chose qui y ressemble. Je pense, je pense, je pense, je retourne des problèmes dix fois dans ma tête en essayant de trouver des solutions et je ne trouve pas. J'élabore des théories salvatrices que je n'applique pas. En attendant, je ne travaille pas donc ça m'angoisse et là, c'est la danse des placards :roll: . Et tous les jours j'y plonge... Donc quand ce n'est qu'une fois de temps en temps, dis-toi que ce n'est pas si dramatique. Ce qui me fait peur pour le moment où j'irai mieux (ben oui, ça arrivera bien un jour), c'est de justement ne plus jamais pouvoir me pardonner ces petites faiblesses.
Enfin bref, c'est pas très intéressant tout ce que je dis. Je voulas juste écrire un petit truc. Cet après-midi la psy a réalisé que je semblais manger pour étouffer mes désirs... A l'origine du moins parce que là j'ai dépassé le cadre des désirs et je mange pour tout combler. C'est destructeur...
Bon bon... après ce message plaintif, je vais essayer (ça me désole de voir que j'utilise toujours ce verbe pour ça) de travailler car ça c'est VITAL (grrrrrrr :evil: )!!
36 ans 288
Pourquoi je m'obstine à manger plus qu'à satiété??????? :evil: :evil:

J'ai des obsessions!!!!!!!!!! #-o #-o ](*,)

Ah lalalalalal!

Ras le bol!

:shocked!:

:pig::fouet:
C
50 ans 1965
Est ce de l'ennui ou un sentiment de frustration? Un besoin de te combler? Un manque? Profite de ce forum pour exprimer ce que tu ressens dans son entièreté!
36 ans 288
A l'origine, je crois que c'est une frustration, puis mon inaction est devenue telle que je me suis mise à culpabiliser et là ça devient une punition presque que de manger trop. Je m'endommage gravement...
C'est trop bête et je le regrette.

Ma journée n'avait pas trop mal commencée, avec notamment un petit-déjeuner "normal" (comprendre que je n'ai mangé que jusqu'à satiété) mais le déjeuner vient de dégénérer...

Bon, il faut que je travaille.
Je m'y remets, mais là, c'est la panique car tout en travaillant, je me dis que je veux changer de filière. D'accord, mais avant, j'aimerais finir ce que j 'ai commencé, mais là, je n'arrive même plus à assumer le boulot dans celle dans laquelle je suis, ça me dépasse alors à quoi bon? Pourtant c'est dommage, ça me plaisait quand même, mais j'ai fait un peu n'importe quoi...

Cela dit, j'ai des engagements, ça devrait justement me relancer. Mais je m'arrête car je panique. Je les abandonne avant même d'avoir essayé, c'est DOMMAGE, je le répète, dommage dommage...

Je ne perds pas espoir, car dès que je me remets à manger normalement et à me tourner vers ce que je dois faire au lieu de m'empiffrer, je sens un mieux être, en toute logique.

Cela dit, j'ai toujours des questions existentielles qui parasitent le tout, des principes de vie qui viennent m'empêcher de faire ce que je pense bon pour moi. Quelqu'un connaît Lise Bourbeau? Elle me pourrit la vie malgré elle. Quand je vous dis que j'ai des obsessions... :roll:

Bref... là, j'ai trop mangé, et hop! Encore quelques grammes pour mes fesses.

"5 minutes de plaisir, 5 ans sur les hanches", comme dirait l'autre (qui exagère mais là, pour mon cas, ça ne me fait plus vraiment rire...).

Voilà voilà...

A plus tard!
C
50 ans 1965
Tu veux changer de filière...et tu crois que ce n'est qu'une passade? Un délire? Ton corps te fait clairement passer le message que c de trop, que c pas plaisant... Quand c trop dur, qd on ne fait pas ce qu'on aime, il ne faut pas se faire du mal et détruire sa santé tout ça pour "finir ce qui a été commencé". Aucun principe ne peut justifier le mal être psychique.

;) Soi moins dure avec toi et écoute ce que ton corps te huuuurle!
36 ans 288
Ouais ouais...

Je ne vois que mon ventre en ce moment, qui enfle, qui enfle!
Et je rêve.
Il y a trop de vies possibles maintenant...
Et celle que je vivais a disparue.

Bon faut pas se laisser aller, mais là j'ai trop mangé...

Demain matin j'ai un cours, il faut que j'y aille. Et l'après-midi, je me renseigne pour la filière que je voudrais tester. Sinon je refuserai toujours d'aller de l'avant.

pfiou!
Quelle force d'inertie je suis devenue!

Une grosse masse qui ne bouge pas. C'est lourd... Je n'aime pas ça DU TOUT! Alors pourquoi m'obstiner? J'ai honte en ce moment, et alors? Je n'ai pas à avoir honte. Il n'est pas trop tard. Je ne sais pas ce que j'attends.

Bon ben à plus!
36 ans 288
Bonsoir...

Je ne savais pas trop lequel de mes posts remonter, pour ne pas en créer un nouveau... Et finalement, celui-ci me semble à peu près d'actualité, même si la dernière réponse date un peu.

En fait, les choses ont peu changées.
Je suis toujours dans la même filière, l'année ne s'est pas très bien passée, en ce moment, je devrais être en train de bosser dur pour avoir quand même mon année, mais ça me semble impossible, même quand j'arrive à me motiver pour m'y mettre. J'en ai marre de continuer comme ça.

Et ce soir, après avoir trop mangé, je me pose bien des questions, je m'inquiète encore et toujours, pour les mêmes choses.

Je pense que je fais une dépression, chose que j'ai déjà du mal à admettre, ce qui ne la rend pas facile à dépasser.

Mes inquiétudes:
J'ai peur de ne jamais retrouver le goût de vivre, donc forcément, ça ne me donne pas envie de me battre pour exister. Du coup je sombre dans les placards et j'ai pris 20 kilos cette année, je me coupe des gens.

Mais chaque jour je me dis que ça va aller mieux etc.
Et je finis systématiquement par revenir aux placards.

Alors bon. J'ai un peu peur pour mon corps. Voire très peur. Je le maltraite, le malmène, le martyrise, avec plaisir puisque j'aime manger.
Mais je suis perdue et je ne m'aide pas.

J'aimerais qu'on me rassure sur le fait que tout n'est pas irréversible et que je pourrai retrouver l'envie d'entreprendre et de vivre malgré les erreurs, les échecs, les abandons, les ruptures...

J'ai plein d'obssessions. Et je me sens pervertie par des pensées qui ne sont pas à moi, comme si j'étais sous l'emprise d'un dogme, c'est vraiment énervant.

Concernant mon corps, j'ai peur aussi de ne jamais retrouver mon apparence d'il y a un an. Pourtant j'aimerais tellement! Mais comment faire tout ça en douceur? J'en ai marre de prendre mon mal en patience.

En quelques mots, j'ai peur et je suis coupable.

Ca passera...
S
49 ans suisse 993
Pas très très gai tout ça.
Je te rapporte ici les conseils que j'ai reçu d'un auteur que j'adore et à qui j'avais écrit un jour de grand désespoir face à une situation qui durait et dont je ne trouvais pas l'issue. J'étais aussi dans cet état quasi perpétuel d'obsession où toute mon énergie semblait bloquée.

Et donc cette personne me conseillait de procéder par toutes petites touches, sans grands plans pour le futur, sans voir plus loin que quelques heures devant soi. C'est à dire découper au maximum ses activités pour avancer quand même un peu quoiqu'il arrive. Et donc je faisais ça. J'avais un journal et je notais ce que je prévoyais pour la matinée, par exemple un tél des photocopies, une petite course, et après je rayais de ma liste.

Ca a l'air con comme ça mais je suis arrivée ainsi à faire un bilan professionnel, me remettre à une acivité physique, reprendre des études, réécrire à une amie que j'avais perdue de vue etc....

Peut être que tu peux le faire pour demain matin par exemple tu te fixes des choses simples, pas impossibles, réviser une heure, te balader dehors 30mn, trier un peu de courrier. Je vois ca comme les régimes, si tu te dis "je vais perdre tant de kilos en tant de temps et je commence" tu peux être sûre de craquer et culpabiliser à fond. Si tu te dis juste "ce chocolat je m'assieds, je le déguste tranquillement sur mon canapé, pas de soucis" pas d'objectifs, pas de "craquage" et pas de culpabilité.

J'espère que tu trouveras un peu de réconfort d'une manière ou d'une autre.
36 ans 288
Bonjour Sirelle et merci pour tes conseils.

Ils ne me semblent pas impossible à appliquer, mais durs à suivre. Si j'arrive à me motiver, je suis sûre qu'ils peuvent m'aider.

Ce qui me manque le plus c'est l'envie... L'envie d'entreprendre, le goût de la vie je ne sais pas. Plus d'entrain. Il faut dire aussi que le fait de trop manger n'aide pas.

Bon voilà.
Ton message m'encourage. Et me réconforte aussi. Parce qu'autour de moi, c'est plutôt l'incomprhénsion et l'impatience. Tout le monde souhaite que je maigrisse, que je sois bien, que j'aille bien, je suis la première à ne pas comprendre ce que j'ai et je cherche mais c'est inutile. Je suis triste et en colère pour trop de raisons à la fois, et le moment présent me passe sous le nez, je ne profite de rien, ne me souviens de rien etc.

Bon on verra. J'ai pourtant plein de choses à faire.

Merci encore!
40 ans Paris 766
C'est étrange Caramba, mais j'ai l'impression que ce que je vie en ce moment ressemble à ton problème.

Je suis dans une phase négative, je me sens seule au monde, j'ai quitté un homme avec qui j'étais que je n'aimais pas, je me sens nulle de ne pas arriver à manger comme tout le monde, et à devoir tout le temps manger pour me réconforter, des quantités et des quantités, du sucré surtout.

Pour le boulot pareil, je veux aussi changer de filière, mais je ne me sens pas l'energie pour, je ne sais pas trop où aller, et puis je suis trop grosse pour ça.

Alors, je vais te donner les petits trucs que je fais pour me remonter, remonter mon estime, et me redonner du courage:
- je me force à faire du sport (même si je mange des tonnes à côté), et même dans les pires états, ça fait son petit effet
- je m'occupe de mon corps, je prend des bains, je fais des soins...
- je fais des restos avec mes amies, je sors pour discuter.

Voilà mes petites astuces...
S
49 ans suisse 993
Effectivement si tu manques d'entrain, que tu es fatiguée, triste en colère....il se peut que tu souffre de dépression. A ce moment là une visite chez un médecin s'impose. La dépression est une maladie qui se soigne. J'ai beaucoup aimé de livre de servan schreiber "guérir" qui parle aussi de la dépression, même si el type m'énerve en fait.POur les états dépressifs des résultats prouvent que 3 fois 30mn d'activité physiques régulières sur la semaine ont le même effet que la prise d'anti- dépresseurs par exemple.

J'espère que tu as pu te fixer quelques pettis objectifs pour ta journée.
B I U


Discussions liées