MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La main-mise sur la presse de Sarkozy, article suisse

44 ans 10768
CaRoLynE-- a écrit:
...

Par contre, et là j'avoue que N.Sarkozy doit en jouer un peu, c'est que comme il est en poste de ministre (et pas des moindres), il  
apparait régulièrement dans les médias et pas QUE pour sa campagne.
...


Je me permets de reprendre les mots de CaRoLynE (sur le post concernant la récente émission politique de TF1) pour vous poster cet article paru en Suisse, que j'ai lu par ailleurs...

C'est toujours étonnant la façon dont les étrangers nous perçoivent, et souvent fort instructif... On a l'impression qu'ici on a la tête dans le guidon et qu'on voit rien :roll: (ou alors que quelqu'un nous bloque la vue... :sifl: )...



Citation:
Mainmise sur la presse tricolore

LIAISON DANGEREUSE Depuis 2002, Nicolas Sarkozy a placé des hommes à lui dans presque toutes les rédactions parisiennes, dans la presse écrite comme dans la presse audiovisuelle

PARIS - IAN HAMEL
27 janvier 2007

Les Français ne connaissent pas la société audiovisuelle ETC (Etudes, techniques et communication). Pourtant, ils ne cessent de voir ses productions à la télévision. C'est cette entreprise, appartenant à l'UMP, le parti de Nicolas Sarkozy, qui filme le candidat Nicolas Sarkozy et qui ensuite vend (ou plus souvent donne) ses reportages aux chaînes de télévision françaises. «Le plus grave, ce n'est pas que Sarkozy organise ses propres reportages, mais que les télévisions acceptent ce procédé car il leur fait économiser de l'argent», proteste un journaliste parisien sous couvert d'anonymat.

Pourquoi se gêner? La société ETC jouit d'une excellente réputation professionnelle, elle offre des images parfaitement maîtrisées, avec des caméras face à la tribune, sur les côtés, et survolant la foule. Nicolas Sarkozy a même organisé le retour de Cécilia, son épouse, au domicile conjugal. Son photographe a pris soin de prendre les clichés à distance afin de faire croire qu'il s'agissait de photos volées par un paparazzi... Rien d'étonnant à cela. Comme le rappelle Frédéric Charpier dans son livre «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir» (1), l'actuel ministre de l'Intérieur avait imaginé un temps devenir journaliste.

Les journalistes au pain sec
Maire de Neuilly, dans la région parisienne, et président des Hauts-de-Seine, le département le plus riche de France, Nicolas Sarkozy courtise de longue date les patrons de presse, qui sont souvent ses administrés, comme autrefois Robert Hersant, propriétaire du Figaro et de 30% de la presse française, et aujourd'hui Martin Bouygues, le patron de TF1, dont le journal télévisé est regardé par 8 millions de personnes. «Il est non seulement l'ami des patrons de presse, mais il est aussi l'ami des rédacteurs en chef et des chefs des services politiques qu'il appelle tout le temps au téléphone. Sarkozy s'est aussi constitué une cour de sans-grade qui espionnent pour lui à l'intérieur des rédactions, recevant en compensation des informations exclusives ou des promesses de promotion», raconte un enquêteur connu de la presse parisienne.

Le climat est devenu tellement étouffant que ce journaliste demande non seulement que son nom n'apparaisse pas, mais que son journal ne soit pas mentionné non plus. «Je suis contraint de me méfier de mes propres collègues», déplore-t-il. Ministre de l'Intérieur, à la tête de deux services secrets, la DST et les Renseignements généraux (RG), Nicolas Sarkozy est un homme tout-puissant. Alors que ses «amis» journalistes sont abreuvés de scoops sur la délinquance ou sur le terrorisme, les autres rédacteurs se retrouvent au pain sec: les policiers ne leur parlent plus. Pire, ils découvrent que les Renseignements généraux ne font pas seulement des enquêtes sur les collaborateurs de Ségolène Royal, la candidate socialiste, comme Bruno Rebelle, ancien directeur de Greenpeace. Mais qu'à l'occasion, ils s'intéressent aussi à la vie privée des rédacteurs un peu trop à gauche. «Un proche de Sarkozy vous appelle au téléphone et lâche le nom de votre maîtresse, menaçant de le faire savoir à votre épouse si vous ne devenez pas davantage conciliant avec le candidat de l'UMP», s'étrangle un journaliste du Figaro. Un proche de Sarkozy que Karl Laské, journaliste à Libération appelle carrément «le lanceur de boules puantes».

Le livre à charge intitulé «Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus» (2), écrit par plusieurs journalistes parisiens sous le pseudonyme de Victor Noir, s'est vendu à plus de 25 000 exemplaires. Il est réédité en livre de poche.

Sarkozy propulse les ventes
«On montre du doigt le magazine Le Point pour ses 10 couvertures consacrées à Nicolas Sarkozy ces derniers mois. Le problème, c'est que ces 10 couvertures ont bien vendu. Les journalistes qui ne sont pas sarkozystes ne peuvent pas reprocher ce choix journalistique à leur direction», souligne François Malye, président de la Société des rédacteurs du Point.

(1) Frédéric Charpier, «Nicolas Sarkozy. Enquête sur un homme de pouvoir», Editions Presses de la Cité, 304 pages

(2) Victor Noir, «Nicolas Sarkozy ou le destin de Brutus», Editions Denoël, 306 pages



source:Le matin


Lire la presse étrangère, neutre, ça a vraiment du bon parfois, non ? ;)
A
36 ans Nice 21965
je dirais meme plus : enfin des gens qui voient la verité en face
L
47 ans 133
Thyselle a écrit:


Sarkozy propulse les ventes
«On montre du doigt le magazine Le Point pour ses 10 couvertures consacrées à Nicolas Sarkozy ces derniers mois. Le problème, c'est que ces 10 couvertures ont bien vendu. Les journalistes qui ne sont pas sarkozystes ne peuvent pas reprocher ce choix journalistique à leur direction», souligne François Malye, président de la Société des rédacteurs du Point.



C'est vrai que j'ai été assez effaré de voir le nombre de couverture du magazine Le point consacré à Sarkozy. Néanmoins, en lisant en détail cet hebdo, on pouvait également se rendre compte que les articles n'étaient pas forcément tendres envers Nico Sarko.

Il ne faut pas se méprendre sur ce type de méthode ... je pense que le PS doit appliquer les mêmes pratique en matière de gestion d'image et de communication. Néanmoins, en étant ministre de l'intérieur, Sarko doit bénéficier de plus de moyens de pression sur les journalistes.
46 ans Wizernes 2630
En même temps trouvez au moins un ministre qui n'est pas louche, qui soit honnete et plein de bon sens...franchement.....moi j'en vois pas...apres faut choisir le moins pire :roll:
A
36 ans Nice 21965
toutouille a écrit:
En même temps trouvez au moins un ministre qui n'est pas louche, qui soit honnete et plein de bon sens...franchement.....moi j'en vois pas...apres faut choisir le moins pire :roll:


Azouz Begag!
T
33 ans wquelquepart et ailleurs 153
azouz begag en effet, mais pour un poste plus honorifique qu'autre chose..

Moi même j'ai remarqué que beaucoup de magazines etaient consacrés a sarko.. une semaine, par exemple, trois magazines en même temps, tout trois sur lui...

Allez, il faut lire les magazines alternatifs (comme "marianne" par exemple) ou "courrier internationale" et regarder "groland" ou "les guignols" (haa, elkabach toujours montré du doigt pour ses relations avec sarko)

bref, il faut garder l'esprit critique
et souvent, de l'etranger, on voit plus clair, car c'est un regard objectif.. plus facile de voir les defauts des autres que ses propres defauts..
K
74 ans ouest (Bretagne) 166
Tu dis NEUTRE?
Pour ma part je trouve l'article suisse largement médiocre, mal rédigé, mal informé et comble de l'information il ne cite comme source que des livres récemment parus et ne cite ni le nom ni la fonction des témoins qu'il évoque ....quel scoop!
Il est naturellement évident que des journaux d'opinions ne sont pas objectifs, c'est dans l'essence même de leur existence, vous voyez le Figaro encenser les positions du PC, et l'Huma louer les action de l'UMP, soyons sérieux voyons!!
Donc le mieux, le plus éfficace pour se forger une opinion, c'est simple : une petite revue de presse sur le sujet bien analyser le propos des locuteurs (en oubliant leur tronche qui nous agace), point barre!
Il faut tout de même dire que ni la D.S.T, ni les R.G sont des "barbotines"glauques et secrètes: La D.S.T dépend du ministre des armées, tous les personnels sont des militaires de carrières et s'occupe à l'heure actuelle de sécuriser un maximum d'entreprises sensibles face au pillage industriel,(protection de brevets entre autre) et des assauts informatiques quelques fois gérés par des "officines gouvernementales" extérieures.Mission générale: Assurer la sécurité territoriale de l'état, (par ex, entre autres, infiltrer les réseaux terroristes potentiels, assurer le contre espionnage et protéger les structures nationales très sensibles).
Les R.G, c'est une direction importante du ministère de l'intérieur chargée de transmettre un maximum de renseignement au niveau gouvernemental le plus haut, (chef de l'état et 1er ministre) ses missions vont de la simple note d'information à la rédaction de dossiers d'enquêtes complexes relatives à tous ce qui concerne la sécurité publique et parfois privée (ex: sectes...).Il y a 6 "sections" aux R.G, chacune d'entre ayant compétence sur un éventail particulier.
Si ces services ont un aspect obligatoirement confidentiel ils ne sont pas pour autant les barbousards que bon nombre voudraient bien voir.
Bien sûr ils ne vont pas se goberger des attentats déjoués in- extrémis récemment ni révéler le nom du commandant responsable du démantèlement des groupuscules espagnols prêts à encore faire péter des gares bondées.
Quand aux "services secrets" il n'y a que la D.G.S.E, essentiellement militaire aussi avec des civils sous contrat, recrutés pour leur spécialité professionnelle ( parfois étrangers) les civils n'accèdent en aucun cas à des postes de responsabilité. Cette institution dépend du chef de l'état (chef des armées) et le plus souvent du premier ministre le fusible étant le ministre des armées et possède un service "action" capable d'opérer sur un théatre extérieur en cas de nécessité et en fonction du danger potentiel relatif aux intérêts de l'état.Un certain nombre d'agents sont en postes à l'étranger sous couvert d'activité professionnelle très anodine .
Sa plus belle connerie, sur ordre... l'affaire green peace "rainbow warrior"
en baie d'Okland :1 mort dans un premier temps, puis le suicide de Charles Hernu, ministre des armées dans un second temps....
Il aurait fait ça tout seul, sans le dire à Tonton......Hé,ho on rigole là....

Voilà, un peu d'objectivité, enfin j'espère... :!:
L
47 ans 133
Kinou29 a écrit:


Voilà, un peu d'objectivité, enfin j'espère... :!:



Tu as raison de parler d'objectivité ... il faut toujours relativiser ce qui peut se lire dans la presse. Néanmoins ce qui me choque ce n'est pas nécessairement l'implication des RG mais plutôt le mercantilisme médiatique. On a le sentiment que nous n'avons plus une presse d'opinion mais plutôt une presse impliquée économiquement. Les articles, les dossiers et autres reportages se vendent comme d'autres services ou bien s'échangent contre des promesses de futurs contrats publicitaires avec des grandes entreprises. Cette collusion est plus que dangereuse et fausse le débat. Elle contribue également à renforcer le vote contestataire en renforçant l'idée d'un lien étroit entre les médias et les grands partis politiques.
44 ans 10768
Kinou29 a écrit:
Tu dis NEUTRE?
Pour ma part je trouve l'article suisse largement médiocre, mal rédigé, mal informé et comble de l'information il ne cite comme source que des livres récemment parus et ne cite ni le nom ni la fonction des témoins qu'il évoque ....quel scoop!
Il est naturellement évident que des journaux d'opinions ne sont pas objectifs, c'est dans l'essence même de leur existence, vous voyez le Figaro encenser les positions du PC, et l'Huma louer les action de l'UMP, soyons sérieux voyons!!
..............

Voilà, un peu d'objectivité, enfin j'espère... :!:

Faut pas exagérer non plus :roll:... Le problème ici n'est pas tant l'objectivité de cet article, mais l'objectivité des médias !

Pour ce qui est des sources de cet article, faut quand même penser que c'est un journal étranger et que donc il s'adresse aux Suisses et pas aux Français, ils vont pas faire une enquête approfondie, je crois qu'ils ont leur problèmes nationaux pour ça... ;) bref il ne s'agit nullement de livrer un scoop aux Suisses mais de parler un peu de la France, comme ici on parlerait de l'Allemagne ou de l'Espagne... tu vois les Français faire une méga enquête documents à l'appui sur les problèmes d'Angela Merkel ou de Berlusconi ? Un peu de sérieux aussi ! ;)

Et puis ce qui est dénoncé dans cet article, c'est non pas que les journaux ne sont pas objectifs (je suis naïve mais pas à ce point pour ne pas le savoir :roll: ), mais qu'un homme les "détient" et en joue, et aussi que les médias aujourd'hui préfèrent vendre plutot qu'informer...

Et puis l'article peut être médiocre, mal rédigé et tout ce que tu veux, oui il n'en reste pas moins neutre ! ;)
K
74 ans ouest (Bretagne) 166
Chacun voit midi à sa porte Thyselle, je ne souhaite pas entrer dans une polémique non productive (je ne t'accuse en rien, tu as ton point de vue et tu l'argumentes) mais je persiste ;)
Au fait, il ya des agences de presse spécialisées qui font des enquêtes très fouillées sur des personnes comme A. Merkel ou S. Berlusconi. La presse spécialisée les achètent et les développent. C'est ainsi que des correspondant de Reuter, entre autres ont même un bureau à l'Elysée...Il en est de même dans les grandes capitales mondiales...(c'est pas sérieux ça :roll: )

Bien sûr d'accord, en grande partie avec toi Litchi, j'ajoute cependant qu'il faut différencier média et "mass-média".
C
49 ans 1965
Un candidat qui n'a pas les médias dans sa poche est un candidat qui n'a pas bcp de chance de se faire connaitre, de se faire élire par la même occasion. C'est du marketing politique. Si Sego avait les moyens, vous pensez qu'elle n'agirait pas de la même façon? On est au niveau de la prise de pouvoir, pas d'un débat de moralité...
De toute façon, au vu des qq déclarations que j'ai vu de Sego et de Sarko, y a pas photo, y a une personne qui ne sait pas s'exprimer et l'autre qui sait...j'ai l'impression que les jeux sont déjà fait... :roll:
L
47 ans 133
cornflakegirl a écrit:
De toute façon, au vu des qq déclarations que j'ai vu de Sego et de Sarko, y a pas photo, y a une personne qui ne sait pas s'exprimer et l'autre qui sait...j'ai l'impression que les jeux sont déjà fait... :roll:


C'est ça qui est assez terrible dans une élection ... le choix du candidat se fait sur des aspects plus que subjectifs. Mais il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tuer. Le trop plein médiatique peut être à double tranchant. A trop s'exposer et à crier victoire, on peut également lasser l'opinion et commettre une erreur. Balladur en 1995 a commis cette erreur.
C
49 ans 1965
Il ne faut pas négliger le fait que c'est une bataille entre deux personnalités... Alors autant les idées comptent, autant le charisme et l'art de la parole n'est pas à placer dans les caractéristiques secondaires. Ca détermine bien souvent la victoire ou l'echec.

Il y a le produit et la façon de le vendre... Essaye de vendre du yaourt dans des pots gris...les consommateurs vont trouver qu'il a un gout moins bon, qd bien même c'est le même yaourt que dans le pot blanc.

Je suis belge et ici la politique est moins un show à l'américaine...ce que je préfère perso! :roll: Je ne dis pas que les médias sont clean, que tout est rose bonbon non plus...
K
74 ans ouest (Bretagne) 166
Litchi a écrit:
cornflakegirl a écrit:
De toute façon, au vu des qq déclarations que j'ai vu de Sego et de Sarko, y a pas photo, y a une personne qui ne sait pas s'exprimer et l'autre qui sait...j'ai l'impression que les jeux sont déjà fait... :roll:


C'est ça qui est assez terrible dans une élection ... le choix du candidat se fait sur des aspects plus que subjectifs. Mais il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tuer. Le trop plein médiatique peut être à double tranchant. A trop s'exposer et à crier victoire, on peut également lasser l'opinion et commettre une erreur. Balladur en 1995 a commis cette erreur.


Encore une fois d'accord avec Litchi :P , le vrai départ n'a pas été donné nous ne vivons que l'amorce de la future campagne...
Et puis il faut prendre en compte l'environnement géo-politique à venir et là.... :roll: s'il ya des crises intérieures ou internationales les candidats devront se montrer bigrement efficaces, le proche orient nous reserve des surprises, les américains peuvent une fois de plus déraper (avec l'Iran) l'Afrique est une poudrière :( .... les électeurs sont très attentifs à cela, du moins je le crois...
Bayrou est en attente, il n'a pas de sous! :( Je pense qu'il attend la période officielle ,les organes de presse auront l'obligation de rapporter un minimum de son propos....
Le Pen est dans l'ombre....
38 ans Paris 1017
Litchi a écrit:
Le trop plein médiatique peut être à double tranchant. A trop s'exposer et à crier victoire, on peut également lasser l'opinion et commettre une erreur. Balladur en 1995 a commis cette erreur.


+1000000!

Je me souviens à l'époque tout le monde était persuadé qu'il serait président,Chirac était même un outsider au début de la campagne puis peu à peu.....comme quoi! :roll:
B I U