MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

et si la seule solution était un régime??

33 ans là bas, au loin 1705
non très chers VLRiens et VLRiennes ne soyez pas en colère avant d'avoir lu tout mon message. je me pose la question depuis pas mal de temps, mais jamais  
vraiment osée en parler. j'y penses depuis que je me sens dans l'incapacité de perdre un seul gramme juste parce que mon corps ne semble pas vouloir suivre le rythme de mes envies. et si la seule alternative de perdre quelques kilos, sortir de la catégorie "obèse morbide", pouvoir remarcher très longtemps sans avoir mal à la cheville, pouvoir me sentir plus légère en faisant du sport, était de faire un régime?? je suis consciente que ma question est susceptible de provoquer des réactions on va dire assez "désagréables", je ne suis pas encore sure que je veux entendre ce que vous avez à me dire, mais je ne veux plus me cacher. il y a 2 jours, j'avais rencontré une assistante dans le cadre de quelques activités à la fac, on avait invités l'association dans laquelle elle travaillait pour le 8 mars, à un certain moment elle m'a dit le plus sèchement possible "tu dois faire un régime", je tenais un café dans la main que je voulais lui donner et je vous assure que je n'avais qu'une envie le lui verser dessus, mais à la place, j'ai explosée de rire, ne sachant plus par quoi commencer, c'est que je ne m'y attendais pas du tout, elle ne semblait pas accorder de l'importance à ça. elle m'a ensuite demandé si je faisais du sport, j'ai répondu que oui et elle a finit par dire que c'est bon c'était ça le plus important. déjà que je me sentais mal avant, elle en rajoute une couche. dans la soirée je regarde des photos prises pendant la journée et je ne vois pas ce que j'ai cru que j'étais mais plutot une jeune fille obèse en comparaisant aux brindilles qui me servent de camarades. et je continues à me demander si la seule solution de pouvoir perdre des kilos était la restriction. l'alternative du régime reste encore très présente au fond de moi et c'est très tentant de se dire qu'on va se priver et que après on va se maitriser pour ne pas reprendre. c'est comme si malgrès ce que je sais sur les régimes à répétition, malgrè ce que 'jai vécu à cause de ces régimes je continues tout de même à y croire. le plus important pour moi était de maitriser les compulsions, mais ce n'est pas si facile, on dirait que j'en ai besoin. ça me procure quand même un plaisir, c'est le cas de le dire, je me sens plus en sécurité. ça m'apaise. la question est: est ce que je veux réellement "guérir"??

je ne sais pas encore très précisémment ce que je veux réellement, dans tout mes projets futurs je me vois avec 50 kilos de moins. le fait de rester obèse ne figure pas dans mes plans. et pourtant je sais que je ne ferais jamais un 46 ou même un 48. je ne veux pas être mince, je veux juste être "ronde". ce n'est même pas ça, jusqu'à maintenant je préfère ne pas avoir ce que je veux parce que ça m'effraie. je ne veux pas avoir d'amis, je ne veux pas qu'un homme m'aime, je ne veux pas rentrer dans la vie professionnelle, j'ai peur ...

j'avais déjà essayé de faire une RA, retrouver un rythme normale était essentiel, mais ça n'a pas marché, ça m'a donné encore plus d'angoisses, je m'y prend peut être mal mais c'est comme si ma vie d'aujourd'hui me convenait, comme si dans mes compulsions et mes angoisses j'avais trouvé mon équilibre. je continues d'espérer..

désolée pour ce message, mais il fallait que je mettes pas écrit ce que je ressens car il me semble qu'à chaque fois que je commences à me sentir bien dans ma peau l'atterissage est encore plus dur. et je me retrouve encore plus enfoncée dans ma misère et ma dépression.

j'ai peur..
33 ans là bas, au loin 1705
simplement_lulu a écrit:
(..) il y a 2 jours, j'avais rencontré une assistante sociale dans le cadre de quelques activités à la fac, on avait invités l'association dans laquelle elle travaillait pour le 8 mars, à un certain moment (...)
56 ans 91 25732
simplement_lulu a écrit:
la question est: est ce que je veux réellement "guérir"??

....jusqu'à maintenant je préfère ne pas avoir ce que je veux parce que ça m'effraie. je ne veux pas avoir d'amis, je ne veux pas qu'un homme m'aime, je ne veux pas rentrer dans la vie professionnelle, j'ai peur ...

... il me semble qu'à chaque fois que je commences à me sentir bien dans ma peau l'atterissage est encore plus dur. et je me retrouve encore plus enfoncée dans ma misère et ma dépression.

...j'ai peur..


T'inquiète pas, on y passe toutes par ce doute sur les régimes tu sais. On ne sort pas d'années de dictature des régimes comme ça. ;)

Toutefois, je me suis permis d'extraire quelques mots de ton post.

Crois-tu vraiment qu'un régime puisse venir à bout de ta peur ?
25680
simplement_lulu a écrit:
le plus important pour moi était de maitriser les compulsions, mais ce n'est pas si facile, on dirait que j'en ai besoin. ça me procure quand même un plaisir, c'est le cas de le dire, je me sens plus en sécurité. ça m'apaise. la question est: est ce que je veux réellement "guérir"??


Bonsoir simplement_lulu,

J'ai une question à te poser.
Par quoi as-tu compensé - remplacer les compulsions à ce moment là ?
As-tu trouvé la cause de ton angoisse et des compulsions ?
Et surtout as-tu pensé à demander de l'aide ou un suivi IRL ?
45 ans ze youniverse 1623
Salut Lulu!

Tu sais ma belle, comme te l'a dit Patty, on a toutes à un moment ou un autre cette pensée qui ns traverse l'esprit... :roll:

Pas plus tard qu'aujourd'hui, en me promenant avec ma soeur, on est tombées devant une vitrine de...pharmacie. Et là, pas moins de 5 pubs pour des produits miracles -avec photos en gros plans de fesses parfaites (meri photoshop!) de ventres concaves, d'abdos d'acier- nous ont vendus les merites de la boisson drainante à la cerise et le gel à la caféine... :?
Et je me suis dis "Et merde, c'est déjà l'été?! Et je n'ai pas pu m'empêcher de penser à mon eternelle promenade ds les rayons femmes à la recherhe d'un T shirt feminin ms pas boudinant, à la perspective de l'etalage de chairs (ou de l'absence de chairs) qui n'allait pas tarder à arriver ds les rues de ma petite ville...
Mais un régime?Merci, ms non merci, je crois que j'ai assez donné comme ça...

Tu te sens un peu à cran en ce moment Lulu. Essaies de savoir ce qui cause cela plutôt que de te créer une nouvelle source d'angoisse en voulant te mettre au régime. Est ce l'arrivée des exams? Une fatigue? Essaies de trouver l'élément déclencheur de tt ça , à ton rythme pour le moment. Et n'oublies pas qu'on a ttes de moments de baisse de regime,tu n'es pas tte seule ;)
Gros bisous ;)
46 ans Paris 307
Salut Simplement_lulu,

Tu m'as devancée de quelques heures dans ce post ! J'allais écrire quasi la même chose. Je ne vais pas t'apporter de réponse mais juste témoigner pour qu'on se sente moins seules.

J'ai démissionné et je ne travaille plus depuis 3 semaines. J'ai attaqué la recherche d'emploi la semaine dernière, je dois avouer que je ne savais pas que ce serait compliqué de retrouver du travail. Je n'ai qu'un entretien de prévu. J'ai la trouille pour l'entretien, parce que pour l'instant ils m'ont juste parlé au téléphone, mais ils ne m'ont pas encore vue. Je flippe que mes 102 kilos et ma taille 50-52 ne leur fasse peur. J'espère que je me fais des films et que tout se passera bien.

Pour le poids, j'ai vraiment du mal, je n'arrive pas à comprendre comment je fonctionne et ce que je dois faire pour que ça aille mieux. Pour dire hier soir j'ai bu 4 tisanes laxatives (celles du Docteur Richter), et aujourd'hui j'ai été malade toute la journée, chié et vomi dès que j'avale quelque chose. J'avais décidé hier que je ne mangerai plus rien de toute ma vie. :evil:

J'avais vu une nutritionniste en fin d'année dernière et j'ai cru que je tenais le bon bout mais j'ai craqué au bout de 3 semaines. Je m'étais aussi lancée intensivement dans la natation en allant 3 fois par semaine à la piscine pendant 3/4 d'heure minimum et comme je n'ai vu aucun résultat sur ma balance qprès 1 mois et demi j'ai laissé tombé. Là, je ne sais plus quoi faire, c'est dans mon cerveau que ça se passe, ça me dit "mange, tu t'en fous !", sur le moment génial la bonne religieuse et l'éclair au chocolat mais quand je croise un beau regard et qu'il se détourne de moi, ouille ouille ouille bobo le coeur.

Pourtant dans ma tête je rêve que je suis une grande sportive, que je pratique le kung-fu, que je suis un canon, que je m'habille bien, que j'ai plein d'amis...

Je ne sais pas comment vivre ma vie en fait, je la rêve, ça doit être ça mon problème, ça reste à l'état de pensée "ah ce serait bien si...".

J'ai revu un copain que je n'avais pas vu depuis 2 ans et il m'a dit que s'il ne me connaissait pas il se serait dit que j'exagère (au niveau du poids), il m'a dit qu'il ne m'avait jamais vue dans cet état d'obésité avant. J'ai atteint un record et je flippe parce que la machine ne s'arrête pas. 102 kilos, jamais je n'aurais dit qu'un jour j'aurais fait ce poids là, c'est de la folie ! Du coup j'ai déprimé toute une journée dans mon lit, impossible d'en sortir, je n'avais plus envie de rien du tout (si, en fait j'en suis sortie par intermitance pour bouffer...).

Voilà, j'ai lancé ma bouteille aussi.

Comme toi je finis par me demander si un régime ne serait pas le mieux tout simplement, de me décider une bonne fois pour toute de manger ce qui est autorisé de manière équilibrée et sur du long terme sans jamais me peser. Faut que j'arrête de me "masturber" le cerveau et que j'agisse tout simplement, agir, faire, bouger, avoir un peu faim au début le temps que mon estomac rétrécisse, tenir, le faire pour moi uniquement.

Je me sens différente des autres et je marque cette différence par ma manière de manger aussi. Oui, moi j'ai le droit de manger deux pâtisseries tous les deux jours quand la fille qui est de taille normale en mange une tous les quinze jours. Pourquoi moi je mangerais plus que les autres et j'aurais quand même une taille standard ? C'est juste impossible.

Mon excuse du "je me sens vide", "j'ai un vide à combler", "c'est une pulsion, c'est incontrollable", faut arrêter tout simplement. On a tous un vide, la mamie de 70 ans que ses enfants ont abandonnée a un vide aussi, ce n'est pas pour ça qu'elle bouffe comme une truie.

Bon je m'arrête là, ou je vais devoir aller manger pour me calmer :lol:

Dites-moi si je suis dans l'erreur. Là, il fallait que ça sorte.
33 ans là bas, au loin 1705
merci à toutes pour vos réponses. ça me remonte le moral de savoir que c'est "normal" de douter ainsi. je réponds donc à vos questions:

Crois-tu vraiment qu'un régime puisse venir à bout de ta peur ?
je sais que non mais au fond de moi je continue d'espérer

Par quoi as-tu compensé - remplacer les compulsions à ce moment là ?
ben rien du tout, enfin si je me suis assomée de travail à la fac et pendant les week ends et mes moments de fatigue, je sortais parce que je ne "crise" QU'à la maison.

As-tu trouvé la cause de ton angoisse et des compulsions ?
absolument pas, j'ai plutot l'impression que ça va tellement bien que ça va mal, c'est bizarre ce sont juste des sensations, un profond sentiment de mal être inexpliqué, le sentiment de ne pas être à ma place, le sentiment que je devrais être quelque part d'autre, avec d'autres personnes. je me suis toujours sentie comme ça, à l'écart, mal aimée, en manque d'amour et d'affection, allant jusqu'à refuser les preuves d'amours qu'on me porte. c'est bizarre je sais, c'est contradictoire, les preuves d'affection me font peur, ça me fait sentir que je ne suis qu'un objet, que je suis "sale", .... c'est frustrant de ne pas pouvoir dire les choses comme je les sens vraiment. j'ai plutot l'impression que mes souvenirs sont ceux de quelqu'un d'autre, comme si je n'étais pas moi même durant tout le temps que j'ai passé, je ne me sens réelle que dans l'instant présent, je me sens moi même dans le futur... j'ai des angoisses depuis que je suis enfant, et je pleurais très souvent la nuit, je n'ai jamais vraiment connu un sommeil réparateur, et tout les soirs je suis prise d'angoisses.


Et surtout as-tu pensé à demander de l'aide ou un suivi IRL ?
non. je refuse l'idée de me faire aider car j'ai toujours estimé que je n'en ai pas besoin, que de toute façon mes problèmes ne sont pas si important pour que je daigne y prêter attention, qu'en plus je suis incapable de parler de moi.


Essaies de trouver l'élément déclencheur de tt ça
ça me rassure de me dire que ce n'est que le fruit de mes hormones,que je suis une éternelle dépressive, que je suis incapable de me sentir bien. ces quelques derniers jours, tout s'est mélangé dans ma tête, j'avais beaucoup de travail à fournir, je me sentais bien dans ce que je faisais, j'avais eu un succès fou auprès de la gent masculine, tout ceux que je croisais me disais que je paraissais extrêmement attirante, et pourtant je n'avais rien changé de spécial chez moi. je me souviens que BigBeauty m'avais dit que c'était surement parce que je faisais ce que j'aimais (dessin, travaux manuels, ...) et puis il y a cet ami que j'admire beaucoup, je ressens quelque chose pour lui, mais le plus dérangeant c'est qu'il a une petite amie et que c'est une des meilleures amies que je puisse avoir, c'est comme un sentiment de culpabilité mélangé à de la peur, enfin je sais pas, c'est comme si je me sentais soudainement mal sans savoir pourquoi, j'étais incapable de penser.

juste au moment de poster mon message 'jai vu qu'il y avais ta réponse georgesmichel, ton témoignage me touche, j'aurais pu écrire la même chose..chaque jour je prend la décision de ne plus manger, et tout de suite après je vois ce petit carré de chocolat, je me dis qu'un tout petit bout ne ferais rien de mal, et puis un deuxième, troisième jusqu'à ce que je me rendes compte que toute la tablette y est passé, et là je suis dégoutée par moi même car quelques secondes plus tôt je m'étais promis de résister. et puis j'ai déjà commis l'erreur de terminer la tablette, autant en reprendre.

mais mes crises ne sont plus aussi culpabilisantes que dans le passé, elles n'ont pas diminuées mais elles n'ont pas le même effet on va dire. et c'est là que je me sens le plus mal, le fait que je ne me sentes pas aussi coupable à chaque bouchée qu'avant voudrait dire que je n'ai pas ce petit déclic qui fait que je me rendes compte de la quantité ingérée. rien que cette semaine, j'ai dû passer 3 jours sans manger, comme ça, sans raison, je n'y pensais plus c'est tout.. je ne m'en suis rendue compte que quand au cours d'une de nos réunions pour le club à la fac, notre encadrant nous a amené un plateau de biscuits et du thé,au début ça allait, je me sentais normale, j'avais presque oublié mes problèmes avec la nourriture, et là j'ai eu cette boule à l'estomac, sans déclencheur, j'ai regardé le biscuit que je tenais entre mes doigt, j'ai regardé mes camarades, j'ai croisé mon reflet dans une des vitrines et là je me suis sentie fébrile, je me suis sentie parasite, je me suis demandé comment on pouvait m'aimer, si on m'aimait vraiment et là je me suis sentie de trop. le prof est venu pour voir où nous en étions dans la réunion, sa main m'a effleuré parce qu'il passait à côté, c'était limite crise de panique, j'étais clouée sur ma chaise, complétement paniquée. je ne sais pas pourquoi j'ai peur de choses aussi insignifiantes..

en tout cas merci à toutes
56 ans 91 25732
Vous avez déjà fait des régimes. Comment ça s'est passé pendant ? Et après ?

Qu'est ce qui fait que cette fois-là sera différente ?
33 ans là bas, au loin 1705
j'ai tellement fait de régime depuis mes 9 ans que j'ai l'impression que je ne vis que pour lutter contre mon poids. pas besoin de vous raconter comment ça été, on a presque tous connu plus ou moins la même histoire. ce qui me laisse penser que ça sera différent cette fois ci, c'est de se dire que cette fois on sera plus forte qu'avant, qu'on saura résister le moment venu..

chose que je me disais avant chaque tentative et pourtant je ne semble pas retenir la leçon :shock:
56 ans 91 25732
Oh si, je pense que tu retiens la leçon, mais tu espères que la prochaine fois sera différente... C'est humain. ;)

Par contre, es tu sûre de te battre contre le bon adversaire ? Ton problème est-il vraiment ton poids ?
33 ans là bas, au loin 1705
Patty a écrit:

Par contre, es tu sûre de te battre contre le bon adversaire ? Ton problème est-il vraiment ton poids ?


j'aimerais croire que oui, je suis lache de penser que c'est SUREMENT ça. puisque si ce n'est pas le cas, je devrais fournir un travail supplémentaire (douloureux?!) qui consisterais à gratter sous la carapce puor découvrir la source du problème. je ne veux pas prendre le risque de rendre le problème plus important. je sais oui je me mens à moi même mais de toute façon comme je suis presque sure que le problème du poids serait la plupart du temps omniprésent, je suis donc presque sure de ne pas avoir à penser à autre chose ^^
46 ans Paris 307
Je suis en train de regarder les RA sur le forum. Je pense que je vais opter pour ce "régime"-là cette fois-ci (en effet je ne sais pas si cette fois-ci sera la bonne).

En tout cas je suis colère-colère parce que ma santé commence à fatiguer : ligament du genoux qui fait mal au moindre effort, l'impression que j'ai un bleu au bras tellement la graisse compresse les tissus, transpiration exessive donc odeurs sous les bras... et le regard des autres qui en effet nous prive d'avoir envie (d'avoir des amis, d'avoir un amoureux...).

Citation:
je devrais fournir un travail supplémentaire (douloureux?!) qui consisterais à gratter sous la carapce puor découvrir la source du problème
: juste pour info, je gratte la carapace depuis une dizaine d'année, je souffre toujours de TCA. Ce n'est que mon humble avis.
38 ans Orléans 852
Citation:

j'aimerais croire que oui, je suis lache de penser que c'est SUREMENT ça. puisque si ce n'est pas le cas, je devrais fournir un travail supplémentaire (douloureux?!) qui consisterais à gratter sous la carapce puor découvrir la source du problème. je ne veux pas prendre le risque de rendre le problème plus important. je sais oui je me mens à moi même mais de toute façon comme je suis presque sure que le problème du poids serait la plupart du temps omniprésent, je suis donc presque sure de ne pas avoir à penser à autre chose ^^


j ai l impression que tu sais qu il y a un autre probleme (sous la carapace comme tu dis ) et que faire un régime te permettra de focaliser toute ton attention sur le probleme du poids

je crois au contraire que si tu affrontes et que tu comprends quel est le probleme qui se cache en toi ,celui du poids se reglera d autant mieux
;) ;) ;) ;) ;) ;)

courage ,la route est longue mais elle vaut la peine ...
33 ans là bas, au loin 1705
je sais que la route en vaut la peine, mais je ne suis pas sure que je puisse avoir assez de force d'aller jusqu'au bout. un jour peut être...

merci
54 ans 671
Il y a deux jours j'ai fait ce rêve étrange : j'avais faim et on me donnait une grosse boîte de barres aux céréales avec un joli packaging.
En regardant un peu mieux j'ai vu que c'était des barres protéinées, du type de celles que j'ai ingurgitées tant de fois dans ma vie pour "maigrir en mangeant"... :roll:

Dans mon rêve j'ai commencé à peser le pour et le contre, à calculer pour combien de jours j'en avais avec cette boîte et combien de kilos j'allais pouvoir perdre "facilement" et "vite"... :roll:

Et puis je me suis souvenue du nombre de kilos que j'avais perdus aussi "facilement" et aussi "vite" dans ma vie, que j'avais tous repris avec du surplus...
Et puis je me suis souvenue que si tout était à refaire, si j'avais... deux dizaines d'années de moins par exemple... je ne referais jamais la même chose !!! Je resterais avec mes jolis kilos en trop, j'apprendrais à vivre avec, à être belle avec, à être bien avec, bref, toutes ces choses que je fais aujourd'hui avec les kilos gagnés depuis.

Attention Lulu : un régime de plus ou de moins, ça fait une vraie différence !
Cela se compte en nombre de kilos perdus qui seront repris avec un super bonus, et avec un organisme d'autant plus perturbé dans la reconnaissance de ses sensations alimentaires.

NON AU REGIME ! :idea:
B I U


Discussions liées