MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

la nourriture...ma seule amie

Z
35 ans corse 164
je ne sais par ou commencer... C'est le première fois que j'écris sur un forum à propos de mon problème et je ne sais comment l'exprimer. J'ai 21ans et voila  
4 ans que j'ai quitté ma ville natale, ma famille, mes amis ma vie quoi pour faire mes études, et voila quatres ans que je vis avec des troubles alimentaires. Durant ces années j'ai de nouveau changé 4 fois de régions tjs pour mes études, je ne construit de vie nulle part, je ne construit de relation nulle part. Je n'arrive plus à aimer je n'arrive plus a faire confiance de peur de perdre a nouveau tout ce que je pourrais construire. c est triste a dire mais ma seule amie fidèle la seule qui me soutiens me redonne le moral et surtout est toujours présente quand j'ai besoin c'est la nourriture. alors je mange...encore et encore...je comble mon vide affectif ...10kg supplémentaire chaque année quand cela va t il césser? j'en ai essayer de choses, mais rien ne fonctionne. Et le pire de tout c est que mes études me plaisent je n'arrêterai pour rien au monde. Alors ou est la solution? si il y en a une... :cry:
42 ans ici et ailleurs 4571
ma grande, je vais te donner un conseil tres bete que j'ai mis 6 ans à appliquer (et crois moi j'en ai pris du poids entre temps)
va voir un psy! cherche un cmp pres de chez toi (c'est gratuit et ouvert à tous) tu trouveras peut etre le moyen de vider ton sac. certains psy sont specialisés en tca, tu en trouveras peut etre un aussi

accroche toi!
Z
35 ans corse 164
j'en ai vu 4 des psy, pratiquement un par région !!! Je crois que le résumé de mes visites pourraient tenir en une phrase : "vous êtes consciente de votre problème, très lucide sur leurs causes et leurs origines, maintenant il faut vous en sortir" merci au revoir !!!! voila voila...
42 ans Bordeaux 311
Et un thérapeute comportementaliste?
Z
35 ans corse 164
j ai vu deux psychologues dont un spécialiste des TCA et deux psychiatre. Mais c'est dur d'en trouver un bien deux d entre eux avant même de m'avoir écouté m'avait déja fait une liste de coupes faims et d'antidépresseurs et j'ai la faiblesse de croire ou du moins d'espérer que je peux m'en sortir sans ça !
36 ans 288
Accepter que l'on n'y comprend rien, je crois que c'est déjà un petit pas... Ou même un grand. Enfin pour ma part en tout cas, ça m'aide... Accepter que l'on est dans le flou, mais ne pas chercher le pourquoi du comment. Ce n'est pas facile, pour moi c'est un réflexe, mais ça fait sans doute partie du lâcher prise.
C'est ma psy qui m'a dit cela, en comparant ma situation à celle d'un alcoolique. Ma situation n'est pas comme la tienne, moi j'ai du mal avec mes études et mon avenir, mais une chose est sûre, ces troubles du comportement alimentaire ne m'aident en rien. Cela dit, le coup de la perte des repères, de déconstruire ce que l'on a construit, me parle beaucoup car j'ai vécu une situation similaire il y a un an et j'en ai gardé cette façon de m'alimenter complètement anarchoque et malsaine (oups, anarchique bien sûr... un lapsus? :D ). Alors accepter que de ce côté-là, on ne peut pas faire grand chose, c'est sans doute un pas pour voir ce que ça cache. Mais c'est difficile. Peut-être que ça le serait moins pour toi que pour moi... Mais un soutien psychologique, oui, c'est sans doute appréciable... Très bon courage en tout cas!
Z
35 ans corse 164
je suis consciente que ces crises sont impossible a maitriser, que c'est plus fort que moi mais je ne peux me resoudre a croire que ce sera indéfiniment le cas. je veux surpasser ca des epreuves douloureuses j en ai eut dans ma vie et j en aurai d'autre et manger n'est pas une solution il faut que je m'en sorte ne serait ce que pour retrouver un minimum d'estime pour moi même et pour pouvoir enfin construire une vie. Parce que ce surpoid et ces crises m'empeche de vivre. Que peut on réaliser au cours de sa vie, comment peux t on envisager des relations amoureuses ou amicales si on ne se supporte pas soi même?
36 ans 288
Oui oui ben oui justement, c'est bien le cas pour moi aussi, mais justement, si dans un premier temps tu acceptes le fait que pour le moment, tu ne te supportes pas, sans pour autant de taper dessus, peut-être que tu pourras te poser un tout petit peu et te tourner spontanément vers autre chose que la nourriture... Et donc retrouver un peu de motivation pour faire face à la situation en question, autrement qu'en mangeant, ce qui est exaspérant, je suis la première à me mordre les doigts!
Z
35 ans corse 164
j'ai acceper le fait de ne pas me supporter ca fait des années que ca dure alors je m y suis faite. Aujourd'hui je ne sors plus en boite je me suis habituée au célibat et à la solitude aussi parce que quoi qu'en en dise ca bouffe la vie les TCA et ca rend solitaire : ne pouvoir faire ses crises que quand on est seule, ne plus se supporter, ne plus supporter le regard des autres avec le temps je me suis renfermé. pas en apparence mais a l'intèrieur. Et malgré le fait que j ai accepter tout ca ou du moins je m y suis habituée les choses n'évoluent pas...
36 ans 288
Je ne sais pas trop... Je ne suis pas encore assez avancée dans mes tentatives pour détourner mon attention de la nourriture. Mais évite de t'enfoncer dans ce cercle vicieux. Ce n'est pas parce que tu grossis que tu n'as pas le droit de vivre. Bien au contraire. Eviter de se punir et essayer de se récompenser en réussissant des choses qui nous plaisent d'habitude. Moi aussi je me suis renfermée de l'intérieur. Ca ne se voit pas de l'extérieur, à part avec ma prise de poids. Mais sinon, je suis un mur. Les gens me parlent mais je ne suis pas vraiment en communication. Je crois que tous les moyens sont bons pour en sortir: écouter la radio, lire une revue je ne sais quoi, pour réamorcer l'envie de vivre... et pouvoir enfin partager d'autres choses que son vide intérieur. Je dis ça sans être sûre, sans trop savoir, mais j'y crois.
Z
35 ans corse 164
oui je sais bien qu'il faudrait vivre plutot que de mourir de l'intèrieur et en apparence c'est ce que je fais. je suis communicative, généreuse et en apparence très vivante. Mais ce n'est qu'une apparence. de nombreuses personnes me considèrent comme leur ami et je n'arrive pas à en faire de même. Oh je donne beacoup ça oui probablement que penser aux autres me permet de m'oublier un peu mais je n'arrive pas à m'attacher, a avoir des sentiments. mon rapport aux autres est probablement le même que mon rapport à la nourriture : sur le moment je suis bien et j'apprécie mais après y'a plus rien. j'aimerai tellement pouvoir aimé à nouveau mais pourquoi est ce si dur? et pourquoi je ne peux avoir des rapports simples avec ce qui m'entoure : nourriture et individus? un lien est il a faire?
X
70 ans 1
bonjour , je suis nouvelle sur le forum et il m'arrive la même chose que toi ... depuis octobre 2005, de nombreux stress du à différents problêmes , + 2décès en l'espace d'une semaine au mois de juin 2006 et un déménagement fin juin , ce qui m'a fait quitté tous mes amis...j'ai pris 10 kilos...
je n'arrive pas à m'habituer là ou je vis , je ne me sens pas bien moralement , et quand je m'ennuis ou que ça va vraiment pas , je mange tout ce qui me tombe sous la main (je culpabilise après mais je ne fais pas vomir ou quoi)!
je suis allée voir le docteur aujourd'hui car j'ai la gastro et je lui en ai parlé , il m'a donc fait une lettre pour aller voir un endocrynologue ...
je vais aussi aller voir un psy mais c'est pas sur , car je n'ai pas envi...
voilà , j'espère que tu t'en sortiras et que moi aussi
Z
35 ans corse 164
avant toute chose c'est tres bien de te prendre en main rapidement. Si tu a pris 10kg c'est une certain poids mais c'est pas encore catasrophique (ce qui est mon cas par contre!) Je comprends ce que tu ressens pour le déménagement et je comprends également que tu aies du mal a t'habituer à ta nouvelle région. Je ne vais pas te sortir le couplet du tu es jeune tu vas t en sortir te faire des amis je crois que chacun réagis a sa manière mais j'espère pour toi que ce sera le cas (y a pas de raison que ce ne le soit pas!) pour ce qui est du psy tu sais il ne faut pas se fier au préjugé vas y au moins une fois d'abord pour voir et réitérer ou non l'expèrience mais au moins en connaissance de cause et ensuite je t assure que quand tu t enfonce dans ces problèmes t as besoin de croire ou de te prouver que tu fais le plus de choses possibles pour t en sortir. et un psy est une bonne solution pour de nombreuses personnes. pour me convaincre au début d y aller je me disais que je ne le fesais pas pour moi mais pour ma famille. mes parents souffre autant que moi de mon problème et c'est ce qui me mine le plus. reconstruire sa vie est difficile, depuis 4 ans j ai déménager 4 fois et je n'ai pas encore réussi a reconstruire je te souhaite d'y arriver mieux que moi !
B I U