MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

J'ai été violée il y a 8 ans, et je rejette mon corps .....

L
40 ans Paris 3
J'ai préféré utiliser un nouveau pseudonyme pour vous parler, car je ne suis pas capable d'assumer véritablement ce que j'ai pourtant besoin de dire.
Il y a 8 ans, j'avais 17  
ans, j'étais amoureuse, enfin comme on peut l'être quand on a 17 ans, je rêvais éveillée. Il en avait 23, beau comme un ange, charmant, c'est avec lui que je fis pour la première fois l'amour. Un jour il a subitement arrêté de me donner des nouvelles, je l'ai alors harcelé d'appels et messages, jusqu'à ce que finalement il daigne me rappeler pour me dire qu'il ne savait plus trop ou il en était, qu'il voulait cependant me voir une dernière fois pour qu'on en parle. Je suis allée le voir, en pleine nuit, j'étais à sa porte vers une heure du matin, ses parents étaient en déplacement, il m'a fait aller dans sa chambre. Là il a voulu m'embrasser, j'ai refusé, j'étais en colère qu'il m'ai laissé sans nouvelles et me fasse ainsi venir aussi tard, il était le "premier", le savait, je n'voulais pas être traitée ainsi, même si ça ne faisait que 3 mois que nous étions ensemble.

Il a commencé à me caresser, je le repoussais en disant que je n'avais pas envie, il m'a giflée, je suis restée paralysée. Ce n'était pas possible, pas lui... Il m'a ordonné de me deshabiller, ce n'était plus lui, j'avais peur, j'étais seule, il m'avait fait mal...il m'a finalement deshabillée, violemment, puis il m'a prise de force, violemment, me faisant mal. J'ai essayé de le repousser, mais c'est comme si je n'avais alors plus aucune force dans mes bras, dans mon corps.
Je lui disait d'arrêter...mais je n'arrivais pas vraiment à le repousser.
J'ai aujourd'hui l'impression de m'être laissée violée, je m'en déteste...j'aurais pu le repousser, essayer plus fortement, je ne comprends pas pourquoi je n'en ai pas eu la force.

Le pire...je suis restée ensuite, pétrifiée, sur le lit. J'ai honte de le dire, je me suis endormie, à côté de lui. Merde, est-ce normal? J'avais peur, j'avais dit non, il m'avait fait mal, mais je me suis endormie, n'ai pas réussi à vraiment me débattre...Pourquoi ai-je été si...faible?
À mon réveil je suis descendue, il était dans le salon, s'est tenu éloigné de moi, à l'autre bout de la pièce. Il m'a demandé si j'allais faire un scandale ou casser quelque chose, je me souviens avoir trouvé stupide, immature, qu'il me demande cela ainsi, comme un enfant se rendant compte qu'il a peut-être fait une connerie...Je suis restée là, hébétée...je lui ai dit que non, en baissant les yeux.
Il m'a alors dit quelque chose qui allait je crois me marquer pour toute la vie...qu'il était "désolé" mais avait eu besoin de faire cela afin de savoir si il m'aimait encore. J'ai levé les yeux sur lui, pleins de larmes. Il a alors continué, le plus naturellement du monde, me disant qu'il était désormais certain de ne plus être aoureux de moi, mais que par contre il désirait toujours mon corps, donc que si j'étais d'accord on pouvait rester amants...
Je n'ai pas répondu, je suis sortie.

Ce jour là, j'ai eu une réaction bizarre, j'ai comme enfoui ce qui venait de se passer, décidé de le néantiser. Pendant toute la journée, j'ai fait du stop, au hasard, me faisant prendre en voiture par des inconnus, m'inventant des histoires, jusqu'à rentrer le soir chez moi.
Je suis devenue une autre.

Je ne sais pas si je suis depuis jamais redevenue moi-même...

J'étais déjà un peu ronde, un peu plus d'1m75, pour 90kg je dirais... 5 ans plus tards j'en faisais plus de 150, je crois qu'inconsciemment j'avais déformé ce corps au possible pour que plus jamais personne ne le désire, que plus personne ne me fasse ça, que l'on m'aime sans me désirer...Si le premier homme de ma vie avait été capable de cela, je ne laisserais plus aucun autre me faire autant de mal, ni en avoir "envie"...

Paradoxalement, parallèllement au fait de grossir, j'ai multiplié les aventures d'un soir ou d'une semaine. À la fois je déformais ce corps pour ne plus être désirée, mais en même temps je faisais tout pour provoquer, pour attirer, usant de grands décolletés, sortant énormément, ne recherchant surtout aucun lendemain ni aucune attache...Mais sans être une "fille facile" pour autant, il me fallait mettre toujours la barre assez haute à mes yeux, que les hommes soient mignons, qu'ils plaisent surtout à d'autres filles, qu'ils aient du succès...J'ai été une vraie garce...Une garce monstrueusement énorme. Je me suis tuée physiquement, mais aussi dans le regard et l'estime que je pouvais avoir de moi-même.

En dehors de tout cela ma vie, mes études, etc...se sont déroulées normalement. Mais ma relation aux hommes est toujours resté dans ce schémas anormal du "il ne faut pas que tu désires ce corps"-"il faut que tu me désires", je me dissociais...je ne sais pas comment l'expliquer.
J'ai aussi beaucoup bu, souvent trop, beaucoup fumé, de tout, usé occasionnellementt de certaines drogues...

Pourtant quand on me voit je suis souriante, j'ai l'air d'assumer mon corps, je suis ouverte, je croque la vie...Mais je hurle intérieurement, c'est comme si j'avais envie d'attraper mon corps à pleines mains et de le déchiqueter, je le hais...je le hais car le 1er à qui je l'ai donné fut aussi celui qui l'a forcé, qui l'a sali...
Et tout ce que j'ai fait pas la suite, tous ces hommes...et tous ceux à qui j'ai pu aussi faire du mal, car on fait forcément du mal à certaines personnes en se comportant ainsi...j'y pense, chaque miroir me le rappelle...

Je n'ai jamais réussi à en parler à quiconque, pourtant j'ai essayé...je vous assure...J'ai tout devant moi, tant de choses à saisir dans la vie, mais ça me ronge, m'empêche d'accepter ce corps que je martyrise, que je garde déformé, que je remplis, que je ne veux pas voir désiré... Quand un homme s'attache à moi, un peu trop, je le fais fuir, ou le quitte, car je n'accepte pas, je n'y crois pas. Même le dernier, que j'aimais, que j'ai honteusement trompé pourtant car je devais me salir, je devais assouvir les envies de mon corps...je l'ai trompé alors que je l'aimais, mais je n'en pouvais plus de son amour, et de son regard sur moi-même, je ne pouvais accepter qu'il m'accepte, physiquement...Je ne le lui ai pas dit, je ne peux pas, j'ai essayé...

Je ne sais plus ou j'en suis, ai l'impression que je me gâche, que j'éloigne ceux qui pourraient m'aider, ai fait du mal à tant de personnes, ai donné une si fausse image de moi...quoique non, c'est moi...mais je ne sais l'accepter...

Je suis hantée depuis 8 ans par tout cela, je le porte en moi, et c'est lourd, trop lourd, j'ai peur de craquer et je ne sais plus comment faire, je ne sais plus que faire. J'ai peur de ne jamais parvenir à être moi, à me réconcilier avec celle que je suis, ou que j'étais avant.
48 ans paris cherche gens serieux 25
je lu ton temoignage et j'en suis boulerve
mais sache qu'il nous faux pas avoir honte de ceq u'il est arrivee
les hommes sui font cela c'est des ordures moi j'ai connu aussi cette terrible epreuve et tu sais je comprends ton mal etre j'ai ete mal pendant une longue peroide ma vie
sans que ma famille mes amis sache,d'ailleurs a l'ehure actuelle meme si j'ai completement reappris a ssumer mon corps mon entourage ne sais toujours pas car je ne veux pas que mes proches se sentent mal vis a vis de cela alors j'ai tourner la page mais il faudra du temps pour que toi aussi tu la tourne moi je te conseille d'en parler a un medecin par forcement un spy mais un medecin ou tu te sent bien pour parler et lui te conseilleras ce qu'il peux t'aider
moi j'aurais du faire cela avant mais j'ai fais la fiere de pouvoir assumer ce qui ma causer plusieurs de pression voir hospitalisation mais j'en men suis sorti avec le sport et ensuite je suis allee voir un medecin qui ma conseiller
mon histoire et un peu simillaire moi c'etait ma premiere fois avec un mec que j'aimais et je n'avais pas eu encore de relation sexuelle avec lui
et un jour il est rentre bouree et malheureusement arrivas ce qui arrivas mais le pire dans l'histoire c'est que plsutard j'ai appris qu'une copine proche etait au courant qui mavait violer car ce soir la elle l'avait croiser et qui lui aurais dit je vais ma la faire et qu'elle na rien empeche
il ma frappait,violer,insulter et elle etait au courant
ce temoignage ne t'apporteras peux etre pas le fait que tu te sente mieux mais sache que comme meme il faudrais que tu aille voir un medecin et si tu veux en parler contacte moi en pv et je te laisserai mon adresse msn si tu veux que je t'aide bon courage et dis toi surtout que cen'est pas une honte de le dire au grand jour mais cela avec le temps tu le feras j'en suis suis bon courage chris
34 ans 92 / 69 5897
Mouai... tu as pas bcp changer de psueod hein...

Lost in translation

:roll:

Bref, passons....
34 ans 92 / 69 5897
excuse moi je me suis trompée de post..(donc vraiment désolée...

ton histoire m'a bouleversée, je reviendrai plus tard....

là je ne trouve pas les mots justes...
36 ans marseille 2582
coucou lost in translation
ce que tu as écrit est vraiment bouleversant, j'ai envie de prendre ce mec par les testicules et de lui tordre dans tous les sens qusqu'à ce qu'il pleure sa mère :evil:

Non sérieusement, tu as déjà fait le premier pas en venant nous raconter ton histoire, j'espère que les messages qu'on te laisse t'aident à te reconstruire un peu ;)

Je ne sais pas si tu le sais mais vu que tu étais mineure lors du viol, la prescription (la date limite pour porter plainte) est de 20 ans aprés le viol. Si tu avais été majeure ca aurait été de 10 ans. En gros il te reste 12 ans pour porter plainte contre cette ignoble créature. Tu as donc le temps de faire un travail sur toi meme et plus tard, si tu t'en sens le courage, d'aller porter plainte. Car c'ets la seule chose que cet homme mérite!

Tu te rend compte? il t'a traitée comme un morceau de viande!!! Je trouve ca inadmissible! Tu devrai peut etre comme on te l'a déjà conseillé aller voir un spécialiste des abus sexuels (psychiatre) et en parler ça pourrait t'aider je pense (dommage que tu ne sois pas sur marseille j'en connait un excellent ;) )

Je te souhaite beaucoup de courage pour surmonter cette épreuve mais il faut que tu le fasse!!!! Tu ne va pas gacher ta vie pour ce monstre! C'est TA vie on n'en a qu'une alors profites-en! C'est lui qui doit payer et pas toi! :evil:
46 ans eure 977
fannydusud a écrit:


Tu te rend compte? il t'a traitée comme un morceau de viande!!! Je trouve ca inadmissible! Tu devrai peut etre comme on te l'a déjà conseillé aller voir un spécialiste des abus sexuels (psychiatre) et en parler ça pourrait t'aider je pense (dommage que tu ne sois pas sur marseille j'en connait un excellent ;) )



ça c'est clair, mais crois moi c'est très difficile d'admettre ça et encore plus d'en parler!
parce que souvent, les victimes culpabilisent en se disant j'aurais du avoir la force de dire non!!!!
bon courage à toi lost in translation je pense d'ailleur que ce pseudo n'a pas été choisi au hasard.... je me trompe?

bizzzz
54 ans 28 et 07 1257
salut à toi,

Ton témoignage est bouleversant...C'est difficile de te répondre :?

Enfin, le seule chose à laquelle je pense est que tu aurais besoin de tout raconter à qqn qui t'écoute, sans te juger, qqn qui puisse t'aider, à un (ou une) psy.

Courage.
L
40 ans Paris 3
Tout d'abord je voudrais m'excuser pour ce pseudo, je ne savais pas qu'il y avait eu une "Lost-In-Translation" sur ce forum, merci à Zenobi de me l'avoir dit en privé...
J'ai juste utilisé ce pseudo car il illustrait bien la difficulté que j'avais à traduire ce que je voulais dire, ce que je ressens, ainsi que la difficulté à aller de l'avant, ou même espérer un jour pouvoir le faire...

Merci pour vos messages en tous cas, ici ou en privé.
Pour répondre à fanny, oui, je sais qu'il n'y a pas "prescription", malheureusement je n'ai aucune preuve, personne ne l'a su, personne ne m'a vue, je n'ai rien...et je ne l'ai pas repoussé plus que ça, j'aurais pu me débattre véritablement, parfois j'imagine que j'aurais pu le mordre, le frapper ça et là, hurler à la mort pour alerter des voisins, etc...et je me hais d'avoir paniqué, d'avoir eu peur, de l'avoir laissé...je ne comprends pas pourquoi je n'ai pas trouvé de force, j'ai l'impression...de l'avoir laissé me violer.
C'est horrible de m'apercevoir de ce que je viens d'écrire,le "schéma classique" de la victime qui culpabilise, mais pourtant je reste persuadée au fond de moi que j'aurais pu éviter cela, pourquoi n'en ai-je pas été capable?
Mais aujourd'hui, je me suis tellement salie, perdue dans de trop nombreux bras, comme pour me prouver que, je ne sais pas trop quoi au juste...j'ai dit que je voulais me prouver que je pouvais seduire, attirer, sans qu'on désire mon corps, mais ne suis-je pas en train de faire une sorte de transfer de lui à moi: il m'avait dit ne plus m'aimer mais vouloir toujours de moi physiquement, qu'il avait eu besoin de me "prendre" pour réaliser cela... est-ce que je suis devenue ce même monstre, est-ce que moi aussi j'ai besoin de faire l'amour ou "baiser" pour savoir mes sentiments, et surtout au final mes relations ne se résument elles pas à un désir physique dépourvu de sentiments: j'obtiens aujourd'hui des hommes ce qu'il a voulu obtenir ce moi, ce pour quoi il m'avait fait ça...Il a fait de moi ce qu'il a été ce jour là?
Et mon corps, j'ai l'impression qu'il l'a façonné, comme tout cela est parti de là...je le hais )ce corps) d'autant plus...

Je ne comprends pas pourquoi je n'arrive pas à me détacher de tout cela, ça fait plus de 8 ans...
J'ai essayé d'aller voir des psychiatre ou psychologues comme beaucoup l'ont dit, mais jamais je n'ai réussi à en parler, ça se bloque dans ma gorge, je parle d'autre chose, je ne peux pas. J'ai peur qu'on me juge comme "faible" aussi, je ne veux pas de regard de pitié dans les yeux des autres, je ne veux pas être celle dont on a pitié alors que j'ai toujours la tête haute, sourire aus lèvres et que je réussis plutôt bien...en dehors de ça.
Si je venais à en parler à quelqu'un véritablement, alors il y aurait une faille dans l'image que je donne à autrui, tout risquerais de s'effondrer, quelqu'un me verrait comme faible, pitoyable, comme...quelqu'un qui s'est laissé faire, et je ne veux pas être vue ainsi, si je ne garde pas tout cela enfoui, j'ai peur que ça me détruise totalement...J'ai peur de moi...je crois que c'est ça, j'ai peur de qui je suis devenue...
36 ans marseille 2582
tu peux en parler à un psy, il ne te rabaissera pas, il est là pour soigner les gens. Parce que le fait d'avoir ce traumatisme mental à l'intérieur de toi peut provoquer pleins de problemes de santé que tu n'aurai pas si tu n'avais pas été traumatisée...

Je sais que c'ets dur et que tu culpabilise mais c'est TOI la victime, et c'est TOI qui a été violée!!! Ce n'est pas parce que c'était ton copain à l'époque qu'il ne t'a pas violée et ce n'est pas parce que tu ne t'es pas défendue comme tu l'aurai voulue que c'est ta faute!
Sur le coup tu as du surement etre tellement surprise, que tu n'a pas réalisé et pas compris la gravité de ses actes! et bien sur tu n'as pas eu le déclic suffisant pour te défendre à ce moment là, maintenant avec le recul, tu te rend compte de ce qui s'est passé et ca doit etre dur :cry:
Mais courage, ne te laisse pas abattre, essaye de te reconstruire, ca en vaut le coup! Des hommes il y en a des mauvais et bien sur des bons comme pour les femmes, je suis sure qu'un jour un homme comprendra ce qui t'es arrivé et aura la patience de faire remonter ton estime de toi meme (si tu ne l'a pas déjà fait avant ;) )
39 ans paris 348
Ton histoire m'a bouleversée!
Je pense que c'est important que tu en parles à quelqu'un afin de t'accepter et te reconstruire!
Mais je me doute bien que c'est plus facile à dire qu'à faire...
Néanmoins, j'ai eu une idée (et oui, des fois, ça m'arrive!), tu peux imprimer les messages que tu as écrits ici même et les amener avec toi, ils expriment bien ta situation et ton ressenti puisque tu n'arrives pas à en parler mais que tu l'écris tellement bien! ça sera un bon début et un support de travail pour toi et pour que ton thérapeute évalue ta situation.
Courage, je suis de tout coeur avec toi, donne-nous de tes nouvelles!
46 ans 128
Bonjour lost in translation, et je salue ton courage , d'avoir ecrit tout ce que tu as ecris.

C'est déja un enorme premier pas et très important, j'espère que cela ne sera pas le dernier.

Comme l'a dit plusieurs personnes, tu peux aller voir psy, si tu en as les moyens,je te conseillerais d'aller en voir un specialisé dans les agressions sexuels.

Ensuite, je dirais, que du moment ou tu ne voulais pas ce rapport et que tu l'as signifié , alors c un viol et que tu n'as rien a te repprocher, dans ses situations la, on est paralyse, par la peur, le choc, on ne comprend pas ce qui se passe, c tres facile de dire, j'aurais pu me defendre, me battre, le mordre etc mais en situation reelle , surtout quand en plus c quelqu'un de proche que l'on aime ou a aime, c'est carrement impossible

On est sous le choc, on craint pour sa vie, tun'as rien a te repprocher la dessus, par contre lui c un salaud de la pire espece, qui ne t'as aucun moment respecte , un etre faible qui a use de violence pour obtenir ce qu'il voulait, un lache en plus, c un moins que rien!

je pense que c une reaction normale apres un tel evenement de vouloir consciemment inconsciemment deformé son corps, c'est une protection.

Tout ce que tu decris, sont des "symptomes" post traumatique, ca peut faire un peu peur de dire ca, mais ce n'est pas ta personnalité, mais les consequences dues a se viol, je dis symptomes car si tu cherches un peu dans les conséquences suite a des agressions sexuelles et bien tout ce que tu fais se trouve lister la.

pour ma part j'ai ete victime d'inceste, et ce que je croyais etre devenue ma personnalité, ne l'etait pas du tout, c'etait etrange de voir ainsi inscrit noir sur blanc, ce qu'on croyait etre ses traits de caracteres, alors que ce n'etaient que des " symptomes" du au consequences du viol.

c'est pourquoi il est recommandé d'aller voir un psy, pour separer ceux ci et redecouvrir ton veritable toi car pour l'instant ce n'est pas clair, il faut traiter les symptomes, et faire ressurgir ta personne de ce drame.

bon courage, ce n'est pas facile

vero
42 ans Bordeaux 311
Mysteriousskin a raison: du moment que c'est non, c'est non! Tu peux avoir pensé, fait ce que tu veux avant, pendant, après, si tu ne voulais pas et que tu l'as exprimé de quelque manière que ce soit, c'est un viol et tu n'as aucune responsabilité là dedans.

Ensuite, tu peux dans un premier temps aller voir effectivement qq1 spécialisé dans ce type de situation après avoir imprimé cette discussion qui reflète bien ce qui se passe dans ta tête en ce moment. Tu laisses la personne lire et voilà c'est tout.

Tu peux ensuite porter plainte car même si ça n'aboutit à rien, le geste comptera plus que tout j'en suis sûre. D'autant plus que maintenant, les gens qui recueilleront ton histoire sont bien mieux formés et sensibles à ces problèmes.

Je ne pense pas que tu t'en sortes sans aide extérieur (à moins de rencontrer le prince "charmant" et encore...) mais je suis sûre que tu as le courage en toi pour faire qq démarches pour sortir de là où ce salaud t'a mise.

En tout cas nous nous serons toujours là.
S
37 ans Metz 41
Coucou toi!

Je suis de tout coeur avec toi et je voulais te témoigner mon soutien...

Comme le disent certaines personnes dans leurs messages tu devrais peut être tenter de dénoncer ce monstre à la police...tu as peur qu'on ne te crois pas c'est normal mais cela te fera du bien.

Que cette démarche aboutisse ou non elle te permettra surement de te respecter!

De plus apprend à te pardonner! Tu n'es responsable de rien, ce qui t'arrive est injuste et douloureux mais surtout n'en rajoute pas plus à ta douleur en te blamant...

Beaucoup de gens te soutiennent et moi avec :D
Bon courage!
59 ans Vert St Denis 77 321
Un témoignage poignant et bouleversant...

Tous les conseils ont été donnés.... ta culpabilité doit cesser elle n'aurait jamais du commencer d'ailleurs : tu as dit NON et c'est clair !

fais toi aider par des personnes compétentes et qui savent maintenant gérer ces situations traumatisantes.... heureusement des progrès ont été faits pour reconnaître enfin le viol comme une ignominie sans nom... et des strutures et associations font légion...contactes les.

Et je ++++ les vlr : porte plainte ! c'est important pour faire un deuil de cette saleté qui te pourrit la vie.... car il s'agit bien de faire un deuil ma belle.... ni plus ni moins... un deuil de cette période sombre... Seul le deuil te permettra - sinon de pardonner - au moins de recommencer une vie nouvelle ! alors saisis la justice ! fais- le !

Et reviens nous en parler tant que tu veux...
je t'envoie plein de bonnes ondes positives pour l'avenir ! cette démarche de t'ouvrir à nous est le début d'une guérison... tu verras !
L
40 ans Paris 3
Merci à toutes pour vos messages...je vais essayer de faire un pas en avant, peut-être imprimer comme certaines l'ont conseiller...
Par contre porter plainte, malheureusement je ne pourrai jamais, aucune preuve et...je ne pourrais pas le revoir...

Merci encore, et à celles qui m'ont écrit en privé aussi, ça fait du bien de se sentir moins seule, même si c'est dans l'anonymat, ça fait tellement de bien...

Merci
B I U


Discussions liées