MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les parents et l'image de soi

R
45 ans ...in my mind.... 351
Bonjour dominical,


Ma "chère" mère a réussi à me pourrir mon dimanche, avec une de ses reflexions qui ont le don de m'agacer. D'autrant plus qu'elle fait partie des gens qui  
sont sûrs et certains d'avoir toujours raison.
Alors, certes, je suis une grande fille (hum). Sauf que son mode de fonctionnemment a bousillé toute ma jeunesse, en sapant ma propre estime. En effet, quoique je fasse (avec mon corps...ceci dit, cela vaut pour le reste aussi), il y aura toujours un "mais..." suivi d'une critique qui se veut pour mon "bien"...comme aujourd'hui...sur ma coloration de cheveux.:bad-words:
Et autant je suis exaspérée à cause de ma mère (ms j'ai bien compris qu'on ne la changera jamais...), autant j'aimerais arriver à ne plus (sur)réagir à ses commentaires.

De fait, ma mère m'a (implicitement) inculquée la culpabilité d'être belle. Honnis soient le narcissime et le matérialisme ! Ainsi, cause de l'éducation que j'ai reçu, je culpabilise au moindre truc de beauté que je m'achète...Toute cette culpabilité que je traîne...comme quoi, il y a toujours quelque chose qui ne va pas chez moi...et je n'arrive pas à m'ôter cette idée de la tête... Et je m'auto-détruis toujours, d'une manière ou d'une autre.:?

Quoique je fasse, ou que je sois, je traîne toujours cette culpabilité derrière moi (la fameuse "mère intériorisée" ). Le jour où aucun de ces commentaires ne suscitera plus aucune émotion en moi, je crois que je serais guérie. Je sais pas ce que j'ai fait dans ma précédente vie pour avoir cette famille.
P*$ù: de karma ! :roll:


Merci de m'avoir lue.
38 ans nancy 704
J'ai eu une mere assez similaire à la tienne : toujours à me reprocher quoique se soit , à vouloir aussi etre mieux que moi, ect...

Bref ma solution fut assez radicale : apres une therapie je me suis rendu compte que je n'aimais pas me mere et j'ai donc coupé les ponts definitivement et tu ne peux pas savoir comme je me sens bien aujourd'hui.

Bref on ne peut pas changer sa mere on fait avec ou on fait sans.
Je ne te conseillerais pas d'essayer d'avoir un dialogue avec elle sur ce sujet car à mon avis tu as déjà du essayer.
45 ans ze youniverse 1623
Anaîs Nin, félicitatons: tu fais partie du trrrrrrés grand club des "filles qui ont une mère toxique" !!! Bon, j'essaie d'en rire, tt ça pour te dire que tu n'es pas la seule à avoir ce genre d'héritage lourd et pénible...J'ai la mm et j'ai moi aussi coupé les ponts après maintes tentatives pour lui expliquer mes choix et autre. Cela n'a servit qu'à me rendre encore plus lasse et à fleur de peau :evil:

Je rejoins Titemarquise sur le fait qu'au bout d'un moment, las de souffrir gratuitement et d'être le bouc émissaire de ta mère, il faut rester et se blinder ou se tirer vite fait. Je sais que ce n'est pas simple à faire ms au bout d'un moment, qd les gens et à plus forte raison les proches ne veulent pas changer ou se remettre en question, il est vital de prendre ses distances. Qu'elles soient intérieures, symboliques ou spatiales, il faut le faire.
Tu te rends compte que tu as changé la couleur de tes cheveux, sur ta tête, pour te faire du bien et bang! Encore des réflexions...

Je te souhaite bon courage en tous les cas!
59 ans Vert St Denis 77 321
Bonjour Anais_Nin....

Je suis une mère.....et en tant que telle... je pense que c'est une usurpation, une violation d'identité que de décider du ressenti de son enfant... de décider ce qu'il ou elle doit être, doit vivre, doit penser, doit se conformer à....

Donc mon conseil serait de couper enfin ce cordon ombilical qui ne pourra que peser de plus en plus lourd....

Il n'est pas nécessaire de faire une coupure, nette et définitive... cela dépend de ton amour pour ta mère... mais il me semble urgent de décider - TOI - de vivre ta propre vie...tes propres émotions, tes envies de couleur de cheveux... de rideaux vert pomme et de santiags avec piercing nasal ! NON MAIS et pourquoi pas !....

Autant à l'adolescence, la mère peut encore tenter de réfréner certains laxismes et dérives limites.... (mais avec du respect pour l'identité de son enfant !) autant à ton âge... il est impératif de t'envoler ..... pour ton plus grand bien ! et ton équilibre !
48 ans Grenoble 258
J'ai eu le m^me problème d'exigence de perfection mais moi c'est par rapport à mon père...

j'en ai longuement parler avec mon psy qui m'a répondu : "mais pourquoi vouloir lui plaire à tout prix ? c'est normal qu'un enfant cherche le reconnaissance de ses parents ? mais vous savez que pour votre père se ne sera jamais le cas . il en faut toujours plus !" et là il me sort :" si au moins vous consentiez à faire au minimum ce qu'il vous demande c'est à dire TOUT ! et bien ça pourrait peut être allez QUOIQUE !"

ça a été un choc une révélation et il a raison quoique je fasse ce sera peut être bien mais jamais assez bien ! alors j'ai mis un peu d'espace entre lui et moi ... on se voit moins souvent, moins longtemps et je vais nettement mieux ! mais pas facile de faire cette démarche !
42 ans 4830
ouah vous êtes radicales les filles! (et après on me traite moi de réac'... lol)

Moi c'est mon père qui m'a bousillée ma jeunesse.... je lui en ai longtemps voulu, mais le fait de déménager m'a permis de faire le point et de relativiser... j'ai compris que mon père était un homme comme les autres, avec des défauts et des qualités comme les autres et que quoique je fasse, il me ferait toujours sentir que je suis une merde, parce qu'il voudrait que je sois toujours PLUS. Je sais qu'on ne s'entendra jamais vraiment, mais qu'importe, il reste mon père.

Il m'aime à sa façon, et ses manières manipulatrices en faisaient parties... même s'il avait tort, ça partait d'une bonne intention. Quelque part, si je n'ai pas à rougir de ce que j'ai fait dans ma vie, c'est à lui que je le dois! Et je me dis que si un jour je dois à mon tour m'occuper de lui (parce que oui, les filles c'est une obligation de s'occuper des parents dans le besoin), ben je lui en ferait baver.... à ma manière! comment ça, sadique? :twisted:
R
45 ans ...in my mind.... 351
Merci pour toutes vos réponses ! :D

Pour répondre à vos commentaires, je suis restée quelques années sans leur (mes parents) parler, en effet. J'avais lu de nombreux livres à ce sujet et j'ai très tôt dans ma vie "cerner le problème". Or, comprendre le mécanisme psychologique n'empêche malheureusement pas de sur-réagir, même si avec le temps, j'ai pris beaucoup de distances (spatiale et psychologique) avec eux.

Ce n'est qu'en 2005 qu'on a re-communiqué... Cependant, lorsque j'ai dû pour des raisons professionnelles me ré-installer chez eux (à contre-coeur et très provisoirement) après mon départ de Dijon en attendant de trouver un nouvel appart dans la région, j'ai vite réalisé qu'ils n'avaient pas changé. On est très différents sur de nombreux points : vision de la vie, goûts et couleurs .... Ceci dit, je suis loin d'être muette et quand on m'exaspère, ça pète !

J'ai bien dépassé le stade du "je veux faire plaisir à maman", et c'est plus le fait de ne toujours pas être blindée avec les années qui m'agacent que véritablement leurs commentaires. Je précise : je ne culpabilise ni sur mes goûts, ni sur mes envies. C'est plutôt le rapport bancal à la féminité hérité de ma mère qui me pose souci (si je suis claire...) De toute façon, en juillet je ne serai plus chez eux, en esperant que j'en aurais tiré une bonne leçon... ;)
45 ans ze youniverse 1623
En attendant ton départ Anaîs Nin, passe du tps à l'extérieur, va voir des amis, sors un max, histoire de ne pas à avoir à les supporter outre mesure.Et bon courage jusqu'à l'été!!!
Bizes ;)
35 ans Bordeaux 364
Je me reconnais vraiment énormément dans tes propos. Ma relation avec ma mère est basée sur l'incompréhension, et aussi sur l'humiliation depuis que j'ai environ 10/11 ans!
Elle n'a de cesse de me répéter ce qui est bon pour moi, qui est en fait tout le contraire, et combien, comparée à mes oseurs, je suis moche et grosse, combien je mange trop, combien je suis une looseuse de l'amour, combien je suis seule et triste.... Oh, oui je n'ai que des défauts vois-tu avec elle, et si je me mets à m'acheter une robe pour me trouver jolie, pour me sentir plus "femme" elle ne manquera pas de remarquer que la robe est jolie et que c'est dommage que je sois trop grosse... Pour te dire jusqu'où cela va.

Il ne faut pas hésiter à prendre de la distance, je le pense aussi très sincèrement. Mais c'est difficile d'échapper à cette "sur réaction" à toutes ces petites remarques, et de s'assumer pleinement, et de renvoyer l'ascenceur.. D'autant que j'ai toute ma famille sur le dos, ou presque, e qui rend la chose d'autant moins évidente. J'ai décidé de couper les ponts à partir de Juin, mi Juin. Je pars m'installer à Parsi chez ma tante (la seule à me comprendre...et à connaître mes problèmes relationnels avec ma mère) pour poursuivre mes études loin de ma mère, pour qui je ne serais jamais assez parfaite. J'ai la sensation qu'elle reporte la culpabilité d'avoir pris du poids sur moi parce que c'est en étant enceinte de moi qu'elle a pris 20 kilos qu'elle n'a perdu que 10 ans plus tard....

Je te souhaite bien du courage, et n'ait pas peur de t'affirmer face à tes parents. Je pense que soit on s'affirme et on rétorque que c'est notre vie, soit onne fait même plus attention aux remarques, soit on coupe les ponts...
je sais que ma mère n'est pas apte à comrpendre, et que ça va lui faire tout drôle de ne pas avoir souvent de mes nouvelles, mais j'en ai besoin, et c'est légitime ;)
B I U