MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Caramba, encore râté!

36 ans 288
Bon voilà hop, je reviens dans la rubrique TCA parce que c'est catastrophique voilà.
Je n'arrive pas à faire ce qu'il faut pour m'aider c'est ridicule pourtant ce n'est pas  
si compliqué, mais je crois qu'il y a de la complaisance.

C'est dingue!
Je pense pourtant très bien comprendre ce qui m'a amenée ici mais alors franchement, je n'arrive pas à inverser la tendance, je n'en peux plus j'en ai marre!

:cry: :cry: :cry: :cry: :cry:

Et rebelotte je suis nulle.
Voilà désolée je sais que certaines ont déjà essayé de m'aider et je suis déçue de ne pas pouvoir leur dire que je me suis reprise. Mais je poste quand même pour dire que je vais toujours mal même si personne ne peut faire grand chose si moi-même ne me donne pas les moyens d'aller mieux.

Bonne journée

carambaaa

je ne peux m'empêcher d'ajouter un mot sur mes 15 à 20 kilos pris en un an... écoeurant.
36 ans 288
J'en rajoute une couche, excusez-moi, car j'ai vraiment l'impression de faire c*** tout le monde mais tant pis, vous n'êtes pas obligés de lire, encore moins de répondre.
Plus je lis les posts de ce forum, plus je me rends compte à quel point il est urgent d'accepter son corps maintenant si je ne veux pas continuer à aggraver mon cas, physiquement et donc psychologiquement parlant.
De l'écrire ne me fait pas beaucoup avancer, j'en ai diablement conscience mais enfin tout de même, c'est toujours mieux que d'aller en prendre conscience dans un paquet de gâteaux.
Il n'y a pas de raison que je ne me remette pas de cette période si creuse pour moi. J'ai beaucoup perdu au passage (gagné en kilos mais perdu en relations sociales et en chaleur humaine et en biens matériels même et culturels...), mais ce n'est pas une raison pour continuer à déprimer franchement, faut pas que je me laisse abattre encore, vraiment.

Je vais avoir besoin de beaucoup de motivation, de beaucoup de courage, même si j'ai pas envie tant pis c'est toujours mieux que de me comporter comme je le fais en ce moment.

J'ai bien les principes de la RA en tête.
Je vais essayer de m'en servir, même si de ce côté aussi, j'ai quelques problèmes, psychologiquement, à imaginer que je vais pouvoir manger de tout à n'importe quelle heure sans pour autant grossir. Euh... Je vais peut-être aller faire un tour à la FNAC d'ailleurs voir ce qu'en pense Apfeldorfer (d'après ce que j'ai lu ici, il me semble assez approprié à mon cas).

Bon voilà. Un post sans grande importance encore une fois, mais qui me permet de parler à moi-même et de me faire lire en même temps. BEn oui désolée, j'ai bien conscience aussi que je ne suis pas vraiment en communication et que je ne fais plutôt que raconter ce qui m'arrive sans forcément prendre en compte ce que l'on me dit. Il est temps que je sorte de ma bulle, le cauchemar.

Voilà, merci d'avoir lu d'ailleurs, bonne après-midi!

Carambaaa
45 ans Paris 405
Carambaa, c'est difficile à te répondre.

Déjà, il n'est pas promis que tu vas maigrir avec la RA. En tout cas pas tout de suite. RA n'est pas comme un régime miracle qui dit que tu manges ce que tu veux et tu perds 3 kg en une semaine.

Le but est de comprendre que notre corps sait de lui-même ce qu'il a besoin. Mais il faut encore savoir l'écouter. Les règles de RA sont censées à t'apprendre à être à l'écoute de ton corps.

Mais souvent, je ne sais pas comment tu te situes au niveau des régimes et des TCA, souvent au début c'est la pagaille. Parce que on ne sait pas comment ne pas culpabiliser après avoir manger trop, parce que on n'arrive pas à ne pas penser que certains aliments sont mauvais pour la santé et qu'ils font grossir.

Et puis souvent on a tellement diabolisé certains aliments que dès qu'on se lâche on ne mange plus que ça.

Donc, parfois il faut se laisser du temps tout simplement. Se permettre de se détendre au niveau nourriture. A ne pas penser à la nourrriture tout le temps. Apprendre à avoir du plaisir à manger, et faire la différence entre ce que l'on aime et ce qu'on se sens obligé de manger.

Tout cela demande du temps, et il peut arriver de prendre quelques kilos avant de commencer à tout stabiliser.
Mais ce temps là, on en a besoin pour se mettre d'accord avec soi-même.

Alors bon courage.
36 ans 288
Bonsoir Althea, merci pour ta réponse.
A vrai dire, mon véritable souci est plutôt d'ordre émotionnel. Je n'arrive pas à gérer mon stress et mon angoisse.
J'aimerais faire plein de trucs, sans penser sans arrêt à mon poids etc car cette préoccupation m'a un peu gâché des soirées passées avec des amis, par exemple parce qu'ils mettaient du riz avec des protéines et que j'avais été "élevée" au régime Montignac, qui ne mélange pas certains aliments.
J'ai ressenti faim et satiété pendant quelques mois l'année dernière, m'arrêtant à ces sensations que je découvrais. Mais je ne savais pas apr ailleurs que je mangeais mes émotions, comme j'ai pu lire.
Aujourd'hui je le vois bien, je mange mon stress oui, je mange tout et je ne fais rien. C'est ma situation tout entière que je dois changer, je dois revoir toutes mes activités ou plutôt toute mon inactivité.
Je n'ai jamais été en surpoids, que maintenant, (sauf quand j'étais petite, mais personne ne m'a jamais rien dit sauf moi et c'est d'ailleurs sans doute parce que ma mère n'a pas eu peur que je devienne obèse qu'elle n'a pas particulièrement surveillé mes apports caloriques) et j'ai du mal à accepter ce nouveau corps forgé en un an, suite à tous les clichés que l'on peut avoir sur les personnes grosses. J'ai suivi le cliché de la personne qui bouffe et qui ne fait rien. Je sais bien que ce n'est pas uniquement par flemme, mais il y en a quand même.
J'ai besoin de faire redémarrer la machine, qui s'est arrêtée progressivement et que je n'ai pas encore réussi à relancer. Ca me désespère, c'est tout.

Tout ça est sans doute du au fait que je commence à prendre mon indépendance, à me détacher de ma mère etc. Mais le faire sans avoir aucune idée de la direction que l'on prend me semble franchement déroutant et c'est le fait de céder à la panique qui me fait me dévaloriser. Je n'ai pas à me dévaloriser. Les choses sont ce qu'elles sont, je ne peux pas agir sur tout. Sur mes compulsions, oui. Je mange sans arrêt depuis un an, ce qui n'a pas été sans conséquence sur mon poids mais aussi sur ma santé: j'ai dfes problèmes de mémoire, sur ma vie sociale: j'ai honte je ne vois plus grand monde, j'ai perdu beaucoup de contacts, je n'ose même plus travailler, je me suis repliée sur moi, c'est vraiment déprimant, d'autant plus déprimant quand je pense à la jeune fille timide mais vive et pétillante que j'étais. Inutile de regretter je sais bien mais franchement je me sens vieille, je me trouve nulle etc.

Bon je ne vais pas trop en rajouter pour éviter de me déprimer davantage ce soir.


Il faut que je sois méthodique et pragmatique si je veux m'en sortir donc je vais arrêter de m'étaler sur ma vie.
VLR m'apporte un nouveau regard sur la façon de s'alimenter, c'est déjà pas si mal quand on sent qu'on a été traumatisé par les régimes. En ce qui me concerne, le mot traumatisme est un peu fort pour cela; il n'y a que Montignac qui m'a "pervertie" à ce niveau. Et mon hyperphagie bien entendu, dont je ne sais que faire.

Mon travail est surtout d'ordre psychologique. Je dois me retrouver, sans avoir peur d'avancer, faire confiance à la vie (que je hais ces paroles quand je sais que je les partage avec une gouroute qui m'a traumatisée aussi).

Donc voilà. Merci encore de ta réponse. Plusieurs personnes ont effectivement déjà essayé de m'aider, encouragées à m'accrocher mais je suis déçue de devoir leur dire que je ne l'ai pas fait tout de suite. Maintenant ma foi on verra bien, je vais encore essayer de m'accrocher à mes études, qui tombent en miettes, que je n'assure plus du tout. Je ne sais plus ce que j'aime, plus ce que je veux, tout se délite. C'est surtout ça qui me déroute. Mais je suis bien obligée de faire avec (ou plutôt sans...).

Alors voilà, je vais voir. Ca va revenir.

Bonne soirée!

carambaaa
B I U