MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Mon Non-Ballon Gastrique

40 ans Paris 14E 761
Hello tout le monde,

A mon tour de vous apporter mon témoignage.

Après avoir parcouru divers forums, lu des études etc, je me suis récemment orientée vers une solution de ballon gastrique.  
L'anneau je n'en veux pas, le by pass me semble démesuré, et l'envie de maigrir ne me quittait pas.

J'ai donc pris rendez-vous dans le 8e à Paris, dans le même cabinet que bonniere qui a témoigné ici. Pour information j'ai un IMC a 38, 26 ans. La prise en charge (pose et dépose du ballon + suivi dietetique) coute un peu plus de 4500 euros.

J'ai été recu par un charmant diéteticien-endocrinologue. Vraiment sympa, pas culpabilisant, et qui a vraiment pris le temps de m'expliquer le ballon, le suivi.

J'étais ravie. Je foncais. Je le voulais ce ballon.

Etape suivante, une semaine après : rendez vous avec la gastro, celle qui va me poser le ballon. D'abord elle commence par avoir une demie heure de retard (bon c'est rien vous me direz). Ensuite elle ne m'explique rien, elle est rapide. Je n'ai pas l'impression qu'elle s'intéresse à moi. Elle me parle de l'anneau comme possibilité après le ballon, au cas ou. Elle me dit que son mari fait de la chirurgie bariatrique.

Je suis toujours ravie, mais j'ai un sentiment étrange.

Etape suivante, une semaine après : rendez vous avec l'anesthesiste, après avoir fait une analyse de sang. Il me garde 1/4 d'heure. Il ne le sait pas mais j'ai pleuré après ce rendez vous. Il m'a dit que le ballon c'était bien mais qu'il faudrait sans doute penser "à autre chose après". Que le ballon ca ne suffit pas pour moi. Qu'il faut vraiment vraiment que je maigrisse "parce que même si vous êtes en bonne santé maintenant, dans dix ans vous ne tiendrez plus debout, vous aurez des problèmes etc". Qu'une anesthesie c'est quand même pas rien sur quelqu'un comme moi. Je précise que je n'ai jamais subi d'anésthesie générale de ma vie, que j'ai super la trouille, et qu'en plus je déteste les hopitaux, ce que je n'ai pas manqué de lui dire. La seule chose qu'il trouve à répondre c'est "ah bah de toutes facons on vous opére pas, donc c'est pas comme une opération". Ok, pas de mot rassurant, juste de la pure culpabilité en barre.

Je ressors de ce rdv très mal, mais toujours ok pour la pose du ballon. Je me dis que 6 mois, avec le suivi proposé, ca va être super, je vais m'occuper de moi. Mais quelque chose est cassé. Je n'ai plus confiance dans l'équipe, dans la gastro et dans l'anesthésiste. Je commence à me demander si c'est vraiment une solution. Si mon corps mérite vraiment que je lui inflige une ultime souffrance après tout ce que je lui ai déja infligé. Mais je décide d'y aller, pensant qu'au pire j'en ai pour 6 mois.

Mercredi matin. J'arrive avec Chéri dans la clinique. Un truc un peu vieux, un peu miteux à Boulogne. La secrétaire est désagréable. Chéri demande si il peut venir avec moi, la gastro arrive et l'envoie chier en lui disant qu'il n'a rien à faire là. Chéri demande à quelle heure il peut venir me chercher elle lui répond "on vous appellera, de toutes facons avec le ballon on peut etre très malade donc on ne sait pas à l'avance". Rassurant.

J'ai compris ensuite pourquoi Cheri ne pouvait pas venir. En fait l'endroit ou ils posent les ballons est dédié à cette activité et à la fibroscopie en général. Il s'agit d'une bloc de fibroscopie central, avec autour des box avec des lits à roulettes. La premiere chose que je vois en entrant c'est l'estomac de quelqu'un sur un écran. Ils sont en train de faire une fibro. L'écran est visible de tous. J'ai envie de vomir.

On me conduit à un box. On me dit de me déshabiller et de mettre mes affaires sous le brancard, parce qu'on ne me ramenera pas dans ce boxe pour le réveil. On me mettra avec les autres. Les autres, je les vois de mon boxe, ils sont en rang d'oignons sur leur brancard, complétement dans les vappes, et seuls. Je flippe.

On me donne donc une blouse en papier, evidemment trop petite, et on me dit d'attendre. Je me mets à pleurer, très fort. J'ai une angoisse pas possible, j'entends les rales des gens qui se réveillent, je vois l'endroit dans lequel je suis qui est vieux et pas rassurant du tout. J'essaie de me concentrer, de m'emmener dans mes "happy places" comme on le fait en sophro pour me détendre mais rien ne marche. Ce n'est plus de l'angoisse, je ne veux juste pas qu'on me touche, c'est comme si tout mon corps me criait de partir.

Je pleure, mais quand je dis pleurer, je vous promet que c'était fort fort fort, à gros sanglots. Personne ne viendra me voir. Je reste seule à pleurer pendant 1h, observant le va et vient, les gens défilent à la chaine sur la table de fibroscopie. Entre deux actes, la gastro dicte dans son dictaphone les contrendus des opérations "dépose de ballon estomac sclérosé", je flippe.

L'anesthesiste vient me voir. Il voit que je pleure. Il me dit "Allez, c'est pas comme si on vous opérait". La même rengaine que pendant le rendez vous. Il me fait rouler de mon boxe jusqu'à la table de fibroscopie. Personne ne me parle, personne ne me dit ce qu'il va se passer, la gastro dicte son contrendu, l'anesthesite a tourné le dos, il prepare certainement la piqure, et moi je suis là à pleurer de plus en plus fort, avec de gros spasmes.

L'anesthesiste se retourne, avec le garrot a la main, et il me le pose. il se retourne encore je pense qu'il allait prendre la seringue, et là j'ai eu le meilleure réflexe, j'ai enlevé le garot et j'ai réussi à dire "Non, je ne le fais pas".

C'était dur de dire non. J'avais peur du jugement des gens. J'avais peur de me faire engueuler par la gastro, par l'anesthesiste.

La gastro s'est enfin retournée et elle m'a dit " De toutes facons dans l'état ou vous êtes je peux pas vous le poser. Vous aviez l'air décidée à faire quelque chose pourtant quand je vous ai vu en rdv".

On m'a fait rouler à nouveaux dans le boxe, je me suis rhabillée, et je suis partie.

Je tenais à vous raconter ca.

Vous allez peut être penser que je ne suis pas courageuse, que je suis une trouillarde. C'est vrai.

Mais au delà de ca, l'important ca a été ce reflexe de survie de mon corps, de ma tête, qui m'ont dit, qui m'ont crié "NON ! tu mérites mieux que ca, tu mérites de faire attention à toi vraiment et pas avec cette solution, ton corps mérite autre chose". Ca peut paraitre bizarre, mais j'ai ressenti ca comme un déclic. Comme si finalement, je venais de faire la paix avec mon corps.

Je suis sortie de la clinique, j'ai retrouvé Cheri, qui m'a enfin avoué qu'il était très rassuré que je sois sortie de là parce qu'il trouvait cette clinique et le personnel très étrange. J'ai appellé ma mère qui était ravie de ma décision. J'ai de la chance d'être entourée par des gens qui comprennent ma démarche, qui approuvent.

Depuis mercredi j'ai remis beaucoup d'ordre dans ma tête.
Je suis toujours un peu chamboulée parce que j'ai eu très peur. J'ai vécu 1h30 d'angoisse et de remise en cause profonde. J'ai été profondemment choquée par le coté "a la chaine" de cette clinique.

Et je suis fière d'être partie.


Merci de m'avoir lu en tout cas, je sais que c'est long.


D.
I
43 ans NANCY 5017
Tu peux être fière de toi . Il t'a fallu un sacré courage pour dire non ... Je ne sais pas si j'aurais osé .

Beaucoup ( moi y compris ) s' intéressent de près ou de loin à ces solutions ( anneau , ballon etc ) et je crois que l'on y songe toutes à un moment : merci de ton témoignage , ça aide à y voir plus clair .
41 ans pas de calais 368
j'ai lu toute ton histoire et je trouve que tu as eu raison de partir de cet endroit
on mérite un peu plus de considération que ca quand meme
bravo ;)
57 ans normandie 406
bravo pour ton non-ballon et ton oui-courage lol...
Franchement il était idiot de te forcer quitter a "mourir" de peur (ben oui ça existe) sur le billard.Tu as toute la vie devant toi pour y repenser,trouver un endroit sympa,ou bien faire comme tu le sens maintenant.En tous cas bravoooooooooooooooooooo ,c'est peut-être la premiere fois que tu fais reellement quelque chose de positif pour toi!!!
:arrow: :kiss:
937
=D> =D> =D> un grand bravo!!!

je n'aurais pas eu le courage que tu as eu dans ce cas là!!
38 ans Orléans 852
moi je trouve que tu as eu un grand courage de savoir dire non a ce moment la ,alors que la facilité aurait été de laisser faire
=D> =D> =D> =D> =D> =D>

toutes ces techniques (ballon,anneau ...)paraissent toujours attrayantes au premier abord,mais il faut toujours prendre le temps de bien refléchir
peser le pour et le contre
ne pas se voiler la face sur les inconvénients et les changements que cela va impliquer dans votre vie de tous les jours

cela t aidera surement a avancer sur ton chemin ou a t orienter vers d autres solutions
bonne chance :)
40 ans Ici et là-bas 3402
Comme je t'admire, punaise!!!!! Waouh, c''est trop fort!!! Moi dès le départ je l'ai pas senti mon chir qui m'a posé un anneau, et j'y suis allée quand même, comme une conne. Et toi t'as été assez forte pour dire non. Bravo!! Félicitations!!

Je suis désolée que tu ai dû en passer par là, mais waouh, toi t'es vraiment forte!

Je te fais de gros bisous bien mérités! :kiss: :kiss: :kiss: :kiss:
56 ans 91 25732
dariamarx a écrit:
Vous allez peut être penser que je ne suis pas courageuse, que je suis une trouillarde. C'est vrai.


Pas courageuse ? Une trouillarde ? :shock: Oh non certainement pas !

Il s'agit de ton corps, on allait poser un corps étranger en toi, avec une anesthésie à la clé. Si déjà au début tu n'acceptais pas l'idée de ce corps étranger - cette peur était peut-être liée à cela - , je ne crois pas qu'il t'aurait été très utile.

Si tu ne le sentais pas, tu as eu raison de ne pas le faire.

Il y a d'autres méthodes pour se sentir bien, on le montre tous les jours. Et puis quand bien même un jour tu déciderais de subir une intervention, je suis certaine que ta démarche sera différente et que tu ne te poseras plus les mêmes questions.

Remets toi bien de tes émotions ! :kiss:

Punaise... Interventions à la chaîne à 4500 euros pièce. On appelle encore ça de la médecine ? :roll:
L
36 ans Bruxelles 1086
Personnelement je serai pas rester non plus dans un endroit ou on nous met dans des box ouverts... Je trouve pas ca assez "propre" j'aurai l'impression que les microbes peuvent voler vers moi pendant l'intervention.
45 ans 17521
J'avoue, je ne lis pratiquement jamais ce forum, parce que je ne me sens pas concernée... enfin, de même que les régimes ne m'ont jamais tentée, la chirurgie est quelque chose que je n'ai jamais envisagé pour moi...

et là, j'ai lu, Daria, parce que ton titre m'a interpelée, et parce que c'était toi, bien sur, et que j'ai eu l'occasion de te rencontrer...

quel choc, ton témmoignage ! :shock:

bien loin d'imaginer que ça pouvait se passer comme ça, dans la plus complete indifférence du personnel... comme si il s'agissait de quelque chose de banal... comme si ils n'étaient pas formés à recevoir des gens en pleine crise, en plein doute...

tu as eu la présence d'esprit de refuser cette ultime violence à ton corps, et je suis épatée, vraiment... je ne sais pas si, dans ton cas, j'aurais eu les coui*** de changer d'avis au dernier moment.

tu as bien fait.

:kiss:
51 ans Mons / Belgique 2229
karen a écrit:
J'avoue, je ne lis pratiquement jamais ce forum, parce que je ne me sens pas concernée... enfin, de même que les régimes ne m'ont jamais tentée, la chirurgie est quelque chose que je n'ai jamais envisagé pour moi...

et là, j'ai lu, Daria, parce que ton titre m'a interpelée


Je suis comme Karen, ton titre m'a interpelée, sinon, je ne lis jamais cette partie du forum, je ne me sens pas concernée.

Et là, je te dis BRAVO, bravo d'avoir eu le Courage d'être partie de cette endroit qui a l'air d'être plus que glauque !!!
Bon courage à toi, gros bizous

Nathalie
67 ans Charente Maritime 3080
Moi, je note que la seule chose que tu ais bien vécu est le rendez-vous avec le nutritionniste endocrinologue. Avec les autres, le courant n'est pas passé. Ailleurs, tu as surtout vu et ressenti les aspects qui ne te plaisaient pas.

Est-ce que ce n'est pas justement parce que, inconsciemment, ce n'était pas la solution que tu cherchais ? Est-ce que justement, tu ne veux pas encore te donner la possibilité d'y arriver autrement que par la chirurgie ?

C'est en tout cas une décision très sage que de ne pas être allée au bout de cette tentative que tu refusais. Si tu as lu le forum sur le ballon, tu as du voir qu'il est difficil au départ de surpporter le ballon. Alors avoir ce ballon en te disant qu'en plus, ce n'était plus ton choix, psychologiquement, c'était loins d'être bon.

Mais finalement, puisque le côté nutrition est celui que tu as le mieux ressenti, peut être pourrais-tu t'attarder aussi plus longtemps dans la partie rééducation alimentaire du forum. Tu y trouverais peut être ce que tu cherches.
coucou,

eh bien figure toi que je suis comme toi, sauf que je ne suis pas allée au bout du bout!
mais après chaque rendez-vous, chaque étape préliminaire à la pose de l'anneau, j'étais malade (probleme gastrique, migraine, tremblement...)

j'en ai parlé à mon psy qui m'a dit d'écouter mon corps : etaient ce des signes de soulagement d'avoir franchi ces barrières ou des marques de peur, de non-confiance.

en y reflechissant bien, je vois que je ne peux me confier à ces gens, dans le sens où je ne me sens pas de les laisser faire ça à mon corps.

pourtant il est si imparfait, je l'aime si peu! mais ce peu a suffi pour que je ne puisse pas les laisser faire.

donc comme toi, prise de conscience et surtout, paix avec moi même!

je verrais bien, je perdrais peut etre, et sinon, ben voilà, c'est tout...
et j'ai déjà perdu 1 kilos et demi!

alors oui, on en a à perdre mais encore faut-iil que l'on ne se perde pas...
je suis contente que finalement tu aies repris ton corps en amour! parce que ce que tu as fait, tu l'as fait par amour de toi! et ça c'est génial, non!

et puis effectivement, ce sera peut etre plus long de faire une RA mais c'est tellement flatteur de se dire qu'on peut le faire, qu'on arrive à retrouver son corps et ses sensations!

enfin, toujours est-il que tu as fait preuve de beaucoup de détermination pour sortir de là donc
=D> :multi:
_
39 ans Paris, France 309
je ne suis sans doute pas la mieux placée...

mais tu as raison d'être fière d'être sortie, vraiment, sincèrement...

chapeau bas la miss...

S.
M
37 ans rennes 20
:shock:
comment peut on laisser quelqu'un pleurer comme ca avant une operation ? ? !
ca me parait completement dingue d'etre autant denué d'humanité! meme dans la rue je m'arreterais si je voyais quelqu'un dans une telle detresse, alors une patiente dans une clinique, ca me choque
cette impression dans sa detresse d'etre transparente peut etre insuportable
bravo et bonne chance a toi, tu as un bon entourage
à bientot
B I U


Discussions liées