MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Problème d'orientation.

32 ans 226
Bonsoir à tous et à toutes.

Voilà, je crois que j'ai besoin d'aide et de conseils. Je peux difficilement en parler avec ma famille proche, j'ai peur qu'ils ne me comprennent  
pas. Je suis cette année en première année de fac de science du langage. J'ai choisi cette filière parce qu'elle me semblait être la plus fidèle à ce qui me plait, à savoir les langues étrangères et la linguistique et les débouchés qu'elle offre m'interessaient (enseignement du français en tant que langue étrangère, métiers du livre voire ortophonie...). Cependant, aprés plusieurs mois de cours, je me rends compte que cela ne me convient pas. Je ne peux pas dire que je déteste la matière mais je ne suis pas passionnée, je ne prends pas de plaisir à travailler seule mes cours et pour moi, ça devient presque un calvaire de m'obliger à suivre des cours que j'ai moi-même choisis mais qui ne me conviennent pas. Pour moi, à la fac si on ne choisit pas ce qu'on aime, je trouve triste de s'obstiner à ne faire qu'une matière au point de s'en dégouter.

Alors voilà, j'ai fait un an, je n'aurais probablement pas mes examens, je pourrais redoubler mais à quoi servirait une année de plus alors que je suis malheureuse ? En réalité, il y a une matière qui me redrait heureuse, que je suis sûre de travailler avec passion : la musique. En effet j'en fais depuis que je suis petite et j'ai l'impression que c'est la seule chose au monde dont je ne peux pas me passer. Mais le problème c'est que je ne pratique qu'en école de musique (donc aucun diplome reconnu !) et que je ne suis pas sûre de pouvoir entrer au conservatoire (j'ai été refusée l'an passé, pourtant je ne suis pas mauvaise, objectivement !). Alors je pense à une fac de musicologie mais le seul débouché c'est prof en collège/lycée, et je ne suis pas certaine d'être à la hauteur ! Ce qui me plairait c'est de devenir prof de chant particulier ou d'être engagée dans un choeur professionnel. Mais ce ne sont absolument pas des métiers stables ! J'ai peur de ne pas y arriver, de me retrouver sans travail ni diplôme à part mon bac, de m'aventurer dans quelque chose qui me dépasse, de me tromper sur toute la ligne et d'échouer. Je n'ai pas envie de perdre mon temps, j'ai trés peur, tout ça m'angoisse et de déprime. Je ne sais plus quoi faire, j'y pense tout le temps et ça me rend presque malade... Je sais que ma mère attend beaucoup de moi qu'elle va être trés déçue si j'arrête (ou même si je redouble !) mais je ne suis pas heureuse comme ça, je ne suis pas épanouie. Et le dilème c'est que j'ai peur d'être aussi malheureuse en me réorientant mal.

J'aimerais connaître vôtre avis, en tant qu'adulte travaillant, que parents, qu'étudiants etc... Je suis totalement perdue... :cry:

Désolée pour le petit pavé et merci de m'avoir lue :oops:
T
40 ans noisy le grand 1060
Alors déjà deux façons d'aborder les études :
- un moyen d'apprendre à propos d'un sujet qui nous passionne
- une formation à un métier.

Parfois les deux se rejoignent, parfois pas (par exemple, je suis allée jusqu'en licence de bio, matière que j'adore, j'adore comprendre comment "ça" marche, mais dans laquelle je n'aurai pas aimé travailler)

Je me suis réorientée sur l'informatique (d'abord le multimédia, puis orientation sur l'informatique de gestion), matière que j'avais découverte fort sommairement pendant mes années de bio, mais suffisamment pour savoir que là j'avais l'envie d'y travailler (que ce soit pour les conditions de travail, l'évolution de carrière, ou même la diversité de ce qui serait abordé au cours de ma vie. J'avais surtout peur de me sur-spécialiser en bio, et de passer ma vie à étudier une plante rare). Ce n'était pas une vieille passion, c'était une découverte récente.

Maintenant, encore faudrait-il que ce soit vraiment la matière qui ne te plait pas...
Peut-être que c'est le cas, ou peut-être simplement que les sujets abordés en première année, qui sont probablement les bases, mais pas forcément ce qu'il y a de plus interessant, ne t'interesse pas assez. Renseigne-toi sur le programme des années suivantes, voir s'il te conviendrait mieux. Si c'est le cas, peut-être faut-il persister.
Et puis ça peut aussi être le cadre d'étude qui te chamboule un peu. La fac, c'est beaucoup de travail personnel. On est moins encadré. On a des profs qui sont surement spécialistes d'un domaine, mais pas forcément de ce qu'ils enseignent (ou alors ils enseignent les bases de leur domaine, ce qui les ennuie), et qui en plus ne sont pas forcément pédagogues. Bon, ya de très bons profs aussi, hein, qui enseignent pile leur spécialité etc. Mais des fois on tombe mal. Si c'est une question de cadre, y a-t-il une formation plus encadrée qui dispenserait des enseignements qui ressemblent (style bts ou iut). Quitte à retourner vers la fac ensuite, ça permettrait de faire le pont entre le lycée tout encadré et la fac électron libre.

Sinon, si tout ça n'est pas du tout dans le ton, pour tes ambition de prof de chant ou de choeur... ce sont de belles ambitions, mais c'est aussi une prise de risque. Ne te connaissant pas, et ne pouvant juger de ton niveau, ni même de ta motivation, on ne peut que te dire de bien mesurer la prise de risque.
Imagine une balance : d'un côté, la partie "rêve" de ton envie d'être prof de chant, de l'autre la partie "réalité et projection dans le futur"
Ajoute des éléments dans chaque plateau et voit où ça te mène. Par exemple quel est la réalité du métier de prof de chant ou de choeur?
Peut-être en connais-tu. Sinon, essaye d'en contacter et de les rencontrer pour qu'ils te parlent de leur métier. C'est bête à dire, mais souvent, les gens acceptent ce genre de chose, et tu sauras quel est la réalité des métiers, et quels sont les parcours des gens qui y sont arrivés, donc tu auras plus de facilité à t'orienter.
35 ans orleans 324
Coucou!

Ca faisait longtemps que je n'avais pas posté sur vlr, mais là je me sentais obligée.

Je dois t'expliquer mon parcours ; j'ai passé deux ans en fac de sciences en biologie/géologie. Deux ans car j'ai redoublé ma 1ere année. Je voulais + faire plaisir à mes parents en redoublant, car je sais qu'ils voulaient que je réussise. :roll:

Ca ne m'a rien apportée ce redoublement sinon de rater une année de + mes exams.

Je crois dur comme fer qu'il faut aimer ce que l'on fait pour réussir (même si ca ne suffit pas toujours). Ne continue surtout pas si cela ne te plait pas.

Si la filiere "musicologie" te tente après t'etre bien bien renseignée (si c'est pas déjà fait hein ;) ), fais la car tu pourrais le regretter toute ta vie.

De plus, je comprends que tu ais peur de "faire des années pour rien", mais justement elles ne serviront pas à rien car elles te permettront de trouver ta voie et d'etre épanouie. A chacun son rythme, certain trouvent leur bonheur à 20 ans, d'autre à 30 voir même à 40 ans ou + (si tu as passé des concours d'orthophonie, tu as peut-être vu, toi aussi, des femmes d'environ 40 ans passer le concours!).

Ah oui sinon, pour clore mon post, je dois quand même te dire qq chose : moi j'ai trouvé mon bonheur avec la licence "sciences du langage"!! :lol:
34 ans 92 / 69 5897
Je pense qu'il faut asbolument que tu choisisses ce que tu aimes....

J'ai fait un Bac, bonne mention etc.
Tout le monde me poussait vers médecine, véto ou que sais je.

J'ia dit merte.
Ouai j'ai pris une section qui n'a même pas le CAPES? ni l'AGREG :
Alors imagine ! je n'ai même pas l'enseignement au cas où.
Ben ouai mais je ne me vois pas dans autre chose.

Ma fac mes études c'est ma passion, c'est ma vie.
C'est la connaissance.
Si je pouvais être étudiante à vie, je te promets qu eje le ferai.
et fancheemtn si je n'arrive pas à suivre mon projet, je crois qu eje prendrai un boulot "plus précaire" pour continuer à faire des licences à vie (quoi ? :lol: )

L'épanouissement, ta vie c'est toi qui l'a construit.
Choisis ce que tu souhaites au fond, non tes parent, la conjoncture actuelle.

TOut le onde peut être au chomage, aucune section n'est visée particulièrement.
A parti rd'un certain échelon, plus tu as d'étude, plus la probabilité que tu sois au chomage baisse.
et pour arriver à ce niveau, il faut aimer ce que tu fais (je rappelle qu'il faut 14 pour aller du master 1 au master 2) ;)

Sinharat fait musico à la fac de Saint Denis après 4 ans de droit, elle pourrait t'en parler mieux que moi :D
T
40 ans noisy le grand 1060
Oui, il faut aimer ce qu'on fait, mais aussi ce que l'on fera.

J'aime la bio, encore. Mais je ne me voyais pas travailler dedans. L'info, non seulement j'aime ça, mais j'ai envie de travailler dedans. Ensuite, reste à voir si tu te laisses étudier pour étudier (et dans ce cas, peu importe le débouché "offert" par la formation) ou si tu as l'envie de travailler bientôt (auquel cas le débouché de la formation choisi est important ou au moins la formation nécessaire à la profession voulue).

Tout dépend de comment tu te projettes dans l'avenir, en fait.
Enfin perso, j'ai commencé à envisager le monde professionnel au milieu de ma licence de bio (3eme année à l'époque, pas parcours de 3 ans) et ça a changé ma vision des choses. Mais je connais des gens qui ont continué et qui sont en thèse en recherche, et dont le but est d'être enseignant chercheur, donc qui sont toujours restés en continuité avec la fac et son milieu, ce que je ne voulais pas pour moi. Pareil pour la copine d'un ami, qui est maintenant prof au collège, il y a une totale continuité, puisqu'un seul débouché possible depuis le début de sa formation.

La différence entre eux et moi : j'explorais une passion, il s'engageaient dans une vocation. C'est pour ça qu'il faut savoir faire la part des choses.
32 ans 226
Merci pour vos réponses !

taniouchka a écrit:
Maintenant, encore faudrait-il que ce soit vraiment la matière qui ne te plait pas...
Peut-être que c'est le cas, ou peut-être simplement que les sujets abordés en première année, qui sont probablement les bases, mais pas forcément ce qu'il y a de plus interessant, ne t'interesse pas assez.


En fait, ça peut sembler bizarre mais la matière me plait assez, lorsque que je suis en cours j'écoute, je m'interesse, je participe etc... Mais je sens que ce n'est pas pour moi ! En fait j'ai réalisé que quelque chose clochait enparlant avec un ami qui est fac d'anglais. Il me disait qu'il était super heureux, qu'il avait hâte d'aller en cours et que c'était un plaisir de travailler à la maison. Moi, c'est presque tout le contraire. Sauf que la matière ne me déplait pas tant que ça. Ca serait un bon passe temps si j'étais à la retraite quoi ! ;)

taniouchka a écrit:
Sinon, si tout ça n'est pas du tout dans le ton, pour tes ambition de prof de chant ou de choeur... ce sont de belles ambitions, mais c'est aussi une prise de risque. Ne te connaissant pas, et ne pouvant juger de ton niveau, ni même de ta motivation, on ne peut que te dire de bien mesurer la prise de risque.
Imagine une balance : d'un côté, la partie "rêve" de ton envie d'être prof de chant, de l'autre la partie "réalité et projection dans le futur"
Ajoute des éléments dans chaque plateau et voit où ça te mène. Par exemple quel est la réalité du métier de prof de chant ou de choeur?
Peut-être en connais-tu. Sinon, essaye d'en contacter et de les rencontrer pour qu'ils te parlent de leur métier.


Tu as pointé exactement mon problème... Et je suis incapable de la résoudre. J'ai pas mal de prof de musique dans mon entourage qui pensent que je pourrais réussir. Dés que je peux j'en parle avec eux... Ils ont réussi leur carrière professionnelle, j'aimerai tellement faire comme eux !
T
40 ans noisy le grand 1060
Peut-être qu'il serait interessant de rencontrer des profs de musique (puisque c'est l'exemple que tu donnes) qui ne te connaissent pas, pour qu'ils t'exposent les avantages et inconvénients de leur métier sans savoir ce que tu vaux. Que ce soit un exposé et pas un encouragement, si tu veux. Ce sera plus objectif.

Les gens qui connaissent ton niveau peuvent te dire que tu es nulle si tu l'es. Mais si tu leur parais assez bonne, c'est valorisant pour eux de te présenter leur métier sous son meilleur jour. C'est une façon de jouer au Pygmalion, car si tu es suffisamment enthousiaste et que tu réussis, ils auront eu leur rôle dans cette réussite. C'est humain.

Quelqun que tu contacterais presque au hasard dans les pages jaunes et que tu interrogerais aurait un discours surement plus "froid", si tu vois ce que je veux dire. Et éventuellement aura moins bien réussi (donc ça te donne aussi un exemple de ce qui peut arriver dans un cas moins favorable).
Tout ça pour aviser ensuite. Je ne veux pas te décourager, hein. Je veux juste que tu pèses ce que tu fais.

Pour ce que tu dis concernant ta formation actuelle, ... je ne dis pas que tu dois persister dans cette voie absolument. Mais ne juge pas par comparaison à l'attitude de ton ami. Il n'y a pas d'attitude universelle face à une matière que l'on aime. Il y a des gens qui ont besoin de s'imprégner de savoir en cours pendant un bout de temps avant de se décider à plonger, et d'autres comme ton ami, qui n'attendent que de se baigner depuis le début.
Réfléchis à si ça t'interesse et à quel point. Renseigne-toi sur les enseignements du master, et même des secteurs de recherches dans ton université (ce sera plus facile d'avoir des renseignements sur ton univ, mais tu peux aller voir les autres univ aussi). Si ces enseignements ou ces domaines de recherche provoquent un vif intérêt chez toi, et que tu t'imagines dans un travail en écho avec tout ça... Peut-être as-tu de l'intérêt et le problème vient-il d'ailleurs.


Et puis je réitère, le manque de "cadre" a pu te déstabiliser. Peut-être ne sais-tu pas travailler seule. Pas que tu ne sois pas capable. Mais y a un garçon dans ma classe (pas le plus sympa d'ailleurs, mais ça n'a rien à voir avec son caractère) qui ne peux pas travailler seul, parce qu'il a besoin qu'on vérifie son travail. Une fois, j'étais dans son groupe, je me mettais juste à côté de lui, et le fait que je lise et que je lui dis "oui c'est bien" de temps en temps, ça lui suffisait. Mais si j'allais voir une autre partie du projet, ben il n'arrivait plus à avancer. Peut-être as-tu besoin d'un point de vue extérieur pour travailler correctement. Quoi que tu choisisses comme orientation, pour l'avenir, si tu vois que tu as du mal à travailler seule, trouve toi une copine avec qui faire des recherches, et regarde si tu n'y arrives pas mieux. Suffit parfois d'un peu de compagnie...


Sinon, quoi que tu choisisses, ne considere jamais que tu "perds" une année. Tu t'enrichis toujours de toute façon. La bio, ça me sert dans la vie, ça me sert même dans ma formation (peut-être même aurai-je l'occasion de l'utiliser un jour pour une mission....) Ce ne sont pas des années perdues. Les sciences du langage auront toujours été un enrichissement pour toi. Tu pourras toujours le valoriser quelque part (si tu deviens prof de chant, pour la prononciation, peut-être)...
32 ans 226
Oui, c'est vrai, mes profs ne sont probablement pas objectifs, c'est d'ailleurs pour ça que je prends leurs encouragements avec des pincettes et que je ne m'élance pas à corps perdu dans la musique. ;) J'ai d'ailleurs l'intention d'aller voir d'autres profs dans les semaines à venir, c'est prévu.

Je te réponds au sujet du cadrage de la fac. J'ai toujours travaillé seule, même au lycée. Je dirais même que j'ai un caractère de solitaire et que travailler à deux ne me réussit pas beaucoup, sans pour autant être asociale, hein, j'ai pas dit ça. Mais je me trouve plus efficace seule. Même dans la vie de tous les jours. Lorsque je bosse en chant (puisque je prends des cours depuis 9 ans à peu prés) je le fais seule et ça marche et je ne lache pas avant d'avoir réussi, et travailler me plait.

Quant à l'interêt de des sdl, je le vois, les domaines de recherches sont trés interessants mais ma motivation me semble limtée. L'interêt est là, mais il n'est pas "vif" comme tu le dis.
T
40 ans noisy le grand 1060
Maguyflower a écrit:
Oui, c'est vrai, mes profs ne sont probablement pas objectifs, c'est d'ailleurs pour ça que je prends leurs encouragements avec des pincettes et que je ne m'élance pas à corps perdu dans la musique. ;) J'ai d'ailleurs l'intention d'aller voir d'autres profs dans les semaines à venir, c'est prévu.

Je te réponds au sujet du cadrage de la fac. J'ai toujours travaillé seule, même au lycée. Je dirais même que j'ai un caractère de solitaire et que travailler à deux ne me réussit pas beaucoup, sans pour autant être asociale, hein, j'ai pas dit ça. Mais je me trouve plus efficace seule. Même dans la vie de tous les jours. Lorsque je bosse en chant (puisque je prends des cours depuis 9 ans à peu prés) je le fais seule et ça marche et je ne lache pas avant d'avoir réussi, et travailler me plait.

Quant à l'interêt de des sdl, je le vois, les domaines de recherches sont trés interessants mais ma motivation me semble limtée. L'interêt est là, mais il n'est pas "vif" comme tu le dis.


Juste là dessus, hein, vu que c'est ma branche à moi, le groupewares, maintenant, je ne peux pas laisser passer (par conscience professionnelle): être plus efficace à plusieurs que seul, c'est quelque chose qui ne doit pas être subi, mais c'est quelque chose qui s'apprend.

J'ai été une grande solitaire... Bon, je ne travaillais pas, aussi, j'avais tout par facilités, c'est de la triche. Mais mon expérience en tant que chef de projet sur des projets (étudiants )m'a appris qu'un ensemble peut valoir plus que la somme de ses éléments, si c'est bien mené (c'est d'ailleurs très difficile de mener un projet...)

Sinon, effectivement, si ton interêt n'est pas vif, il ne sert à rien de persister. J'espère que tu trouveras des réponses objectives qui te permettront de mieux faire ton choix et de le faire sans regret et sans trop d'inquietude :)
39 ans Londres, UK 1282
Maguyflower > pour être la personne a priori la plus proche de ton "problème" en matière d'expérience personnelle, comme l'a dit Zenobie, je peux t'en parler. Mais... pas ce soir... je suis dans les valises... :lol: Je viendrai poster demain ou vendredi, ou bien nous pourrions en discuter par MP. :)
32 ans 226
Oui, je me suis un peu mal exprimée, pardon, je voulais dire, travailler seule dans un cadre simple et basique du genre apprendre les cours, faire des exercices d'applications, rédiger un texte, faire des recherches personnelles etc... Evidemment, aprés, j'aime travailler en groupe quand on me demande un travail de groupe et ça fonctionne pas mal d'ailleurs ;) Mais je voulais juste dire que je ne pense pas que le manque de cadre me destabilise vraiment. Au lycée j'étais encadrée justement, et j'avais tendance à délaisser les matières que je n'aimais pas mais comme rien ne me plaisait à fond je me laissais un peu vivre, mais j'y arrivais quand même, alors qu'en musique j'ai bossé et j'ai eu une trés bonne note :roll: Bon ça fait un peu gnangnan ce que je viens de dire, un peu enfantin de faire référence aux notes, mais bon, c'est assez significatif je trouve...

En tout cas merci taniouchka pour tes conseils, j'ai été trés contente de discuter avec toi et d'avoir ton avis. :D Merci aussi aux deux autres demoiselles d'avoir pris le temps de répondre, votre avis et experience me rassure un peu...
32 ans 226
Sinharat a écrit:
Maguyflower > pour être la personne a priori la plus proche de ton "problème" en matière d'expérience personnelle, comme l'a dit Zenobie, je peux t'en parler. Mais... pas ce soir... je suis dans les valises... :lol: Je viendrai poster demain ou vendredi, ou bien nous pourrions en discuter par MP. :)


Avec joie Sinharat, je serais ravie de discuter avec toi, merci beaucoup ! ;)
coucou...

effectivement, pas la peine de continuer là dedans si tu ne t'y sens pas super bien!

fac de musico c'est bien, ça débouche sur pas mal de trucs.

mais as-tu envisagé de rentrer dans un cursus de DUMI (diplome universitaire de musicien intervenant )?
tu as plusieurs options : milieu scolaire, milieu hospitalier, milieu carcéral...

là, les postes sont plus stables puisque tu es embauchée par des écoles de musique, des hopitaux, des mairies (pour aller en creche)....

je pense que ce type de cursus pourrait te plaire (à te lire! je ne prétends pas te connaitre!)

en plus, les dumistes sont souvent des personnes référentes : ici, ils dirigent tous une chorale ou une harmonie, en plus des heures d'intervention.

tu parles aussi d'encadrer un choeur. ne connais tu pas, dans ta région, ce qu'on appelle la "mission voix"? c'est un organisme para pulic qui s'occupe de tout ce qui concerne la voix sur ta région.

moi, je conseille toujours d'aller voir son asso départementale pour la musique et la danse (je bosse pour celle des vosges) : tu pourrais recevoir des tonnes d'infos!

alors je finis ce message, je vais lire ton profil et je te donne les adresses dans 5 minutes!

à tout de suite!
bon ben je trouve pas où tu vis, envoie moi un mp si tu veux plus d'info!!! a+++
B I U