MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Le genre de truc qui me rend incapable d'assumer...

Voilà exactement le genre de truc insupportable qui me rend incapable d'assumer mon poids et de me sentir bien...

http://www.lesoir.be/a..._chirurgie_seduit_80_des.shtml

Quand je me rends compte de combien de  
personnes lisent ces inepties et avalent tout ce qu'on leur dit, ça me révolte...

Et ça me rend surtout triste. J'aimerais réagir face à ça, mais que faire ?
T
40 ans noisy le grand 1060
Tu peux détailler en quoi cela te rend incapable d'assumer?
(je veux juste savoir, hein, c'est pas une question agressive, mais comme y a pas le ton, je préfère préciser)
Tu as raison, je n'ai pas assez expliqué, tellement ça me choque...
En fait, entendre qu'il existe une "épidémie" d'obésité me choque énormément. Déjà, l'emploi de ce terme, obésité, que je considère comme l'équivalent de "nègre" ou de "tarlouze" pour une personne de couleur noire ou pour une personne homosexuelle, ... Je trouve ce mot abominable, horrible...
Alors quand tu entends qu'il existe une "épidémie", tu dois forcément te dire qu'il existe une maladie derrière tout ça. En quoi le fait de faire un poids déterminé te rend malade ?
Je suis en bonne santé, ma dernière prise de sang est parfaite. Je fais du sport, je mange sain, en quoi suis-je malade ?!
S'il existe bien une maladie, c'est l'intolérance...
Et ce genre de texte me retourne complètement car j'ai l'impression qu'on revient constamment avec ça sur le tapis pour pouvoir favoriser un certain commerce (en l'occurrence celui des opérations) et que ça stigmatise a population de personnes fortes...
En plus de cela, ça passe dans des journaux très crédibles, ayant pignon sur rue.
Ca me met mal à l'aise car ces journaux ne sortent que des vérités toutes faites. Bien sûr; l'intelligence voudrait qu'on remette en question ces "vérités" mais qui le fait ?
Dès lors, ça signifie pour moi que bien des gens croient réellement ce qui est dit et le cautionnent.
Et ça, ça me met mal à l'aise car ça me démontre bien que la société ne croit pas ce que je dis et pense au sujet de ma condition de ronde, qu'on peut être ronde et en bonne santé, qu'on peut être ronde et s'assumer, qu'on peut être ronde et heureuse...
En fait, ce sont ces articles qui me rendent malheureuse de ma condition car ils légitimisent tous les propos intolérants et scientifiquement inexacts qu'on entend ...
Ce malaise provoque des complexes en moi car je ressens à 200% ma différence et le fait d'être exclue, à cette lecture...
44 ans meuse 49
j'ai suivie le lien et tu as raison Infernaleeee, je pense comme toi que tout revient à dire que nous avons une maladie honteuse et perso moi aussi ça me choque car je suis une ronde en bonne santé, une ronde heureuse (enfin c'est relatif mais comme tous le monde) et pour ce qui est d'assumer c'est en voie et c'est vrai que ce genre d'article n'aide pas :evil:
38 ans Orléans 852
je trouve que cet article explique bien tous les aspects de la chirurgie
j en ai lu qui sont bien plus militants c est pour ca que je ne comprends pas trop pourquoi tu stigmatises celui ci en particulier

par contre,c est sur que le fait de considérer l obésité comme une maladie ( et donc son augmentation comme un épidémie)est un grand sujet de débat ...
279
Je suis tout à fait d accord avec toi Infernaleeee.
T
40 ans noisy le grand 1060
Ok je comprends mieux ce que tu voulais dire.

Malheureusement, ce n'est pas le journal qui est "en tort", mais l'OMS, si on part de ton point de vue où tu ne supportes pas qu'on dise que l'obésité est une maladie.
En effet, l'obesité est officiellement une maladie. C'est désagréable à entendre, oui, mais c'est considéré comme tel. Il y a un bon côté à cela, c'est que cela débloque des fonds pour la recherche (causes génétiques,etc.) mais c'est aussi une façon de nous stigmatiser.

Mais effectivement, on peut tout à fait être obèse et en bonne santé. (moi aussi ^^)

Au delà de ça, ce genre d'article peut certes te révolter, ou te choquer, pour moi ce n'est pas le cas. C'est un article court, d'exposition de statitstiques et de vulgarisation. Les termes employés doivent être simples, les idées claires et concises. Il ne s'agit pas d'un article de fond ni d'investigation, donc je n'attends pas de ce genre d'articles de la grande qualité, si je peux m'exprimer ainsi. En plus, si on lui retire ses chiffres, il perd beaucoup en capacité à choquer.

Le problème des stats (et cet article en est bourré en plus de grands nombre qu'on ne peut pas concevoir concrètement) quand on est concernées par ce qu'elles décrivent, c'est qu'on a l'impression d'être impliqué de force si on n'entre pas dedans.
Si on dit que 95% des femmes en couple trompent leur mari (ce qui n'est pas vrai je pense, mais c'est pour donner un exemple), cela fera vite réagir toutes les femmes en couple qui ne trompent pas leur mari, parce qu'elles se sentiront accusées de quelque chose qu'elles n'ont pas fait. Les statistiques sont des outils très puissants vis à vis du cerveau humain, et plus ça touche à un sujet auquel on est sensible, plus on se sentira atteint, surtout si c'est associé à des mots que l'on trouve péjoratifs.
supanama a écrit:
je trouve que cet article explique bien tous les aspects de la chirurgie
j en ai lu qui sont bien plus militants c est pour ca que je ne comprends pas trop pourquoi tu stigmatises celui ci en particulier

par contre,c est sur que le fait de considérer l obésité comme une maladie ( et donc son augmentation comme un épidémie)est un grand sujet de débat ...


Je ne vise pas que cet article mais tous les articles qui sortent sur l'"obésité" ... La plupart du moins qui sont stigmatisants et traitent toujours les personnes rondes comme des malades qui devraient se soigner car ils sont une charge pour la société.
Cet article n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...
Le détail qui me choque par contre est qu'on dise "seul 1% des personnes opérées meurent des suites de l'intervention". Et puis quoi encore ?!
Donc on peut risquer sa vie pour se faire opérer ?
Et puis, c'est fort pro-opérations, ce que je ne cautionne pas car je connais beaucoup de gens qui ont été malades à cause de ça...
taniouchka a écrit:
Ok je comprends mieux ce que tu voulais dire.

Malheureusement, ce n'est pas le journal qui est "en tort", mais l'OMS, si on part de ton point de vue où tu ne supportes pas qu'on dise que l'obésité est une maladie.
En effet, l'obesité est officiellement une maladie.


Je trouve ça très triste... C'est antiscientifique. Une maladie ne se définit pas par un symptôme mais bel et bien par le malaise qu'il engendre. Ainsi, je pense qu'on peut être malade de son poids lorsqu'on le vit mal où qu'il engendre des problèmes physiques, ce qui n'est pas le cas pour tout le monde...

Citation:
C'est désagréable à entendre, oui, mais c'est considéré comme tel. Il y a un bon côté à cela, c'est que cela débloque des fonds pour la recherche (causes génétiques,etc.) mais c'est aussi une façon de nous stigmatiser.


Moui mais en même temps, les recherches menées jusqu'ici vont toutes dans le sens de la responsabilisation des personnes "obèses" et vont vers des méthodes dures pour traiter tout ça... A quand une méthode plus "douce" et moins nocive ?

Citation:
Les termes employés doivent être simples, les idées claires et concises.

En même temps, on ne peut pas reprocher aux gens d'être bêtes ou désinformés s'ils écoutent tout ce qui est dit par des articles de vulgarisation sans chercher plus loin...

Citation:
Si on dit que 95% des femmes en couple trompent leur mari (ce qui n'est pas vrai je pense, mais c'est pour donner un exemple), cela fera vite réagir toutes les femmes en couple qui ne trompent pas leur mari, parce qu'elles se sentiront accusées de quelque chose qu'elles n'ont pas fait.


100% vrai. Mais aussi sans doute car beaucoup de gens penseront "toutes des salopes" ou "toutes pareilles" ou encore "les cinq pour cent restants n'osent simplement pas le dire" ou "elle dit qu'elle fait partie des 5% mais c'est faux, elle ment".

Citation:
Les statistiques sont des outils très puissants vis à vis du cerveau humain, et plus ça touche à un sujet auquel on est sensible, plus on se sentira atteint, surtout si c'est associé à des mots que l'on trouve péjoratifs.


Personnellement, je trouve surtout choquant de dire qu'une fille est obèse alors qu'elle pèse genre... 85 kilos pour 1m65...
Il faudrait cesser de catégoriser les gens en fonction du poids mais les considérer comme malades à partir du moment où il existe un PROBLÈME.

On ne peut pas être malade ou souffrir d'un mal-être si on ne trouve aucun problème à sa situation...

N'est-ce pas le mal-être qui devrait être pris en compte plutôt que le poids ?

Pour le sida, il y a un virus qui est la cause connue de la maladie, il y a des symptomes et des maladies opportunistes,
pour le cancer, on a une modification de la chaine d'acides aminés qui cause une tumeur dont les métastases se propagent dans tout le court,
pour la grippe, on a un virus qui cause un état grippal, fiévreux, avec écoulement nasaux, par exemple.

Tout ça engendre du mal-être. Pourquoi un simple chiffre serait-il synonyme de maladie ?
Je trouve ça aberrant... D'ailleurs, l'obésité se joue à 1 gramme près...

A 75kgs900 tu n'es pas obèse, à 76, tu l'es (selon ta taille).
Je trouve ça ridicule... Risible... mais personne n'en rit... Et ca devient destructeur.
39 ans somewhere over the rainbow 1376
Je vais sans doute être hors sujet, mais, à la cantine de mon école, en ce moment, c'est la déferlante "manger sain".
On a eu droit à des affiches "mangez des fruits et des légumes", "vive le bio", "haro sur le sucre et les graisses".
Depuis cette semaine, c'est "vive le régime crétois".

Bon ...
Aujourd'hui, des panneaux bien devant l'entrée "attention à l'obésité, surveillez ce que vous mangez, faites du sport, soyez sages, ou papa noël ne passera pas ...." :roll:
Donc, toutes les personnes en sur-poids qui entrent dans l'école tombent dessus. Sympa pour elles .... et pour celles qui se focalisent sur les hypothétiques 2 kilos 300 grammes en trop ...
T
40 ans noisy le grand 1060
Mais on n'est pas défini par son état (maigre/mice/poids idéal/surpoids/obesité) ni par son IMC ailleurs que chez un médecin, dont c'est aussi un peu le boulot de nous réduire à des données pour faire son travail (et dont c'est aussi un peu le boulot de l'oublier et de nous parler comme à des humains aussi).

Enfin je ne sais pas, je n'ai pas souvent l'impression d'être obèse, j'ai beaucoup plus souvent l'impression d'être moi. Je souffre rarement de mon poids dans la vie de tous les jours. Ca ne m'a pas fait passé des boulots sous le nez, ça ne m'a pas empêchée de trouver mon homme ou de séduire les hommes qui m'interessaient (à tort ou à raison d'ailleurs), ça ne me pose aucun problème dans les relations sociales...
En fait assumer, ce n'est pas forcément (ou pas tous les jours) militer, c'est aussi parfois oublier ou abstraire. Et puis assumer, ce n'est pas une obligation non plus. Et de toute façon, c'est toi que tu assumes, la personne que tu es, pas ce que l'obesité représente aux yeux des gens.

Je sais que je ne donne pas forcément l'impression de répondre à ce post, mais je te sens très militante dans tes posts, et j'ai l'impression qu'au fond, tu n'es pas en paix, que tu cherches encore et toujours à prouver quelque chose. Que tu es ronde mais quand même intelligente, que tu es ronde, mais quand même jolie... Et si tu arrêtais de le prouver, et de le crier, le serais-tu moins? Je ne sais pas si ce que je dis est clair, et mon impression est peut-être fausse. Mais comme tu l'as dit dans un autre post, on vit dans un monde violent, de compétition, etc. Là où je ne te rejoins pas, c'est sur le "qui ne dit mot consent". Après tout, rester calme, posé, s'en ficher de ce que les gens pensent, c'est aussi une attitude de résistance vis à vis de cette tendance de la société.

Enfin je suis d'une nature contemplative, ça doit aussi jouer.
279
Ca m énerve ce diktat de la minceur.Cette politique de stigmatisation.Aprés la télé , voici qu elle investit l école.Il faut bien éduquer les enfants, leur dire ce qui est bien ou mal.Comment il faut et comment il ne faut pas etre.Non franchement là ça va trop loin.Enfin c'est mon avis.
Le contraire de l'amour n'est pas la haine, mais l'indifférence. Au mieux, j'ai pitié de tt ses gens qui nous stigmatise et qui ne sont Pas capable de voir plus loin que le bout de leu nez. Au final, je ne les envie meme pas, que la vie doit etre morne et insipide dans ses corps si beaux, mais aux cerveaux remplis de préjugés..On peut essayer de se battre pour changer les mentalités, mais de tout temps l'homme a eu besoin de stigmatiser et de marginaliser celui qui n'entre pas dans le moule..On a stigmatiser les gens sur leur couleur de peau, sur leurs idéologies politiques, sur leur appartenance religieuse ou sur leur sexualité...Aujourd'hui, discriminer quelqu'un sur ces criteres la est devenu immoral, mais il n'en a pas toujours eté ainsi.Aujourd'hui on se rabat une nouvelle fois sur quelque chose de superficiel, superficiel dans le sens ou le critere de discrimination ne fait pas partie de ce qui fait la valeur ou l'essence d'un homme, a savoir, ici, en l'occurence, l'apparence physique..Le jours viendra, ou, comme pour le reste, discreminer quelqu'un sur son apparence physique sera prohibé, mais le temps n'est pas encore venu, et, d'ici la, ils trouveront bien un autre critere pour stigmatiser les gens...
38 ans Orléans 852
Infernaleeee a écrit:

Le détail qui me choque par contre est qu'on dise "seul 1% des personnes opérées meurent des suites de l'intervention". Et puis quoi encore ?!
Donc on peut risquer sa vie pour se faire opérer ?


il me semble que c est le meme pourcentage pour une opération de l appendicite ou n importe quelle opération d ailleurs ...

Citation:
Et puis, c'est fort pro-opérations, ce que je ne cautionne pas car je connais beaucoup de gens qui ont été malades à cause de ça...


quand tu dis "ca ",tu parles de la chirugie bariatrique?
si c est le cas,laisse moi te dire que ton argument ne tient pas la route
ce n est pas parce que tu connais des gens pour qui ca s est mal passé que le cas pour tous les gens qui ont été opéré

les statistiques réelles de complications ou de deces suite a la chirurgie bariatrique existent
je vais les chercher si tu le souhaite
taniouchka a écrit:


Je sais que je ne donne pas forcément l'impression de répondre à ce post, mais je te sens très militante dans tes posts, et j'ai l'impression qu'au fond, tu n'es pas en paix, que tu cherches encore et toujours à prouver quelque chose. Que tu es ronde mais quand même intelligente, que tu es ronde, mais quand même jolie... Et si tu arrêtais de le prouver, et de le crier, le serais-tu moins? Je ne sais pas si ce que je dis est clair, et mon impression est peut-être fausse. Mais comme tu l'as dit dans un autre post, on vit dans un monde violent, de compétition, etc. Là où je ne te rejoins pas, c'est sur le "qui ne dit mot consent". Après tout, rester calme, posé, s'en ficher de ce que les gens pensent, c'est aussi une attitude de résistance vis à vis de cette tendance de la société.

Enfin je suis d'une nature contemplative, ça doit aussi jouer.


Je suis militante sur tout, personnellement et je ne cherche aucunement à me prouver ni à prouver quoi que ce soit en l'étant. C'est un état d'esprit.
Je suis assistante sociale et je milite ainsi pour plus d'égalité entre les gens, surtout vis à vis des démunis, je suis déléguée syndicale et je milite contre les atteintes aux droits des travailleurs, je suis de gauche et je milite contre le capitalisme sauvage, je milite aussi contre l'homophobie, le racisme, ...
Alors concernant le "poids", je ne vois pas pourquoi il en serait autrement.
En fait, pour moi, ce qui est important dans la vie est le respect de l'autre, cette valeur qu'on a tant oubliée pour son petit intérêt personnel.
Je lie également beaucoup le poids, les politiques anti obésité, les publicités de l'industrie minceur au capitalisme, au fait de vouloir absolument contrôler les esprits pour faire de l'argent.
L'obésité par laquelle je suis concernée, ma mère est concernée, mes proches sont concernés n'est qu'un combat parmi tant d'autres dans le cadre duquel je ne tente pas d'être davantage acceptée, moi et moi seule car je me fiche finalement d'être acceptée, j'ai toujours voulu rester en marge et assumer mon côté alternatif...
Ce qui me dérange, c'est qu'on ait fait ce qu'on a fait à l'enfant et à l'adolescente que j'ai été et qui m'a bien mis des bâtons dans les roues à une époque...
Ce que je voudrais, sincèrement et c'est surtout là que je "milite" bien sur pour moi, ce ne soit pas ça de la militance, c'est sur l'importance de prévenir les gens sur les dégâts qu'ils peuvent causer sur les plus jeunes et les plus faibles...
Tout simplement car défendre les plus faibles a toujours été mon cheval de bataille. Je sais me défendre, ma vie est correcte, alors quand je vois des gens qui sont insultés, qu'on descend sur tous les plans, juste parce qu'is n'ont pas décidé de rentrer dans le dictat de la maigreur ou qui ne l'ont pas pu, là, ça me révolte. Et ce genre d'article tout comme le comportement des gens sur lequel tu me vois parler sur ce forum, qui stigmatisent le gros, qui le rendent con, laid, stupide, je le trouve aussi abominable que du racisme ou de l'homophobie. Si je me bats contre le racisme et l'homophobie, je me sens également apte à le faire pour toutes les discriminations...
B I U