MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Volonté et motivation... pour arrêter les régimes !

56 ans 91 25732
Que celle qui n'a jamais fait au moins un régime me jette la première pierre ! :lol:

Je crois qu'on a toutes et tous eu à un moment la  
volonté ( :roll: ) et la motivation ( :roll: ) pour faire ces régimes qui à la fin (j'ai failli écrire "à la faim"... lapsus révélateur !) nous ont fait beaucoup plus de mal que de bien, que ce soit au niveau physique ou moral.

Il ne faut pas croire, décider d'arrêter les régimes, c'est pas si facile que ça ! D'abord parce que même si ça ne marche pas, on a toujours l'espoir qu'un jour on sera dans les 3% de réussite. Ou parce qu'on essaie de se "dominer", de se prouver qu'on peut y arriver. Pas si simple d'arrêter d'y croire... En fait je me demande si les régimes c'est pas comme le loto... On n'a pas forcément besoin de gagner, mais on a besoin des rêves qu'on fait en pensant qu'on va gagner ! ;)

Même moi il m'arrive encore (rarement heureusement ! :lol: )en regardant certaines pubs de me dire "ben si j'essayais une dernière fois ce truc là, histoire de voir..."

Histoire de voir quoi ? Ce que j'ai déjà vu des dizaines de fois ? :roll:

Non. Ma volonté et ma motivation je les mets ailleurs maintenant, dans la RA qui m'apporte tellement de positif là où les régimes m'apportaient tant de négatif.

Et justement, quand vous avez décidé d'arrêter les régimes, qu'est ce qui vous a motivé (e) ? De quoi vous ne vouliez plus ? Qu'est ce que vous vouliez ?

Si vous avez du mal à décrocher, pourquoi continuez-vous à y croire ? Qu'est ce qui vous empêche de décrocher des régimes ?

Pour ma part, ce qui m'a motivée pour arrêter c'est que je ne voulais plus :
- de la frustration d'une nourriture qui ne me convenait pas, ni quantitativement, ni qualitativement;
- des échecs systématiques;
- du yoyo;
- me forcer à me plier à une image, me sentir mal pour avoir l'impression de me sentir bien;
- de la mauvaise humeur systématique dans mes périodes régime;
- du chiffre sur la balance qui me guidait ma journée et me la foutait en l'air la plupart du temps;
- de l'obsession que ça devenait;
- des réflexions des gens "ah c'est bien tu fais un régime, tu vas voir, tu seras tellement bien après ! " Ah oui ? Alors pourquoi ça n'a jamais été le cas ?

Je voulais :
- me réconcilier avec mon corps et mon image;
- qu'on me foute la paix et que je me foute la paix;
- manger ce que je voulais sans culpabiliser;
- retrouver un équilibre;
- être bien !!!

Est ce qu'il m'arrive encore de croire aux régimes ? Oui à de très rares occasions, particulièrement quand je vais mal, mais je ne cède pas à la tentation ! :lol: Ce qui m'attire encore dans les régimes ? Le fait que certains ont l'air faciles à suivre (mais je sais bien que c'est une illusion !) et que je pourrais être dans les 3% de réussite... L'impression que maintenant que j'ai compris comment ça marche, je pourrais peut-être déjouer les pièges... Mais non, taisez-vous les sirènes du régime, je ne vous écoute plus ! :twisted: :lol:

Le pire dans les régimes, c'est que si quelqu'un d'autre nous les imposait, on crierait au scandale ! :lol: Mais là on se les impose tous seuls... On se pourrit la vie au lieu de regarder la vriae vie, juste à côté ! Et pour quel résultat à la fin ?

Ma motivation et ma volonté pour ne plus faire de régime ? Oui maintenant je l'ai ! :D Plus envie de croire aux miracles, plus envie de me faire du mal pour rien, plus envie de croire que moche parce que ronde, envie d'être moi, envie de passer à autre chose, envie de vivre tout simplement !

Allez à vous ! ;)
MOi ce qui m'a aidée c'est :

- de voir une thérapeute qui me remet sur le chemin a chaque fois que j'effleure le sujet du regime pour ca elle est bien et le courage et la vlonté elle en pense pas que du bien quand il s'agit de volonté pour se frustrer et lutter a en souffrir.
-d'eviter de cotoyer des gens qui parlent de regime
-de jeter ma balance
-et justement le manque de courage et de "volonté", de toute facon j'aretais a bout de 2 jours c'est ridicule d'y croire quand on fait de l'hyperhagie en plus faut d'abord arriver a manger des quantités normale (c'est a dire pas pratiquement 1kgs de bouffe a chaque repas+les crises)


Résultat depuis un an:
-les periodes de crises sont moins frequentes et moins enormes
(suis passée d'une crise tous les 3 jours a une tous les 15 jours plus comme un rituel préparé que comme une crise soudaine.
-a la visite médicale annuelle ai constaté que je n'ai pas grossi et j'ai meme perdu 4 kgs

Tout ca pour me dire que c'est tres long mais c'est la premiere fois de ma vie surement depuis l'age de 12 ans que je passe en an a stabiliser mon poids tout simplement, que vu l'ampleur du probleme faut y aller doucement et il n'y a que ca qui marche, la preuve et je n'en suis meme pas encore a la RA (encore de gros repas ou je ne sens pas ma faim )

JE voudrais dire aussi je ne sais pas qu'il y a beaucoup de boulimiques sur le forum qui ont des problemes sexuels mais j'ai transféré ce plaisir sur mon rituel de crise tous les 15 jours (fantasme, accomplissement, satisfaction et apaiement-endormissement) donc la prochaine etape c'est arriver petit a petit a inverser ca, a me reconcilier aussi avec les hommes aussi affectivement et avec toutes ls emotions de la vie en général.
37 ans Bruxelles 7458
Ce qui m'a aidée...
La peur de grossir tellement que je n'arriverais plus à marcher ou même à faire mes lacets, à monter les escaliers ou que sais-je encore. Je ne suis jamais arrivée jusque là et je suis persuadée que c'est parce que j'ai eu la chance d'ouvrir les yeux avant!
En fait j'ai totalement perdu confiance dans ces conneries quand j'ai vu que même le médecin ne pouvait pas m'aider et que la seule "solution" proposée était de refaire un régime dès qu'on reprenait le poids du régime précédent.
Quelle perspective de vie réjouissante! :lol:
J'ai donc décidé d'essayer de devenir "normale" en n'ayant plus ce rapport adoration/haine avec la nourriture.
Ce n'est pas facile, c'est même nettement plus compliqué que de perdre 30 kilos en 4 mois (déjà fait, youhou :roll: ) mais ça en vaut la peine.
Je ne pense pas parvenir un jour à être une mangeuse régulée mais au moins je ne souffre plus psychologiquement et je ne grossis plus (au contraire).

Ceci dit, je dois avouer que quand j'entends parler régime, ça me met en colère. J'ai envie de traiter les gens d'imbéciles. Quelque part je me sens supérieure à ce niveau là. C'est stupide mais c'est comme ça! Je suppose que ça s'apaisera avec les années. Les années régimes sont encore trop proches pour que j'accepte qu'on trouve ça normal.
D'ailleurs... quand ma petite soeur a parlé de faire régime la dernière fois, il parait que je suis devenue toute rouge et, ce que je pensais être un discourt calme est posée était apparemment un sermon vindicatif. :oops: :lol:
Je sais comment je suis devenue obèse, je ne veux pas qu'elle suive ma voie (un ptit 38 comme moi quand j'ai commencé mes conneries). Pas qu'être obèse soit la pire chose qui puisse lui arriver mais, ma mère étant ce qu'elle est, je doute qu'elle en sorte indemne.

En fait je rêverais qu'on interdisse la publicité mensongère liée aux régimes mais faut pas trop espérer. :?
Il est tellement plus simple de dire qu'on devient obèse en se goinfrant et en ne bougeant pas ses fesses. Ca doit rassurer...
109 ans Bretagne 1920
Patty a écrit:

Pour ma part, ce qui m'a motivée pour arrêter c'est que je ne voulais plus :
- de la frustration d'une nourriture qui ne me convenait pas, ni quantitativement, ni qualitativement;
- des échecs systématiques;
- du yoyo;
- me forcer à me plier à une image, me sentir mal pour avoir l'impression de me sentir bien;
- de la mauvaise humeur systématique dans mes périodes régime;
- du chiffre sur la balance qui me guidait ma journée et me la foutait en l'air la plupart du temps;
- de l'obsession que ça devenait;
- des réflexions des gens "ah c'est bien tu fais un régime, tu vas voir, tu seras tellement bien après ! " Ah oui ? Alors pourquoi ça n'a jamais été le cas ?

Je voulais :
- me réconcilier avec mon corps et mon image;
- qu'on me foute la paix et que je me foute la paix;
- manger ce que je voulais sans culpabiliser;
- retrouver un équilibre;
- être bien !!!


+ 10 000² :lol:

Que rajouter à ça, c'est exactement mon état d'esprit...
Depuis que j'ai arrêté de croire aux régimes et que je vois que la RA, ça marche, je me sens libre, vraiment bien dans ma peau, même s'il me reste encore des kilos en trop ;)
S
41 ans normandie 12
moi aussi j ai arreter les regimes car de regime en regime je suis passée de ronde a l obesité morbide ! c est pas vraiment ce que je voulais et tout ca pour quoi , pour faire comme tout le monde ressembler a ce qu on voulait que je ressemble resultat un mal etre important et un manque de confiance en moi . ET puis j ai decider d arreter , d etre moi et tant pis pour les autres c a moi de m aimer, lol j en suis pas encore la mais j y travail , mais il est vrai que ne plus penser regime est difficile arreter de culpabiliser a chaque aliment ! et puis avec ce site je me suis rendue compte qu on pouvais etre ronde et assumer ! alors voila ne craquons pas ! plus de regime ;)
50 ans Sud ouest 356
Ce qui m'a aidé... Vous ! Vous toutes m'avez aidé. ça m'a fait un bien fou de vous lire. Je vous ai lu pendant des mois. De temps en temps je vous faisait une infidélité ;) et je faisais un p'tit régime mais ça durait pas bien longtemps et je revenais à VLR.
Et puis je suis passée à l'action, j'ai acheté le livre de Zermati, je me suis inscrite sur ce forum, je participe et je viens tous les jours (un peu comme une réunion des AA :) ) et ça me fait un bien fou. C'est vrai que je n'ai personne dans mon entourage avec qui je peux partager ma vision des régimes, du poids...Soit ce sont des gens qui n'ont pas ou très peu de problèmes de ce côté là (et qui donnent des leçons) soit des gens qui ont selon eux du poids à perdre mais qui sont encore à fond dans les régimes...Maintenant, grace à vous, je vais peut être pouvoir à nouveau dialoguer avec eux sur ce sujet épineux et essayer de partager mon expérience...
En tout cas les régimes c'est finit et je suis heureuse. J'ai fait mes courses aujourd'hui et je ne me suis jamais senti aussi libre devant tous ces produits allégés. J'étais si heureuse de ne pas leur prêter plus d'attention que ça, y en a même qui m'ont fait rire (la glace au lait de soja, à moins d'une allergie au lait, je ne comprend pas...c'est que j'adore la glace!) Je me suis même acheté un pot de beurre de cacahouette (avec tout de même une petite apréhension).

Je m'éloigne un peu du sujet et je m'étends un peu trop, alors je ne rajoute qu'un mot :
MERCI
33 ans là bas, au loin 1705
ouf je croyais que j'étais la seule qui pensait encore à refaire des régimes en connaissance de cause! :silly: ton post me rassure dans le sens où comme toi (et comme beaucoup d'ailleurs) j'ai très souvent cette idée qui me traverse l'esprit: "et si j'essayais encore une fois, cette fois sera la bonne, je saurais me controler .." la dernière fois que je l'ai pensé c'était ce matin à 10h en repensant à mon petit ami virtuel (dont je ne vous ai pas parlé :oops: mais bon c'est une histoire idiote).

pourquoi j'ai arrêté les régimes:

- parce que rien qu'en pensant que je commencerais un régime mon coeur se défend illico pour faire des réserves en me faisant manger encore plus.
- parce que j'en avais marre et que j'étais fatiguée de faire et refaire la même chose en sachant l'issue finale (reprise rapide de kilos-dévalorisation...)
- parce que j'étais fatiguée que j'ai cessé de faire quoi que ce soit d'autre, je passais mon temps à dormir, à faire non pas ce dont j'avais envie, mais ce dont mon corps avait envie
- parce que planifier ses repas, préparer, peser, ce n'était franchement pas faisable
- parce que j'ai perdu le gout de toute nourriture
- parce qu'en reprenant mes kilos je me heurtais à des réflexions du genre: "et pourtant tu avais un peu maigris, c'est de ta faute si tu as laché, il faut pas, il suffit de pas manger et puis c'est tout! rhoo t'as pas de volonté"
- pour provoquer mon entourage et qu'il me foutent la paix
- pour combler un vide
- pour cesser de rêver de bouffe
-parce que de toute façon ça marchait pas, je me suis promise que rien ne me renderait malheureuse, même pas de finir vieille fille de 300 kilos
- parce que je me suis rendue compte que l'Autre en voulait toujours plus pour trouver une excuse pour m'aimer, je me suis rendue compte que c'est vrai oui on mavais "aimé plus" quand j'ai un peu mincis, mais je ne voulais plus de dépendre de la volonté des autres, je me disais que de toute façon je devais être une fille indésirable et impossible à aimer et que perdre des kilos n'y changerait rien..
33 ans là bas, au loin 1705
simplement_lulu a écrit:

- parce que rien qu'en pensant que je commencerais un régime mon coeur se défend illico pour faire des réserves en me faisant manger encore plus.


rectification: mon corps...

désolée
41 ans 417
quand je suis tentée, je pense qu'il y a un an, après quelques mois d'un régime même pas super restrictif (pas faim, féculents tous les jours, doses sympas, tartines le matin...), je m'enfilais des tablettes de chocolat blanc en 10 minutes. bien sucré, bien gras, juste pour compenser les frustrations...
aujourd'hui, après quelques mois de réflexion et de lecture ici et dans les livres d'Apfeldorfer/Zermatti, j'ai du mal à manger 2 barres de chocolat noir, qui est le seul que j'arrive encore à manger avec du plaisir... maintenant un carré à une barre ça suffit...
quand je suis tentée, je pense à ça, je pense à quel plaisir c'est d'avoir une tablette de bon chocolat dans le placard depuis une semaine, à quel bonheur c'est de mettre 5 minutes à manger et savourer une mousse au chocolat...
S
49 ans suisse 993
Je suis parfois tentée par l'idée d'un régime....un soir comme aujour'dhui ou tout me semble impossible où je déprimes et me désole de ne pas avoir un bon boulot. L'idée me traverse que je pourrai perdre du poids, me maintenir et qu'après tout irait tellement mieux c'est sûr.

Mais je m'arrête vite. J'adhère à tous les arguments évoquées précédemment et j'en rajoute un: je ne supporte plus de passer pour une andouille à qui on fait gober n'importe quelle ânerie. J'ai croisé hier 2 femmes en extase devant des chaussures à semelle "amincissante" parce que la semelle est inclinée et patati et patata.....ça ça me retient énormément l'idée de me coller ces claquettes aux pieds X heures par jour et de claquer 50 euros de qui se moque-t-on?.

C'est ce qui fait aussi que je n'ai jamais été tentée de me remettre à fumer, pas question de filer le moindre sous à une compagnie qui veut me faire croire que c'est cool, classe ou autre de fumer, là les pubs ausssi me rendent dingue.

Je feuillette des fois le journal WW ma mère est abonnée. Il manque tooujours une rubrique qui dirait "comment j'ai repris tous les kilos perdus et ce que ca m'a coûté en estime de moi, en fric et en larmes". Faut que je leur propose cette rubrique.
S
41 ans normandie 12
oui , je suis bien ok avec toi pour ton idée d article lol , ca fait vraiment du bien de voir qu on est pas seule bye
56 ans Provence 5
:)
et bien je découvre cette discussion et ce forum et je suis contente de lire ENFIN des choses censées sur l'enfer des régimes.
O Mandieu quelle, spirale, quel esclavage... Quel raz le bol d'entendre/ lire/ voir 10000 conseils pour ressembler à la planche à pain qu'on est censée etre! Moi aussi j'ai fait pleeeeeeeeeein de régimes, plutot des restrictions alimentaires que des régimes d'ailleurs.... un peu parce que je me trouvais grosse... un peu parce qu'ON me trouvait grosse. Qui? mon copain de l'époque, et les médecins, oulalala, comment des médecins peuvent-ils ignorer l'effet yoyo et plonger les gens dans la spirale sardine aplatie/ mongolfière?
Oh les ânes. :twisted:
Je me souviens encore, à 25 ans, ma gynécologue qui me menace de crise cardiaque-cholestérol-fatigue-gangrène ou ebola pourquoi pas.... parce que je pèse 52 kilos pour 1m60 !!!!! J'en pèse 16 de plus maintenant. Et en passant mon temps à me priver, pour craquer ensuite.

Si j'avais su, je me serais foutu la paix plus tôt :(

Bref, pourquoi je suis motivée pour arrêter les régimes?
- ouane: ça fait grossir. eeet oui.
- ou si on veut pas grossir.... faut se surveiller non stop toute ça vie: c'est un truc carrément obssessionnel là... :roll:
- ça frustre (quand même hein, et pas qu'un peu 8) )
- on fait comme tout le monde (bin vi)
- rien de plus rasoir qu'une conversation entre régimeuses (nan? ;) )
- surtout... si j'avais eu la force plus tot de ne pas me contraindre, je le serai moins empoisonné la vie... et je serai probablement plus mince en plus 8)
- faut éduquer les médecins: ils ne DOIVENT pas amorcer le processus.

voilà, ouf, ça fait du bien 8)

biz :)
C
44 ans 9
Tu as raison, il faudrait éduquer les médecins, et aussi les infirmières scolaires!!
Petite annecdote: en troisième, avec une camarade, nous sommes allées à la visite scolaire obligatoire. Je ressemblais alors à un haricot vert, donc pour moi pas de soucis, mais ma copine avait plus de formes. Nous mesurions toutes deux 1m60, et elle pesait...50kilos. Elle était plus avancée dans sa puberté que moi, et n'avait aucun problème liés à la nourriture. L'infirmière a dit: c'est trop, il faut maigrir. Dis moi ce que tu manges? Et là ma copine bredouille ses repas-type (elle ne savais même pas trop, vu qu'elle mangeais ce que lui faisais sa maman à table, comme tout le monde...). Et l'infirmière ne trouvant rien à redire, à fouillé jusqu'à découvrir que le matin, la brique de lait employée pour faire le chocolat était rouge, donc lait entier.
Triomphante, elle a dit: c'est ça, il faut que tu demandes à ta maman d'acheter du lait écrémé!!
C'est tout ce qu'elle avait trouvé. Ceci dit ma copine, en sortant m'a dit: tu me trouves grosse? Et moi j'ai répondu que non (puisqu'elle ne l'étais pas!)Elle a haussé les épaules, et ne s'est jamais posé plus de questions que ça. Heureusement....
B I U


Discussions liées