MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Sensibiliser dans les écoles au phénomène pro ana

25680
Travaillez à ce que sur internet les informations pour "devenir pro ana" ou "se faire vomir" et toutes les idéologies qui vont avec ne puissent plus être trouvé facilement par  
des jeunes filles et garçons, c'est ce que nous faisons déjà ici.

Mais IRL n'y a-t-il pas des choses que nous pourrions faire ?
Croyez vous qu'il serait possible d'en parler dans les écoles ?
En tant que parent d'élève c'est une suggestion que beaucoup pourraient peut-être faire afin de lancer des journées de prévention sur les tca, non ?

Qu'en pensez vous, et comment peut-on s'y prendre ?
1443
Pour ma part je ne considère pas que ce soit vraiment le rôle de l'école de faire ce travail là.
Je ne pense pas que ça m'aurait beaucoup servie et au contraire je crains que ça n'incite celles et ceux qui ne connaissent pas ces phénomènes à s'y interesser de plus pres.

Quant aux pro-ana je pense qu'elles connaissent très bien les risques qu'elles encourent et qu'aucune prévention ou intervention (surtout adulte) ne pourrait les dissuader de faire ce qu'elles font.
25680
Si ce n'est pas le rôle de l'école alors de qui ?

Tu penses que une fois que l'on est pro ana c'est fichue qu'on en sort plus et qu'on est donc condamnée à la mort, pourtant il y a des exemples de "guérisons" :)
38 ans au milieu des poissons 7816
Je pense que c'est plutôt le rôle des professions de santé. C'est une maladie donc c'est au corps médical de faire de la prévention, tout comme pour la boulimie, l'hyperphagie, l'obésité. Les parents sont également concernés par cela.
Les premiers garde-fous c'est quand même les parents.
Je suis du même avis que Jazz. Ce n'est pas à l'école de faire ceci.
S
97 ans 4480
Je ne pense pas que ce soit une très bonne idée...

Perso on m'aurait aprlé de ça à l'école, je m'en serais ciomplètement moquée...

Et ça pourrait inciter justement à y aller... Enfin je sais pas...
41 ans France 5623
alors pour mon avis je suis à cheval entre les deux :)

tout comme les filles l'ont dit avant je ne pense pas qu'il faille faire une information concernant les mouvements "pro-anorexie".

Pour faire un parallèle c'est un peu comme si on avait des cours au lycée pour nous dire:
- "vous savez en ce moment il y a des gens qui font exprès de baiser sans capote , y'a une mode qui cours etc."....
Bref parler des choses comme ça n'est pas très délicat.
- Il vaut mieux faire carrément une information sur ce que sont les MST et les IST, etc... et dire aux jeunes "voyez y'a telle et telle maladie, elle se transmet comme ci comme ça , le seul moyen de s'en protéger c'est de mettre une capote et vous vous exposez à des dangers si vous ne le faites pas , etc..."

Bref donc pour revenir au sujet je dirais que c'est un peu pareil ici:
- plutôt que d'axer l'information sur "attention en ce moment y'a des mouvement pro anorexie qui font un forcing patati patata"
- je pense qu'il vaut mieux rester dans le général et faire une information sur ce que sont les TCA, dans leur globalité. Expliquer ce que sont l'anorexie, la boulimie, l'hyperphagie, les risques sanitaires, les moyens pour s'en sortir, etc... et bien préciser que ce sont des pathologies ,etc.


En parler à l'école ?
ben dans la mesure où on parle du sida, de la drogue, etc à l'école, parce que ce sont des thèmes de santé qui touchent les jeunes au plus près, il me semble que parler des TCA à l'école est aussi nécessaire.

Tout simplement car dans les familles : on n'en parle pas, c'est méconnu, incompris.

Et en plus bien souvent comment en parler alors qu'on ne sait parfois même pas qu'on est malade et ce que l'on a .

Donc oui , que l'infirmière scolaire fasse une information dans un lycée pour expliquer ce que sont les Troubles du Comportement Alimentaire , tout comme il y a parfois des points d'info sur la drogue, l'alcool, le sida, je trouverais ça chouette.
36 ans bordeaux 275
quand j'étais au lycée il y avait une fois par an 2 jours banalisés consacrés à des ateliers sur tous les "dangers" qui nous guettaient: MST, tabac, voiture, alcool, sectes et alimentation

parcontre je ne sais pas si c'était une initiative de mon lycée ou si c'est tous les lycées qui le font
40 ans Saskatoon, SK, Canada 77
Tout à fait d'accord avec Boréale, tout ce qui est dangeureux est potentiellement attractif pour un ado. Donc oui, je pense qu'il vaut mieux inclure quelque chose de plus général dans les informations de nutrition. Par contre, j'ai eu ça (info nutrition) à mon époque et dans mon collège, mais je ne sais pas si ça se fait partout..
39 ans 94 212
En parler à l'école ?
ben dans la mesure où on parle du sida, de la drogue, etc à l'école, parce que ce sont des thèmes de santé qui touchent les jeunes au plus près, il me semble que parler des TCA à l'école est aussi nécessaire.

Tout simplement car dans les familles : on n'en parle pas, c'est méconnu, incompris.

Et en plus bien souvent comment en parler alors qu'on ne sait parfois même pas qu'on est malade et ce que l'on a .

Donc oui , que l'infirmière scolaire fasse une information dans un lycée pour expliquer ce que sont les Troubles du Comportement Alimentaire , tout comme il y a parfois des points d'info sur la drogue, l'alcool, le sida, je trouverais ça chouette.

Chui d'accord avec ça mais aussi essayer le plus possible d'y inclure les parents qui ont tout aussi un role à jouer dans le cadre de la prévention.
1443
Mais en ce qui concerne le Sida, le tabac, les drogues il y a une solution, soit la prévention soit l'arrêt mais pour les TCAs je vois pas.
On va dire quoi ?
Ne mangez pas trop quand vous vous sentez seul ou mal, vous risquez de devenir boulimique ?
N'arrêtez pas de vous nourrir ?

Enfin ça parait ironique mais je vois pas en quoi on peut éviter ça, de la même manière on ne peut pas empecher la depression, les maladies d'ordre psychiatrique, c'est ce que je voulais dire.
41 ans France 5623
Jazz a écrit:

On va dire quoi ?

on va dire :
- parlez-en .
- n'ayez pas honte , c'est une maladie. vous n'êtes pas seul.
- faites vous aider ( psy, suivi en nutrition, etc... )
etc...
non ?
38 ans aude 792
On demande tout le temps à l'école de réparer les dérapages d'une société qui devient folle. Je suis pour faire une éducation à la nutrition, pour apprendre à avoir une bonne hygiène de vie, c'est ce qu'on apprend aux enfants dans le primaire. En remettre une couche au collège, pourquoi pas?
Mais ce message sera démenti pour l'enfant dès qu'il allumera la télé. Ca me fait penser aux tentatives pour légiférer sur le string à l'école, ou le voile... c'est pas à l'école de régler tous les problèmes, elle a bon dos l'école !!!

Et dire "attention aux sites pro-anas", je suis sûre que ça aura pour effet d'augmenter considérablement le nombre de visiteurs sur ces sites. Un ado se dit toujours que LUI, il est plus fort que ça, qu'il va tenter par curiosité...

Mais c'est vrai que dire "parlez-en, n'ayez pas honte, faites-vous aider", ce serait la chose à faire, mais peut-être qu'aux personnes déjà concernées, pour ne pas que ça parraisse "attractif" aux autres... et puis il manque cruellement d'infirmières scolaires dans le secondaire...
35 ans alpes maritimes 23
Salut,

C'est vrai que c'est délicat comme sujet.
Mais hônnetement, depuis qu'on parle des dangers du canabis à l'école, la france est devenu un des pays les plus consommateurs...

Est-ce que parfois parler des dangers d'une drogue (je considère les pro-ana un peu comme des droguées, en manque de vide intérieurs) ne permet pas aux jeunes de dire : si je le fais, je sais que je peux aller jusqu'à telle limite, le prof a dit que c'était pas dangereux.

Les conseils que l'on donne à l'école ne sont pas personnalisés.
Ils concernent le plus grand nombre mais ne sont pas, à mon sens, adaptés aux cas particuliers (qui sont souvent ceux qui dérapent)

Heu je suis pas très claire dans ce que je dis si?? :D
41 ans Centre 141
Je vais peut être fair egrincer mais je pense que ce n'est pas aux enfants qu'il faut le dire mais aux parents.
Auxc parents qui ne voient rien (alors que les 3 paquets de gâteaux ont disparu ou que leur fille a perdu 10 kilos).
Il faut qu'ils voient la réalité en face et qu'ils agissent.
JE NE PEUX PAS CROIRE QUE LES PARENTS NE VOIENT RIEN.

Les TCA, c'est bien de connaitre mais ça ne se contrôle pas comme les MST. Tu mets une capote et t'es sauvé.
Sauf que les TCAs ça te tombe dessus comme une bouse de vache dans un pré. Tu ne peux pas aller contre.
Certes, il faut en parler lorsqu'un se sent pris au piège mais on ne peut pas arrêter les symptômes même si l'on sait.

Et je dirais que cela peut emprirer si on en connait trop (je n'aurais pas su qu'on aurait pu se faire vomir et que sur Internet on trouvait toutes les infos, je n'en serait pas là).
J'ai été très rapidement sur-informée dès que je suis tombée dans l'anorexie, du coup, j'ai tout testé.
41 ans là 5969
Jazz a écrit:
Mais en ce qui concerne le Sida, le tabac, les drogues il y a une solution, soit la prévention soit l'arrêt mais pour les TCAs je vois pas.
On va dire quoi ?
Ne mangez pas trop quand vous vous sentez seul ou mal, vous risquez de devenir boulimique ?
N'arrêtez pas de vous nourrir ?

Enfin ça parait ironique mais je vois pas en quoi on peut éviter ça, de la même manière on ne peut pas empecher la depression, les maladies d'ordre psychiatrique, c'est ce que je voulais dire.

les TCA sont ds drogues en quelque sorte...
et je ne pense que depuis qu'on parle de cannabis en france les français fument plus, mais comme on en parle plus on en sait plus (notament sur les habitudes de consommation) bref c'est pas le sujet...

parler des tca et des pro-ana incitera peut être les copines à signaler à l'infirmière, un prof ou les parents si sa pote a un comportement "à risques"...
B I U