MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quelles punitions appliquez-vous?

53 ans Out of Africa... 4355
Calie-Toad a écrit:



Marrant...

Caline tu fais quoi quand ton fils refuse de comprendre ton point de vue,



J'accepte tout simplement ! Etonnant non ? Une mère  
qui accepte que son fils ne soit pas d'accord avec elle ! Ben oui, j'ai un gamin qui n'est pas toujours d'accord avec moi, qui n'hésite pas à me le dire me le dit et ça ne me pose pas de problème ! Parfois ça me permets de me réajuster parce que c'est lui qui a raison, parfois non (je ne cède pas à tous ses désirs ; je lui permets surtout de les exprimer). Je préfère ce type de relation, très chère, aux fameux gosses bénis-oui oui dont vous parlez !

Et si je dis que je ne souhaite plus participer c'est parce que mes posts deviennent redondants (c'es le cas une fois de plus) donc en arrêtant, je ne fais que me respecter (ben ça alors !!! )
Pour autant ce n'est pas parce que je n'ai pas les mêmes "principes" d'éducations que les personnes qui se sont exprimées ici que je ne les estime pas ! Loin de là ! Il y en a que je trouve intelligentes, intéressantes et que j'aime beaucoup lire.... d'autres beaucoup moins certes :D

Quant à "personnalité individuelle", c'est ce que je dis depuis le début, alors peut-être commencer par vraiment me lire ???? :mrgreen:
41 ans 04 5576
Câline a écrit:
Calie-Toad a écrit:



Marrant...

Caline tu fais quoi quand ton fils refuse de comprendre ton point de vue,



J'accepte tout simplement ! Etonnant non ? Une mère qui accepte que son fils ne soit pas d'accord avec elle ! Ben oui, j'ai un gamin qui n'est pas toujours d'accord avec moi, qui n'hésite pas à me le dire me le dit et ça ne me pose pas de problème ! Parfois ça me permets de me réajuster parce que c'est lui qui a raison, parfois non (je ne cède pas à tous ses désirs ; je lui permets surtout de les exprimer). Je préfère ce type de relation, très chère, aux fameux gosses bénis-oui oui dont vous parlez !

Et si je dis que je ne souhaite plus participer c'est parce que mes posts deviennent redondants (c'es le cas une fois de plus) donc en arrêtant, je ne fais que me respecter (ben ça alors !!! )
Pour autant ce n'est pas parce que je n'ai pas les mêmes "principes" d'éducations que les personnes qui se sont exprimées ici que je ne les estime pas ! Loin de là ! Il y en a que je trouve intelligentes, intéressantes et que j'aime beaucoup lire.... d'autres beaucoup moins certes :D

Quant à "personnalité individuelle", c'est ce que je dis depuis le début, alors peut-être commencer par vraiment me lire ???? :mrgreen:


donc tu ne m'expliqueras pas ce que tu ferais si ton fils décidait qu'il est vachement amusant de jouer avec un briquet, de traverser la route devant les camions, de parler aux messieurs tout-nu-sous-leur-imper...

dommage... j'aurais aimé le savoir.
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
Câline a écrit:
Cocagne a écrit:
Communiquer ce n'est ni parler à l'autre ni parler avec l'autre, c'est une relation à double sens
et selon les enfants, les parents et selon les moments c'est possible... ou non

les grands discours des psys sur la violence de la fessée n'ont finalement que culpabilisé beaucoup de parents qui n'en avait absolument pas besoin


C'est très juste ce que tu dis, certains parents n'arrivent pas à communiquer avec leurs enfants.
Et il ne sert à rien de les culpabiliser. Ils n'ont très certainement eux-même jamais appris à le faire.
Pour autant, n'ai-je donc pas le droit de dire qu'il est possible de faire autrement ?
Pourquoi se sentir à ce point menacé quand je décris comment un enfant vit les punitions ? Je n'ai pas inventé ce que j'écris.
Les cabinets de psy sont remplis de gens en souffrance, alors pourquoi reproduire encore et encore un modèle d'éducation qui a détruit une majorité de personnes ?????


je t'ai repondu à ce passage
comment peux tu dire que le modele d'education a detruit une majorité de personne?
comment peux tu dire que tout est à la faute à la fessée?
j'ai essayé de te repondre mais toi tu ne veux pas me repondre?
si tu communiques aussi bien avec ton fils qu'avec moi permet moi d'avoir un doute sur la validité de ce que tu avances

et tu n'as toujours rien dit sur le fait qu'il y a des enfants qui refusent absolument toute communication avec leurs parents ou avec les medecins ou les psys chez qui on les envoie
53 ans Out of Africa... 4355
Cocagne, je dois partir, je te réponds demain
53 ans Out of Africa... 4355
Calie-Toad a écrit:
Câline a écrit:
Calie-Toad a écrit:



Marrant...

Caline tu fais quoi quand ton fils refuse de comprendre ton point de vue,



J'accepte tout simplement ! Etonnant non ? Une mère qui accepte que son fils ne soit pas d'accord avec elle ! Ben oui, j'ai un gamin qui n'est pas toujours d'accord avec moi, qui n'hésite pas à me le dire me le dit et ça ne me pose pas de problème ! Parfois ça me permets de me réajuster parce que c'est lui qui a raison, parfois non (je ne cède pas à tous ses désirs ; je lui permets surtout de les exprimer). Je préfère ce type de relation, très chère, aux fameux gosses bénis-oui oui dont vous parlez !

Et si je dis que je ne souhaite plus participer c'est parce que mes posts deviennent redondants (c'es le cas une fois de plus) donc en arrêtant, je ne fais que me respecter (ben ça alors !!! )
Pour autant ce n'est pas parce que je n'ai pas les mêmes "principes" d'éducations que les personnes qui se sont exprimées ici que je ne les estime pas ! Loin de là ! Il y en a que je trouve intelligentes, intéressantes et que j'aime beaucoup lire.... d'autres beaucoup moins certes :D

Quant à "personnalité individuelle", c'est ce que je dis depuis le début, alors peut-être commencer par vraiment me lire ???? :mrgreen:


donc tu ne m'expliqueras pas ce que tu ferais si ton fils décidait qu'il est vachement amusant de jouer avec un briquet, de traverser la route devant les camions, de parler aux messieurs tout-nu-sous-leur-imper...

dommage... j'aurais aimé le savoir.


Parfois ça me permets de me réajuster parce que c'est lui qui a raison, parfois non (je ne cède pas à tous ses désirs ; je lui permets surtout de les exprimer).
Qui ne veut pas comprendre ne s'en donne jamais les moyens !
70 ans 3528
Caline, je comprends certains de tes points de vue, et dans l'ideal j'aimerai pouvoir eduquer des enfants comme ca. Par contre, je trouve la question de Calie-Toad interessante: comment fais-tu, concretement, quand ton fils se met en danger? parce que j'ai bosse avec des gamins difficiles, qui se mettaient en danger toutes les 5 minutes (se balancer au dessus des escalier, courir quand une voiture arrive, s'approcher du four quand il est chaud etc..), et sincerement, j'ai souvent ete completement desemparee. Alors, oui, j'ai fini par trouver des solutions, mais en passant par une case "punition" qui me semblait adaptee.
41 ans 04 5576
mamisha a écrit:
Caline, je comprends certains de tes points de vue, et dans l'ideal j'aimerai pouvoir eduquer des enfants comme ca. Par contre, je trouve la question de Calie-Toad interessante: comment fais-tu, concretement, quand ton fils se met en danger? parce que j'ai bosse avec des gamins difficiles, qui se mettaient en danger toutes les 5 minutes (se balancer au dessus des escalier, courir quand une voiture arrive, s'approcher du four quand il est chaud etc..), et sincerement, j'ai souvent ete completement desemparee. Alors, oui, j'ai fini par trouver des solutions, mais en passant par une case "punition" qui me semblait adaptee.


Je ne crois pas que tu auras une réponse à part "je lui permet de s'exprimer" :roll:
Calîne fait de beaux discours, est très forte pour se mettre au dessus du lot et jeter des regards et des remarques condescendantes mais pour les explications cela pêche un peu.
"Qui ne veut pas comprendre ne s'en donne jamais les moyens !" : tout à fait, cela dit, c'est vrai que je ne souhaite pas non plus comprendre quelqu'un qui ne m'a pas encore donné des raisons concrètes de faire autre chose que de lever les yeux au ciel devant tant de suffisance... creuse.
Expliquer, ce n'est pas dire cinquante fois la même chose. C'est avoir reformuler et répondre aux questions :roll:
53 ans Out of Africa... 4355
Cocagne a écrit:
Câline a écrit:
Cocagne a écrit:
Communiquer ce n'est ni parler à l'autre ni parler avec l'autre, c'est une relation à double sens
et selon les enfants, les parents et selon les moments c'est possible... ou non

les grands discours des psys sur la violence de la fessée n'ont finalement que culpabilisé beaucoup de parents qui n'en avait absolument pas besoin


C'est très juste ce que tu dis, certains parents n'arrivent pas à communiquer avec leurs enfants.
Et il ne sert à rien de les culpabiliser. Ils n'ont très certainement eux-même jamais appris à le faire.
Pour autant, n'ai-je donc pas le droit de dire qu'il est possible de faire autrement ?
Pourquoi se sentir à ce point menacé quand je décris comment un enfant vit les punitions ? Je n'ai pas inventé ce que j'écris.
Les cabinets de psy sont remplis de gens en souffrance, alors pourquoi reproduire encore et encore un modèle d'éducation qui a détruit une majorité de personnes ?????


je t'ai repondu à ce passage
comment peux tu dire que le modele d'education a detruit une majorité de personne?
comment peux tu dire que tout est à la faute à la fessée?
j'ai essayé de te repondre mais toi tu ne veux pas me repondre?
si tu communiques aussi bien avec ton fils qu'avec moi permet moi d'avoir un doute sur la validité de ce que tu avances

et tu n'as toujours rien dit sur le fait qu'il y a des enfants qui refusent absolument toute communication avec leurs parents ou avec les medecins ou les psys chez qui on les envoie

Pour ce qui est de mon fils, je ne mélange jamais le virtuel et le réel. J’ai des obligations et des devoirs envers mon fils que je n’ai pas envers vous.

Pour ce qui est de l’exemple que tu me donnes, moi ce que je vois dans un premiers temps c’est une famille en souffrance : la communication ne passe pas, donc la communication est malade. Ce n’est pas grave en soi. Ce qui l’est c’est d’en faire porter la responsabilité à l’enfant, de lui laisser croire (ou de lui faire croire) que c’est de sa faute. C’est courant. Une VLR le dit clairement dans un de ses posts : sa mère n’arrivait pas à établir de communication avec son frère, c’était donc la faute de son frère. Elle y croit mordicus. C’est lui le méchant. Une autre VLR est d’ailleurs venue confortée ses dires : « mais oui, il faut adapter les punitions » sous-entendu il y a des enfants qui méritent les coups qu’ils reçoivent…. J’ai moi la vague impression d’être dans la cinquième dimension !!! Je ne vois pas comment on peut aider des parents à communiquer avec leurs enfants en leur proposant une surenchère de punitions. Il me paraît plus judicieux d’essayer de voir, comprendre pourquoi les parents n’arrivent pas à être en lien avec leur enfant et comment peuvent-ils faire pour y parvenir : c’est eux qui ont la réponse, pas moi ! Pour ce qui est des psys, comme dans tout corps de métier, il y en a des bons, d’autres beaucoup moins.

Pour reprendre l’exemple de Karen qui m’a touchée : elle se sent encore aujourd’hui coupable de la colère de sa mère alors qu’elle n’est en rien responsable. C’est sa mère qui s’est laissé submergée par ses émotions parce que, probablement, elle n’a jamais appris à les reconnaitre, à les gérer, à poser ses frontières : donc elle s’est laissé envahir. Résultat ? D’après ce que j’ai lu Karen a eu très mal physiquement et sa mère a souffert de son geste au point d’en pleurer (c’est terrible de frapper son enfant, cette mère s’est fait du mal à elle-même). Alors il est où le coté éducatif ?

Une autre VLR raconte que son père les a frappés elle et ses frères parce qu’ils faisaient du ramdam dans la voiture. Ils n’ont jamais recommencé tellement leur père leur a fait peur (et pour cause, un adulte contre un enfant…) Il est où le coté éducatif ?

Une autre VLR parle de sa souffrance quand elle punit son enfant. Personne ne lui a demandé pourquoi. Personne ne lui a demandé ce qu’elle ressentait. Après tout, se faire du mal avec son enfant, utiliser l’éducation pour ça, c’est normal !! Là, j’hallucine complètement ! Il est où le coté éducatif ?????

Une autre VLR, éducatrice, nous parle de sa méthode avec fierté. Elle punit et explique – en disant à l’enfant que c’est mal ce qu’il a fait – puis elle lève la punition quand elle le décide en vérifiant bien entendu si l’enfant a bien compris ce qu’elle a voulu lui faire comprendre (c'est-à-dire son point de vue). Au besoin elle se répète. Mais qu’en est-il de ce que l’enfant ressentait au moment de la bêtise, ce qu’il a ressenti quand il a été punit ????? Silence…. Ça ne semble pas l’intéresser. Il est où le coté éducatif ?

C’est cette hypocrisie que je dénonce ! Les cabinets de psy sont remplis de personnes – pas forcément détruites, dieu merci – mais en souffrances : parce qu’elles ne se connaissent pas, parce qu’elles n’ont pas idée de leurs besoins vitaux, parce qu’elles se laissent envahir par les autres, parce qu’elles n’ont pas accès à leurs émotions et ne peuvent comprendre celles de leurs enfants, parce que leurs parents leurs ont imposés des règles, des lois qu’on leur avait aussi imposé, qu’ils croyaient bonnes, mais qui ne leur ont jamais permis de se comprendre eux, de développer LEUR personnalité propre etc….Beaucoup de parents démunis face à leurs enfants, face à la vie. Beaucoup de parents qui pensent qu’éducation rime forcément avec souffrances infligées (à soi, à ses enfants) et qui en souffrent. Absurde !
70 ans 3528
Bon, je met ca sur le compte qu'avec les nombreux messages, tu n'as peut etre pas vu le mien ;)

je renouvelle donc ma question, sans jugement (comme dit dans mon precedent post, dans l'ideal, j'aimerai pouvoir ne pas avoir recours aux punitions), comment agis-tu, concretement, quand ton enfant se met en danger? comment agis-tu aussi lorsque tu n'as pas forcement ni le temps, ni le calme pour en discuter calmement sur le moment (presence d'autres enfants, fatigue etc.)? quelles sont, selon toi, les difficultes de ta "methode"?

discutons d'exemples concret et de ton experience, si tu veux bien ;)
53 ans Out of Africa... 4355
mamisha a écrit:
Caline, je comprends certains de tes points de vue, et dans l'ideal j'aimerai pouvoir eduquer des enfants comme ca. Par contre, je trouve la question de Calie-Toad interessante: comment fais-tu, concretement, quand ton fils se met en danger? parce que j'ai bosse avec des gamins difficiles, qui se mettaient en danger toutes les 5 minutes (se balancer au dessus des escalier, courir quand une voiture arrive, s'approcher du four quand il est chaud etc..), et sincerement, j'ai souvent ete completement desemparee. Alors, oui, j'ai fini par trouver des solutions, mais en passant par une case "punition" qui me semblait adaptee.


Merci Calie toad d'avoir répondu à ma place. Sauf que tu es dans la projection totale et donc... à coté de la plaque ! Ben merte alors, encore raté :D

Mamisha, je n'ai pas de mode d'emploi tout fait ! J'aimerais bien...Moi je parle de respect de l'enfant, de l'aider à développer sa personnalité et comment je fais pour celà.
Pour le reste, je fais comme la majorité des gens je crois. Je suis très vigilante quand je suis avec mon fils. Quand il était petit, je le mettais dans sa poussette ou je lui tenais la main pour traverser Il m'a bien évidemment foutu des frousses mémorables : je ne l'ai pas puni, je lui ai expliqué que j'avais eu une peur monumentale, que je n'étais pas en état de parler., qu'on verrait après quand mon état émotionnel serait "stable" si je puis dire. J'ai remercié le ciel :D...... et accrue ma vigilance !

Toi tu parles d'enfants en souffrance me semble t'il. Il y a une raison à leur comportement. Peut être ont-ils besoin qu'on s'occupe particulièrement d'eux et que le seul moyen qu'ils ont trouvé pour y parvenir, c'est de se mettre en danger ? Je ne sais pas ce que ces enfants ont vécu, quelles sont les relations avec leurs parents. J'entends que tu as du faire avec les moyens du bords. Vous n'étiez pas encadré par des personne compétentes pour vous aider à gérer ces situations difficiles ???? Il n'y avait pas de responsable pour mettre en place des actions visant à protéger les enfants ? Parce que là, tu me fais part d'une situation particulière où il faut être plusieurs à gérer.

Pour en revenir à la punition, si tu punis l'enfant et que tu prends la peine de lui expliquer (ensuite) que tu l'as puni, non pas parce qu'il était méchant mais bien parce qu'il t'a foutu une trouille du diable - par exemple - tu ne vas pas lui faire du mal ! Là où c'est pervers c'est de lui faire croire qu'il est responsable de NOS actes alors que c'est entièrement faux !
48 ans 76 10598
Caline, ce doit être à cause du mercredi, journée de grande fatigue pour mes neurones mais je ne comprends pas vraiment ta méthode.

J'ai l'impression de, lire un blabla psy mais sans rien de concret.

Donc prenons un de tes exemples :

Citation:
Une autre VLR, éducatrice, nous parle de sa méthode avec fierté. Elle punit et explique – en disant à l’enfant que c’est mal ce qu’il a fait – puis elle lève la punition quand elle le décide en vérifiant bien entendu si l’enfant a bien compris ce qu’elle a voulu lui faire comprendre (c'est-à-dire son point de vue). Au besoin elle se répète. Mais qu’en est-il de ce que l’enfant ressentait au moment de la bêtise, ce qu’il a ressenti quand il a été punit ????? Silence…. Ça ne semble pas l’intéresser. Il est où le coté éducatif ?


Expliques-moi alors quelle est la bonne méthode? :-k Concrêtement, comment faire quand après plusieurs explications comme quoi il ne faut pas faire X, l'enfant le fait quand même.
53 ans Out of Africa... 4355
mamisha a écrit:
Bon, je met ca sur le compte qu'avec les nombreux messages, tu n'as peut etre pas vu le mien ;)

je renouvelle donc ma question, sans jugement (comme dit dans mon precedent post, dans l'ideal, j'aimerai pouvoir ne pas avoir recours aux punitions), comment agis-tu, concretement, quand ton enfant se met en danger? comment agis-tu aussi lorsque tu n'as pas forcement ni le temps, ni le calme pour en discuter calmement sur le moment (presence d'autres enfants, fatigue etc.)? quelles sont, selon toi, les difficultes de ta "methode"?

discutons d'exemples concret et de ton experience, si tu veux bien ;)


Je n'ai pas de méthode. Je suis même parfois injuste avec mon fils :D Seulement je l'autorise à me le dire : à partir du moment où il peut ressentir librement que je suis injuste qu'il peut me le dire, il le vit mieux.
Il m'arrive d'être fatiguée, je le lui dis : "je suis de mauvais poil, super fatiguée, je te préviens je risque de ne pas être très patiente avec toi".
L'important à mon sens, c'est d'être honnête de manière à ce que mon fils ne se vive pas comme "mauvais" garçon si je dérape. Il peut se dire : "ok ma mère est de mauvais poil, elle va être gonflante" sans se sentir coupable pour autant.
Quand il fait une ânnerie, je ne l'applaudis pas !!!! :D Je le lui dis et je lui dis que je ressens face à ses actes, sans le culpabiliser. S'il casse quelque chose, par exemple, je lui propose de ramasser. Eventuellement de racheter l'objet, ou de participer à son rachat.
S'il me parle "mal" je lui dis que je n'aime pas son langage, que JE me sens agressée, que JE le vis mal. Et je m'observe de près parce que j'ai remarqué que les enfants que souvent il agissait en miroir ! (blurps :D )
Chez moi il n'y a pas d'émotions interdites : j'ai le droit d'être en colère, lui aussi. j'ai le droit d'être mal lunée, lui aussi...etc

Mes plus grandes difficultés rencontrées ? Me faire confiance, faire confiance à mon fils, me reconnecter avec mes propres émotions pour être empathique avec mon fils, apprendre à communiquer avec l'autre, me dégager de certaines culpabilités, ne pas attendre de mon fils qu'il me renvoit l'image d'une bonne mère et enfin apprendre qu'éduquer un enfant pouvait être...du plaisir
53 ans Out of Africa... 4355
chloeecamille a écrit:
Caline, ce doit être à cause du mercredi, journée de grande fatigue pour mes neurones mais je ne comprends pas vraiment ta méthode.

?

, .

Ce doit être le mercredi, mais j'ai l'impression de me répéter sans cesse !!! J'ai déjà répondu à ta question ! Plusieurs fois ! :D Mon langage est peut être abscons, mais tu ne semble pas vouloir faire beaucoup d'effort non plus pour comprendre : j'ai déjà donné des exemples concrets, je ne vais pas non plus y passer tout mon temps libre :D

Donc en cas de bêtise, il n'existe pas de méthode idéales seulement on peut se secouer un peu les neurones pour :

1/ comprendre le geste de l'enfant : parfois il y a une raison psychologique, parfois c'est du à l'âge tout simplement (ex : l'âge ou l'enfant touche à tout, y compris les produits ménagers !)
2/ si c'est du à l'âge, protéger l'enfant en mettant en place des actions concrètes : lui tenir la main dans la rue, mettre les produtis ménagers en hauteur, ect....!)
l si c'est psycho, aider à comprendre son geste en mettant des mots dessus AVEC lui. Si tu regardes bien ton enfant quand tu parles, tu vois dans ses yeux, sur son visage si tu es dans le juste.
3/ être TRES patiente, ça ne marche pas toujours du premier coup !
4/ Etre toujours honnête avec l'enfant et surtout avec soi-même


Donc, prenons un exemple concret. Pierre tape Claude. Si tu punis Pierre en lui disant que c'est pas bien, Pierre ne comprendra pas pourquoi c''est pas bien. Il se souviendra juste que maman, papa, était en colère parce qu'il a été méchant. Si tu te creuses les neurones, tu vas chercher avec Pierre ce qui fait qu'il a tapé Claude. C'est plus difficile que de punir, c'est sur ! Il faut parfois tâtonner. Mais ça marche. Et quand Pierre comprends pourquoi il a tapé Claude, ce qu'il ressentait à ce moment là, Pierre ne tapera plus Claude. Nos enfants ne sont pas cons, ils comprennent beaucoup de chose, surtout quand on dépasse l'intellectuel pour aller dans le ressenti.
41 ans 04 5576
Câline a écrit:

Donc, prenons un exemple concret. Pierre tape Claude. Si tu punis Pierre en lui disant que c'est pas bien, Pierre ne comprendra pas pourquoi c''est pas bien. Il se souviendra juste que maman, papa, était en colère parce qu'il a été méchant. Si tu te creuses les neurones, tu vas chercher avec Pierre ce qui fait qu'il a tapé Claude. C'est plus difficile que de punir, c'est sur ! Il faut parfois tâtonner. Mais ça marche. Et quand Pierre comprends pourquoi il a tapé Claude, ce qu'il ressentait à ce moment là, Pierre ne tapera plus Claude. Nos enfants ne sont pas cons, ils comprennent beaucoup de chose, surtout quand on dépasse l'intellectuel pour aller dans le ressenti.


Je suis peut être un reste d'enfant pervertie, en souffrance et tout et tout, mais moi je pense surtout que Pierre retiendra qu'il a le droit de taper Paul si ses sentiments lui disent de le faire. Ou alors, tu lui as expliqué que c'était mal, non ? mais dans ce cas, il va souffrir de savoir qu'il a fait une erreur ?
Chais pas, pour rester dans ton exemple concret, Paul est un bébé qui pleure de temps en temps et accapare maman. Cela enerve Pierre. Pierre tape le bébé chaque fois que celui ci hurle. Concretement, avec juste sujet-verbe-complement pour que les ignares que nous sommes comprenions, que fais tu ?

Si j'ai bien retenu ta méthode, tu parles à Pierre, tu comprend que c'est le bébé qui l'enerve, tu lui expliques qu'il a le droit de s'enerver mais pas de taper pas mais pas parce que taper c'est mal (faut pas le culpabiliser mais...????). C'est à ce moment là que je ne te suis plus. Si tu as peur de culpabiliser un gosse en lui expliquant ce qu'il a fait de mal, comment comprend t il que c'est mal ?

Tu fais quoi s'il ne retient que la phrase "tu as le droit d'être enervé" et qu'il profite de cette phrase pour continuer à taper le bébé ? concretement ?
53 ans Out of Africa... 4355
Je n'ai pas dit que tu étais un reste d'enfant pervertie....tu fais encore des projections !

Revenons à notre expemple. Pierre tape Paul parce que Paul accapare maman et papa. Maman essaies de mettre des mots sur la souffrance de Pierre. "Tu tapes Paul parce que tu as l'impression que je ne m'occupe pas assez de toi. Tu penses que je t'aime moins que paul alors je vais te prouver que je t'aime autant que lui". Dont acte si c'est le cas. Sinon, elle va continuer à réfléchir (n'oublions pas que maman a un cerveau) Ensuite, pourquoi Pierre irait-il- donc continuer à taper Paul puisque sa mère aura mis des mots là où Pierre n'en avait pas ???? Et la mère/père aura compris pourquoi Pierre tapait sur Paul, donc elle le rassurera. Pierre aura pu vivre et exprimer sa souffrance, donc il est en bonne voie pour apprendre ce que c'est que "avoir mal".

En même temps, bien entendu, elle/il va poser un interdit fondamental avec autorité (et non autoritarisme) : "non Pierre, tu n'as pas le droit de taper ton frère. La violence quelque soit sa forme est interdite ",
Et là, va falloir qu'elle même ne le tape pas ce Pauvre Pierre, même pas un gifle - sinon son interdit n'aura pas beaucoup de sens pour Pierre ! Et là, oui, il risque de taper encore Paul quand il ne sera pas content !

Je me répète, ce n'est pas facile, je n'ai jamais dit qu'il suffisait de claquer des doigts....
B I U