MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

les épreuves qui soudent... ou pas

T
40 ans noisy le grand 1060
Suite à ce post, et pour ne pas faire de hors sujet, j'ai pensé à un autre moment décisif de ma relation avec mon homme. Un  
déclic, non, mais une mise au grand jour de quelque chose que je soupçonnais.
après quelques mois de relation (on vivait déjà ensemble, mais chez mon père et on était déjà fiancés), j'ai eu une phlébite, grave car prise juste à temps pour éviter l'embolie pulmonaire. Et le médecin n'y a pas été avec des pincettes en l'annonçant, enfin Serge et mon père en ont presque compris que j'avais vraiment failli y passer.
Or Serge a très très peur de la mort et du milieu hospitalier en général. Et pourtant, pendant tout mon séjour à l'hopital, il venait dès le matin à 9h30 et restait jusqu'à 20h (les infirmières le laissaient venir même si c'était en dehors des heures de visites. Je leur en suis très reconnaissante). Il s'est occupé de moi, j'avais le moral à 0, je l'engueulais parce qu'il refusait de m'aider à m'échapper de l'hôpital, et lui il restait là, attentif, patient. Un vrai modèle.
Même si je me doutais qu'il resterait là dans ce genre d'épreuves, je l'ai vraiment réalisé à ce moment là. Il y a eu d'autres mauvais moments depuis, et il a toujours été là.

Pour nous, les épreuves nous ont vraiment soudés, qu'il s'agisse de simples mauvaises passes ou de moments réellement inquiétants.
Je sais qu'il n'en est pas toujours de même, quand je vois d'autres couples autour de moi, et je ne saurais vraiment dire à quoi ça tient.

Donc voilà, ce post pour que vous nous racontiez vos belles histoires et pour remercier, éventuellement, aussi votre conjoint.
40 ans Montréal 752
Ton histoire me rappelle drôlement la mienne, Taniouchka.

J'ai eu un accident de ski, en 2006. Foulure du ligament du genou. Résultat: ne pas marcher durant un mois, donc impossibilité de conduire mon auto, car c,était la jambe droite qui était touchée.

Lorsque c'est arrivé, en janvier 2006, nous étions en pause, si l,on peut dire. Je ne savais plsu ce que je voulais, et je l'avais mis sur la touche. Ce soir là, je me suis blessée vers 19h00. En arrivant chez moi, avec mes amis, je l'appelle. C'était un samedi soir, et son anniversaire en plus. Je ne l'avais même pas appelé le matin pour lui souhaiter bon anniversaire. Ingrate j'étais.

Enfin, il est venu aussi rapidement qu'il a pu, et à partir de cette minute là, s'est occupé de moi tous les jours de ma convalescence. Il a manqué des cours pour m'amener à l'hôpital ou chez le docteur, m'a conduit matin et soir au travail, en plus de m'amener à mes cours à l'université trois soirs par semaine. A fait les courses (parce que des béquilles l'hiver c'est pas génial génial). Bref m'a chouchouté comme tout.

Et j'ai compris que c'était un mec vraiment génial que j'avais entre les mains, et que j'étais en train de perdre avec mon indécision. Qu'il tenait vraiment à moi, et qu'il saurait comment m'épauler lors de moments difficiles. Et qui sait rester calme lorsque je suis énervée et stressée.
A
36 ans Nice 21965
la mort de ma grand mere nous a rapproché car il a ete la pour me consoler et surtout c'est lui qui m'a enlevé le couteau des mains quand j'ai voulu me taillader, qui m'a bloqué les mains dans le dos et m'a dis droit dans les yeux : "je t'interdis de recommencer, je tiens trop à toi" alors qu'on etait separé

par contre quand elle est retombée malade (donc l'année precedente) j'etais avec mon ex et il ne m'a pas du tout aidée, bien au contraire, il m'a dis qu'à cause de moi ca lui faisait se rappeler le deces de sa grand mere et que je le faisait souffrir (quel abruti celui la). on a commencé à s'eloigner et il m'a quitté en 5 minutes alors que je n'allais pas bien du tout

si je pouvais retourner en arriere je lui dechirirais son t shirt slipknot et je lui en collerais une et je partirais sans me retouner
40 ans Ici et là-bas 3402
Bon, je vais être un peu hors sujet, mais récemment, on s'engueulait avec Zhom, il me reprochait je sais plus quoi et je lui sors "mais t'aime quoi chez moi alors???" et lui me répond "ben tout le reste!".

Ah la la....... Pour l'instant on a pas eu à vivre d'épreuve donc je ne sais pas comment il réagirait mais j'ai ma petite idée!
48 ans près de paris 269
Alors, j'ai déjà expliqué comment mon chéri a adopté la fille qui n'était pas de lui. Il a aussi encaissé sans broncher, le fait je je n'aurai jamais d'autre enfant (4 ans de PMA), il a été là quand mon grand-père est mort, quand j'ai décidé de ne plus voir mon père. Il a envoyé chier son propre père qui essayait de nous empécher de nous marier etc...

C'est tout pour le moment, mais je crois que c'est déjà pas mal...

Alors oui, je le remercie pour tout ça, et aussi pour tout l'amour qu'il nous donne tous les jours, à notre fille et à moi, depuis presque 8 ans.
39 ans 2505
Pour ma part, côté épreuve qui soudent [b]PAS :[/b]

Il y a 3 ans j'ai subi un avortement, à l'époque j'étais avec mon ex (belge) et il ne m'a pas soutenu, il en est même venu à douter du fait que c'était le sien !
Je n'ai pas pu compter sur son soutien et cette épreuve nous a déja bien éloignés pour ensuite en venir à la rupture.

Pour le coté épreuse qui soudent :

Il y a quelques mois, j'ai fait un malaise car j'étais deshydraté, je suis tombée dans les pommes dans le RER en pleine heure de pointe.
Il a été aux petits soins pour moi pendant plusieurs jours et à veiller sur moi.
Oui, c'est pas grand chose mais ça m'a réellement touchée, je crois que c'était la première fois que j'étais vraiment "faible" et que j'ai dû lui montrer et avoir besoin de son soutien et il a été là bien plus que je m'y serai attendu...
ça nous a rapproché et je sais que je peux compter sur lui.

Je l'aime tout simplement et j'ai de la chance de l'avoir !
41 ans 417
pour l'instant on n'a pas eu d'épreuves importantes mais quand je ne suis pas bien et que je pleure à tout bout de champ et qu'il prend soin de moi, je repense au début de notre relation où j'ai eu une super grippe pendant un mois (juste avant un concours en plus) et que je pouvais passer 4 ou 5 jours sans avoir de nouvelles... du coup, cette évolution me fait penser que maintenant il est là et bien là ! je ne suis plus trop inquiète face aux épreuves qui ne manqueront pas d'arriver...
42 ans Vitry 101
Pour le moment dans mon couple il n'y a pas eu vraiment de problèmes donc pas vraiment eu l'occasion encore de voir si on est vraiment soudé ou pas. L'avenir nous le dira !
52 ans Var 2447
Quand j'étais mariée ce qui nous avait soudé mon mari et moi c'est sa maladie. Il a eu un cancer à 36 ans, juste je commençais mes études d'infirmière, ça été l'enfer pendant des mois et des mois.

Notre couple avait atteint un autre palier, une entente au delà des mots...ce qui ne nous a pas empêché de divorcer bien plus tard. Il en reste tout de même un "petit quelque chose" dans nos esprits.....
57 ans à la campagne 771
Notre pire épreuve : le décès de notre premier fils, il y a 10 ans. Je n'ai pas envie d'en dire davantage....Excusez-moi.
52 ans 9077
Notre épreuve a duré six longues années...
J'ai de très gros problèmes de stérilité et il m'a fallu tout ce temps pour tomber enceinte.
Jamais il ne m'a reproché quoi que ce soit alors que je savais qu'il rêvait (comme moi) d'une famille nombreuse avec au moins 4 mouflets...
Il me réconfortait avec ses gestes maladroits ;) et ses mots....si peu nombreux mais si chaleureux....
Il ne m'a jamais demandé de maigrir quand le spécialiste pour les FIV me l'a imposé pour essayer de faire le numéro 2...
J'étais bouffée par la culpabilité mais lui m'a sorti un jour : "on est pas heureux quand même tous les 3 ensemble ?"
Ben si....
Juste cette phrase m'a chauffé le coeur et continue à me le chauffer... même si dans 3 mois nous serons heureux à 4 :lol:
38 ans au milieu des poissons 7816
L'une des premières épreuves à nous avoir soudés c'est nos parents qui ne croyaient pas en notre histoire.
Nous avons eu une relation à distance durant des années, mes parents me disaient de l'oublier vu qu'il était loin, il avait sûrement trouvé quelqu'un d'autre.
Quant à ses parents, ils ne pensaient pas non plus que cela allait durer vu que j'étais la première qu'il leur présentait.

Cela nous a rapprochés, notre relation dure depuis plus de 5 ans, nous sommes maintenant fiancés et vivons ensemble, loin de nos parents ... :lol:

Nous avons eu d'autres épreuves difficiles qui n'ont fait que confirmer notre amour l'un pour l'autre...
63 ans Avignon (84) 116
Les épreuves...
C'est dur de voir souffrir ceux qu'on aime, quand on se rend compte surtout que la douleur isole celui qui la supporte. Je crois qu'il n'y a rien de plus à dire; alors quoi de plus normal que de faire son maximum pour atténuer le mal, tout particulièrement lorsqu'il sagit de celle ou celui avec qui on partage son existence, celle ou celui vers qui va votre amour le plus intense.
En même temps, je crois aussi que les moments de bonheur sont aussi le ciment des couples et pas moins que ceux qui nous plongent dans le malheur.
La Fripouille
38 ans evry 91 1500
il a été absent pour moi quand jai perdu mon grand pere ca a cassé qq chose et qq semaines apres on a rompu car ca m'avait ouvert les yeux
B I U