MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

A fleur de peau

40 ans Paris 766
Hello tout le monde, alors voilà mon problème.

Je suis une ronde qui s'assume dans la vie, j'ai pris le temps de prendre confiance en moi par rapport aux hommes (en  
couple), par rapport à la société, professionellement aussi.

Je montre beaucoup d'assurance, du caractère, mais je crois que mon fond est resté très sensible.

Exemple, j'ai fait connaissance avec un collègue, on s'entend plutôt bien, on se mail de temps en temps. J'ai pourtant l'impression qu'il m'évite parfois (c'est rationellement faux) et une idée m'est passé par la tête du genre "il a peut-être pas envie d'être vu trainant avec une ronde" vu qu'on est pas dans le même service.

Qu'est ce que je peux faire pour m'enlever ce genre de reflexions de l'esprit???
34 ans sur terre 1613
Je ne vois pas pourquoi il aurait honte de trainer avec une ronde!
Puis une ronde c'est quoi ?
tu crois qu'on est diffèrentes des autres parce qu'on a des kilos en plus ?
Non :)
Alors profite de la vie sans te prendre la tête pour ça ma belle !
110 ans 2475
Je ne crois pas qu'il puisse exister de baguette magique pour enlever définitivement toute question de ce genre. Je crois que même les tops canons (euh, déjà est-ce que ça existe vraiment, sûrement pas de façon universelle !) se posent parfois des questions. Pas forcément par rapport à des rondeurs, peut-être par rapport à un nez qui plaît pas, ou n'importe quel autre "défaut" qu'on veut bien se trouver (parce qu'à mon avis, on s'en trouve toujours). Tout est dans la tête, c'est sûr, et quelle fichue tête ! Des fois, on est bien obligé de se mettre soi même un pied au c** pour avancer. Des questions, oui, sans doute que tout le monde s'en pose par rapport à ses propres complexes... Mais faut avancer, envers et contre tout, surtout contre soi !
38 ans au milieu des poissons 7816
Comme l'a souligné Ossiane, tout le monde sur Terre se pose des questions de ce genre, nos complexes nous bloquent pour avancer.

C'est drôle que le doute qu'on a, prend une telle ampleur en nous dès qu'il apparaît, alors que très rarement, lorsqu'on se sent bien on ne grandit ni garde ce bonheur en nous.
Ce que je veux dire par là c'est que pour minimiser ces pensées négatives il faut essayer de se rappeler le meilleur qui est en nous. Je sais c'est facile pour moi de l'écrire mais difficile à mettre en pratique. Je n'ai jamais dit que c'était facile, c'est dur pour moi aussi de surpasser mes pensées négatives mais j'y travaille.
Il y aura des jours où le doute prendra le dessus mais rien ne t'empêche (à par toi-même) de te reprendre en main et de te concentrer sur le meilleur de toi-même.
;)
40 ans Paris 766
Tout s'est remis en place, mon coup de flipe est vite parti, parceque le collègue en question m'a même proposé d'aller déjeuner solo avec lui devant tout le monde, donc il n'a pas honte de moi.

Mais qu'est ce qui m'a pris de penser ça, pourquoi je m'attend toujours au rejet de la part de autres?
Et pourquoi le regard des autres (il n'est même pas un ami proche, je fais juste sa connaissance) me tient tellement à coeur.

C'est vrai j'ai toujours besoin de plaire à tout le monde, comment fait_on pour s'en foutre des autres?
B I U


Discussions liées