MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Déçues par le comportement du papa après la naissance ?

39 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Ah parce que prax il t'est déjà arrivé qu'une femme t'immobilise et qu'elle vienne te prélever les petits soldats directement à la source absolument contre ton consentement  
pour ensuite se féconder ?!

Si oui je m'excuse je ne pensais pas que de telles créatures existaient

Si non bah si on ne prend pas sa contraception en main et qu'on compte sur l'autre pour tout gérer on est implicitement d'accord, et donc responsable, pour assumer les conséquences


Que dirais tu à une femme qui viendrait demander des conseils sur le forum en disant
"voilà avec mon compagnon nous allons avoir un enfant, j'en voulais pas et donc je ne compte pas m'en occuper, mon chéri gérait la contraception il devait se retirer mais comme lui voulait un gosse il a mis un but"
Alors ?! :-)

je pense que ta posture est celle qui dédouane des millions de pères depuis des générations qui se victimisent et essayent de se convaincre qu'on les a forcé

(Même si je peux entendre que certaines femmes puissent vraiment se comporter en connasses et mentent sur leur intentions et sont bien contentes de tomber sur des mecs qui estiment que parce qu'on leur dit qu'on prend la pilule ne réfléchissent pas 3 secondes et ne protègent pas leur choix)


Quant à la'phrase "les femmes ont tout pouvoir"
Ça serait extrêmement risible si tu ne le disais pas à une femme qui n'a eu aucun pouvoir sur la conception d'une potentielle progéniture (mais ça c'est un autre sujet)

laetitia
25680
"Il a mis un but " 😂 😂 😂
Désolée mais je n'avais pas encore entendu cette expression pour cela 😅

Alors oui , le monsieur peut décider de se faire une vasectomie, la dame peut prendre une contraception... en général.
Oui, en général car dans mon cas, ben pas de contraception orale autorisée.
Alors si je tombais enceinte j'assumerais.

Oui mais, si une personne décide de tomber enceinte, ment sur sa contraception par exemple (oui cela arrive) et veut imposer sa grossesse à monsieur qui pensait pourtant être au minimum de risque (oui parce qu'aucune contraception n'est parfaire à 100%), et on sait tous que cela arrive encore aujourd'hui, alors monsieur qui a pourtant fait tout ce qu'il faut pour ne pas devenir père aura sans doute du mal à assumer la situation.

Tout le monde n'est pas fait pour être parent, nous vivons une époque fantastique où on peut plus ou moins choisir de procréer ou non.

Je trouve aussi que c'est mieux quand les deux parents sont là, mais il faut aussi que le parent qui reste soit près à assumer pour deux, car c'est toujours un risque même si c'est rarement le plan.

Citation:
il avait renoncé à en avoir d'autres mais par amour pour moi il a changé d'avis. Plutot impliqué dans la grossesse jai voulu un suivi particulier avec le sage femme (haptonomie etc) il a suivi.

Ce n'est pourtant pas l'attitude d'un lâche et d'un père démissionnaire.

Citation:
Je suis vraiment déçue de son comportement dautant plus que avec ses 3 enfants je lai toujours trouvé bien


Il y a clairement quelque chose par rapport à son refus de s'occuper de bébé, mais quoi ? Est-il seulement conscient, capable d'en parler ?
39 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Haha oui "marquer un but" c'est l'expression de chéri, footballeur quand il était jeune :-)
enfin lui son poste c'était gardien de but, ceci explique peut être celà 😂 😂 😂 😂 😂
La première fois qu'il me la dite j'étais morte de rire ;)



Citation:
Oui mais, si une personne décide de tomber enceinte, ment sur sa contraception par exemple (oui cela arrive) et veut imposer sa grossesse à monsieur qui pensait pourtant être au minimum de risque (oui parce qu'aucune contraception n'est parfaire à 100%), et on sait tous que cela arrive encore aujourd'hui, alors monsieur qui a pourtant fait tout ce qu'il faut pour ne pas devenir père aura sans doute du mal à assumer la situation.


je crois que sur ça on ne sera jamais d'accord, mais c'est pas grave au contraire j'aime bien échanger sur des points de vue différents ;),
Pour moi dans ces circonstances le monsieur n'a pas TOUT fait,
s'il ne veut pas de gosse IL met un préservatif, IL utilise un spermicide et IL utilise la méthode du retrait
là ok il aura tout fait et là ok c'est moche si un bébé se pointe
(ça peut arriver mais tu avoueras que dans ce cas précis c'est vraiment que ses soldats sont des terminators c'pas possible 😂)
faire reposer à un autre SON choix en se disant "elle prend la pilule c'est bon je ne risque rien" c'est irresponsable, très naïf et pas ma conception du couple où le job doit se faire en équipe :-)

mais encore une fois j'avoue que sur ce sujet, comme sur d'autres ;), je suis un chouia psychorigide :-)

effectivement avoir un parent qui fait le job parce qu'il y est contraint ça craint et c'est franchement merdique c'est pour ça qu'il faut essayer d'être responsable et de ne pas prendre la contraception/conception d'un mini à la légère

(J'suis chiante avec ça mais mon job c'est d'accompagner des gosses délaissés par leurs parents,
c'est moche plein de blessures et de souffrances quelques fois pour toute une vie
alors les petits états d'ames des adultes j'avoue ça me passe complètement au dessus,
eux ils ont le choix, eux ils ont les moyens d'éviter de se retrouver dans cette situation, pas leur gosse :-) )

laetitia
2513
Bon moi, à part son coup de sang mais ça peut arriver avec la fatigue, il n'a pas mis le bébé en danger ou crié devant lui ? Alors c'est bon...ben je trouve son comportement plutôt pas trop mal. Il s'occupe du bébé d'après ce que tu dis. Un tout petit bébé c'est particulier et fatiguant, c'est bien différent de ses grands enfants, il n'y a pas de comparaison à faire et c'est ce que vous faites tous les deux. Toi tu lui reproches de mieux s'occuper de ses grands enfants et lui dit savoir s'occuper des enfants car il en a eu 3 mais il a eu le temps d'oublier ce qu'est un nourrisson entre temps. Bref, aucune comparaison à faire...
Bref, un nourrisson c'est fatiguant, ça peut énerver des deux côtés.
Pensez à tous les couples qui se séparent quand l'enfant a entre 2 et 4 ans et réfléchissez. Hé oui. Bienvenue dans le monde des parents. Ça peut faire un choc, oui.
Et si l'allaitement te fatigue trop...les biberons c'est aussi très bien et ça permet à papa de participer davantage.


Ballerinette a écrit:
Je suis dans ce cas là. Famille recomposée, papa a déjà 3 enfants dune précédente union, 19ans nous sépare mais mon projet d'enfant est bien réel, il avait renoncé à en avoir d'autres mais par amour pour moi il a changé d'avis. Plutot impliqué dans la grossesse jai voulu un suivi particulier avec le sage femme (haptonomie etc) il a suivi. Accouchement en pleine nuit, un peu déçue de lui car il est restait dans la chambre de l'hôpital a dormir pendant que je souffrais le martyr lol, il est venu au moment fatidique. Retour à la maison, ses 3 enfants étaient la, résultat il s'est occupé d'eux, donc le matin il partait faire un footing, et lapres midi cetait plage ou piscine avec ses enfants, la nuit il faisait chambre a part car bébé trop bruyant , autant dire que je me suis sentie très seule. La seule chose quil faisait cetait le prendre avec lui dans le bain ou lui changer la couche parce que je le demander m. Heureusement la grande sœur me le garder 30min ce qui me permettait de piquer un Somme supplémentaire, j'allaitais et bebe ne dormait que sur moi les 2 premiers mois . Au bout de 2 mois On a eu une dispute à cause de ça notamment et il disait ne plus supporter notre fils qui pleurait tous le temps , "quest ce quil est ciant" " il doit être handicapé cest pas possible " " je vais me barrer je vais pas rester avec un gosse comme ca", certe papa a un caractère très impulsif et peu patient mais autant vous dire qu'après ça jai été très déçue et je suis assez rancunière..maintenant bébé a 4mois et demi, il lui fait le bain régulier sans que je le demande, change les couches quand je le demande et donne le biberon quand je m'absente pour mes cours de danse. Il fait toujours chambre à part les nuits où il travaille le lendemain. Il nest d'aucune secours quand bebe fait une crise la nuit où il est la au contraire il se lève et change de chambre.
Je suis vraiment déçue de son comportement emdautant plus que avec ses 3 enfants je lai toujours trouvé bien. Jai eu écho par son ex femme quil ne se levait jamais ni ne setait trop occupé des 3 lorsqu'ils étaient petits, pourtant il revendique tous le temps savoir s'occuper d'enfants puisqu'il en a eu 3...
40 ans très au sud 7915
J'ai discuté avec l'homme hier. J'avais oublié au début combien il a galéré à trouver sa place... pendant 6 mois quand même. Quand il essayait de prendre son fils pour me soulager il hurlait. C'était hyper frustrant pour tout le monde. Pour le bébé qui ne voulait que sa mère, pour le père qui voulait faire plus (et se voyait claquer la porte au nez), pour moi qui ne rêvait que d'une chose: que mon fils accepte son père et avoir enfin les bras libres.
Je ne me rappelais pas combien je lui en voulais à chaque fois que je me retrouvais coincée avec le bébé. Nous avons fini par instaurer l'heure du papa sur les conseils d'une pédiatre très avisée. "Il a voulu son enfant, il l'a. Quand il arrive le soir vous prenez 1H et soit vous soit lui sortez de la maison (de préférence lui). Et vous prenez soin de vous: vous dormez, vous lisez, vous prenez un bain mais vous faites quelque chose que pour vous.". Appliquer ce conseil a été salvateur pour nous 3. Nous en avons parlé d'abord, fixé les règles.
Maintenant que Lulu a 19 mois il y a encore des moments où il ne veut que moi mais c'est rare ouf!
P
54 ans 3727
WDpowoa a écrit:
je pense que ta posture est celle qui dédouane des millions de pères depuis des générations qui se victimisent et essayent de se convaincre qu'on les a forcé

Je ne cherche à dédouaner personne, je m'en tiens aux faits. Non pas qu'il n'existe pas de pères qui désirent ardemment un enfant et qui laissent aux mères tout le boulot, parce que là il y en a un paquet. Mais le fait de ne pas l'avoir vraiment désiré n'arrange rien aux affaires.

Pour ce qui est du pouvoir des femmes sur le désir d'enfant, les choses sont quand mêmes très simples.

- La femme veut ou ne veut pas d'enfant : c'est elle qui a le pouvoir de décision.
- La femme est enceinte, elle veut le garder ou non : c'est elle qui a le pouvoir de décision.
- La femme est enceinte et elle veut le garder : c'est elle qui a le pouvoir de décision si elle veut évincer le père (comme celui de lui faire envoyer une convocation par un juge des années plus tard alors qu'il n'était au courant de rien !).

Que peut faire l'homme ? Ben pas grand chose.

Quant à la contraception, nous ne sommes pas égaux. La pilule contraceptive masculine existe-t-elle ? Bien qu'à mon âge ça n'ait plus d'importance, à mon grand regret, elle n'existe pas. Que reste-t-il quand la confiance totale n'est pas là ? Les préservatifs ? Dans un couple, ça ne doit pas être tellement courant. La méthode du retrait ? Très hasardeuse. Et ces 2 méthodes ne seraient certainement pas au goût d'une femme (tout comme la pilule masculine) qui aurait une idée derrière la tête ! Toutes les femmes n'ont pas envie de partager le pouvoir que la contraception leur donne sur les hommes. La femme décide avec son "arme", la pilule. Le jour où l'homme aura accès à une pilule aussi efficace que son homologue féminine, il y aura de grand bouleversements dans les couples.

Pour préciser la chose, je n'ai pas d'enfants. Je n'en ai jamais voulu, il y a plusieurs raisons à ça et je dirai juste que la principale est que je ne me suis jamais senti l'âme d'un père, un père qui pour moi doit être aussi attentif et engagé qu'une mère auprès de leurs enfants, ce qui n'aurait jamais été mon cas. Les enfants, je les adore, mais ceux des autres.
25680
J'ai été dans la position de l'enfant dont le père était absent, oui ce n'est pas idéal, mais on s'en sort très bien.

J'ai aussi été dans la position de la femme qui pouvait devenir mère en sachant que le père n'aurait pas suivi, même si avec le temps il a cédé à ma demande.
Je ne serais peut-être jamais mère mais je suis bien contente de ne pas avoir eu d'enfant avec cet personne, car au final, moi aussi j'ai cette responsabilité et cette possibilité de choix.
Oui le père est tout aussi responsable que la mère, mais au final, en temps que femme, nous sommes celles qui avons le pouvoir ou non de prendre la pilule du lendemain, il s'agit du corps de notre corps, comme femmes nous sommes celles qui pouvons décider d'interrompre une grossesse ou de se lancer dans l'aventure.

Bon je diggresse, mais je suis un peu ce que dit Prax.

Pour en revenir à ce que Reinette81, en effet ce n'est pas toujours facile de trouver l'équilibre avec un nouveau né, pas toujours évident non plus de trouver sa place.
En tant que femme, tous les bouleversements hormonaux et les changements de notre corps sont comme de grands avertissements du chamboulement qui arrive.
Le père, lui , voit cela depuis l'extérieur, rien ne se passe dans son corps, il est presque spectateur, et après quelques mois, quand il commence à s'habituer au changement, un nouveau bouleversement arrive, d'un coup, dans un bain de cri et de sang arrive cette nouvelle vie. Cette petite chose fragile, hurlante, exigeante, qui monopolise sa mère, l'attention souvent gaga des grands parents, qui a un rythme de vie qui peut sembler incohérent, ne fait que dormir, manger, chier ... et a en plus le culot de ne pas parler et nous demander de traduire toutes ses demandes et besoin.
Waouh le choc

Peut-être que le compagnon de Balerinette à besoin d'être introduit de nouveau à son bébé d'une façon plus tranquille pour qu'ils puissent apprendre à se connaitre, autrement qu'à travers la fatigue et les cris.
Qu'il puisse voir ce petit être qui l'aime déjà, qui est fragile et à besoin de lui pour le protéger, qui est innocent et tendre, qui sent bon aussi (la couche n'est pas pleine tout le temps lol), bref son bébé et cette partie de lui.
P
54 ans 3727
Anne a écrit:
J'ai été dans la position de l'enfant dont le père était absent, oui ce n'est pas idéal, mais on s'en sort très bien.

Mon père était toujours présent, mais il était absent, si tu vois ce que je veux dire. Je ne mettrai pas ça sur le dos de l'époque puisqu'aujourd'hui encore, bon nombre de pères laissent l'éducation des premières années (et même après) à la mère. On pourrait parler d'une forme d'éducation et d'évolution qui ont complètement échoué, mais pas seulement. Les mentalités maternelles sont aussi à prendre en compte et elles ont la vie dure. J'ai une collègue dont la fille a eu son premier enfant l'année dernière. Le père était plein de bonne volonté, mais, paraît-il, il ne savait pas y faire comme une femme. Il a pu prendre quelques jours de congés paternité avec difficultés et la réponse de ma collègue fut sans appel : puisqu'un père n'est pas capable d'élever un enfant les premiers mois après la naissance, il n'a pas besoin de ces congés.
39 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Coucou :-)



j'entends ce que vous dites mais je reste pas convaincue :p :-)

effectivement si une grossesse arrive suite à un coup (ou 2 ou 3) d'un soir c'est différent et presque "normal" que la femme soit seule décisionnaire (en vrai pas tout à fait mais schématisons :p) puisqu'il n'y a pas de projet d'avenir à 2
par contre dans le cadre du couple je ne suis absolument pas d'accord avec votre vision des choses, pour moi les 2 partenaires sont à égalité dans la prise de décision et ils ont tous les 2 des moyens efficaces de faire respecter le choix de ne pas faire de gosse

D'ailleurs prax la pilule n'est pas l'alpha et l'omega de la contraception, toutes les femmes ne prennent pas la pilule, certaines ne peuvent pas d'autres ne le souhaitent pas :-)

Bref pour moi, il faut être 2 pour faire un gosse et la femme n'a que le pouvoir que l'homme veut bien lui donner :-)

(D'ailleurs on est en train d'en discuter avec chéri,
il ne voit pas non plus comment dans un couple la femme peut être seule décisionnaire
Sa métaphore "c'est comme si un seul joueur d'une équipe voulait organiser un match de foot mais sans tenir au courant son équipe et sans lui demander son avis, impossible ;)
On est perplexes, bon du coup ça veut dire qu'on est en phase)

bref c'est pas mon expérience, si je suis votre théorie il y aurait 3-4 minots à la maison, ce n'est pas le cas du coup j'ai du mal à conceptualiser votre vsion des choses :-)


Citation:
Pour préciser la chose, je n'ai pas d'enfants. Je n'en ai jamais voulu, il y a plusieurs raisons à ça et je dirai juste que la principale est que je ne me suis jamais senti l'âme d'un père, un père qui pour moi doit être aussi attentif et engagé qu'une mère auprès de leurs enfants, ce qui n'aurait jamais été mon cas. Les enfants, je les adore, mais ceux des autres.


et bien GG prax ;), tu es un excellent "non-père", tu sais combien c'est demandeur et tu t'es abstenu puisque tu n'avais pas envie de consacrer ce temps de vie pour ça :-)
tous devraient avoir le courage d'assumer leur choix ;)


sinon effectivement anne chacun a besoin d'un temps différent pour se faire à cette nouvelle vie de parents :-)
mais encore une fois je ne suis pas d'accord avec le fait de dire qu'il est normal que le père ait plus de mal
(Hahaha genre la chieuse qui n'est jamais d'accord avec rien 😂 😂 😂 😂 😂)
certains pères se sentent directement bien dans ce role là
et surtout pour certaines mères c'est extrêmement difficile d'atterrir dans leur role de mère sauf que comme la société leur dit que pour elles c'est naturel, qu'elles ont porté le petitout et donc qu'elles ont déjà un lien avec lui, qu'elles "savent" instinctivement, que pour elles c'est naturel de ne pas dormir et de supporter 24h/24 des cris de bébé qu'elles ne comprennent pas mais qu'elles sont censées comprendre bien mieux que le père
Imaginez un peu la dose de culpabilité qu'elles ressentent quand ce n'est pas le cas, quand elles se rendent compte que pour elles ce bébé est un étranger accroché à ses bras ou à ses nénés
Je trouve encore une fois cette vision sexiste et super violent à gérer pour l'homme (qui est considéré comme une pièce rapportée greffée au couple maman-bébé et pour la femme qui se doit de gérer à la perfection son nouveau role, d'être naturellement une mère nourricière, attentive et à la disposition des besoins, qu'elle comprend bien sûr, de son bébé


Bref je pense qu'on se heurte à des visions différentes, sans doute aussi des expériences différentes (mon père est un papa poule 😂 😂 😂 donc évidemment je n'ai pas le vécu d'une place vacante)
40 ans très au sud 7915
Prax a écrit:
Anne a écrit:
J'ai été dans la position de l'enfant dont le père était absent, oui ce n'est pas idéal, mais on s'en sort très bien.

Mon père était toujours présent, mais il était absent, si tu vois ce que je veux dire. Je ne mettrai pas ça sur le dos de l'époque puisqu'aujourd'hui encore, bon nombre de pères laissent l'éducation des premières années (et même après) à la mère. On pourrait parler d'une forme d'éducation et d'évolution qui ont complètement échoué, mais pas seulement. Les mentalités maternelles sont aussi à prendre en compte et elles ont la vie dure. J'ai une collègue dont la fille a eu son premier enfant l'année dernière. Le père était plein de bonne volonté, mais, paraît-il, il ne savait pas y faire comme une femme. Il a pu prendre quelques jours de congés paternité avec difficultés et la réponse de ma collègue fut sans appel : puisqu'un père n'est pas capable d'élever un enfant les premiers mois après la naissance, il n'a pas besoin de ces congés.


Ah ben voilà, moi j'ai béni le congé paternité et clairement j'ai eu besoin comme jamais de mon mari. C'est hyper important ce temps pour eux, comment prendre sa place quand on rate ce départ là? On devient une famille avec le père, sa place est donc bien là.
Je me souviens encore du départ vers les urgences avec un p'tit Lu en pleurs et moi persuadée de ne plus avoir de lait (et pas de lait en poudre à 1H du mat' enjoy...), heureusement qu'il était en congé pater! Sans le congé paternité je le sais j'aurai foiré mon allaitement. C'est lui qui tenait le carnet des tétées, qui m'aidait à positionner le bébé, le tout en se faisant hurler dessus dès qu'il tentait de me remplacer ><

Et oui les mentalités maternelles doivent aussi évoluer, nous ne sommes pas plus programmées qu'eux à élever un enfant. Et combien de mère laisseraient à garder leur enfant à un homme? En discutant avec la directrice de la crèche elle m'a dit que les mentalités n'évoluaient que peu là dessus alors que parfois ils ont des candidatures d'homme. Mais face aux réactions des mamans tout le monde recule, c'est dommage!
25680
Attention, tu parles de vision, mais ce que je dis n'a rien à voir avec ma vision, mes valeurs ou ma mentalité.
Tu parles de couple uni, ouvert avec une vision commune, c'est magnifique mais ce n'est pas le cas de tous les couples, et cela n'arrive pas qu'en couple.

WDpowoa a écrit:
effectivement si une grossesse arrive suite à un coup (ou 2 ou 3) d'un soir c'est différent et presque "normal" que la femme soit seule décisionnaire (en vrai pas tout à fait mais schématisons :p) puisqu'il n'y a pas de projet d'avenir à 2

Idéalement, je pense que les deux parents qui ont contribué à créer une vie ont leur mot à dire.
Concrètement, si la femme le décide, le père ne sera jamais au courant.


WDpowoa a écrit:
par contre dans le cadre du couple je ne suis absolument pas d'accord avec votre vision des choses, pour moi les 2 partenaires sont à égalité dans la prise de décision et ils ont tous les 2 des moyens efficaces de faire respecter le choix de ne pas faire de gosse

Pas une vision ;)
Encore une fois, idéalement, tout devrait se faire d'un commun accord.
Dans les faits, je connais plus d'un père qui c'est fait imposé une grossesse qu'il n'attendait pas car pour certaines femmes, cela reste encore un moyen de pression pour sécuriser sa position est son couple.
J'ai même entendue parler d'histoire de nana qui perce le préservatif, bon cela ne va pas aussi loin que dans la série Jane the virgin (vlà les references mdr), mais oui cela arrive.

Après, même en couple, une fois enceinte, le père ne peut rien faire si la mère décide d'aller jusqu'au bout même si il n'y a pas d'entente ou d'accord.
Bref, entre l'idéal et la réalité de certains, il peut y a voir de nombreuses nuances.


WDpowoa a écrit:
D'ailleurs prax la pilule n'est pas l'alpha et l'omega de la contraception, toutes les femmes ne prennent pas la pilule, certaines ne peuvent pas d'autres ne le souhaitent pas :-)

Je suis un parfait exemple de ces deux choses, je ne peux pas et de toute façon je ne veux plus pour pleins de raisons.

WDpowoa a écrit:
Bref pour moi, il faut être 2 pour faire un gosse et la femme n'a que le pouvoir que l'homme veut bien lui donner :-)

Je pense qu'on est d'accord dans le fond.
Pour moi c'est mieux d'être 2 et de faire un enfant par amour.
Mais ça c'est l'idéal.

Je connais un homme qui a accepté de mettre enceinte 2 femmes, il n'est pas présent dans la vie de ses enfants, même si ils savent qu'il est le père, les parents voulaient que les choses soient ainsi.
Je vais te dire, pour moi, ce qui compte, c'est que la famille présente donne de l'amour, que ce soit 1 parent, 2 parents, biologique ou pas, toute une famille.


WDpowoa a écrit:
(D'ailleurs on est en train d'en discuter avec chéri,
il ne voit pas non plus comment dans un couple la femme peut être seule décisionnaire
Sa métaphore "c'est comme si un seul joueur d'une équipe voulait organiser un match de foot mais sans tenir au courant son équipe et sans lui demander son avis, impossible ;)
On est perplexes, bon du coup ça veut dire qu'on est en phase))


Toute la question est là, savoir si le couple se considère comme une équipe (ce qui est mieux en effet dans un couple) ou pas .

WDpowoa a écrit:
sinon effectivement anne chacun a besoin d'un temps différent pour se faire à cette nouvelle vie de parents :-)
mais encore une fois je ne suis pas d'accord avec le fait de dire qu'il est normal que le père ait plus de mal

Je ne sais pas si c'est normal ou pas, certains père sont super impliqué des le premier jour, certaines mères souffrent de baby blues et ont du mal au début. Tous les scénarios existent.
Mais je comprends que je père puisse se sentir à part, puisque la grossesse ce sont 9 mois où l'homme ne peut que voir les choses de l'extérieur alors que la mère porte déjà le bébé en elle.

WDpowoa a écrit:
(Hahaha genre la chieuse qui n'est jamais d'accord avec rien 😂 😂 😂 😂 😂)
certains pères se sentent directement bien dans ce role là

Ben si, tu vois qu'on est d'accord 😂 😉

WDpowoa a écrit:
et surtout pour certaines mères c'est extrêmement difficile d'atterrir dans leur role de mère sauf que comme la société leur dit que pour elles c'est naturel, qu'elles ont porté le petitout et donc qu'elles ont déjà un lien avec lui, qu'elles "savent" instinctivement, que pour elles c'est naturel de ne pas dormir et de supporter 24h/24 des cris de bébé qu'elles ne comprennent pas mais qu'elles sont censées comprendre bien mieux que le père
Imaginez un peu la dose de culpabilité qu'elles ressentent quand ce n'est pas le cas, quand elles se rendent compte que pour elles ce bébé est un étranger accroché à ses bras ou à ses nénés

En effet, cela doit être super difficile à vivre, la aussi on est d'accord.

WDpowoa a écrit:
Je trouve encore une fois cette vision sexiste et super violent à gérer pour l'homme (qui est considéré comme une pièce rapportée greffée au couple maman-bébé et pour la femme qui se doit de gérer à la perfection son nouveau role, d'être naturellement une mère nourricière, attentive et à la disposition des besoins, qu'elle comprend bien sûr, de son bébé

J'imagine que chaque couple à son cheminement dans l'arrivée d'un bébé, dans la préparation et dans l'investissement de chacun.
Nous sommes humain, donc des erreurs, des ratés, des incompréhensions, des moments de doutes, de blues ... c'est totalement normal pour les deux parents.
Il est certain qu'une "équipe" soudée à la base cela doit aider à passer ce moment dans les meilleures conditions.


WDpowoa a écrit:
JBref je pense qu'on se heurte à des visions différentes, sans doute aussi des expériences différentes (mon père est un papa poule 😂 😂 😂 donc évidemment je n'ai pas le vécu d'une place vacante)


Dans le fond, je pense que notre vision de l'idéal pour avoir un enfant est assez proche.

Mais tu vois, je me suis retrouvée à la place de Ballerinette, avec un conjoint qui ne voulait pas d'enfant et a fini par céder "par amour" à ma demande.
Je le redis, je pense que si au final nous avions eu un enfant, cela aurait juste tout fait exploser au détriment de l'enfant.
Amour ou pas, si on attend d'un parent quelque chose qu'il ne sait pas donné, on risque d'attendre longtemps. Donc c'est aussi une chose à penser avant, car tous les couples ne sont pas dans l'idéal.

Actuellement, je ne suis pas dans une relation de couple, même si je ne suis pas seule.
Si je devais tombée enceinte, si je décidais de le garder, ce serait en ayant conscience que je vais être seule, mais si ce n'est pas la vision que j'ai.
Je pense aussi que faire un enfant à deux, avec un couple uni, ou les deux personnes ont la parole, communique et peuvent prendre des décisions et s'impliquer sur un pied d'égalité, c'est la meilleure solution.

Pour Ballerinette, le bébé est là, donc c'est une autre histoire, j'espère qu'elle reviendra nous lire, qu'elle pourra trouver des idées et réussir à parler avec son homme.
2513
C'est bien et à la fois dommage que ce sujet soit allé sur le chemin de la décision d'être parents. Bien pour le public et pour réfléchir à ce sujet et dommage pour la posteuse qui a posé la question initiale, j'ai l'impression que ça va l'embrouiller plus qu'autre chose car le père a l'air présent et personne n'est fautif de rien, perso je lis juste deux parents fatigués par un nourrisson allaité.
P
54 ans 3727
WDpowoa a écrit:
par contre dans le cadre du couple je ne suis absolument pas d'accord avec votre vision des choses, pour moi les 2 partenaires sont à égalité dans la prise de décision et ils ont tous les 2 des moyens efficaces de faire respecter le choix de ne pas faire de gosse

C'est parce que tu as une vision du couple bien trop idyllique. C'est pas toujours tout beau tout rose avec des décisions bien précises et bien arrêtées, parfaitement égalitaires entre les deux. Il y a souvent de grandes ambiguïtés et les motivations pour concevoir un enfant ne sont parfois pas les mêmes chez l'un et chez l'autre.

Il y en a qui désirent un enfant parce que c'est dans l'ordre des choses, d'autres qui veulent fonder une famille, d'autres qui s'imaginent qu'une progéniture est un ciment qui leur procurera le bonheur durant toute leur vie, d'autres (les mâles) qui veulent assurer la continuité de leur lignée et qui ne seront satisfaits que lorsqu'ils auront un fils. Et il doit y avoir d'autres raisons..........
39 ans \o/ dans mon ptit paradis ... \o/ houhou \o/ 831
Ah vous avez mis le doigt sur un point que j'ai négligé ;)
j'ai tellement une haute attente des parents vis à vis de leurs enfants que j'omets de prendre en compte que certains font des enfants sans penser en priorité à leurs besoins
(genre faire un gosse pour souder son couple alors qu'à l'instant T c'est bagdad à la maison ou autre)

effectivement en mettant ce paramètre sur la table tous les coups bas sont permis,
mais du coup même le mec qui bien que sachant que sa compagne ne veut pas de gosse marque un but pour la "soumettre" au couple et l'empêcher de partir ou d'être plus carriériste que maman par exemple :-)
(Genre la fille qui ne veut pas lacher sur son concept d'égalité homme-femme dans la conception ;) 😂 😂 😂 😂 )

Je crois que j'ai une vision, haha c'est pt'être pas le mot anne ;), des choses trop intellectualisée parce que mon parcours est pas très commun
J'ai su très tôt que j'allais avoir du mal à enfanter du coup à 18ans déjà j'étais en train de réfléchir à l'adoption,
puis j'ai rencontré mon compagnon 10ans plus tard, tout en étant investit dans ce projet d'adoption solo du coup,
lui n'avait pas réfléchi à avoir un minot puisque célibataire, il n'était pas contre mais ça n'était jamais le bon moment,
donc comme j'ai la vision que j'ai je n'ai évidemment pas forcé ou fait d'ultimatum,
puis finalement on a renoncé ensemble à faire un bébé puisqu'on a tous les 2 des allergies sévères et qu'on ne voulait pas imposé ce bagage génétique à un enfant,
on s'est donc tournés vers le projet de famille d'accueil (et le parcours qui va avec avec entretiens psy, travailleurs sociaux ...) parce que quand même merdouille on a des choses à donner à des enfants dans le besoin :-)
donc quand on fait le point ça fait presque 20 ans que je me prépare activement à être "parent",
que j'intellectualise les besoins de l'enfant, le contexte le plus propice pour qu'il puisse grandir dans de bonnes conditions, sans compter que je suis educ' de premiere formation,
ça fait beaucoup de réfléchissage tout ça ;)
alors que pour 99% de l'humanité on copule et paf !!
Les réflexions viennent souvent après quand le bébé s'est installé ;)
ça change la donne 😂 😂 😂 😂



bah chapinette je pense que ça peut être aussi intéressant pour ballerinette dans le sens où elle n'a peut être pas mis le doigt sur ces paramètres justement
Hormis le fait naturel, mais pas systématiquement comme je l'ai déjà dit, d'avoir envie de faire un petit il y a peut être chez elle des choses dont elle ne se doutait pas ?!
Ou même si son compagnon a dit "ok on se lance", ce qu'elle a pris pour argent comptant,
elle n'avait peut être pas entendu tout ce qui pouvait se tramer derrière et qu'on a pu aborder justement en digressant sur le pourquoi on veut un petit, qui décide, dans quelles conditions ...

Quoi qu'il en soit avant ça elle a reçu des réponses qui peuvent être des pistes je trouve, en tout cas j'espère :-)

laetitia
2513
Oui, mais ça me paraît à double tranchant. On ne connaît pas trop la situation de Ballerinette en fin de
compte. Imaginons une personne influençable (un peu comme moi, en fait), et que mon hypothèse sur un couple fatigué par l'arrivée d'un nourrisson, les nuits sans sommeil et l'allaitement qui soyons clairs, laisse quand même peu de place au papa, bref, que cette hypothèse est vérifiée. En lisant vos premiers échanges, le père est responsable de tout ce qui va mal, elle a l'impression que ça ressemble à sa situation vécue,...elle lui balance tout ça sur le dos...clash inutile, incompréhension des deux côtés, engueulades à n'en plus finir...beau gâchis. Bref, ça me paraît dangereux.

Ce n'est pas une situation vécue mais, étant influençable, je sais que je suis déjà allée à contre-courant de ma personne en écoutant les conseils de personnes que je pensais mieux avisées. Ça arrive. Tout le monde n'a pas votre force de caractère.
B I U