MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

adieu la gourmandise gratuite?

46 ans Epinal 264
Bonjour!

Voilà le constat du jour: depuis que je suis en RA, je ne peux manger QUE quand j'ai faim. C'est le but avoué de la RA, me direz-vous....oui, vous répondrais-je.  
Mais il m'arrive parfois d'avoir envie d'un plat/aliment/repas, dont je me souviens qu'il me procurait du plaisir et si je n'ai pas faim, adieu satisfaction, ce n'est simplement pas bon :evil: .
Moi qui aimais jouir de la nourriture, au vu de mon appétit désormais restreint, je me sens frustrée. Je ne peux être gourmande dorénavant que lors des repas (un par jour m'est suffisant dans l'absolu) et comment faire pour y intégrer une raclette, spaghetti au roquefort, blanquette de veau, oeufs mimosa, salade de riz, carottes râpées, etc...(liste non exhaustive) =P~ , bref tout ce que j'aime quoi!
Et socialement, c'est un peu frustrant de ne plus pouvoir partager des repas parce qu'on n'a pas faim.
Avez-vous connu la même chose, avez-vous trouvé des astuces pour y remédier?

Râââlala,j'en ai des problèmes existentiels, hein? :sifl: 8-[ :D
S
34 ans 1093
C'est une partie du travail que le Dr apfelhorder appelle le deuil de la surconsomation. Dans une societé de consomation on doit se resoudre a se dire, je ne peut pas tout consomer, je doit renoncera une partie de ce qui existe.

Il faut renoncer a tout manger et savourer ce que l'on mange en l'assimilant.
Pas facile de changer ce point de vue du toujours plus par lequel on est aissaillit.
38 ans Montréal 1666
Allo!

J'ai un peu le même problème que toi...

Tu peux manger très léger en prévision d'un souper spécial. Parfois la faim vient, parfois pas. Tu aura surement au moins l'appétit pour les meilleures premières bouchées et tu pourra manger un tout petit peu de tout. On apprends à connaitre sa petite faim et à l'optimiser au maximum, mais c'est sur que c'est différent d'avant. Comme disait Roa, il y a une partie de deuil.

Personellement, j'économise une fortune en épicerie depuis que je fais ma R.A. Il y a toujours pleins de restes à finir...

Tu peux aussi occasionnellement dépasser ta faim. Il ne reste qu'a attendre qu'elle revienne pour manger. Personellement, j'apprécie de moins en moins puisque la nourriture en trop ne me procure plus de plaisir et que ça prends beaucoup de temps avant que j'ai faim ensuite.

Ça ira de mieux en mieux si tu persiste: c'est un apprentissage...
50 ans Sud ouest 356
Moi aussi j'ai ce problème, j'aime manger et si je suis mes sensations, manger me manque.
J'ai toujours pas trouvé de solution et je mange au delà de ma faim. Mais Zermatti donne quelques pistes : manger lentement, être concentré sur l'acte de manger : ça t'évite de manger sans y faire attention et d'augmenter la frustration...
Effectivement, comme le souligne Roa, il y a des deuils à faire. Personnellement je ne les ai toujours pas fait, ça va me prendre du temps... Je n'ai d'ailleurs toujours pas réussi à jeter la nourriture, je termine presque toujours mon assiette :oops:
L
71 ans 7508
Attention toutefois à ne pas confondre avec la période notamment en début de RA qui nous pousse à goûter toutes ces choses dont on a privé notre corps et cela peut prendre parfois du temps voir beaucoup de temps pour se faire oublier.

Moi ce que je dirais c'est de consommer quand ça arrive sinon ça peut devenir une autre forme de privation. C'est en banalisant le truc qu'on le normalise. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre et après petit plus en fait on découvre nos véritables goûts. Enfin pour ma part ça s'est passé comme ça. Puis les gens bien régulés ont aussi des gourmandises gratuites, il ne faut pas oublier on est tous des humains avec des émotions.

La RA bien évidement il y a des pistes pour le faire quand on veut s'y mettre et mais elle se fait aussi naturellement le jour où tu as decidé de manger ce que tu veux, quand tu veux et combien tu veux. Même si au début on ne s'écoute pas beaucoup par la force des choses, on a de moins en moins faim et on ressent de plus en plus facilement la satiété pour finir fin gourmet :D
46 ans Epinal 264
bonjour à toutes

Oui, c'est exactement ce que vous dîtes, il faut que je fasse le deuil de mon appétit légendaire (important depuis l'enfance ;) ) et que j'accepte le fait d'avoir une faim normale, mais c'est dur de changer d'habitudes alimentaires, je trouve la nourriture si stigmatisante socialement....
Contrairement à ce que je lis souvent sur le forum, pour moi quelqu'un qui mange beaucoup est un "bon-vivant" et je me plaçais volontiers dans cette catégorie. C'est idiot, je le sais bien :roll: . Mais c'est sacrément ancré en moi depuis fort longtemps. Et il m'arrive encore de vouloir manger au delà de ma faim. Je ne suis pas convaincue que ce soit un effet de la société de consommation dans lequel on vit actuellement, l'image de gros mangeur=bonne santé me semble plutôt archaïque. Pour autant, c'est sûr que les sollicitations extérieures comme la pub peuvent accentuer l'envie de certains produits.
Je pense qu'un jour,il me semblera normal de manger peu, je l'accepterai mieux.

Pour répondre à Yubaba, je ne me suis jamais interdit un aliment, pour moi le plaisir était mon seul guide. Mais mon plaisir a changé, il a diminué avec mon appétence. Et c'est vraiment ça qui me déroute et me dérange.
Je n'ai justement pas l'impression de pouvoir manger ce que je veux autant que je veux, mon estomac et mes papilles gustatives me gâchent mon plaisir et sans satisfaction, pourquoi manger? Cela fait plusieurs mois que je suis en RA de manière empirique et spontanée, je ne me doutais pas que ça aurait ces conséquences. Mon corps a repris ses droits sur mon esprit et il me surprend drôlement.

En tout cas, merci pour vos réponses, je me sens moins seule dans cette mutation :D
B I U