MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Sommes-nous moins tolérants que nos parents ?

59 ans Québec, Canada 1664
Ma vieille amie de 96 ans me disait l'autre jour qu'elle était ébahie en voyant le haut taux de divorces qu'il y a de nos jours.

Selon elle nous serions moins  
patients, moins tolérants que "dans leur temps".

Je lui ai fais remarquer que "dans leur temps" le divorce était très mal vu et que de ce fait bien des femmes ont préférées se piler sur le coeur et "tolérer" plutôt que de subir l'opprobre de la société toute entière.

Je suis rentré à la maison en repensant à cette conversation.

Serait-il possible que le fait que les femmes soient maintenant indépendantes financièrement, que le divorce soit plus "accessible" etc. qu'effectivement nous avons tendance à avoir la détente plus rapide qu'avant ?

D'un autre côté lorsque je lis de nombreux témoignages ici et ailleurs je vois des femmes qui s'accrochent à des situations quasi perdues d'avance ou à des situations que je trouve MOI invivables.

Qu'en pensez-vous ?
41 ans 04 5576
Je crois que c'est un peu comme pour tout, c'est à dire que quand tu ne peux avoir qu'une chose (un seul conjoint pour la vie), ton instinct de survie te fait faire des concessions, mais que quand tu estimes "avoir le choix", tu veux le meilleur, tout de suite, tu ne veux pas risquer de t'attarder / perdre du temps avec quelqu'un qui ne serait pas the personne parfaite. Alors tu ne fais pas de concessions. Tu as un modèle tout taillé dans ta tête, et tu veux le monsieur qui rentre dedans. Quelque part, je trouve cela dommage, parce que c'est souvent courrir après une chimère...

Et puis il y a aussi cette croyance qu'on peut tout se permettre par amour : je m'explique : il suffit maintenant de dire qu'on aime quelqu'un d'autre que celui avec qui on est pour qu'on est le droit de le quitter, de tout balancer : on ne peut rien dire, parce que c'est l'amour, que l'amour ne se contrôle pas, que l'amour doit être le but ultime. Et tant pis si c'est un béguin de 5 minutes contre une vie de 15 ans...

Le choix est parfois aussi difficile que l'absence de choix,et amène autant de problèmes. La seule différence, c'est le fait d'assumer ses choix. On ne peut être fidèle qu'à soi même, (et encore !) si nous sommes des inconstants, il nous faudra l'assumer.
41 ans Rennes (35) 8666
Thetoad a écrit:

Et puis il y a aussi cette croyance qu'on peut tout se permettre par amour : je m'explique : il suffit maintenant de dire qu'on aime quelqu'un d'autre que celui avec qui on est pour qu'on est le droit de le quitter, de tout balancer : on ne peut rien dire, parce que c'est l'amour, que l'amour ne se contrôle pas, que l'amour doit être le but ultime. Et tant pis si c'est un béguin de 5 minutes contre une vie de 15 ans....


Je suis tout a fait d'accord avec toi, et j'ajouterai même que de nos jours, il est tellement simple de divorcer qu'on essaie pas de resoudre les problemes qui finalement sont presents dans chaque couples... On evite le problème, on divorce, et on refait les mêmes erreurs (evidemment je schematise, mais je ne dois pas etre loin de la verite)
A
36 ans Nice 21965
c'est sur qu'aujourd'hui c'est different : le divorce est simplifié (et encore il pourrait l'etre plus), la femme n'a plus forcement besoin financierement de l'homme donc elle est plus dependante, y'a plus ce sens du "sacrifice" qui fait qu'on reste a la maison pour etre la bonne menagere afin de pas etre mal vue, les mariages arrangés n'existe plus vraiment

franchement c'est pas plus mal, resté toute sa vie avec un homme que l'on aime pas, avec qui l'on couche pour le "devoir marital", devoir ne rien dire sous peine d'en recevoir une ect... aujourd'hui on a le choix de decider et non de subir (je ne dis pas qu'avant il n'y avait pas de mariage d'amour, y'en avai moins)
45 ans 10768
athanyaw a écrit:
c'est sur qu'aujourd'hui c'est different : le divorce est simplifié (et encore il pourrait l'etre plus), la femme n'a plus forcement besoin financierement de l'homme donc elle est plus dependante, y'a plus ce sens du "sacrifice" qui fait qu'on reste a la maison pour etre la bonne menagere afin de pas etre mal vue, les mariages arrangés n'existe plus vraiment

franchement c'est pas plus mal, resté toute sa vie avec un homme que l'on aime pas, avec qui l'on couche pour le "devoir marital", devoir ne rien dire sous peine d'en recevoir une ect... aujourd'hui on a le choix de decider et non de subir (je ne dis pas qu'avant il n'y avait pas de mariage d'amour, y'en avai moins)

+1 avec Athy ;)

Thetoad a écrit:
Et puis il y a aussi cette croyance qu'on peut tout se permettre par amour : je m'explique : il suffit maintenant de dire qu'on aime quelqu'un d'autre que celui avec qui on est pour qu'on est le droit de le quitter, de tout balancer : on ne peut rien dire, parce que c'est l'amour, que l'amour ne se contrôle pas, que l'amour doit être le but ultime. Et tant pis si c'est un béguin de 5 minutes contre une vie de 15 ans...

Je ne suis pas sure que le cas dont tu parles soit une généralité, et je ne l'espère pas d'ailleurs. On ne doit pas quitter son conjoint POUR quelqu'un d'autre, et on ne doit pas prendre l'autre pour excuse ou lui mettre ça sur le dos.
On doit prendre ses responsabilités et quitter parce qu'on n'aime plus son conjoint, parce qu'on ne voit plus d'avenir ou de bonheur avec lui. Enfin, pas facile c'est sûr, mais en tout cas, c'est l'attitude la plus saine, de prendre les deux problèmes (son couple et son nouvel amour) séparément ;)
2812
Moins tolérants, oui et non. Aujourd'hui, on a l'impression d'avoir le choix. Et si une relation ne nous satisfait plus, on a aucun scrupule à laisser tomber et à passer à autre chose. Manque de tolérance, de patience aussi, car souvent il suffit d'un peu de temps pour qu'un obstacle passager disparaisse.
50 ans Belgique 3287
J'y croyais à l'amour toujours et aux concessions... sauf que ben ça n'a pas fonctionné quand même...

Je me suis rendue compte aussi que je n'ai pas besoin de vivre en couple pour être heureuse : je m'épanouis bien seule et si je pouvais m'autorouler des pelles, me tenir par la main dans la rue et passer mon propre bras autour de mes épaules je me passerais de relation :lol:

J'ai toujours été solitaire, libre et la vie m'a rendue indépendante...

Les efforts, la patience et les concessions, j'ai essayé pendant 11 ans sur 12... et ça n'a pas marché quand même.
59 ans Québec, Canada 1664
En vous lisant des questions se bousculent dans ma tête ... Faut-il donc laisser de côté le mythe de l'amour romantique ... l'amour toujours ?

N'est-il pas possible à un couple de survivre aux crises occasionnelles qui se présenterons forcément sur notre route ?

N'y-a-t'il pas d'amour assez fort pour que ça vaille la peine de se battre ?

De toute évidence nous préférons choisir la facilité plutôt que de faire face aux problèmes et réinventer le couple avec les nouveaux paramêtres que notre évolution individuelle et la vie elle-même nous forcent à mettre à jour ?
A
36 ans Nice 21965
perso l'amour toujours j'y crois vu que j'y ai droit

entre une crise passagere et une femme qui est tabassée par son mari, il y a tout un monde different

certains se marient a la legere, d'autres par amour mais au bout d'un moment ca colle plus, si l'amour n'est plus la pourquoi insister? on a la possibilité de quitter la personne que l'on croyait etre la bonne (si y'en qui se remarient je ne sais combien de fois c'est qu'il y crois à l'amour non?)

pourquoi se bloquer dans une relation qui fait souffrir ou on est pas heureux malgré les efforts que l'on peux faire?

les erreurs et mauvais choix existent depuis toujours sauf que de nos jours, elles peuvent etre corrigées, ce qui n'etait pas le cas avant, c'etait super mal vu de divorcer et encore pire si c'etait la femme qui le faisait peu importe la raison

dans toutes tes questions j'y vois des fausses generalités, tu as bien divorcé toi meme pour des raisons qui te sont propres, qu'aurais tu fait si tu n'aurais pas pu divorcer? si tu l'a fait c'est qu'il n'y avait pas de solution a tes problemes? tu es donc bien d'accord que le divorce etait la solution pour toi, ce qui peux l'etre pour d'autre aussi, tu es donc bien "placée" pour savoir que dans la vie il nous arrive des choses et que l'amour n'y peux rien

on ne connait pas son avenir on fait des choix de vie, bon ou mauvais on a juste la possibilité de nos jours de pouvoir se sauver a defaut de son couple

(ne prend surtout pas mal ce que je t'ai dis plus haut, c'est juste pour te demontrer ce que je voulais dire)
59 ans Québec, Canada 1664
Oui j'ai divorcée ... pas pour des broutilles ... pas pour aller avec quelqu'un d'autre (je ne juge personne en disant cela j'explique juste mon cas) ... et après 10 ans de tentatives désespérés pour aider mon ex-mari à se sortir de "ces" problèmes. (Seigneur j'avais presque oublier tout ça ... c'est dire à quel point je suis passé à autre chose non ... mais il m'a fallu tout de même 8 ans ouf).

Quand je posais mes questions je faisais référence surtout à ceux qui ont tendance à tout laisser pour des raisons qui me semble à "moi" très futiles.

Mais encore là chacun fait ce qu'il croit le mieux pour lui.

Je crois encore en l'amour puisque malgré ce que j'ai vécu dans le passé ... avec des relations qui m'ont beaucoup meurtris pyschiquement et physiquement ... je me suis remariée.

Il a tout de même fallu plusieurs années avant que nous nous engagions mon mari et moi ...

Cependant je constate qu'il y a des gens qui s'engagent très rapidement ... et dont la flamme s'éteint tout aussi vite.

D'autres qui s'engagent très très vite et qui sont toujours ensemble depuis des années.

Est-ce parce que certains ont compris que l'amour se cultive jour après jour et que d'autres veulent aussitôt passer à autre chose dès que la passion s'éffrite ?

Avons nous une vision juste de ce qu'est réellement l'amour ?

Ou, comme le disait Thetoad, comme nous avons plus de choix et bien nous passons vite à autre chose si ça ne va pas comme nous le voulions à la recherche de quelques chose de plus grand ... de plus beau ... de plus tout quoi !

Un des revers de la société de consommation ... utilisé et ... jeter ?
41 ans 04 5576
PouletteBBQ a écrit:
En vous lisant des questions se bousculent dans ma tête ... Faut-il donc laisser de côté le mythe de l'amour romantique ... l'amour toujours ?

N'est-il pas possible à un couple de survivre aux crises occasionnelles qui se présenterons forcément sur notre route ?

N'y-a-t'il pas d'amour assez fort pour que ça vaille la peine de se battre ?

De toute évidence nous préférons choisir la facilité plutôt que de faire face aux problèmes et réinventer le couple avec les nouveaux paramêtres que notre évolution individuelle et la vie elle-même nous forcent à mettre à jour ?


je suis sans doute pessismiste mais j'ai du mal à y croire, du fait de la définition même de l'amour, de l'exigence de ce sentiment, et en même temps de sa légéreté. J'aimerai y croire, sincèrement, avec confiance, mais il n'y a rien de plus fragile au monde que ce sentiment... Comme le dit mon maître à penser, Monsieur Jean Anouilh :

Citation:
"Vous êtes tous les mêmes. Vous avez soif d'éternité et dès le premier baiser vous êtes verts d'épouvante parce que vous sentez obscurément que cela ne pourra pas durer. Les serments sont vite épuisés. Alors vous bâtissez des maisons, parce les pierres, elles, durent. Vous faîtes un enfant, comme d'autres les égorgeaient autrefois, pour rester aimé. Et vous misez allegrement le bonheur de cette petite recrue innocente sur ce qu'il y a de plus douteux azu monde, sur votre amour d'homme et de femme. Et cela s'effrite, cela se déchire, cela se brise, comme pour ceux qui n'avaient pas juré"


Citation:
On ne s'aime jamais comme dans les histoires; tout nu et pour toujours. S'aimer, c'est lutter constamment contre des milliers de forces qui viennent de nous ou des autres.
59 ans Québec, Canada 1664
Merci Thetoad je ne connaissais pas ce monsieur et j'aime beaucoup ce qu'il a écrit.
60 ans Au bord de la mer 15536
Ce n'est pas une question d'être moins tolérant je pense.
Mais lorsque je regarde les jeunes couples autour de moi, je constate qu'une grand majorité ne fait plus d'effort.

Une vie à 2 cela se construit, avec patience, cela ne vient pas tout seul ! Il ne s'agit pas de concessions, ni de supporter des choses insupportables.... mais simplement d'apprendre à se connaître, d'apprendre à vivre à deux. De ne pas tout envoyer promener pour un simple désaccord ponctuel, une petite déception, une lassitude, je ne sais quoi encore. de savoir ce que l'on veut (en l'occurrence vieillir ensemble !)

Mais peut-être aussi ces couples se forment trop vite, sans trop de réflexion, puisqu'ils savent justement qu'ils pourront "se séparer" facilement.

L'un entrainant l'autre et vice versa, finalement...
B I U


Discussions liées