MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

S'accepter = ne pas vouloir changer ?

37 ans 5932
Ma mère et moi avons eu une discussion un peu... houleuse... qui m'amène à vous demander ce que vous ne pensez.

Pour moi, il est important de s'accepter tel qu'on est  
pour pouvoir changer, surtout en matière de poids. Ca évite de vouloir "perdre vite", ou de déprimer et de manger encore plus, etc. Pour elle, il ne faut pas s'accepter, il faut "faire ce qu'il faut pour changer".

Pourtant, il me semble qu'accepter qu'on ait besoin de temps pour changer les choses, que tout ne se fait pas du jour au lendemain, que notre corps est peut-être un "corps de transit" est toujours plus sain que de se regarder dans la glace et de se dire "non, ça c'est pas moi" tous les matins comme elle le fait. Toujours plus sain que de balancer "on ne peut pas accepter d'être un gros tas" quand on est devenu obèse soi-même (elle a toujours été mince mais elle a pris du poids à la mort de ma grand-mère et depuis elle va de régime en régime sans parvenir à revenir à son poids de départ).

Pour moi, s'accepter ne veut pas dire "je suis comme ça, je reste comme ça coûte que coûte" mais, pour elle, à partir du moment où on s'accepte c'est qu'on est trop faible pour faire ce qu'il faut.

Elle monte sur sa balance tous les jours et regarde si elle a perdu ou non, même 100g. Si elle n'a pas perdu, elle se torture les méninges avec des "mais qu'est ce que j'ai pu manger ? c'est sûrement ça !" pourtant elle s'est plusieurs fois apperçue que ce qu'elle mangeait avait un effet variable sur son poids (parfois elle mange des pâtes et perds, parfois elle en mange la même quantité et prend). Mais elle s'obstine.

Elle s'obstine à traiter les obèses en gros tas comme si elle n'en était pas une. Ah oui mais j'oubliais, elle a des problèmes d'hypothyroïdie alors c'est normal. Par contre les autres, eux, n'ont ni maladies ni rien, bien sûr, ils sont juste trop faibles pour faire ce qu'il faut.

J'ai du mal, parfois, à la comprendre. Elle devrait savoir, pour l'avoir expérimenté, qu'on peut tester beaucoup de choses pour perdre du poids sans que ça fonctionne, ou qu'on peut s'en trouver encore plus "déréglé" en retour. Ou encore que les résultats ne sont pas visibles immédiatement. Alors pourquoi les obèses ne seraient pas des gens qui essayent quand même. Parfois j'ai envie de la secouer. De lui dire "quand on ne sait pas on se tait", mais c'est ma mère et je l'aime malgré tout.

C'est bizarre comme d'un obèse à l'autre, le regard peut changer sur les autres obèses ou, simplement, sur l'obésité.

Moi, j'assume, je m'accepte, je ne m'auto-flagelle pas tous les matins en me voyant dans le miroir. Elle, c'est le contraire.
J'avoue, à la fin de la conversation, m'être dit "il faut absolument que je perde du poids" rien que parce que j'ai l'impression de renvoyer à ma mère une image d'échec (à mon âge, elle était mince, je suis très ronde) mais... Mais non, je ne ferai pas ça pour elle, pas ça pour éviter qu'elle souffre. Je ne suis pas un échec : je suis une fille intelligente (il parait), j'ai de beaux yeux, un regard expressif, un sourire communicatif et je plais aux hommes autant qu'elle à mon âge (qu'elle ne veuille pas le comprendre ça ça la regarde), j'ai obtenu un diplome universitaire alors qu'elle n'a pas mis un orteil à l'université, je vais devenir professeur... Il est où l'échec ?

Mais peut-être que c'est moi qui me trompe... Peut-être qu'il faudrait que je me vois comme une fille sans volonté, un "gros tas" comme elle dit ?
F
36 ans Strasbourg 707
Coucou !

J'admire !!!!!!!!
Etre ronde n'est pas un echec et tu le montre parfaitement !

Mais les parents... :roll:
J'ai arreté de chercher à comprendre parce que voila !
Ma mère est mince et critique les ronds même ceux qui ne sont pas tres ronds... mais je pense que c'est par peur, elle a en quelque sorte peur de voir qu'il existe des gens ronds , peur de le devenir un jour !
Mon pere est lui même rond et critique, tout comme ma mère, les ronds ! Franchement, parfois j'ai envie de lui dire qu'il ferai mieux de se regarder dans une glace avant de dire que la voisine devrais faire un régime !!


Alors voila ! Niveau comportement des parents face à ça ! J'ai cessé de chercher a comprendre !

Pour ta mere qui dit que c'est les faibles qui s'assument ... Eh bin honetement je crois qu'il est plus facile de faire des "régimes" que d'essayer de s'assumer !
Alors qu'on errete de dire que c'est les mauviettes qui préferent assumer !
Pfff ! Ah la conneries des gens est vraiment infinie :lol:

Mais au fond ça me fais rire !

Mais pour répondre à ta question, je pense qu'il est essentiel de s'accepter dans la vie !
Qu'on soit gros, mince (eh oui ya des minces qui ont des complexes), grand, petit, nez de travers et j'en passe !
41 ans 2883
De ce que j'ai compris, le soucis dans ce que dis ta mère, c'est qu'au final, toute sa vie tourne autour d'un chiffre sur la balance.

Pour moi, s'accepter, dans un sens, c'est aussi "relativiser" les choses. Parce que ce n'est pas parce qu'on a des kilos en plus ou en moins qu'on change fondamentalement de personnalité, qu'on change de vie, qu'on devient plus stupide ou plus intelligent, qu'on est plus heureux ou pas, qu'on doit se priver des petits plaisirs de la vie.
Relativiser, s'assumer, ça ne veut pas dire se résigner; ça veut dire juste vivre et profiter de sa vie en essayant de s'améliorer.

Ce que ta mère fait, en se torturant avec son poids, ça n'est pas vivre, c'est survivre, avec la menace constante de privations et frustrations. Ta mère vit dans le futur, lorsqu'elle pense à son futur corps de rêve, ou dans le passé, avec ses questionnements sur ce qu'elle a mal fait ou bien fait pour prendre du poids.
S'accepter, c'est arreter de vivre dans le futur ou dans le passé continuellement pour vivre pleinement le présent.
37 ans 5932
Merci à vous deux.

Ce qui me rassure, d'un coup, c'est que je n'ai pas perdu la tête alors :lol:

Après, j'ai beau essayer de lui ouvrir les yeux sur le mal qu'elle se fait en ne vivant pas, elle ne veut pas elle ne veut pas. C'est une démarche qui doit venir d'elle.

Parce que peut-être que je lui fais plus de mal encore en lui montrant que je m'accepte, que je vis, pendant qu'elle se torture le corps et l'esprit... :?
F
38 ans Lorraine 791
J'ai également le même problème avec ma mère: elle me harcèle et fait une fixation sur mon poids. Elle peut me faire jusqu'à 10 réfléxions par jours (quand on se voit 2h!).

J'ai compris récemment que si j'avais autant grossi, c'est parceque ma mère n'arrêtait pas de me parler de mon poids, de mon "problème de poids" quand je faisait 80Kg (pour 1m71, et très musclée): j'étais très bien physiquement et je bne pouvais pas maigrir plus, j'étais très musclée et carrée. Alors je ne voyais plus mon corps tel qu'il était: je me voyais grosse, énorme, sans pouvoir rien y changé, alors j'ai laissé tombé, j'ai pris beaucoup de poids.

En ce moment j'essaye de renouer le contact avec mon corps, de l'accepter et de l'aimer tel qu'il est, ensuite quand j'arriverai à mieux le voir, à m'accepterai je pourrais perdre un peu (je veux perdre du poids parceque mon dos et mes genoux me font mal, pas pour être comme tout le monde). Je voudrai retrouver mon poids de forme à environ 80Kg, mais pour cela il faut que j'accepte mon corps, que je l'écoute un peu.

Comme toi, ma mère est sans arrêt au régime (elle est mince, l'a toujours été, mais à un problème d'alimentation et de rapport avec son corps). Et à partir de l'âge de 5 ans j'ai été mise au régime, sans résultat, je ne pourrais jamais être fine, je suis taillée comme une valkyrie!

L'important est peut être d'écouter son corps et de l'accepter tel qu'il est, si ça nous convient, tout baigne!
S
62 ans region parisienne 6
Bonjour les filles
Oserais je m'aventurer dans cette conversation des jeunes filles puisque je suis mere egalement de 2 filles de vos ages.Rassurez vous tous les parents (et particulierement les meres)ne reagissent pas tous de la meme facon. En tout cas bravo pour cette demarche d'esprit!!! Je suis ronde egalement mais il m'a fallu 45 ans pour comprendre ce que vous venez de dire. Ma fille de 21 ans est ronde egalement. Je ne la harcele pas a tout bout de champ concernant son poids. Je ne pense pas qu'elle s'accepte telle qu'elle est mais je fais tout pour. Je sais par experience que le regard des autres est dur puisque je suis prof et les ados sont tres durs parfois( bon j'aime mes eleves quand meme :D )
Bon courage a vous et restez telles que vous etes!!
Elykia
48 ans CERGY (95) 871
Bonjour

Nous ne sommes pas des échecs !

J'ai 35 ans, et j'ai décidé d'arrêter de me faire du mal ! Je suis plutôt très ronde (1 m 65 - 100 kg), mais j'ai enfin compris que ça ne m'empêchait pas de vivre, d'avoir un mari (mince), des amis (minces), un boulot, d'aimer les fringues comme les gens minces, etc.

Ca ne veut pas dire que je n'aimerais pas perdre un peu par ci par là, bien entendu. je me suis juste fixé des objectifs plus réalistes. Je fais un 48/50, je me contenterais volontiers d'un 46. Mais si je n'y arrive pas, et bien tant pis. Je sais que je ne serai jamais mince. Toute ma vie, j'aurais des petits ++. Mais le seul choix que j'ai, c'est soit vivre avec et en souffrir tous les jours, soit vivre avec et en prendre mon parti (tout en essayant quand même de ne pas multiplier les ++, si je le peux).

Ma mère m'a mise au régime (coupe faim, régime Atkins, plantes chinoises, et autres co**eries) vers 12/13 ans... Résultat : j'ai pris du poids encore plus vite.

Elle est un peu ronde aussi (moins que moi) mais elle en souffre bien plus. C'est moi qui l'encourage à faire les boutiques, mais rien ne lui plait, rien ne lui va, elle se trouve moche, molle, nulle, bonne à jeter... Pas moi (enfin, pas tous les jours, et de moins en moins souvent ;)

Elle m'a souvent reproché mon poids, mais elle ne le fait plus depuis une dispute sérieuse il y a quelques années, durant laquelle je lui ai balancé que quand j'étais ado, prendre du poids, c'était aussi et surtout prendre de la place... Avant de se préoccuper de mon poids, mes parents ne me voyaient pas du tout. Je pense sincèrement qu'il y a quelque chose de tout à fait inconscient de ma part à cette période de ma vie, et que je souhaitais qu'ils ne fassent pas comme si je n'étais pas là... En quelque sorte, devenir imposante pour s'imposer, quoi...

Je suis triste de la voir souffrir alors que moi je commence à m'en sortir, et de ne pas réussir à l'entraîner avec moi.

S'accepter ne veut pas dire se complaire dans nos kilos. Mais quitte à être grosse, autant être "une belle grosse", souriante, ouverte aux autres. Et lucide ! On n'est moins malheureux si on ne passe pas sa vie à viser l'impossible.

Bon courage
38 ans Montréal 1666
Je me suis assez longtemps haïs pour essayer de changer que j'ai la conviction que l'amour de soi est bien plus efficace pour maigrir. (et surtout pour vivre heureuse!)

Tiens, une étude pour ta maman. (c'est en anglais) http://jaifaimjemange....-on-ne-parle-pas-partie-2.html
37 ans 5932
Anick, merci. Dès que je comprendrai l'anglais, je la trasmettrai à ma mère (qui le comprend encore moins que moi :lol: )... Enfin, je vais demander à mon homme de le traduire, quoi :lol:
B I U