MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Une autre...prison!

36 ans Bruxelles, Belgique 607
Bonjour veaux, vaches, cochons: la Norvège invente la prison champêtre

Ni murs ni barreaux: les cellules sont des maisons qu'on ne verrouille jamais dans la prison de Bastoey où certains des  
criminels les plus endurcis de Norvège préparent leur réinsertion en élevant des agneaux ou en cultivant des fraises écologiques.

Dans le cadre idyllique d'une île du fjord d'Oslo, cette prison aux antipodes d'Alcatraz entend, sous le sceau de l'humanisme et de l'écologie, apprendre aux détenus à se prendre en mains en vue de faciliter leur retour dans la société civile.

"Les étrangers ne comprennent pas que l'on puisse avoir des meurtriers, des violeurs ou des pédophiles sans mur d'enceinte ni barbelés", explique Oeyvind Alnaes, le directeur de l'établissement. "Même si ces personnes ont commis des actes abominables, cela n'en fait pas des personnes abominables pour autant".

Dans les bâtiments centenaires et classés d'un ancien orphelinat pour garçons difficiles, les 115 pensionnaires de Bastoey --du petit truand à l'assassin récidiviste en fin de peine-- s'adonnent à la menuiserie, l'élevage, la culture de la terre sans engrais chimiques ou la pêche au homard grâce au bateau de la prison.

Tout cela avec l'aide bienveillante des surveillants qui ne portent pas d'arme et qu'ils appellent par leur prénom.

"C'est fascinant de voir un malabar qui a passé leplus clair de son temps à tabasser les gens assister, ému, à la naissance d'un agneau mal en point et faire du bouche-à-bouche à l'animal pour tenter de le ranimer", souligne M. Alnaes.

"Kurt" et deux autres détenus râtellent la plage de Bastoey, seule enclave de l'île ouverte au public, où des plaisanciers viennent batifoler sans appréhension.

"Très vite, on comprend qu'il faut respecter tout le monde, que ça ne fonctionne que si on travaille ensemble", témoigne cet homme lourdement condamné pour une rixe qui a mal tourné, aujourd'hui installé aux rênes d'un attelage qui tire un râteau métallique.

"Si l'on doit aller en prison, Bastoey est le meilleur endroit au monde", assure "Bjoern". "Ici, on peut s'épanouir. On apprend à se débrouiller tout seul, à se laver, à faire sa popote, à entretenir son foyer", précise l'homme, condamné pour un délit financier.

La journée de travail dure de 08H00 à 15H00, après quoi les détenus ont "quartiers libres" pour Folâtrer dans le fjord, se promener sur l'île, jouer de la musique ou faire du sport. Par exemple dans l'équipe de foot qui est engagée dans un championnat avec les équipes d'entreprises locales. "On joue tous nos matchs à domicile", sourit M. Alnaes.

Extinction des feux à 23H00: les détenus doivent être de retour dans leurs maisonnettes qui ne sont pas cadenassées.

"Le système est basé sur la confiance à 100%", témoigne Kjell Roar Hansen, un gardien. "L'hiver, un seul surveillant accompagne cinq ou six détenus qui vont chercher du bois en forêt, chacun avec leur tronçonneuse".

Autre signe qui ne trompe pas, le ferry qui relie Bastoey au continent est géré par des prisonniers.

Une seule tentative d'évasion a été enregistrée ces six dernières années, selon M. Alnaes. Tout écart se traduit par un retour à la case prison traditionnelle, un épouvantail pour les pensionnaires de Bastoey.

Purgeant une peine de trois ans pour avoir "importé" des stupéfiants, "Tormod" est, comme beaucoup d'autres, d'abord passé par une prison de très haute sécurité.

"Là-bas, ça fait peur aux gamins, alors leurs visites sont très limitées. Ici, c'est convivial, ça permet de les voir plus souvent", explique ce père de trois enfants.

Aucune statistique n'existe quant au taux de récidive. "Mais on voit que ça marche. Les prisonniers arrivent ici avec une posture de gros durs. Après deux mois, ils sont tout sourire", affirme M. Alnaes, certainement l'un des rares directeurs de prison à verser chaque année à Amnesty International un écot prélevé sur le budget de son établissement.

Alors, qu'en pensez vous???
31 ans 78 1411
Je trouve ça d'une très grande humanité et de confiance. Maintenant faut avoir une ile lol ....
2812
La prison décrite ressemble à la seule prison existante en Islande. Je pense que ce genre d'aménagement n'est possible que si le pays possède de l'espace afin d'isoler un peu les prisonniers. Et la Norvège est l'un des pays les plus riches du monde, elle a donc les moyens d'innover.
41 ans 417
ça a l'air de marcher, avec un recul de 6 ans... et je crois que l'autonomie dans la prison aide beaucoup à la réinsertion...
mais attention à la fièvre aphteuse :D
36 ans Bruxelles, Belgique 607
Pour ma part, je pense que ce systeme est bien plus probant qu'une incarcération dans nos prisons (france ou belgique)...
Evidemment ce n'est pas realisable partout, c'est clair, mais l'initiative est lancée et je trouve ca bien!!
Pouvoir garder sa dignité, apprendre des choses saines...c 'est quand meme mieux que de chier dans un sceau et apprendre a dealer...(cf prisons d'ici)
enfin, je pense que ca peut vraiment les aider à s'en sortir...bravo la Norvège!!
41 ans 417
En discutant de ça avec une copine, j'ai appris qu'il y avait deux prisons dans ce genre en France... ils mettent là les gens en fin de peine (trop à perdre à s'évader...) c'est très très efficace contre la récidive...
A
36 ans Nice 21965
dans l'idée pourquoi pas, mais pour certains ca me revolte (les violeurs et les pedophiles par exemple) c'est un traitement de faveur pour ces gens la et ils meritent certainement pas ca :evil:
50 ans Belgique 3287
Une reconversion pour la Corse ?

Bon allez je sors avant que crâme ma payotte :arrow:
30 ans Où la vie m'emporte... 78
athanyaw a écrit:
dans l'idée pourquoi pas, mais pour certains ca me revolte (les violeurs et les pedophiles par exemple) c'est un traitement de faveur pour ces gens la et ils meritent certainement pas ca :evil:


Je suis entièrement d'accord avec toi..

J'ai vu une pièce de théatre cette année, pièce du dramaturge Lars Noren dont je ne sais plus la nationalité mais il vient d'un pays nordique... Cette pièce traitait de la violence dans la société d'aujourd'hui..
Et en discutant avec le metteur en scène français, il nous a expliqué que la pièce a été jouée dans son pays d'origine..par des prisonniers.
En effet là bas, les prisonniers ont droit a des projets de réinsertion, et l'administration carcérale les avait autorisé a tourner dans tout le pays et a jouer cette pièce, qui avait été un très grand succès...
Le soir de la derniere représentation, un des trois prisonniers s'est echappé et a tenté de braquer une banque,sans succès...mais au final les deux autres ont eu une remise de peine et aux dernieres nouvelles ils étaient tous les deux mariés et avaient des enfants :D

Désolée pour les incertitudes..je vais chercher le pays dont il est question :)

Tout ça pour dire que je crois que pour certains prisonniers, il doit y avoir des prises en charges adaptées, si c'est pour du vol par exemple...
Et j'avais entendu aussi qu'une mere de famille avait été interpellée parce qu'elle volait de la nourriture pour nourrir ses enfants... ça par contre , c'est scandaleux... la vie n'est pas facile pour beaucoup de gens, certes, mais une mere de famille qui se doit de nourrir sa famille... je trouve ça respectable, et je trouve anormal de l'interpeller pour de la nourriture...
39 ans Weßling 320
Vokes a écrit:
Je trouve anormal de l'interpeller pour de la nourriture...


Au risque de sortir totalement du sujet, je me permets d'exprimer mon désaccord sur ce point. Bien entendu qu'il serait souhaitable que personne n'en vienne à être interpellé avec pour seul reproche d'avoir voulu faire son possible pour faire survivre ses proches. Mais si tu commences à autoriser tout le monde à dévaliser les étalages alimentaires, alors qu'il y a actuellement d'autres recours pour la plupart des personnes, où serait-il possible de placer la limite ? À partir de quelles circonstances ne peut-on plus considérer que ce n'était plus juste une nécessité pour nourir la famille, mais une tentative d'accumulation déraisonnable ? Qui va se charger d'indemniser les commercants pour les vols réguliers contre lesquels ils n'auraient pas le droit d'intervenir, au risque de passer pour des bourreuax d'enfants ? Devrait-on alors interpeler les personnes dévalisant les grand-mères pour pouvoir acheter de la nourriture à leurs enfants ?

Non. Je pense que le risque est bien trop grand. Un vol est un vol. S'il doit y avoir des circonstances atténuantes, il appartient à la justice d'en tenir compte. Je ne vois pas quel type de décision fiable peut être prise en aval, sauf si on donne à toutes les personnes susceptibles de manquer de fonds pour nourrir leur famille une carte de receveur leur permettant de retirer de la nourriture gratuitement dans toutes les entreprises de distribution alimentaire, sous simple présentation de la pièce sus-citée.
29 ans Châtellerault (86) 39
Euh, c'est peut-etre un bon concept, mais il faudrait une île vraiment éloignées et tout les pays n'en ont pas^^ Après il faut voir sur le long terme, c'est sûr. Aucun risque qu'ils se barrent?
39 ans Weßling 320
Langouta a écrit:
Aucun risque qu'ils se barrent ?

Si, mais c'est généralement pas dans leur intérêt. Ils savent que si ils partent, ils ont 99% de chances d'êtres retrouvés, et de finir dans une prison "Classique" pour encore plus longtemps. Donc il vaut mieux pour eux rester "Incarcérés" dans de bonnes conditions.
B I U