MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Ça y est, ce soir j'ai touché le fond

40 ans Montréal 752
Je ne sais pas si je poste au bon endroit.

Depuis quelques temps, j'ai entrepris une RA. Enfin essayé, plutôt. Mais j'ai l'impression que ça m'a plutôt transportée du côté obscur  
de moi-même.

Ce soir, nous sommes allés manger dans un resto libanais. J'ai trop mangé, comme je le fais chaque fois que je mange au resto. Chez moi, j'arrive à arrêter lorsque je n'ai plus faim, mais à l'extérieur, non.

Et j'ai vraiment trop manger. Fini mon assiette, je l'aurais pratiquement léché si ça se faisait. Et j'avais le ventre ultra gonflée, j'étais toute boudinée dans mon jean, je me sentais mal au possible.

J'ai eu honte de moi, honte comme je n'en ai jamais ressenti.

En temps normal, mon histoire s'arrêterait là.

Mais pas ce soir. Ce soir, je me suis enfermée dans les toilettes, me suis enfoncée 2 doigts dans la gorge, vous connaissez la suite. Je ne l'ai pas fait au complet, juste à moitié...j'ai arrêté. Je me dégoutais tellement. Mais de savoir que je pouvais avoir ce contrôle sur moi, l'espace d'un instant, ça m'a grisé. Car je n'ai jamais pu auparavant, même bien malade, rien ne sortait jamais. Et là ça a été tellement facile...

Ça m'a effrayé. Ça m'effraie encore. Je ne veux pas tomber là-dedans. Je connais les conséquences, j'ai tellement lu sur tous ces sujets. Mais on dirait que je me sens glisser vers cela, une sorte de solution ''facile'' lorsque je me sentirai trop ''pleine''.

J'avais besoin d'en parler avec quelqu'un, et personne dans mon entourage ne pourrait comprendre. À mon homme qui m'a demandé ce que je fabriquais dans la salle de bain (il a entendu les efforts), je lui ai répondu que j'avais mal au coeur, en notant bien que la prochaine fois, je devais faire cela lorsqu'il sera couché...Je me suis tellement écoeurée...

Enfin bref, tout ça pour me vider le coeur...désolé du roman-fleuve...
46 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Ce n'est pas un roman fleuve loin de là.

Tu as eu besoin d'exprimer ton mal être et tu as bien fait, je pense de coucher tes souffrances, de les verbaliser.

Je ne suis pas une spécialiste mais les sensations que tu décris par rapport à ton envie de te faire vomir et ta sensation de contrôle "grisante", ça me semble le début d'une spirale bien dangereuse...

Tu parles aussi de "la prochaine fois"... :?

Une RA seule c'est pas toujours facile et puis même accompagné, c'est quelque chose de difficile.

Je ne sais pas si tu te fais aider, peut être devrais-tu l'envisager. Si tu te fais aider, j'espère que ton prochain RDV est très bientôt...

Je te souhaite juste que ce ne soit pas le début d'un terrible engrenage.

:kiss:

Ne te renferme surtout pas sur ça. Courage.
59 ans Québec, Canada 1664
Cela nous arrive à tous de trop manger ma belle mais de toute évidence cela t'a bouleversé.

Tu mentionnes que tu as entrepris une RA. Qu'est-ce que tu attends d'une telle démarche ?

Peut-être as-tu inconsciemment certaines attentes et le fait de ne pas atteindre certains objectifs (parfois loin d'être réalistes) crée chez toi de la frustration et qui dit frustration dit souvent, en tout cas chez moi, la surconsommation.

Aujourd'hui est déja loin ... demain est un autre jour ... courage Annellie.
40 ans Montréal 752
Je ne me fais pas aider.

J'ai essayé une fois, pris mon courage à deux mains, joint une psy, suis allée à 6 rencontres. Elle disait être spécialisée en TCA. Mais on en a jamais parlé. Elle disait qu'il ne fallait pas commencer par là, fallait voir plus loin avant. Peut-être. Mais moi j'avais besoin de parler à quelqu'un, pas de me faire psychanalyser, en tout cas pas tout de suite au début.

Là, j'ai la gorge en feu. Ça ne me donne pas le goût de recommencer, pour l'instant...

Ce que j'attends de la RA? La réponse-toute-préparée ou la vraie réponse? Je le sais que je me mens à moi-même, mais j'en ai marre de me sentir comme une baleine. Trop grosse, essouflée au moindre effort, le ventre tellement proéminent. C'est pas moi ça.

Je ne sais pas si je vais recommencer. Probable que non. Je suis trop peureuse des conséquences. Heureusement me direz-vous, et vous avez raison, mais je sais que si je ne le fais pas, ce ne sera pas parce que je l'aurai décidé, mais parce que j'aurai peur des conséquences.

Trop manger, c'est l'histoire de ma vie. C'est pour cela que la RA me semblait une si belle perspective...manger lorsqu'on a faim, arrêter lorsqu'on a plus faim, ne plus se sentir lourde. On dirait que c'est le fait de ne pas y être parvenue qui me fait sentir si nulle...comme si le fait que j'arrivais à tout évacuer allait annuler ma ''bêtise'' et que j'allais pouvoir continuer ma belle aventure.

J'me sens tellement nulle. Mais en même temps, j'y arrive tellement pas. Chaque RA entreprise n'est qu'un sursis en attendant la prochaine rechute. J'en ai tellement marre...

Merci de me lire tout de même, vous savez pas à quel point ça met du baume.
41 ans Centre 141
Tu n'es peut être pas encore prête pour la RA.
Tu dois te mettre trop la pression, relache un peu.
Je ne te ferais pas le sermon du "vomir, c'est pas bien", en continuant tu verras vite les conséquences, achète de suite un anti cernes, une tonne de chewing gum à la menthe et dues compléments en potassium.
Tu n'es pa sprête, laisse toi le temps, ne mets pa sla barre trop haute.
43 ans Paris 38
coucou :D mes quelques jours de RA seulement ne me permettent pas de te dire si tu y es prête ou pas...
mais en revanche quelques pistes de réflexion...
peut être qu'à l'extérieur tu te sens plus "libre" comme délivrée... mais la RA c'est pas un régime, pas une prison
quand tu es au restau pense à regarder le décor, à apprécier la compagnie des personnes qui sont à ta table, poses tes couverts entre chaque bouchée, apprécie chaque bouchée, sens les aliments fondrent dans ta bouche...jusqu'au bout, quels effets te procurent ils
ne fais pas la course
je sais bien comment ça fonctionne : au début on essaie d'y aller doucement mais après c'est tellement bon alors on sait que le seul moyen d'en profiter un max c'est de manger plus vite, de faire la course avec son estomac... mais l'estomac fini toujours par te rattraper...et te faire mal car à la fin la course s'arrête et tous les coureurs rentrent chez eux...et tu en as l'estomac tout gonflé près à exploser
le plaisir est là au début de la course mais bien vite tu ne sens plus le goût tu es "emprisonnée" dans l'absorption...
que cherches tu à fuir en allant si vite ?
c'est très dur mais moi j'en suis venue à la conclusion que si tu n'es pas en paix intérieurement tu veux toujours t'échapper dans ton assiette et arriver à une sorte "d'orgasme alimentaire" qui permet de soulager toutes tes pressions... pour moi c'est ça une (de mes) crise d'hyperphagie
la RA est un moyen d'arriver mais avant tout il faut que tu réfléchisses sur toi même avant je pense
chaque personne a son propre rapport à la nourriture
il faudrait essayer de t'apprivoiser, voir pourquoi tu te maltraites ainsi

je te souhaite beaucoup de courage mais sois patiente envers toi même accordes toi des moments plaisirs non alimentaires viens ici nous parler aussi
bonne route
bref... go go fighting !!! :D
S
49 ans suisse 993
Une chose que tu as dite m'interpelle. Tu as eu l'impression en te faisant vomir d'avoir le contrôle. C'est une illusion. Totale même. Se faire vomir c'est se faire du mal, mettre le pieds dans le royaume de la boulimie. Cette idée de contrôle/perte de contrôle est peut être aussi ce qui te fait ressentir quelques semaines de RA comme un échec.

Ce n'est pas un échec. Il n'y a pas "je suis en RA tout baigne" et de l'autre côté " tout est foutu ca ne marche pas".La RA est un parcours, un chemin de vie vers soi, avec des rechutes, des éclaircies, des rencontres et de la solitude.

Par contre la crise de boulimie est un symtôme fort à ne pas négliger. La psy que tu as vu a sans doute mis à jour des difficultés que tu n'étais pas prête à élucider. Imagines-tu pouvoir y retourner? personnellement sans psy et sans thérapie je ne serai pas aussi bien dans ma vie. Parler de de soi, son passé, sa vie familiale, c'est parler de se relation à la nourriture aussi.

Tu ne sembles pas opposée au principe du psy mais je ne comprends pas bien ce que tu en attends en fait. Je crois que c'est une piste à creuser.
41 ans 04 5576
sirelle a écrit:
Cette idée de contrôle/perte de contrôle est peut être aussi ce qui te fait ressentir quelques semaines de RA comme un échec.


C'est le gros problème des hyperphages.

Annellie, je vis depuis un petit moment déjà ce que tu as vécu. Je ne veux pas te faire peur, mais j'ai eu les mêmes réactions que toi, les mêmes reflexions et pourtant... je ne me fais pas vomir souvent, "juste" quand je me sens vraiment vraiment trop pleine. Même si je sais où cela vient et où cela m'entraîne, je me dis toujours "Roh, allez, j'en ai besoin, c'est juste pour cette fois, juste parce que là la crise a été trop forte, elle sera moins forte la fois d'après".

Il m'est même arrivée de manquer de m'étouffer avec un "gros morceau". Je me suis imaginée morte, seule, la tête dans mon WC. Une partie de moi disait "M*rd*, je ne vais quand même pas finir comme ça", l'autre disait "Tu auras un mort à l'image de ta vie.".

Chais pas si tu imagines.

Sincèrement ma belle, consulte un psy. Vois en plusieurs si celui que tu as vu ne t'allait pas. Explique leur ce que tu attends de ta thérapie, et demande leur de t'expliquer leur démarche. Avec ma dernière psy, nous ne parlions jamais de TCA. Toujours d'autres choses, et c'est la personne au monde qui m'a le plus aidée.
25680
Citation:
Ce soir, nous sommes allés manger dans un resto libanais. J'ai trop mangé, comme je le fais chaque fois que je mange au resto. Chez moi, j'arrive à arrêter lorsque je n'ai plus faim, mais à l'extérieur, non.


Il n'y a qu'au resto que tu manges jusqu'à plus faim ?
Est-ce toujours avec les mêmes personnes ?
Y-at-il un moment où tu te rend compte que tu dépasses ta faim ?
Est-ce que tu penses que le fait de ne pas pouvoir gardé (au frigo) le reste de ton assiette que tu as payé si tu ne la manges pas joue un rôle dans tout ça ?

Voilà quelques début de pistes :)
Rassures toi, tu as vu ce qui se passais, tu n'a spas été jusqu'au bout et tu en parles c'est super.
Ai confiance en toi, la RA est un long parcours alors laisses toi le temps aussi :)
40 ans Montréal 752
Je me suis bien rendue compte au resto que j'avais plus faim, mais je me suis rendue compte en même temps que j'étais allée trop loin. Et donc je me suis dit que de toute façon, le mal était déjà fait. C'est toujours ainsi que j'opère.

J'ai passé une nuit horrible, et me suis levée en très piteux état ce matin. Je ne me suis jamais sentie aussi mal de toute ma vie. Pourtant, j'ai réalisé que hier soir, j'ai voulu tout ressortir pour pouvoir continuer la RA comme si de rien n'était, je ne voulais pas saccager ce si bel ''effort''. Alors oui, c'est ainsi que je vois la RA. Un effort.

Je sais depuis longtemps quel est mon problème. Mais je ne me suis jamais sentie prête à le surmonter, je ne sais pas pourquoi. J'y arrive pas, j'arrive pas à me dire ''c'est bon, t'as plus faim, arrête avant de te sentir énorme'' mais j'empiffre tout. Et je sais pas si vous savez, mais je vous donne un conseil: ne faites pas de crise avec du couscous...parce que ça gonfle un max dans l'estomac et ça fait un mal de chien, je vous dis pas...

J'ai recommencé la RA ce matin. Mangé ce dont j'avais envie de mon petit déjeuner et jeté le reste à la poubelle. Difficile de jeter.

Pour répondre à tes question, Anne, oui c'est la plupart du temps que je me ''défonce'' au resto, bien moins ailleurs. Avec les mêmes personnes? Bah ouais, moi seule ou avec mon copain, j'oserais pas le faire devant d'autre, par contre, je mange toujours trop au resto même devant les autres, c-a-dire que je finis mon assiette même si j'ai plus faim.

Comme je le disais, je m'en rends compte mais trop tard, et je continue puisque je me dis, comme dans un flash ''bah t'as trop mangé, aussi bien continuer ma grosse''. Et les restes? J'ai pensé me faire mettre le totu dans une assiette pour apporter la prochaine fois, histoire de voir si je pourrais mieux gérer...jusqu'à présent, j'ose pas trop demander les restants...

Je vous remercie vraiment de prendre le temps de me répondre. Ça m'aide
25680
Un truc que je fais maintenant et qui m'aide beaucoup à gérer ma faim et ma satiété, soit je commande un gros plat si je sais que j'ai très faim, soit je prend 1 ou 2 petits parceque je sais que toute façon si j'ai encore faim je pourrais toujours prendre autre chose.

Annellie as tu essayé l'exercice ou pendant plusieurs jours tu manges un aliment tabou le midi (juste celui là et autant que tu veux) et où tu dois jetter tout ce qui reste à la fin de chaque repas ?
F
34 ans Toulouse 1468
J'ai bien du mal à enclencher une RA moi-même, et je pense que c'est probablement encore plus dificile de la continuer. En tout cas ce dont je suis sûre c'est qu'il ne s'agit pas d'un long fleuve tranquille, et que tu as déjà beaucoup de courage, alors tout ce que je peux faire c'est t'en envoyer encore plus et des bisous aussi ! Tiens bon Annellie !
B I U