MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Avez vous déjà "tout envoyé en l'air" ?

30 ans Où la vie m'emporte... 78
Comme je l'ai dit dans un précédant poste, j'ai enfin réussi a m'assumer, a m'accepter et je commence a m'apprécier vraiment.

Seulement voilà, je suis en terminale, c'est théoriquement ma derniere  
année, j'ai un lourd passé derrière, et des choses qui pèsent encore dans ma tête et dans ma vie, et je crois être très mal entourée dans le sens ou j'ai des amis qui ne savent pas grand chose de ce que j'ai pu vivre, pour qui je compte mais que je peux pas appeler a n'importe quelle heure par exemple, et pour la première fois de ma vie je me rends compte que je suis vraiment seule dans mon vécu et pour affronter mes "démons". Ici, c'est une petite ville, je connais beaucoup de monde, et je me sens comme bloquée, sachant que l'an prochain je rencontrerai probablement de nouvelles personnes mais que jusque là il va falloir se debrouiller toute seule.
Je m'ouvre difficilement sur les choses douloureuses parce que tous les gens qui m'ont connu parfaitement m'ont abandonné... Et je supporterai pas de revivre ces départs là.

Je me demande si je dois pas changer radicalement, aller vers d'autres personnes, faire comprendre a mes amis que j'ai besoin de plus que ça et que c'est peut être pas eux qui pourront m'aider.
Je crois que pour aider certaines personnes, faut un minimum de vécu similaire, peut être faut-il que je me tourne vers des gens plus agés ?

Avez vous déjà changé du tout au tout, que ce soit dans votre maniere d'aborder les choses, dans vos relations, dans ce que vous souhaitez dans votre vie ? Quel a été l'élément déclencheur ? Comment l'avez vous vécu et au final, ces changements ont-ils été positifs ?

... ou bien pensez vous qu'au fond, on est toujours tout seul mais qu'il est quand même possible d'avoir des relations qui améliorent nos existences ?...

Merci de vos réponses, ne vous alarmez pas, je suis pas suicidaire...
Juste paumée et bloquée.
33 ans là bas, au loin 1705
il y a trois ans j'aurais écrit exactement le même récit. je te raconte un peu mon expérience. arrivée en terminale, pétage de plomb incontrolable: je découvre le terme "dépression" que je qualifie même de sévère. j'ai pu parler de ces "choses" douloureuses pour la première fois, j'ai été délaissée (trahie?!) par certaines personnes: expérience douloureuse. je n'arrive même plus à réviser pour le bac, ça y est, je suis arrivée à un niveau où même mon cerveau s'est complétement bloqué, je n'arrivais plus à résoudre le moindre petit exercice, je me rend quand même le jour du bac au lycée, sans grande conviction, et je l'ai eu mon bac par je ne sais quel miracle :lol: , je choisis la fac, je rencontre de nouvelles personnes, je sèche la plupart des cours ( pas bien je sais :oops: ), bref je revis :D , au passage je prend quelques dizaines de kilos mais sinon je me sentais mieux. je réussi (encore) par je ne sais quel miracle, et je passe en deuxième année sans trop de difficultés, petite période de dépression suite à l'abandon de ma meilleure amie que j'ai rencontré à la fac, mais ça passe au bout d'une année et demi. voilà je pense que j'arrête le récit ici.

tout ça pour dire que tout peux s'arranger, je suis sincère quand je le dis, si ces choses douloureuses pèsent vraiment trop lourd et que tu as vraiment besoin d'en parler à quelqu'un qui es très proche de toi, tu peux comencer par aborder le sujet comme si c'était quelqu'un d'autre et non toi qui est concernée, je ne sais pas si c'est une bonne idée, par contre tu peux tout dire ici sur le forum (pas forcément avec le même pseudo si tu veux garder l'anonymat ;) ). tout le monde sur VLR ont été extrêmement compréhensif avec moi, c'est plus facile aussi derrière un écran. tu es jeune, tu as toute la vie devant toi, donc fais toi plaisir et essaies de décompresser.

bon courage pour ton année :kiss: n'hésites pas à poster sur le forum ;)
30 ans Où la vie m'emporte... 78
Merci pour ta réponse rapide simplement_lulu... ça me touche :)

Je sais que des gens qui ont vécu des choses douloureuses s'en sont sortis, même en étant seuls... et je suis contente que toi même, tu sois bien maintenant.

Le truc c'est que jusque là j'ai toujours eu une chose ou une personne a qui me raccrocher, et là... je veux plus m'accrocher a ces gens que j'aime pourtant , parce qu'ils ne peuvent rien pour moi , ils ne comprendraient pas... je connais un garçon, avec qui je parle depuis quelques temps, et il est passé par là aussi, l'année de sa terminale, tout comme toi et moi... je sais que je pourrai m'accrocher a lui, mais je sais pas faire la part des choses entre amitié et sentiments avec un garçon qui me plait autant et avec qui j'ai tant en commun... et je veux pas me détruire encore plus même si les sentiments me pendent au nez... (j'évite d'y penser...).
Je crois que la terminale est une etape importante... et que tout ressort là...
Pourtant quand il s'agit de bosser j'arrive a tout camoufler pour etre a fond dans mon travail et ça marche, j'ai de tres bonnes notes...

Je ne sais pas quoi faire pour améliorer les choses, ne serait-ce que provisoirement, pour les quelques mois qu'il me reste ici...

Merci beaucoup beaucoup de ton témoignage :)
33 ans là bas, au loin 1705
il n'y a pas de quoi ;)

j'ai envie de dire que tu as de la "chance" d'avoir toujours eu quelqu'un à qui "t'accrocher", car dans mon cas, je me suis très tôt résigné à me détacher de tout et de tout le monde, mais ça fait comme un manque à combler, un peu comme un besoin d'affection. j'évite de trop me rapprocher des gens tellement j'ai peur qu'on me laisse tomber, ou pire, que je leur fasse du mal sans le vouloir :? je pense que je commences à me décomplexer de ce côté ci, et j'y suis obligé, dans 3 ans si tout se passe je devrais chercher un emploi après mon diplome, et il faut vraiment être capable de s'intégrer, et surtout gérer un groupe, je travaille dessus dès maintenant en prenant des initiatives et en "m'exposant" devant des centaines de personnes (par exemple vendredi, j'ai dû faire une sorte d'exposé devant 300 personnes que je ne connais pas et devant un jury composé de profs que je ne connais pas encore :P une sorte de bizutage :lol: mais ça s'est super bien passé, même si je tremblais de partout j'ai pu parler très spontanément, surtout n'ayant rien préparé à l'avance, bon c'est une autre histoire je n'ai pas à la raconter ;) ) c'est juste pour te dire de ne pas te mettre de pression, j'ai appris que chaque chose arrivait en son temps, donc donne toi le temps ;)

bisouus :kiss:
G
32 ans 199
Je ne comprends pas très bien ton problème mais en résumé tu penses que tes amies, même si tu les aime beaucoup, ne peuvent pas comprendre vraiment ce que tu vis ?

J'ai eu le même problème il n'y a pas si longtemps.
Pour moi la période du collége n'a été que désilussions, solitude et prise de poids, je n'étais pas populaire du tout (parce qu'un peu enrobée).
Arrivée au lycée je me suis trouvé des amies extraordinaires et j'ai découvert ce qu'était vraiment l'amitié.
Même si je sais qu'elles ne pourront pas forcément comprendre ce que je vis quand je parle de mon poids, parce qu'elles sont très minces et ont beau manger, elles ne grossissent pas; je leur en parle quand même de temps en temps et on discute très librement de nos problèmes. On rigole souvent en disant que si je pouvais, je leur donnerais bien un peu de mes kilos.

Pour tous les problèmes que je ne peux expliquer à personne, je les garde pour moi, dans mon jardin secret : mon journal intime et mes blogs. J'aime beaucoup écrire et cela m'aide à me sentir mieux, à me "vider" quand tout va mal.

Comme l'a dit lulu, tu peux t'exprimer comme tu le veux ici ;)

Et sache en tout cas qu'on est tous un peu passé par là :)
S
110 ans 3793
Comme l'a dit Simplement Lulu, il faut te laisser le temps.... s'accepter, s'assumer, cela prend du temps. Se reconstruire aussi.

Je suis plus agée que toi et ce que je peux te dire c'est que même si on a l'impression d'être seule, on ne l'est jamais vraiment.

Il ne faut pas perdre courage et continuer d'avancer. Tu dis que tu traînes "un lourd passé", malheureusement on a tous son fardeau à porter....parfois il se fait plus léger, parfois il pèse encore un peu....mais il faut aller de l'avant.

Tu as la chance d'être jeune, d'avoir le reste de ta vie devant toi. Alors, ose, entreprend, fais des projets et réalise tes rêves. Et ne laisse jamais personne t'enfoncer ou t'arrêter! La vie est belle et précieuse, fais en sorte qu'elle devienne comme tu la rêve.

Tes problèmes de poids, on partage toutes et tous les même ici.... ton mal être, nous l'avons tous traversé un jour ou l'autre... alors ici tu peux ouvrir ton coeur, on te comprend.... tu vois même par écran interposé, tu n'es pas seule... ;)

Je suis sûre que l'avenir te réserve plein de belles surprises, de la réussite et de l'amour.... mais sois patiente, laisse le temps au temps...c'est en ne les cherchant pas que les plus belles choses arrivent.

Allez courage et ne t'inquiète pas, ce n'est qu'un mauvais cap à passer...:kiss:
L
36 ans Bruxelles 1086
On se trompe parfois sur les gens qui nous entourent... On les croit moins fiable qu'ils ne le sont (parfois l'inverse). Par exemple ma meilleure amie je la considérais comme superficielle et sans probléme. Un jour je suis rentrée à l'hosto, donc forcément j'ai du parler de mes problémes, et bien elle était là et a fait son possible pour m'aider; même si rien ne peut m'aider.
C'est ce jour là que j'ai vraiment compris que si je trouvais personne digne de confiance, digne d'entendre mon passé, c'est parce que je ne voulais pas laisser la possibilité a ces personnes de me connaitre vraiment, de pouvoir me prouver que je me trompais.

Parfois il faut pouvoir oser ouvrir son coeur, essaier d'appeler au milieu de la nuit quand on est en larme, ...
30 ans Où la vie m'emporte... 78
Lithanessa a écrit:
On se trompe parfois sur les gens qui nous entourent... On les croit moins fiable qu'ils ne le sont (parfois l'inverse). Par exemple ma meilleure amie je la considérais comme superficielle et sans probléme. Un jour je suis rentrée à l'hosto, donc forcément j'ai du parler de mes problémes, et bien elle était là et a fait son possible pour m'aider; même si rien ne peut m'aider.
C'est ce jour là que j'ai vraiment compris que si je trouvais personne digne de confiance, digne d'entendre mon passé, c'est parce que je ne voulais pas laisser la possibilité a ces personnes de me connaitre vraiment, de pouvoir me prouver que je me trompais.

Parfois il faut pouvoir oser ouvrir son coeur, essaier d'appeler au milieu de la nuit quand on est en larme, ...


Je crois que tu as raison...
Mais j'ai déjà essayé... j'ai un ami auquel j'ai confié pas mal de choses.. et il savait que j'étais mal ce week end... pourtant il a pas bougé le petit doigt, même pas une petite phrase de réconfort sur msn, rien... quand je vois ça , j'ai envie de tous les envoyer paitre, parce que je m'inquiete tres souvent pour eux et j'essaie d'etre là le plus possible...

Si encore y'avait un juste retour des choses...
37 ans 5932
Oui, j'ai déjà tout envoyé en l'air, mais c'est une longue histoire.
Comme toi j'attendais d'avoir des gens à qui parler de ce que je vivais.

Cependant, j'ai vite compris que, me connaissant, j'y gagnerais plus à ne compter que sur moi, à ne rien attendre des gens. J'ai appris à travailler sur moi, à me remettre en question, à chercher ce que je ressentais vraiment et pourquoi et, ainsi, à ne plus céder à ma maladie. J'ai appris à me parler, à m'écrire pour mieux me comprendre. Au début c'est difficile, il y a toujours des choses qu'on ne veut pas s'avouer même à soi-même. Mais on finit par ouvrir les vannes, par tout s'avouer, par se libérer d'un poids énorme.
Je ne voulais pas aller raconter mes problèmes à un(e) inconnu, ou même à un "ami" parce que personne ne pouvait comprendre mieux que moi ce que j'endurais. Chaque histoire est différente, chacun vit les choses à sa façon et chacun trouve ses solutions.

Si tu es certaine, toi, d'avoir besoin de pouvoir parler à d'autres personnes de ce que tu vis, alors n'hésite pas à dire les choses comme tu les ressens. Dis ce que tu penses à tes amis (que tu sens qu'ils ne pourront pas t'aider) et cherche quelqu'un qui le pourra. Change d'environnement si tu en as besoin. Fais confiance à ton instinct pour t'indiquer la voie à suivre.
30 ans Où la vie m'emporte... 78
Je me sens déjà mieux, sachant que j'évite d'y penser, je crois que ça va se faire petit a petit, je vais prendre le temps de remettre la situation et mon entourage en questions, et essayer de trouver enfin ces personnes qui sauraient m'écouter et me comprendre..
Il y a toujours ce garçon... Mais j'essaie d'être le plus détachée possible même si on parle beaucoup...

Merci une fois de plus de vos réponses :)
Petit a petit, je me dirige vers une voie un peu moins sombre =)
B I U