MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Des termes qui me gènent

115
Pour qualifier le fait d'être gros, il y a certains termes qui me font horreur et qui me mettent très mal à l'aise.
Par exemple je me souviens, en 3ème je  
devais faire 1m65 et 73 kg, la médecin avait écrit dans mon carnet de santé "surcharge pondérale"... j'avais envie d'arracher cette page parce que je me disais que ça allait me coller à la peau toute ma vie :(
De même, "obésité" est un terme qui me sort par les yeux à force, je le trouve laid et réducteur. On est plus une personne, on devient une statistique, encore un pourcentage de tant d'obèses bla bla bla.. quelle horreur!
Au lieu de nous passer des messages à la télé pour arrêter de bouffer ils feraient mieux d'arrêter de nous prendre en grippe on aurait moins tendance à culpabiliser et à se rendre malade et souvent à se venger encore plus sur la nourriture! :evil:
41 ans 04 5576
un mot est un mot et j'ai tendance à vouloir appeler un chat un chat.

Je suis obèse, en obésité morbide, grosse, en surchage pondérale etc etc.
Comme dirait William, "une rose sentirait tout aussi bon si elle portait un autre nom". Ben moi même si on me dit que je suis ronde, enrobée, rondouillette, moelleuse ou autre, ça ne me fera pas maigrir.

Après, c'est vrai il y a les susceptbilités des gens. Quand je parle des autres, sur le forum, j'ai tendance à utiliser le terme "ronde" d'abord parce que c'est le nom de la communauté, ensuite parce qu'il est plus doux pour pas mal de monde.

Je ne sais plus qui a dit que la peur d'un nom était souvent plus forte que la peur de l'objet qui porte ce nom elle même. "Obésité" "surchage pondérale" sont des termes techniques et médicaux, donc neutres. Aurais tu préféré que ce mdecin inscrive un truc vraiment insultant, du type des noms charmants et poétiques dont peuvent nous qualifier certains anti-gros ?

qu'aurais tu voulu y voir sur ce carnet ? rien ? peut être mais dans ce cas là ce n'est pas le mot qui te gène, c'est le fait qu'on pointe du doigt quelque chose que tu vis mal. Non ?
38 ans Montréal 1666
Je déteste ces termes catégorisant.

Lorsque j'ai vu surcharge pondérale dans mon carnet de santé, basé sur mon IMC de sportive, c'est la que j'ai commencé à faire des régimes, à focusser là dessus, à délaisser le reste...

... et à grossir pour vrai!

C'est vrai qu'il faut appeler un chat un chat, mais lorsqu'on se met à voir des chats partout et à ne parler que de ça, c'est grave. Il n'y a pas de mal à être un chat sauf quand toute la société décide que c'est épouvantable.

En plus, les termes associés à l'obésité sont des termes chargés sentimentalement. On a la responsabilité de les utiliser avec précautions pour ne pas faire plus de tords.
40 ans Paris 766
Assez d'accord avec Calie.
Le terme "obésité" par exemple est un terme médical pour indiquer un certain surpoids qui celui-ci peut causer certaines problèmes médicaux concrets.

Il faut savoir distinguer l'ésthétique de quelqu'un de gros, on aime ou on aime pas, comme les grands, les petits, les blond, les bruns, les moches, les beaux... de la réalité de l'état de gros.

Après si on aime pas les mots désignant cette qualification, c'est qu'on ne s'assume pas.

Ex prend un mec qui fait 1m60, ultra complexé, dire devant lui "tu es petit" n'a pas le même effet qu'à un homme bien dans sa peau de 1m60 aussi. Mais ça n'a rien de méchant, ce n'est pas un jugement, c'est un fait il est petit par rapport à la moyenne des hommes.

Comme moi, je suis par rapport à la moyenne des femmes grosse, ronde, en surpoids et même obèse médicalement.
De la même façon que je suis blonde, que j'ai la peau très blanche, les yeux verts, et que je suis belle :)
10361
en même temps même si ca te choque le terme surchage pondérale , obésité morbide ou pas ce sont des termes médicaux, non pas fait pour ne pas choquer et ou prendre des gants avec les gens mais pour designer un fait, une chose établie point a la ligne ..

les termes rondes/ronds/gros/grosse sont donné justement affectueusement et ou dans un soucis de ne pas choquer les conscience.

moi tu vois c'est le terme gros qui me choque et encore aujourd'hui
avant quand j'etait nettement mais nettement plus " epais" ( mode hypocrite) les termes surchage pondérale, ou obésité ne ma jamais gené au contraire ca ma motivé a ...
par contre le terme gros, ca me mettais hors de moi et si on me disais ca, c'etait direct opération tabouret volant dans ta gueule ..

maitnenant je suis plus zen que cela , mais je supporte pas, ya que 3 ou 4 personnes dont j'accepte qu'il me le dise car c'est des amies/amis.. et c'est plutot du genre;... wesh gros tranquille ou bien ? ( tu vois le genre) par contre si je connais pas le mec/nana et que surtout il a pas ma permission... vilain temps

c'est un peu comme le terme battard ou un truc dans le genre, ca me rends nettement moins poete.. peut etre parce que je l'es ai peut etre trop pris dans la gueule ...

bref ....
45 ans Suisse 768
Ben moi, je ne suis pas ronde, pas enrobée, pas obèse, pas en surcharge pondérale, non... De toute façons je suis allergique au politiquement correct, je ressens ces termes comme un peu "faux-c**"...

Dans mes jours d'affections pour mes bourrelets, ou avec une note d'humour je suis moelleuse (terme que j'emploie depuis très longtemps, vu mon grand âge, mais que je n'utilise jamais sur VLR, car j'ai vu qu'il y avait un copyright dessus (_MuMu_) et j'ai pas envie de payer d'amende! :lol: :lol: :lol: )

Dans mes jours normaux, je suis simplement une grosse dame...

Dans mes jours sans, une grosse vache... :(
G
32 ans 199
Je ne suis pas vraiment d'accord avec Anick quand elle dit, de façon très imagée, qu'il n'y a pas de mal à être obèse.
Il y a un mal : être obèse, si je ne m'abuse, c'est une maladie qui peut conduire à des problèmes en tout genres (je ne m'étale pas là-dessus).

Pour moi, qui ait pas mal souffert des moqueries au collége, appeler quelqu'un "gros" est soit réaliste, mais cela peut blesser.

Après, tu ne peux pas en vouloir aux médecins de te dire que tu es obèse, c'est la stricte vérité.
S
34 ans 1093
moi ce qui me gene c'est quand on parle de quelqu'un (ce n'est jamais devant la personne elle meme) en disant elle est (silence) forte (bras miment un gros ventre) je trouve ça extrement desagreable.
45 ans Suisse 768
Roa a écrit:
moi ce qui me gene c'est quand on parle de quelqu'un (ce n'est jamais devant la personne elle meme) en disant elle est (silence) forte (bras miment un gros ventre) je trouve ça extrement desagreable.


Ah oui, je l'avais oublié celui-là, même sans le mime, c'est le truc qui ne veut juste rien dire!

Fort, c'est fort, que ce soit physique ou moral, mais pas gros! Ah mais! :evil:

Je trouve ça très hypocrite!
38 ans Montréal 1666
Citation:
être obèse, si je ne m'abuse, c'est une maladie qui peut conduire à des problèmes en tout genres


Je ne veux pas avoir l'air de chercher les puces mais justement, l'obésité à pour moi une réputation surfaite.

Il y a un article intéressant sur VLR: le mythe de l'obésité. Il faudrait que je retrouve la référence.

Pour la majorité des gens, être en surpoids, ça ne cause pas de problème sauf celui, de taille, de l'estime de soi et du regard des autres, problème qui grandit constemment avec la paranoïa du gras ambiante.

Et pour l'obésité, evidemment qu'un important surpoids cause des problèmes, mais il y a des tas d'obèses cliniques qui sont en parfaite santé et d'autres obèses qui ont le titre plus que le gras mais qui en trainent la douleur.

Je ne dis pas q'être obèse, c'est merveilleux, mais ce n'est pas non plus la fin du monde sauf lorsqu'on le croit.
56 ans 91 25732
Il y a encore peu de temps, le mot "grosse" me faisait horreur... Je le vivais tellement mal, comme une insulte. Mais ce n'est que l'adjectif opposé à maigre ! ;)

Une grosse prime c'est super ! Un gros gâteau aussi ! Une grosse voiture c'est plutôt positif ! Une grosse légume c'est un mec puissant ! :D

Mais moi je n'entendais que les gosses du collège... Oh vous les connaissez sûrement, ceux qui vous disent "eh la grosse" ! ou bien "tu vas bouger ton cul la grosse ?" ou encore "gros tas" "grosse vache":evil: Pas très imaginatifs quand on y réfléchit... :twisted:

Ils avaient raison. J'étais grosse (enfin plus qu'eux). Je le suis toujours. Et alors maintenant que j'ai dit ça, qu'est ce que ça me fait ? Qu'est ce que ça change ? Pas grand chose... C'est ce qu'on faisait porter à ce mot et ce que je lui faisais porter qui me gênait. Pas le mot.

Quant à obèse... En voilà un qu'il est moche comme aurait dit Coluche ! La 1e fois qu'on m'a dit que j'étais obèse, dans ma tête je l'ai écrit "obaise". Ca faisait vulgaire avec une connotation sexuelle. Limite on m'aurait dit "vous êtes syphillitique", j'aurais compris pareil. :lol: Je détestais ce mot. Et ça n'a pas changé, parce qu'il est moche ! (aussi moche que "labial" ! :lol: ). Mais cela étant c'est pas faux, si je me base sur les statistiques, je suis obèse. Et ça ne change rien non plus quand je le dis...

Surcharge pondérale... Limite je l'aime bien celui-là ! :lol: Il fait plus sérieux et médical que obèse. Je suis en surcharge pondérale... J'ai une surcharge pondérale. Ben ouais... Et alors ? Je ne suis pas que ça quand même non ? ;)

A présent il m'arrive de dire que je suis grosse. Par exemple avec une collègue, on parlait fringues et je lui dis que je suis quand même grosse par rapport à elle. C'est elle qui a été choquée ! :lol: Elle m'a dit que j'étais pas grosse ! Ronde oui... Forte... Bien en chair... Enveloppée... Comme si c'était plus politiquement correct. Donc j'avais raison, grosse c'est souvent une insulte dans l'inconscient collectif.

Je lis souvent ici qu'on vous traite de grosses, qu'on vous fait des réflexions... Moi je n'en ai pas. En fait j'en sais rien... En fait si j'en ai. Mais je n'y fais plus du tout attention, alors à force soit je ne les entends plus, soit j'ai réussi à lasser ceux qui s'amusaient à ce petit jeu. Quand ça marche pas, c'est moins marrant !

Je suis grosse. C'est un fait. Je suis aussi blanche, blond châtain, de taille moyenne, poilue comme un oeuf, à cheveux longs, aux yeux noisette, avec des petites mains, myope avec une mémoire d'éléphant... Ceux qui ne veulent voir de moi que la grosse le peuvent. Les autres voient le reste. Finalement être gros(se), c'est avoir un filtre à c*** ! ;)

Ne laissez pas les mots être des armes. Enlevez leur toute symbolique négative, banalisez les. Quand les armes n'ont plus de puissance, elles ne peuvent plus vous faire de mal. ;)
A
68 ans bordeaux 62
Je te rejoins tout à fait Patty, j'ai eu tout à coup l'impression que c'était moi qui écrivais les mots que tu as dis.

Oui être grosse est un filtre à c** et on ne s'en porte pas plus mal. :D
1443
Je lutte assez difficilement contre les gens qui m'apprécient autour de moi et qui refusent de me laisser dire que je suis grosse.
Comme si je m'auto-insultais...
"Mais non, arrête, t'es pas grosse !!! T'es ronde quoi...tu te porte bien mais t'es pas grosse !!!!
Ouais trop, cool, là ça change tout, tout de suite...:?

C'est un mot que j'emploie facilement pour parler de moi puisque c'est un fait, je suis grosse. Ca me derangerait pas de dire que je suis mince si c'était le cas mais non, je suis grosse.
Et j'aimerai tellement justement que ce mot perde son côté négatif.
Parce que ça ne viendrai à l'idée de personne de traiter quelqu'un de "mince quelque chose" j'aimerai que ce soit pareil pour le mot "grosse".
Et même pas que ce devienne positif, non, juste neutre.
Juste un mot qui ferait plus se dresser les poils sur la tête des gens mais qui definirai simplement une caractéristique physique.

Bon par contre j'avoue, j'aime pas les gens qui disent par exemple "une dame un peu forte".
Fort c'est moche pour désigner quelqu'un de gros.
Et en plus c'est pas forcément vrai. Je suis grosse mais je suis pas forte.
S
110 ans 3793
Patty a écrit:


Je lis souvent ici qu'on vous traite de grosses, qu'on vous fait des réflexions... Moi je n'en ai pas. En fait j'en sais rien... En fait si j'en ai. Mais je n'y fais plus du tout attention, alors à force soit je ne les entends plus, soit j'ai réussi à lasser ceux qui s'amusaient à ce petit jeu. Quand ça marche pas, c'est moins marrant !

Je suis grosse. C'est un fait. Je suis aussi blanche, blond châtain, de taille moyenne, poilue comme un oeuf, à cheveux longs, aux yeux noisette, avec des petites mains, myope avec une mémoire d'éléphant... Ceux qui ne veulent voir de moi que la grosse le peuvent. Les autres voient le reste. Finalement être gros(se), c'est avoir un filtre à c*** ! ;)

Ne laissez pas les mots être des armes. Enlevez leur toute symbolique négative, banalisez les. Quand les armes n'ont plus de puissance, elles ne peuvent plus vous faire de mal. ;)



Je suis du même avis, ce ne sont que des mots !!!

Gros, obèse, surcharge pondérale.... un assemblage de lettres pour nous qualifier, nous catégoriser, et alors? Quand on relativise, quand on n'attache plus d'importance aux mots, ils ne font plus mal.... comme tu le dis Paty ce sont des armes.

En banalisant, en jouant la carte de l'indifférence, on désarme les autres et on les remet face à leurs propres complexes. Parce que quand on essaie de dévaloriser quelqu'un en se focalisant sur un de ces défauts, c'est qu'on cherche à se rassurer à se comparer, en se disant, il ou elle est ceci ou cela donc finalement moi je suis mieux qu'elle ou lui.

Petite anedocte : à mon travail, certaines de mes collègues s'amusaient à critiquer mon physique et mon poids en terme assez crus.... toujours en mon absence bien évidemment, c'est plus facile pour les lâches....

Seulement, mes collègues masculins, il y a une majorité d'hommes dans mon boulot, m'ont averti... (merci, les gars, je vous revaudrai ça....). Ils ne savaient pas comment j'allais réagir, si j'allais fondre en larme (c'est pourtant pas mon style) ou si j'allais "devenir violente".

Eh bien non, je suis restée très calme et j'ai simplement rappeller très haut et très fort, à claire et intelligible voix comme dit l'autre, pour être sûre qu'elles m'entendent toutes, que je ne supportais pas les lâches, que si elle éprouvaient le besoin de dire de telles choses sur moi, c'est qu'elles étaient au final jalouses et complexées et qu'elles devaient bien se rappeller qu'il n'y avait parmi elles aucun prix de beauté. Mais qu'après tout, elles pouvaient bien dire ce qu'elles voulaient, je m'en foutais du quart comme du tiers, que ce n'était encore une fois que la preuve de leur manque d'intelligence et de courage et que cela ne m'atteignait pas.

Mes collègues (masculin) étaient mort de rire et moi aussi d'ailleurs. Puis cela s'est calmé et ce sont elles qui baissaient les yeux, pas moi. Je continuais mon petit bonhomme de chemin en les ignorant royalement et en leur faisant bien sentir qu' elles qui n'étaient pas assez bien pour moi.

Pour finir, il se trouve que récemment j'ai eu une petite promo et que maintenant j'ai "un galon" de plus qu'elles.... y en a certaines qui sont pas trop rassurées quand elles me croisent et moi, ça m'éclate!!! Mdr....

Bref, quand tu parles de filtre à c***, je suis d'accord.

Tout ça pour dire, qu'il faut savoir prendre de la distance par rapport aux mots. Après tout ce n'est qu'un alignement de lettres.... et nous, nous sommes bien plus que ça...
48 ans 1512
Citation:
Ne laissez pas les mots être des armes. Enlevez leur toute symbolique négative, banalisez les. Quand les armes n'ont plus de puissance, elles ne peuvent plus vous faire de mal.


Ah Patty, quelle sagesse ! J'essaie de suivre cette ligne, d'enlever toute connotation négative au mot "grosse" qui m'a tant poursuivie et tant fait souffrir dans mes "années école", aux termes surcharge pondérale ou obésité qui me font me ratatiner devant les médecins....mais c'est dur, quand une bonne partie de ta vie a été marquée par cela, et que la culpabilité d'être "comme ça" ne t'a jamais réellement quitté.
B I U