MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

qu'est-ce que j'ai?

G
42 ans 9
c'est mon premier message sur ce forum.

je voudrais simplement comprendre ce que j'ai, savoir si il y a d'autres personnes ici qui ont le même problème que moi.

à partir de  
l'âge de 4 ans, j'ai commencé progressivement à me couper de pleins d'aliments, d'abord pour faire enrager ma mère car je voyais que ça la touchait, ça me donnait un certain pouvoir sur elle, puis si on me forçait à manger quand même j'avais des hauts le coeur ou je vomissais.
petit à petit j'en suis arrivée à ne plus manger de légumes et presque pas de viande (que de la volaille). ma nourriture de prédilection est celle de l'enfance (lait, biscuits, bonbons..., je passe des journées entières à ne manger que de ça...)

c'est très difficile à vivre parce que les gens ne comprennent pas que j'en souffre, vu que je ne suis pas anorexique, ça veut dire que je ne suis pas "malade".

ils ne comprennent pas à quel point ça m'angoisse quand on insiste pour que je mange de telle ou telle chose, il y a quatre ans à peu près, mon petit ami de l'époque à mis quelques carottes
vichy dans mon assiette pour que je goûte et quand j'ai vu ça, je me suis mise à pleurer. à l'intérieur, j'ai une réelle rage et je réagis parfois violemment.

je suis incapable de faire trois repas par jour comme les personnes normales, parce que je n'aime rien donc c'est impossible de faire autant de repas.

je n'arrive pas à me motiver pour goûter les choses, on me dit que c'est comme ça que je vais me rééduquer au goût, et j'en ai bien conscience, mais je ne peux pas, je m'énerve tout de suite, je suis dans une véritable rage à l'intérieur.

aidez-moi à comprendre ce que j'ai, j'ai 25 ans et je veux que tout ça s'arrête enfin.
je ne veux plus avoir la boule au ventre quand je suis invitée quelque part.
je veux que les repas, TOUS les repas soient un moment de détente et de convivialité.

j'espère ne pas avoir été trop longue mais bon, c'est la 1ere fois que j'ose venir sur un forum comme celui-là donc il allait le faire à fond.
50 ans Epinal 264
Bonjour Girelle,

Je n'ai pas de solution à t'apporter, malheureusement, mais je me dis que des solutions il y en a quand même forcément.

Sais-tu d'où te vient cette rage, cette violence que tu ressens? Et pourquoi les troubles alimentaires ont commencé à 4 ans?

Retrouver le goût et une alimentation normale sera très long je pense, on n'efface pas 20 ans d'habitudes alimentaires rapidement, mais ce ne doit pas être impossible... à partir du moment où les causes en sont déterminées.

Je ne peux que t'encourager à en parler et te souhaiter bon courage pour la suite.
:kiss:
G
42 ans 9
merci beaucoup pour ta réponse.
je ne sais pas exactement pourquoi j'en suis arrivée là, je pense que c'était surtout un moyen d'attirer l'attention de ma mère et lui faire du mal en même temps (elle est ronde donc je rejetais la nourriture). mes parents étaient famille d'accueil et donc j'avais autour de moi des enfants qui souffraient vraiment. je pense que j'ai ressenti le besoin de m'identifier à cette petite communauté que je considérai comme mes frères et soeurs, de sentir que j'existais, je voulais moi aussi être capable de souffrir.

tout ça est bien loin à présent, pourtant la rage est la même et je ne sais pas comment l'interpréter. j'avais entamé une analyse il y a quelques temps mais le problème c'est que ça coûte cher et comme je n'ai pas de travail en ce moment je ne peux pas continuer.

et les psychiatres et psychologues que j'ai eu l'occasion de voir m'ont dit que j'étais tout simplement "difficile" :roll:

je ne savais pas que d'être "difficile" ça faisait autant souffrir...
G
42 ans 9
je viens de découvrir que ma maladie s'appelle "phobie alimentaire" et c'est en fait une "néophobie alimentaire" qui ne s'est pas arrêtée.

ya-t-il quelqu'un ici qui souffre de la meme chose? avez vous des conseils pour guérir?
52 ans Grenoble 258
bonjour,

je ne connais pas cette maladie, mais comme pour l'ensemble des TCA je pense que si on n'y arrive pas seule il faut se faire aide par un thérapeute comportementaliste. psy ou autre. Certains sont remboursés SS.

Par contre il faut aussi que tu "réalise" et accepte qu'il va te falloir beaucoup de courage et d'effort et encore plus que pour une personne qui n'a pas de TCA pour guérir et assainir ta relation à la nourriture. Tout dépend de toi , je sais ça a l'air vite dit .. et pourtant je suis en thérapie moi aussi depuis 1 an et demi pour des TCA donc tu vois ce n'est pas un jugement de valeur mais plutot une conclusion due à mon expérience.

C'est à toi de dire stop à toi même, à cette partie de toi qui nuit à ton épanouissement ! Tu lui dis stop et tu passes à l'action commence par des aliments qui te semblent plus simples à accepter, fais le seule avec toi -m^me personne pour te juger à coté de toi ou même pour t'encourager car tu dois trouver l'envie et le courage par toi même et ne pas la puiser dans la volonté d'un tiers ... je sais pas si je suis claire....

Comment tu fais ? et bien une fois la décision prise tu l'appliques ! (ouais je sais, "comme si c'était si simple ...") tu ne dois pas partir en guerre contre cette partie de toi ni la prendre en pitié, tu dois la comprendre l'accepter la guérir.

Allez! vas y! lances toi ! oses !!!

et surtout courage et patience !
G
42 ans 9
merci beaucoup heriane
je voudrais vraiment entreprendre une psychanalyse, je pense que c'est la seule chose qui pourrait vraiment m'aider parce comme je l'ai déjà dit, les psychologues et psychiatres pensent que je suis simplement "difficile". mais comme je n'ai pas les revenus nécessaires pour entreprendre une psychanalyse, il faudra peut etre repasser par là

le problème est d'arriver à me forcer... je repousse tout le temps, tout en sachant qu'il va bien falloir que ça arrive. c'est vrai que ça serait plus facile de me confronter à un aliment en étant seule (surtout aucun regard sur moi), il faudra que j'essaie.

en fait, personne ne se rend vraiment compte que c'est une maladie, dans mon entourage ça créé des problèmes mais on se dit : "elle est comme ça..."
donc du coup, ça n'est pas pris vraiment au sérieux, même par moi donc c'est difficile de me motiver pour changer.

j'ai longtemps regretté étant plus jeune de ne pas être anorexique car là au moins, on aurait compris que je n'étais pas juste une gosse capricieuse mais une personne en réelle souffrance.
53 ans Sud ouest 356
girelle a écrit:
les psychologues et psychiatres pensent que je suis simplement "difficile".


Je suis tout à fait d'accord avec Hériane. Et je voulais te dire qu'il faut du temps pour trouver le bon psy, la personne que l'on sent vraiment à botre écoute. Cherche encore, n'hésite pas à changer et tu en trouveras un(e) qui t'aidera vraiment.
41 ans Montréal 1666
J'ai vu quelques psychologues aussi. Il y a beaucoup de psy qui semblent ne pas être capables d'aborder les troubles alimentaires. Ce n'est pas habituel d'avoir de la rage et de la tristesse devant une assiette de carottes. Il y a beaucoup d'explications possible à ça mais puisque ça a commencé si tôt, il faut t'attendre à ce que régler ce truc qui te dérange necessite un dérangeant travail en profondeur.

Tu parles que tu ne mange que des aliments de l'enfance et que ça te boulverse quand on te propose des aliments d'adulte. N'y arais-t-il pas là une piste intéressante de réflexion?
G
42 ans 9
oui je pense que quelque part, je ne veut peut etre pas grandir, rester à un âge ou j'aurai peut etre pu changer quelque chose qui m'a culpabilisé. mais ce qui m'énerve c'est que ces préoccupations enfantines, quand j'y pense, je me dis que tout ça est réglé, que ce n'est pas une gamine de 4ans qui aurait pu éviter le départ de son grand frère de la maison, donc il ne suffit pas de mettre des maux sur ses maux, après il faut faire quoi?
58 ans 671
Coucou Girelle !

Tu parles d'entreprendre une psychanalyse : ce peut-être une démarche intéressante pour qui veut se connaître en profondeur, mais je doute que cela soit la thérapie la plus adaptée pour guérir de ton trouble.

En quelques séances et sans prise de tête, tu pourrais certainement être soulagée grâce à une thérapie comportementale et cognitive (TCC) qui me semble la forme de soin la plus adaptée pour ton cas : c'est aussi de cela dont te parlait Hériane hier !

Il te reste à trouver le bon thérapeute pour toi, c'est à dire une personne qui t'inspires confiance et avec qui tu as envie de travailler en ce sens... Voici un lien pour trouver des spécialistes adhérents à l'Association Française...e Comportementale et Cognitive dans ta région.

Bonne continuation :kiss: et n'oublie pas de nous tenir au courant ! ;)
(Je reste à ta disposition par mp si tu as besoin d'aide pour trouver un psy dans ton coin.)
G
42 ans 9
merci pour ces liens ;)
j'ai déjà consulté l'une des psy présente dans la liste et au bout de 3 ou 4 visites elle m'a dit que j'allais bien, que ce n'était pas la peine de continuer... en fait, elle me faisait noter sur un carnet tous les repas que je prenais donc je faisais un effort (la honte sûrement). comme elle a vu que je mangeais pas trop mal elle a cru que c'était réglé.

pourquoi on ne me prend jamais au sérieux?

et si je vais consulter un psychiatre qi fait se genre de thérapie, serais-je remboursée?
58 ans 671
Un psychiatre est médecin donc ses consultations sont remboursées par la Sécurité Sociale mais il faut voir quel tarif il pratique et quelle part de ses honoraires reste à ta charge (renseigne-toi auprès de son secrétariat au moment de la prise de rendez-vous, tu pourras annuler ensuite si tu trouves ça trop cher).

Pourquoi ta psy ne t'a pas prise au sérieux ? Désolée Girelle mais il te faut regarder les choses en face, là : 1°) tu demandes de l'aide à quelqu'un ; 2°) on te demande une démarche d'observation et de notation pour pouvoir cerner le problème (en réalité pour que TU en prennes conscience) ; 3°) tu déguises les faits sur ton carnet et donc le problème n'apparaît pas ; 4°) le psy ne peut que constater que tu n'as pas besoin de son aide.

A toi de jouer maintenant et de faire preuve d'un peu de sérieux envers toi-même.
Courage !
G
42 ans 9
tu m'as mal comprise, je n'ai absolument pas menti sur mon carnet, c'est juste que vu que j'écrivais tout ce que je mangeais, ça m'a fait une prise de conscience et donc je mangeais mieux pour pas que ça fasse "tâche" sur le carnet. je lui ai dit que je faisais beaucoup d'efforts et que je savais pertinemment que ça ne durerait pas longtemps mais elle m'a dit que vu que j'avais déjà réussi à faire ça, il "suffisait" de continuer.

j'ai toujours été honnête avec les psys, sinon je ne vois pas l'intérêt d'y aller.

merci pour toutes les précisions concernant le psychiatre.
58 ans 671
Je suis désolée pour toi Girelle car oui je t'ai mal comprise.

Si je me place dans ton optique, je vais te dire comme la psy : puisque tu as su le faire une fois (manger mieux), refais-le et continue !

Sinon, accepte que tu as un trouble du comportement (cela se guérit bien), retourne la voir et fais sérieusement ce travail d'observation sur toi-même sans chercher à "faire des efforts" qui ne serviront qu'à masquer le problème.

Qu'en dis-tu ?
G
42 ans 9
elle aurait du me guider mieux alors, me dire que je ne devais pas faire d'effrots au début. au contraire, quand je lui ai montré mon carnet en lui disant que ça n'était pas mon alimentation habituelle, que j'avais fait beaucoup d'efforts, elle m'a dit de continuer, point barre. si c'était aussi facile que ça, est-ce que j'aurai payé 30€ la séance pour qu'elle m'aide???
B I U