MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Une RA ça ne s'improvise pas

A
46 ans Haute savoie 18
Hello

Ca fait un moment que je ne suis pas venue ici mais aujourd'hui j'ai envie de vous faire part de mon expérience.

1992: j'ai 17 ans, 1.60m et 58 kg. Pas  
mince mais pas grosse non plus. Mais à cet âge là, on se veut dans la norme alors on veut maigrir.

1994, 20 ans: J'ai déjà pris presque 10kg par ennuie. Mon futur mari travaille tard le soir alors je m'offre des repas à base de fromages, de pain et de yaourts en quantité.

1995: Je me marie donc je perd 6kg. Juste après reprise de 10 kg.

1997 et 2001: grossesses. Prise de poids modérée à chaque fois (12kg et 9 kg)

2004, 30 ans: divorce, nouvelle rencontre, hop perte de 12kg sans rien faire.

2005: Remontée de mon poids. Je reprends 10 kg. JE découvre Zermati et Apfeldorfer, tente une RA toute seule mais impossible d'y arriver.
2007: summum avec 86.6 kg.

2006: Je tente d'arrêtter la remontée mais sans résultat. A chaque nouveau régime, je reprends avec du bonus derrière.

Je commence une thérapie avec une psy du GROS mais j'arrêtte au bout de 2 mois. Rien ne se passe malgré que j'ai un peu avancé sur certains sujets. Je commence à ouvrir certaines portes intérieurs et ça fait mal.

2007: je tente Dunkan en avril, je perds 3 kg j'en reprends 6 et là je décide que c'est définitivement terminé. Plus jamais je ne ferais de régime.

Ma mère me parle d'une fasciathérapeute. Je vais la voir et là c'est la révélation. En même temps qu'elle travail sur mes douleurs physiques on parle poids et elle me parle de l'impact des secrets de famille, des liens transgénérationnels, des non-dits. Elle me dit aussi de me faire aider par une diète.

Je commence à lire Anne Ancelin ("Aïe mes aieux") et d'autres auteurs qui parlent de psychogénéalogie. J'ouvre grâce à cela des portes que je croyais fermées. Je réalise enfin certaines choses. Je mets le doigts sur des évidences. J'en viens à faire mon géniosociogramme (arbre généalogique ou l'on rajoute les évènements connus de la vie de nos ancêtres, leurs petites manies, leurs secrets, leurs gôuts, bref tout ce que l'on sait sur eux) et là je découvre des répétitions généalogiques. Je comprends le pourquoi de certaines choses qui me faisaient du mal. J'ai l'impression de briser la chaîne du mal.

En même temps je cherche une diet dans mon coin. Elles sont trois dont une que j'ai déjà pratiquée et que je refuse de revoir parce que payer pour recevoir un polycopié avec un régime type non merci.

Je choisi une des deux autres et lorsque je la rencontre, je découvre qu'elle fait parti du GROS. Etonnement de ma part que la vie me remette sur la route une de ces personnes. On discute beaucoup, elle m'explique la manière dont nous allons travailler, à savoir pas de régime, pas d'interdits, pas de tabous et un travail en profondeur sur les causes des "crises".

Depuis ma rencontre avec la fasciathérapeute j'avais cessé les crises d'hyperphagie, les crises de "sucré". Depuis ma rencontre avec la diét du Gros (cela fait deux mois) j'ai retrouvé le plaisir de manger de tout, absolument de tout, sans aucun tabou.

J'ai réappris à reconnaitre ma faim et ma satiété. Je ne me pose plus aucunes questions à l'heure des repas. J'ai faim, alors je mange et uniquement ce que j'ai envie. Je n'ai pas faim, je ne mange pas. Elle m'a donné le gôut de noter ce que je mange, grâce à cela je réalise enfin que je ne mange pas tant que ça en fait.

Mon objectif est bien sur de perdre du poids parce que je ne me sens pas bien dans ma peau à 86kg. Malgré tout j'ai perdu toute obsession vis à vis de la balance. Je n'ai plus d'objectifs de perte ni en kg ni dans le temps.

J'ai perdu 2kg en un peu plus d'un mois, c'est super mais je ne m'en fait pas tout un plat. J'ai compris que mon corps perdrait ce qu'il veut perdre quand il le voudrait .J'ai accepté l'idée que je ne ferais peut être jamais plus 64kg. J'ai accepté que je puisse peser toute ma vie 74 kg si j'arrive à ce poids là. Mon objectif, si je dois en avoir un c'est de repasser sous les 80 kg, peu importe le temps que cela prendra. Après j'accepterais le poids qui sera le mien.

J'ai retrouvé en même temps le plaisir de manger, de ne plus me poser de question, de ne plus culpabiliser, de manger une tarte au chocolat devant tous mes collègues sans me dire "mais que vont-il penser", de ne pas manger si je n'ai pas envie. Bref j'ai retrouvé la sérénité et le vrai lacher prise.

Tout ça pour dire à celle qui n'y arrivent pas, qu'il faut du temps. Il faut se laisser le temps. Il faut trouver SON déclic. Pour moi ça a été la psychogénéalogie qui à répondu à mes questions, en même temps que j'ai travaillé avec la diét. A chacune de trouver ses solutions mais ce qui est sur et certain c'est que l'on n'improvise pas une RA.

La RA ne marche que le jour ou réellement on a trouvé les clefs pour débloquer tous nos problèmes psychologiques les plus profonds. Sans cela je suis persuadée qu'il n'y a pas de réelle RA possible. Mais croyez moi, une fois qu'on a trouvé les bonnes clefs, c'est enfin la vraie vie qui commence.
A
46 ans Haute savoie 18
Euh juste une petite question? On ne peut plus éditer ses propres messages? J'aurais aimer pouvoir le faire parce que mon post est bourré de fautes!!! j'ai tapé au km et du coup je pensais pouvoir rectifier après envois.

Quelqu'un sait comment faire?
821
Franchement pour les fautes, j'en vois pas, mais vraiment un grand bravo pour ton témoignage, clair et précis. Je suis tout à fait d'accord avec ce que tu prônes, oui il faut se faire aider mais trouver le bon conseil au bon moment n'est pas simple non plus. Pour ma part, j'ai tenté maintes fois des régimes et c'était je perds et je reprends ensuite. Ma psychothérapie avec un psy génial m'a beaucoup aidée et s'en est suivie la rencontre avec mon mari (depuis 4 ans) et vive les rondes qui ont "changé" ma vie. A l'heure actuelle, mon objectif est de descendre en dessous de la barre des 100 (il m'en reste 5 !!!) et puis si je les reprends tant pis, je peux les reperdre plus tard en faisant quelques petits efforts mais comme je sais que je n'arriverais jamais à 70 kilos je m'accepte comme je suis et je ne me prends plus (et pas) la tête comme avant (avant c'était avant mes 40 ans !).
49 ans vigo Espagne 195
ton experience est plein d'espoir! ;) c'est bien que chacune trouve SA propre RA,. Moi aussi, je pense que c'est bien de sa faire aider, ce ne doit pas être obligatoire, mais j'ai toujours pensé, ds mon cas et ds bcp de cas que la prise de poids exagéré etait symptomatique de pb plus profonds. Je n'ai pas encore pris de rv avec un psy, ms j'en parle et je fais des recherches! ;)

par contre, en Espagne, je ne sais pas s'il y a des dieteticiens qui fonctionnent avec la RA, je n'en ai jamais entendu parler! Anne tu sais qc? :?:
B I U