MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

s'éloigner de la RA...s'oublier soi même.

S
49 ans suisse 993
Une nouvelle phase dans ce parcours décidément toujours aussi riche en découvertes.

Après le bonheur de la fin des régimes.
Après les retrouvailles avec soi même.
Après une première démarche thérapeutique.

Je passe par  
une phase d'oubli de moi même. De gros soucis professionnels m'ont amenée à me négliger. Moins d'efforts. plus trop envie de s'occuper de soi. J'ai rangé mon podomètre et un otite perforée plus bronchite me tiennent éloignée de la piscine depuis un mois.

C'est insidieux. Je retrouve un peu ce qui se passe après un régime (je cherche très loin dans mes souvenirs). Je m'habille de plus en plus large, je ne me regarde plus en face dans les miroirs. L'angoisse réapparait et calmer ses angoisses par du chocolat c'est tellement facile!

Mais la RA m'a permi de comprendre que j'ai des ressources, que je en suis pas seuleemnt cette femme sans bon job, triste et qui s'isole. La RA une fois qu'on a mis un doigt dans l'engrenage ce n'est plus jamais pareil. Mon corps sait que je peux le respecter et luioffrir tout ce dont il a besoin. Et il me le rappelle!!!!!! J'ai rendez vous lundi avec une thérapeute pour me remettre au travail sur soi.

Connaissez vous aussi cette phase? Pas très agréable mais qui une fois de plus nous apprend beaucoup sur nous.
50 ans Sud ouest 356
Oui Sirelle, je connais parfaitement ! Et je crois que cet écoute du corps, cette conscience est lourde à porter des fois. D'où l'oubli.

En ce qui concerne mon parcours en RA, j'ai assimilé le fait que les régimes sont nocifs, je remange de tout sans honte ou presque, quand je suis à l'écoute j'arrive à peu près à sentir ma faim, pour la satiété c'est encore dur...mais après quelques jours d'écoute de mlon corps je fais des crises (je suis hyperphage). Des crises pour oublier...mon corps je crois.

Courage. La RA est une si belle aventure même si elle est longue
37 ans 12494
Moi aussi j'ai traversé cette période et elle reviens de temps en temps quand je me retrouve depassé émotionnellement...

Je pense que c'est un mécanisme normal.. Un peu comme si on se disait que ce n'etiat qu'un doux reve la RA et que l'onre venait a un rythme normal sauf que notre corps quant il y a gouté il ne peut plus s'en passer de la RA et sa reviens tout doucement comme une évidence même si sur le moment ce n'est pas un cap facile a passer !
38 ans Montréal 1666
Ça doit nous guetter toutes j'imagine.

Je ne laisse jamais vraiment consciemment tomber la RA, mais en certaines occasion, c'est plutot d'être proche de moi et de mes besoins que j'oublie. Et ça dégringole vite. Je mange n'importe quoi et trop, je ne m'arrange pas et je me met vite à déprimer. Et dans ces moments là, penser RA est inutile. Si je me reconnecte à moi, la RA revient d'elle même (ou presque, lol)

Prends soin de toi!

Anick
xx
S
49 ans suisse 993
C'est exactement ca Anick merci!

Dans ces moemnts là où ca dégringole comme tu dis, c'est la spirale, je mange, je em dévalorise, je ne me regarde plus, je remange etc.....Et dans ces cas là ce n'est pas la RA qui est possible.

Se reconnecter tout est dit. Et après la RA revient d'elle même. Mais se reconnecter est parfois si douloureux. Parfois la griserie de se laisser aller, de ne plus trop ressentir, s'anesthésier, se laisser flotter est bien tentante. C'est l'illsuion que c'est plus facile comme cela. Alors que s'écouter, prendre soin de soi et en recueillir les bénéfices est tellement meileur.

Ca me fait penser aussi à la cigarette. Je suis une ancienne fumeuse, j'ai arrêté et repris plusieurs fois. Ca fait 5 ans je crois que je n'ai plus fumé. Et c'est bon pour moi de ne plus fumer, vraiment. Néanmoins régulièrement je pense que je pourrai me griser, me laisser aller à en refumer une, mais non, ce ne sera jamais plus comme avant.

Je me demnade si derrière tout ca iln'y a pas l'illusion du tout petit, du nouveau-né que tout son bien être ne peut venir que de la nourriture qui comblerait tout. Et nous jour après jour nous devons constater que le bonheur ne vient pas de l'extérieur.
B I U