MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Peut-on trop aimer ses enfants?

48 ans 76 10598
Pensez-vous qu'il est possible de trop aimer ses enfants, d'en faire trop? Vous a-t-on déjà reproché un trop plein d'amour ou d'attention? Existe-til une limite à l'amour maternelle?

Exprimez-vous! ;)
41 ans là 5969
pour on n'aime jamais trop...
par contre parfois on etouffe les autres avec cet amour, parcequ'il est mal géré...

mais honnetement je vois pas comment on peut trop aimer :-k
L
71 ans 7508
Je pense que c'est possible.

Par exemple ma mère en quelque sorte qui s'est tellement sacrifié pour ses enfants qu'aujourd'hui j'ai tendance à douter la retraite approchant qu'elle puisse se détendre enfin profiter après avoir passé toute une vie à se priver pour ses enfants. Je lui en ai déjà parlé et elle m'a répondu c'est comme si elle avait l'impression qu'elle ne le méritait pas. Quand mon géniteur s'est barré le deal était qu'il pouvait tout prendre et lui laissait ses enfants et c'est exactement ce qu'il a fait jusqu'à emporter les allocations familliales...

Sinon j'ai deux mamans dans nos familles, une tata de mon côté et une autre du côté de monsieur Yub qui sont tellement en amour devant leurs derniers qu'elles les font toujours passer avant tout comme ne pas supporter que le père fasse preuve d'autorité quand ils font une bétise ou faisant passer le confort de leurs enfants au détriment des autres enfants car en plus elles ont toutes les deux trois enfants. J'ai déjà vu ma cousine ordonner à sa fille ainé de remballer son puzzle alors qu'il lui en restait genre 4 ou 5 pièces pour finir tout ça parce que le petit l'exigeait. Comme il le dit si bien je suis ici chez moi et je fais ce que je veux...
41 ans 04 5576
Vaste sujet...

Pour ma part, jusqu'à il y a trois ou quatre j'aurais répondu non. Mes parents n'étaient pas familiers avec l'expression de l'amour familial et jusqu'à une date récente, je pensais que j'avais été "pondue" parce que la règle traditionnelle de la famille est d'avoir trois enfants.

Aujourd'hui je connais des parents de mon âge, et j'aime voir leur visage s'illuminer quand ils me parlent de leurs enfants. Cela me parait étrange mais je trouve cela très agréable.

Par contre, il est vrai que je trouve que ma soeur a centré sa vie sur sa fille et uniquement sur sa fille et qu'elle en fait trop. Je serai peut être aussi excessive qu'elle si un jour j'ai des enfants, alors je ne peux pas trop la ramener mais cela m'exaspère de ne pas pouvoir lui parler sans qu'elle ramène la conversation sur sa fille, ou d'apprendre qu'elle n'a pas couché sa fille pour la faire admirer plus longtemps ou des trucs comme cela... mais encore une fois, je serai peut être pareil.

Amnesis a raison, je pense qu'on n'aime jamais assez ses enfants mais qu'il faut savoir le gérer...
42 ans sud 762
Ben,moi en début d'année scolaire,on m'a clairement fait comprendre que si mon fils avait un retard de langage,c'est parce que je le couve trop
:evil: (=aimer trop?)

Quand j'en ai parlé à mon généraliste,il a essayé de me rassurer en me disant qu'on ne couvait jamais trop nos enfants,mais bon,le sien voit une orthophoniste depuis 2 ans :?

Quand j'écoute certaines personnes,il faudrait que mon fils de 4 ans soit plus autonome,qu'il se lave ,s'habille,bref,prenne ma voiture pour aller bosser...

Je suis d'accord pour le laisser faire certaines choses seul,mais je suis tout de meme sa maman,non?

J'ai l'impression qu'on le pousse à grandir trop vite,alors qu'il a droit à son enfance,et mon role,à mon sens,est de le protéger,de m'occuper de lui,et de le laisser évoluer à son rythme.

Je ne sais pas ce que sera sa vie d'adulte,s'il sera heureux ou pas,et je ne pourrai pas toujours etre là,alors je fais tout mon possible pour que son enfance soit la meilleure possible.

Maintenant peut etre que j'en fais trop,mais je n'ai pas l'impression de l'aimer trop,puisque c'est normal que je l'aime:c'est mon fils!!
M
42 ans 28 187
Je pense qu on ne peux pas trop aimer ses enfants mais effectivement trop les couver n est pas forcement preuve d amour...il faut les laisser grandir se faconner leur personalite meme si on a l impression que tout va trop vite qu ils sont encore nos bebes mais je crois que c est encore la meilleure solution.


Ne pas avoir un comportement trop permissif car les enfants ont bessoin de limites et d autorite c est peut etre pas evident masi ca leur sera tres utile plus tard .

Meme si je suis completement gaga de ma fille de 2 1/2 j avoue .... je ne peut pas tout lui laisser faire c est ca aussi l amour les limites .


Apres chaqun gere comme il peut mais c est vrai c est pas toujours facile on ne sait pas si on fait bien ou pas ..

Il n y avait pas de mode d emploi avec ma fille quand j ai accouche....
48 ans Nord 3084
Trop aimer, jamais de la vie. Il faut par contre gérer cet amour "débordant". Ne pas envahir, étouffer...

On me la reprocher oui. La 1e fois elle devait avoir environ 6 mois. Et je ne compte pas le nombre de fois qui ont suivi.

Vous l'empêchez de grandir, d'évoluer, trop d'attention. Regardez là, elle ne voit que par vous. Qu'est ce que j'ai pu entendre toutes ces phrases et bien d'autres...

Oui j'aime ma fille et même plus. Oui ma fille me le rend bien. Et je n'arrêterais pas d'avoir cet amour ou encore plus pour elle, ça m'est bien impossible, quoiqu'en pense les autres.
1443
Oui je crois que c'est possible d'aimer trop ou mal ses enfants.
Je rencontre régulièrement (au travail) des parents (et souvent des mères) qui aiment trop leur enfant et qui sous ce pretexte l'aime mal et le condamne à n'être jamais tout à fait heureux.

A mes yeux un parent qui aime trop ses enfants c'est un parent qui lui laisse croire qu'il est le meilleur, le plus beau, le plus fort et que si un autre humain lui fait un reproche ou une critique il a forcement tort, est forcement jaloux ou forcement de mauvaise foi.

C'est un parent qui couve son enfant pour qu'il ne tombe pas malade, qu'il ne se fasse pas mal et l'empêche ainsi d'avoir confiance en lui, de faire ses propres experiences douloureuses au risque que ce manque de confiance se repercute ensuite sur sa vie entière.

C'est un enfant auquel on ne dit jamais non, auquel on ne refuse rien (même si on se refuse à l'admettre et qu'on pretend ensuite que nonon il n'est pas gaté-pourri) et qui ne se sentira jamais libre puisque la notion même de contrainte et de frontière lui est étrangère...

Bref, on aime trop ses enfants quand au travers de l'amour qu'on pretexte leur donner on les empeche d'être heureux ailleurs qu'au creux des bras de leurs mères (ou père). C'est mon avis.
46 ans albertville 1799
Je ne pense pas que l'on puisse dire qu'on aime "trop" ou "pas assez" quelqu'un. On l'aime ou on l'aime pas.

Ce que l'on entend par "trop aimer" c'est la relation associée à cet amour.
Sommes-nous démonstratif? Couvons-nous trop nos enfants? Tout cela ne présage en rien l'intensité de l'amour que nous avons pour quelqu'un mais plutôt comment NOUS vivons cet amour.

Et je cite un exemple c'est le cas de mes beaux-parents, c'est l'exemple type d'aucune relation de complicité, pas d'amour montré, pas de je t'aime, rien.
Pourtant ils adorent leur fille mais ne savent pas le montrer car ne l'ont pas appris mais elle, en revanche, a fini par apprendre à déceler ces signes d'amour.
41 ans 04 5576
mike73400 a écrit:

Pourtant ils adorent leur fille mais ne savent pas le montrer car ne l'ont pas appris mais elle, en revanche, a fini par apprendre à déceler ces signes d'amour.


C'est ce que j'ai vécu et c'est ce qui a fait de moi cette fille qui ne se croit pas digne d'être aimée. Même si maintenant, je sais qu'ils m'aiment et m'ont toujours aimé, c'est trop tard, je ne l'ai compris que vers 23 ou 24 ans. Pour moi, je les aime bien et je ne ferai rien pour les blesser mais je n'ai plus besoin d'eux pour vivre.

C'est peut être dangereux d'en faire trop, mais cela l'est tout autant de ne pas en faire assez.
41 ans là 5969
Jazz a écrit:
Oui je crois que c'est possible d'aimer trop ou mal ses enfants.
Je rencontre régulièrement (au travail) des parents (et souvent des mères) qui aiment trop leur enfant et qui sous ce pretexte l'aime mal et le condamne à n'être jamais tout à fait heureux.

A mes yeux un parent qui aime trop ses enfants c'est un parent qui lui laisse croire qu'il est le meilleur, le plus beau, le plus fort et que si un autre humain lui fait un reproche ou une critique il a forcement tort, est forcement jaloux ou forcement de mauvaise foi.

C'est un parent qui couve son enfant pour qu'il ne tombe pas malade, qu'il ne se fasse pas mal et l'empêche ainsi d'avoir confiance en lui, de faire ses propres experiences douloureuses au risque que ce manque de confiance se repercute ensuite sur sa vie entière.

C'est un enfant auquel on ne dit jamais non, auquel on ne refuse rien (même si on se refuse à l'admettre et qu'on pretend ensuite que nonon il n'est pas gaté-pourri) et qui ne se sentira jamais libre puisque la notion même de contrainte et de frontière lui est étrangère...

Bref, on aime trop ses enfants quand au travers de l'amour qu'on pretexte leur donner on les empeche d'être heureux ailleurs qu'au creux des bras de leurs mères (ou père). C'est mon avis.


ouai c'est tout à fait à ça que je pensais ;)

l'amour n'est pas quantifiable, mais d'autres parents peuvent tout autant aimer leur enfant (et à mon avis plus) en lui faisant confiance...
en lui donnant confiance...

ce que tu décris, pour moi ce n'est pas trop d'amour, c'est une sorte de manque d'amour, manque de confiance, c'est plus de la soumission, de l'achat d'amour...
41 ans là 5969
Calie-Toad a écrit:
C'est peut être dangereux d'en faire trop, mais cela l'est tout autant de ne pas en faire assez.


le dosage...

c'est pas si facile d'être parent :roll:
39 ans 3006
Amnesis a écrit:
Jazz a écrit:
Oui je crois que c'est possible d'aimer trop ou mal ses enfants.
Je rencontre régulièrement (au travail) des parents (et souvent des mères) qui aiment trop leur enfant et qui sous ce pretexte l'aime mal et le condamne à n'être jamais tout à fait heureux.

A mes yeux un parent qui aime trop ses enfants c'est un parent qui lui laisse croire qu'il est le meilleur, le plus beau, le plus fort et que si un autre humain lui fait un reproche ou une critique il a forcement tort, est forcement jaloux ou forcement de mauvaise foi.

C'est un parent qui couve son enfant pour qu'il ne tombe pas malade, qu'il ne se fasse pas mal et l'empêche ainsi d'avoir confiance en lui, de faire ses propres experiences douloureuses au risque que ce manque de confiance se repercute ensuite sur sa vie entière.

C'est un enfant auquel on ne dit jamais non, auquel on ne refuse rien (même si on se refuse à l'admettre et qu'on pretend ensuite que nonon il n'est pas gaté-pourri) et qui ne se sentira jamais libre puisque la notion même de contrainte et de frontière lui est étrangère...

Bref, on aime trop ses enfants quand au travers de l'amour qu'on pretexte leur donner on les empeche d'être heureux ailleurs qu'au creux des bras de leurs mères (ou père). C'est mon avis.


ouai c'est tout à fait à ça que je pensais ;)

l'amour n'est pas quantifiable, mais d'autres parents peuvent tout autant aimer leur enfant (et à mon avis plus) en lui faisant confiance...
en lui donnant confiance...

ce que tu décris, pour moi ce n'est pas trop d'amour, c'est une sorte de manque d'amour, manque de confiance, c'est plus de la soumission, de l'achat d'amour...


Je suis totalement d'accord, avec la description de Jazz, et l'analyse d'Amnesis.
C'est justement aimer son enfant que d'avoir confiance en lui, de lui donner un espace de liberté, limité avec des règles, de le préparer à la vie adulte. C'est l'aider à s'épanouir que de ne pas le mettre dans un cocon trop douillet.

Mais, entre ce que je désire faire, et la réalité... :oops: m'enfin bon j'espère que j'aurai assez de force de caractère pour faire en sorte de lui laisser l'espace de liberté tout en lui montrant que je l'aime.. Pfiou, dur le métier de parent :oops:
40 ans Ici et là-bas 3402
Aspha a écrit:

Mais, entre ce que je désire faire, et la réalité... :oops: m'enfin bon j'espère que j'aurai assez de force de caractère pour faire en sorte de lui laisser l'espace de liberté tout en lui montrant que je l'aime.. Pfiou, dur le métier de parent :oops:


Tout pareil que toi Aspha!

Sinon, moi aussi je suis d'acc avec Jazz et Amnesis.

Et puis je suis d'acc aussi avec Calie-Toad, j'ai vécu exactement la même chose.

De ce fait j'ai très peur de faire le contraire avec mes enfants, argh...
B I U