MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Un psy oui mais ça suffit pas

N
58 ans 5
Je ne suis pas nouvelle sur ce forum, mais je n'ai pas pu me résoudre à poster sous mon pseudo, excusez-moi, je n'assume pas vraiment tout ça.

Je ne vais pas  
bien depuis déja pas mal de temps, pour différentes raisons, que je cerne très bien. J'ai toujours su à peu près très bien où j'en étais, et ce depuis toujours.

Mais un jour la goutte d'eau de trop et le vase déborde : je n'y arrive plus. Je pleure tout le temps, je n'arrive plus à avancer. Je ne fais plus rien, je passe mes journée sur mon PC, je ne dors plus ou très mal. Dommage je continue à manger par contre !

Je me suis résolue à en parler à notre médecin de famille lors d'une consultation pour mon hypertension. Qui m'a aussitôt proposé d'en parler. Mais étant aussi le médecin de mon compagnon, et de mes enfants, je ne me sentais pas de lui parler. Il m'a donc orientée vers un psychiatre, le seul de ma petite ville.

Je suis déjà allée le voir 4 fois. Tout se passe bien, je parle, je parle, je pleure pendant toute la séance. Il m'écoute, me questionne, explore des pistes.
Et puis.... c'est bien joli tout çà mais au bout d'un mois je pleure toujours autant, je ne fais toujours rien et ça en devient même critique (du genre j'aurais du commander du fuel il y a déjà plusieurs jours et je ne l'ai pas fait. Toute la journée je me dis il faut que je téléphone et je ne le fais pas).

Je sais bien que mes problèmes ne peuvent pas être résolus d'un coup de baguette magique, mais j'espérais qu'il m'aide à passer ce mauvais cap avec un traitement, tout en poursuivant les séances. J'ai le sentiment que je n'arriverai pas à continuer comme ça.

Vous allez me dire : il faut lui en parler. Mais c'est comme le reste, je suis incapable de demander quelque chose. Et puis je me dis que s'il ne m'a rien donné c'est qu'il pense que je n'en ai pas besoin... je n'ai pas envie d'affronter un refus.

Je ne sais pas trop ce que j'attends de vous. Des conseils bien sûr, mais j'ai l'impression qu'il n'y a pas trop de solution. Au moins déjà d'en parler me fera du bien je pense. Merci de m'avoir lue.
46 ans albertville 1799
Tu me fais penser à mon ex copine. Elle était angoissée et ne dormait pas bien.

Le médecin l'avait orienté vers un psy. Je me souviens de ces interrogations après les premières séances : "un psy ça sert à rien, il est assis et il m'écoute sans rien dire", "c'est pas comme ça que je vais aller mieux", "je vais arrêter de le voir, je ne fais que parler et pleurer devant lui".

Bref....

Et au bout de 2 mois, ça allait un peu mieux. Et puis de mieux en mieux.

Je ne peux pas te dire que ça marchera sur toi mais je voulais juste te livrer cette expérience que j'ai vécue de l'extérieur.
34 ans 4879
Coucou, tu sais en ce qui concerne les psy, il ya aussi une question de feeling...si tu sens qu'il ne te fais pas avancer, qu'il ne provoque pas les bonnes questions en toi, bref qu'il ne t'apporte rien, changes en, normalement le psy qui te correspond tu le sens en maximum deux séances, sinon pas la peine de t'acharner...
Et puis il n'y a pas que les psychiatres, un bon psychologue pourrait ausi t'aider, et ils sont souvent moins "rigides" et intimidants, enfin ça c'est mon opinion...
Bon courage en tout cas ;)
M
49 ans 78 477
je te felicite tout d'abord d'etre aller voir un psy c'est un debut et c'est pas facile de remettre en cause des années de souffrance .
il faut que tu te souhaites en confiance avec le psy et que tu lui dise tout ce que tu ressens mais c'est a toi de trouver les solutions en toi et ca peut etre long
bon courage
U
44 ans 1910
Je ne serai certainement pas de très bon conseil, mais bon... je me dis qu'il faut que je dise qqch.
Voici mon expérience : j'ai testé 4 psy (dont un psychiatre et une hypnothérapeute) et... rien a bougé... il n'y a eu aucun changement... je me dis même parfois c'est pire.
Mais bon je veux croire que pour certains c'est une aide utile, et parfois, en effet, si le courant ne passe pas avec un... il faut en tester un autre. N'hésite pas à lui dire que ça ne va pas mieux, que tu te demandes pourquoi, que tu attendais des résultats etc. N'hésites pas à lui poser des questions !

Ce que je crois aussi, c'est que la réponse est au dedans de soi. Que c'est là qu'il faut explorer. Un psy, c'est peut être bien pour faire un premier pas. Mais, la solution c'est nous qui l'avons.
Argh, je l'ai pas encore trouvé, mais j'y travaille !

En tous cas, ne reste pas ainsi. Parles en à ton psy ! il changera son fonctionnement, ou t'expliquera, ou te conseilleras qqn qui te correspond mieux ou t'aidera dans un autre sens...
N
58 ans 5
En fait le problème, c'est que j'ai l'impression de savoir pourquoi j'en suis là. Je sais les tenants et les aboutissants, ce qui m'est arrivé et les conséquences que ça a eu. Je sais pourquoi je pleure, je sais pourquoi je ne supporte plus telle ou telle chose.
Je lui ai d'ailleurs dit.
Je sais bien aussi qu'il est un peu tôt pour dire que ça ne me sert à rien, ce n'est d'ailleurs pas ce que je dis.
Simplement j'ai besoin d'une aide immédiate, de me sentir mieux très vite. Je ne fais plus rien, et cela devient non seulement handicapant, mais cela commence à perturber sérieusement la vie de ma famille.

Mais je vous remercie de vos avis et remarques, j'apprécie beaucoup. Etre lue (et donc écoutée) est important.
M
49 ans 78 477
j'ai fait une 1ere psy en 1998 pendant 1 an , apres j'ai cru que j'allais mieux j'étais persuadée que mon probleme venait de la relation avec ma mere .
depuis septembre , je refais une psy avec autre psy plutot basée sur les energies du corps avec en maintenant beaucoup de dialogue . au depart , je n'etais pas tres motivéE , et en plus ca coute cher 65€ la seance d'une heure .
Mais au bout de 4 mois je me suis vraiment mieux meme si parfais j'ai l'impression d'avoir le cerveau qui va exploser et je pense desormais que le probleme vient de moi et de personne d'autre . voici mon experience , dans les psy il y en a des bons et des mauvais j'ai appris que ma 1ere psy buvait beacoup et etait en pleine depression , .........mais elle m'a beaucoup apporté . le chemin est difficile et long pour se comprendre soit meme .
50 ans quelque part sur la terre 2527
tu n'es pas seule , je suis dépressive , je suis suivie par une psy mais tout comme toi ,ça n'a pas l'air d'aller mieux , la psy me parle de cure de repos vu que mon état se dégrade , alors non tu n'es pas et la dépression est vraiment une sale maladie , courage bizz
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
nathiej a écrit:
En fait le problème, c'est que j'ai l'impression de savoir pourquoi j'en suis là. Je sais les tenants et les aboutissants, ce qui m'est arrivé et les conséquences que ça a eu. Je sais pourquoi je pleure, je sais pourquoi je ne supporte plus telle ou telle chose.
Je lui ai d'ailleurs dit.
Je sais bien aussi qu'il est un peu tôt pour dire que ça ne me sert à rien, ce n'est d'ailleurs pas ce que je dis.
Simplement j'ai besoin d'une aide immédiate, de me sentir mieux très vite. Je ne fais plus rien, et cela devient non seulement handicapant, mais cela commence à perturber sérieusement la vie de ma famille.

Mais je vous remercie de vos avis et remarques, j'apprécie beaucoup. Etre lue (et donc écoutée) est important.


entre savoir et avoir le declic qui permet d'aller mieux il y a parfois un monde
j'ai vu une fois une psy qui m'a effectivement dit que je m'analysait tres bien et un nombre limité de séances avec elles m'ont permis de bien progresser mais aussi parce que je l'ai vu au moment ou j'etais prete
pendant des années des gens m'ont dit d'aller voir un psy et j'avais refusé, je n'etais pas prete

tu as besoin d'une aide immediate mais peut etre as tu besoin de te reconnaitre ou d'etre reconnu fragile?
c'est peut etre cela qui t'empeche d'avancer?
et cette aide immédiate que tu cherches elle est pour toi ou pour ta famille et ton entourage?
N
58 ans 5
Je crois que tu as mis le doigt dessus Cocagne.
Car je n'en ai parlé à personne, même pas à mes proches. Mon mari ne sait pas que je vais voir un psy, il voit bien que çà ne va pas, mais il ne sait pas à quel point. Car il y a des choses que je ne peux lui dire.

Et tes mots : être reconnue fragile, c'est exactement cela.
Car tout le monde compte sur moi, de mes parents à mes enfants en passant par mon mari.... sans compter les ami(e)s.... et moi je ne peux plus. Je sais que je suis fragile, mais eux je le savent pas, depuis ma plus tendre enfance j'ai toujours caché ce que je ressentais.
Tu vois rien que de te lire, je pleure sans pouvoir m'arrêter....

L'aide immédiate oui c'était pour moi, mais pour pouvoir faire comme si de rien était pour mon entourage, pour redevenir celle qu'ils connaissaient, forte et sans problèmes. Alors que j'en ai toujours eu.

Je viens de comprendre que je ne pouvais plus leur cacher... mais je ne sais pas si je vais y arriver.
50 ans quelque part sur la terre 2527
si ma psy te lisait ,elle dirait que tu devrais retirer ta cape de saint bernard pour que tu penses à toi et seulement à toi , j'ai aussi ce prob , je pense toujours à aider les autres , mon mari et ma fille se repose sur moi et au final , c'est plus possible
beaucoup de courage vers toi bizz
54 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
si tu pleures... si tu n'arrives plus à assurer le quotidien comme avant, ton entourage a parfaitement compris que tu ne vas pas bien meme s'ils ne te le disent pas
mais comme toi tu n'en parles pas non plus ils doivent se demander comment t'approcher

alors essaie juste de dire simplement la vérité :kiss:
1722
Je ne vais pas t'être d'une grande utilitée, mais n'allant pas bien moi même et n'ayant rien trouvé chez une psychiatre ni une psychologue, la seule chose que je puisse dire c'est...je suis là si tu as besoin d'en parler...

Je ne le dis pas bêtement mais tout juste parce que parfois parler à un(e) inconnue permet de vider son sac surtout lorsque ce n'est pas face à face...c'est bête mais ca m'a déjà fait du bien dans le passé :)
53 ans Out of Africa... 4355
Pourquoi as tu peur ? de quoi ? De perdre leur amour ? De ne pas être celle qu'ils croient que tu es ?
Car ce que tu es en train de dire c'est que tu fais semblant, que tu t'es construit un personnage qui satisfait les autres. Mais toi là dedans ? Où sont tes besoins à toi ?
Tu ne pourras pas sortir de la dépression si tu fais semblant d'être. Ca n'est pas possible de jouer toute une vie. Il y a un moment où la réalité nous rejoint, et tant mieux ai-je envie de dire.
Ta dépression durera tout le temps où tu feras semblant d'être une autre que celle que tu es vraiment
Dire, à ton mari notamment, ce que tu vis actuellement, c'est donner une chance à votre relation : au lieu de vivre dans l'incompréhension, et bien vous allez partager un vrai lien. Comme tu t'es pris en charge en allant voir un psy, tu ne vas pas lui faire porter ta souffrance. Et tu vas te sentir soulagée de ne plus avoir à faire semblant (foi de câline ;) )

Quand j'aime quelqu'un, je l'aime aussi pour ses faiblesses, pour ses moments de doutes. Et j'aime que la personne me fasse suffisamment confiance pour être elle-même. C'est un cadeau. Je ne dois pas être la seule tout de même :D
Chouchoutes toi un peu, et fais toi chouchouter :kiss:
N
58 ans 5
Je vous lis, je réfléchis, j'avance.
Tout ce que vous dites est très juste.

En fait j'ai peur aussi que sachant ça, mon mari se sente dédouanné de tout. C'est un peu difficile d'expliquer sans raconter toute mon histoire, mais je ne le veux pas.
Mais il porte une part de responsabilité dont il n'est pas conscient ; lorsque je lui dit, il ne le comprend pas. Et je sais que si je lui dit que j'ai une dépression, il va dire que tout venait de là, alors que c'est l'inverse...


Merci de toutes vos réponses, vraiment.
B I U