MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Prendre du poids pour se faire opérer!!

39 ans Ici et là-bas 3402
Je suis hyper choquée!! :shock:

Sur un autre forum j'ai lu le témoignage d'une fille qui voulait absolument se faire opérer mais il lui manque 6kg pour avoir un  
imc de 40. Résultat son chirrugien lui a conseillé de prendre 6 kg pour pouvoir se faire opérer?? C'est dingue, non? Et le pire c'est que la meuf a prit les 6 kilos en question......
56 ans 91 25732
J'en ai vu plusieurs des témoignages comme ça, même ici il me semble qu'il y en a eu.

Même si je vais surprendre, je comprends tout à fait les personnes qui font ça. Elles en ont marre de leur poids, sont prêtes à tout pour se faire opérer et être bloquées pour 5 ou 6 kilos qui les séparent de l'IMC qui leur donnera le droit de subir l'intervention, c'est tentant.

Donc même si je n'approuve pas, je comprends.

En revanche, c'est l'attitude du chirurgien que je ne comprends pas et que je n'accepte pas. :evil:

Il cherche quoi le chirurgien en faisant ça ? Juste à toucher son fric, rien d'autre ! Et en plus, comme il ne veut pas se mettre mal avec la sécu, il n'a pas le courage de rajouter "à la main" les kilos manquants (certains le font et s'ils estiment que l'intervention est réellement indispensable pour la santé de leur patient, ils n'ont pas tort).

Mais là... Ils confortent ces femmes dans l'idée que la chirurgie ça s'obtient comme un caprice, ils la banalisent et ça va à l'encontre de leur vrai rôle. Ca veut dire qu'à la limite ils seraient prêts à opérer des femmes prêtes à prendre encore plus de poids, et on aurait des interventions de complaisance non pas pour régler un vrai problème d'obésité avec comorbidités associées, mais des interventions "pour ne pas grossir".

Je n'aurais aucune confiance dans des chirurgiens comme ça. :roll:

S'il y a des règles, c'est qu'il y a une raison.

Je peux comprendre qu'on les transgresse dans certains cas, par exemple pour une personne en surpoids qui n'atteint pas l'IMC autorisé à peu de choses près, mais qui a vraiment besoin de l'intervention. Mais dans ce cas là, ça peut s'expliquer et je doute que la sécu refuse si l'argumentation est valable et détaillée.

Par contre inciter les gens à prendre du poids pour toucher le fric d'une intervention, au lieu de voir avec eux s'il n'y a pas d'autre méthode, ou de dissuader car la chirurgie n'est pas pour tout le monde, non, je n'admets pas.
1383
en fait le soucis c'est que la sécu n'accepte les dossiers qu'à partir d'un certain IMC
sinon si l'opération a lieu c'est à la charge du patient (quelques milliers d'euro)
si j'avais du le faire, je l'aurai fait...
au point ou on en est qu'est ce que quelques kilo de plus pour plus tard une meilleure qualité de vie ????
56 ans 91 25732
autumn a écrit:
en fait le soucis c'est que la sécu n'accepte les dossiers qu'à partir d'un certain IMC
sinon si l'opération a lieu c'est à la charge du patient (quelques milliers d'euro)
si j'avais du le faire, je l'aurai fait...
au point ou on en est qu'est ce que quelques kilo de plus pour plus tard une meilleure qualité de vie ????


La Sécu met des conditions d'IMC mais si le chirurgien peut justifier de la nécessité de l'intervention, notamment à cause de facteur sérieux de comorbidité, et qu'il argumente solidement son dossier, ça passe, surtout à quelques points près.

Mais c'est plus facile de dire à la patiente de grossir plus...

Qu'est ce que c'est que quelques kilos de plus ? Ca va totalement à l'encontre de la démarche de la chirurgie bariatrique.

Si une personne n'a pas l'IMC requis, ni les facteurs de comorbidité associés, elle ne doit pas se faire opérer et c'est au chirurgien de lui indiquer des méthodes alternatives, pas de la faire grossir pour rentrer dans le chiffre qui colle ! A quoi ça sert de faire grossir sa patiente pour qu'elle puisse y avoir droit ? Et jusqu'à combien de kilos ça peut aller ?

S'il y a des normes, et pas seulement celle de l'IMC, c'est qu'il y a des raisons. Une personne qui n'est normalement pas candidate à la chirurgie n'obtiendra pas le même résultat qu'une personne qui remplit les conditions. Avec un poids gonflé artificiellement, le résultat de l'intervention (qui n'est pas toujours une réussite et qui n'est pas une garantie de meilleure qualité de vie) risque de ne pas être le même.

Tu irais te faire enlever l'appendice parce que "tu auras une meilleure qualité de vie" puisque tu ne craindras plus jamais la crise ? Non ? Et bien là c'est pareil.

On crée un désordre supplémentaire pour pouvoir opérer (et avec un IMC de 40 c'est probablement un bypass ou une sleeve). Ca veut dire qu'on va mutiler un corps qui n'en avait pas forcément besoin, sinon le chirurgien aurait su l'argumenter.

C'est ça la qualité de vie ? Mutiler son corps parce qu'on l'a décidé et qu'on veut son opération ? Alors que la chirurgie doit être le dernier recours ? Et que ça va à l'encontre totale du suivi psy qui doit aller avec toute chirurgie ? Ca présage un super suivi après l'intervention... :roll:
1383
j'ai la chance d'avoir un chir serieux
mais n'ayant pas de facteur associé (mis a par une circulation merdique, des douleurs...) si mon IMC n'était pas aussi élevé (42) je n'aurai pas eu le droit à un anneau (et oui à 42 c'est juste un anneau)
et pourtant j'ai tout essayé pour perdre du poid (par besoin et non par envie) mais rien n'a fait
mais oui si j'avais du prendre 5kg je l'aurai fait... même si ça n'est pas politiquement correct
P
37 ans toulon 39
moi aussi je comprend cette personne. Mais son chri aurait pu un peu mentir sur son IMC alors pour la secu. ca aurait été plus simple
56 ans 91 25732
Oui c'est 50 le bypass, je m'emmêle tout le temps les crayons, j'aime pas chiffres ! :lol:

Ce ne sont pas non plus 5 ou 6 kilos qui me choquent, c'est la démarche du chirurgien. S'il estime que sa patiente a vraiment besoin d'une intervention, il l'argumente, c'est tout. Je connais des personnes opérées avec un IMC à 35 parce qu'elles avaient un fort taux de cholestérol, du diabète et une hypertension, la sécu a accepté.

Mais là, s'il avait affaire à une personne dont l'IMC ne collait pas et qu'il n'avait pas d'autres arguments à faire valoir, ça aurait pu aller jusqu'à combien de kilos ?

Ce n'est pas non plus un souci de "politiquement correct". On parle de santé là, pas de chirurgie esthétique ni de convenance.

Soit le médecin estime que sa patiente doit subir l'intervention et il le justifie, soit il estime qu'elle n'en a pas besoin et il lui explique. Mais pas la faire grossir pour rentrer dans le moule.

Mais bon, quand on est trop mal avec son poids, difficile de résister à une proposition pareille, je le sais bien et je le comprends tout à fait. ;)
39 ans Ici et là-bas 3402
Patty a écrit:

Ce ne sont pas non plus 5 ou 6 kilos qui me choquent, c'est la démarche du chirurgien.


Moi aussi c'est surtout l'attitude du chirurgien qui m'a choquée, je pense que j'aurai été foutue de faire pareil et de prendre ces 6 kilos tellement je voulais mon nano.......

Mais ce chirurgien ne m'inspire pas confiance du tout!
43 ans chez nous 1844
Que le chirurgien nous dise de prendre du poids là non mais se faire entendre dire par la Sécu ( entre autre pour la prise en charge) pas assez grosse là non merci :evil:
56 ans 91 25732
tessy a écrit:
Que le chirurgien nous dise de prendre du poids là non mais se faire entendre dire par la Sécu ( entre autre pour la prise en charge) pas assez grosse là non merci :evil:


Qu'est ce que tu voudrais alors ? Qu'on opère tous ceux qui le demandent ? ;)

Cela étant, si la sécu ne se base QUE sur l'IMC, je trouve ça anormal aussi. Je suis certaine qu'il y a des personnes avec un IMC inférieur à leur grille (et pas forcément de beaucoup) qui peuvent avoir besoin de l'intervention, parfois plus que des personnes qui auront l'IMC requis.

Mais là encore c'est au chirurgien de faire son boulot et d'argumenter. S'il argumente bien, je doute que la sécu aille contre (encore que...).
1383
le dossier c'est :
-une feuille de soins
-les acceptations des médecins (pneumo, cardio, psy, anest...)
et en route

l'imc n'est pas pris en compte si il y a des facteurs de risque sinon l'imc est primordial
(et oui on economise comme on peut à la sécu !!!!)
67 ans Charente Maritime 3080
autumn a écrit:
en fait le soucis c'est que la sécu n'accepte les dossiers qu'à partir d'un certain IMC

Mais il faut une limite non ?
Quel est le but pour toi de ces opérations ? Chirurgie esthétique ? La chirurgie esrhétique est à la charge du patient non ?

Mais la chrirugie de l'obésité a pour but de réduire les problèmes des maladies liées à l'obésité. Statistiquement, on ne perd qu'une partie de son surpoids, soit une espérance de perte de 50% du surpoids avec un anneaun et de 70% avec un bypass. En tant que chirurgie curative, elle répond à une obligation de moyens, pas à une obligation de résultat que l'on exige de la sécurité esthétique.

A partir de la, il faut des limites. Ces limites sont simples : ce sont celles ou le surpoids commence vraiment à être un risque pour la santé. Les IMC de 40 et 35 avec commorbidité sont des normes de l'OMS, pas de la sécu française. Il faut savoir que la progression des risques de morts avec l'obésité n'est pas liméaire mais parabolique, voir ce scéma. Donc avant l'augmentation est lente, ensuite l'augmentation rapide. Mais pour les IMC 35 à 40, ce sont surtout les personnes présentant à cet IMC des comorbidités (maladie agravées par le poids) qui vont mourir plus. (De même que sous l'IMC 30, se sont là surtout les personnes alcooliques ou fumant qui voient leur risque agravé). Au dela de l'IMC 40, et plus il augmente, plus les risques vont toucher tous les patients.

Alors, si tu es proche de ces limites, un chirurgien qui te dit "Allez voir un nutritionniste et un psy, mais si vous n'arrivez ni à perdre du poids ni même à stabiliser, alors revenez me voir", c'est ujn discours acceptable. Un chirurgien qui engage à prendre du poids, c'est inacceptable, voire dangereux. Grossir rapidement juste avant l'opération aggrave les risques opératoires. Au contraire, il faudrait maigrir juste avant l'opération, ou du moins faire maigrir son foie, raison pour laquelle bon nombre de chirurgiens prescrivent un régime hyperprotéïné strict quelques jours avant l'opération.

Patty, juste un détail, c'est le Sopinaro (actes HFFA001 etHFFC004) et non le bypass (actes HFCA001 etHFCC003) qui est posé à, partir de l'IMC 50. Mais d'accord avec toi pour dire que c'est le chirurgien qui est fautif et non la personne qui insite. Difficil pour un non professionnel de comprendre le risque, quand le chirurgien ne l'explique pas. Difficil pour nous avant de vivre une telle opération, de comprendre que sont but est juste de nous faire perdre quelques kilo et que finalement, ceux qui perdent tout leur surpoids sont finalement bien moins nombreux qu'on ne l'affirme. Trop peu de chirurgiens rappellent à leur patient qu'ils vont vers cette opération avant tout dans le but de perdre une partie et non la totalité de ce surpoids, mais que cette perte sera suffisante à l'amérioration de leur santé.

Autumn, tu oublies une chose importante : notre consentement éclairé indispensable dans ces chirurgies. Et consentement éclairé veut dire qu'on nous a expliqué les risques et les inconvénients autant que les avantages, ainsi que les conséquences. Et l'IMC est toujours pris en compte. Maintenant, si un chirurgien te demande de prendre à charge cette opération toi même, c'est tout bénef pour toi. Cela devient de la chirurgie esthétique. Un résultat esthétique en matière de chirurgie de l'obésié serait la garantie de retrouver son IMC 25 ou 22,5. Tu comprendras qu'aucun chirurgien n'accepte de s'engager sur une telle voie, sauf en catimini, et dans un cadre qui le rende inataquable a priori. Car une chirurgie esthétique, si elle échoue, si tu n'obtiens pas les résultat escomptés, tu peux attaquer le chirurgien pour te faire rembourser son acte, sans oublier les domages et intérêts. Pas la chirurgie de l'obésité, qui est une chirurgie curative rentrant dans un acte strict, après échec des autres démarche en vue de la perte de poids.
1383
maria123 a écrit:

Mais il faut une limite non ?
Quel est le but pour toi de ces opérations ? Chirurgie esthétique ? La chirurgie esrhétique est à la charge du patient non ?


oui une limite mais ça devrait etre au cas par cas quitte a aller en personne en commission
et non ce n'est pas de la chir esthétique, quand tu as un imc de 30 tu peux déjà etre très mal, à 35 ça peut etre invivable alors pourquoi attendre 40 ???

je n'ai pas de signe associé donc si je n'étais pas à 42 je n'aurais pas eu l'operation (c'est entre 3000 et 5000€ environ et qui a les moyens de ça ?)

donc si c'est esthétique il faut payer de sa poche...
le soucis est que la frontière est mince entre esthétique et reconstruction.
67 ans Charente Maritime 3080
autumn a écrit:
maria123 a écrit:

Mais il faut une limite non ?
Quel est le but pour toi de ces opérations ? Chirurgie esthétique ? La chirurgie esrhétique est à la charge du patient non ?


oui une limite mais ça devrait etre au cas par cas quitte a aller en personne en commission
et non ce n'est pas de la chir esthétique, quand tu as un imc de 30 tu peux déjà etre très mal, à 35 ça peut etre invivable alors pourquoi attendre 40 ???.

Une limite, parce que lorsque c'est invivable, le plus grand problème n'est pas d'origine physique dans l'immense majorité des cas, mais d'origine psy. Autrement dit, tu es obèse parce que tu manges trop et tu manges trop parce que manger est à manière de réagir aux problèmes du quotidien. Aller vers un chirurgie, c'est être prêt dans sa tête à aborder autrement ses problèmes au jour le jour, et pour cela, avoir commencé à le faire et attendre de la chirurgie une aide efficace pour aller plus vite et plus loin. Tu comprendras que ce premier point s'accompagne mal d'une prise de poids avant l'anneau. Sinon, c'est aussi espérer, quand tu n'arrives pas à maigrir avec un suivi correct, que la chirurgie va t'apporter un électrochoc, capable de te faire prendre le chemin de l'amaigrissement de force. Tu sais que tu vas vers une obligation de résoudre tes problèmes, à toi de le faire. Dans ce cas, surtout aux Etats Unis, on te propose plutôt le bypass. Beaucoup plus de risques de problèmes liés à l'opération à cours terme, des risques de carence à long terme, mais en général, beaucoup plus efficace la première année sur le plan de la restriction alimentaire. Quoique, deux témoignages coup sur coup viennent nous présenter des cas où la restriction alimentaire ne marche pas autant que voulu. Et pour l'anneau, recherche les témoignages de Cessile, qui justment a enlevé son anneau parce qu'elle n'était pas prête à faire ce travail psy, tu comprendras que la aussi, si tu n'es pas prête dans ta tête, c'est un risque.

A décharge, j'ai suivi sur le net, depuis trois ans que je m'interesse à ce sujet, un certain nombre de cas de personnes qui se sont fait opérés sans avoir eu au départ une préparatin correcte, et qui malgré tout, ont perdu un poids apréciable, en faisant ce travail psy au jour le jour après la pose. Mais aussi un certain nombre qui sont déjà allées vers le bypass, et aussi des échecs de bypass. Mais la, c'est jouer à la roulete russe, non ? :cry:

Deuxième cas, le problème est physique, tu ne manges pas beaucoup, et même beaucoup moins que la moyenne, mais ton métabolisme est lui aussi au rythme XXS et tu grossis à cause de cela. Le problème, la chirurgie, sauf à recourrir au switch duodénal ou au Scopinaro ne pourra rien pour toi (et je connais un quasi échec relatif de Scopinaro, autrement dit une personne qui n'a perdu qu'une vingtaine de kilo avec cette opération). Ce Scopinaro n'a pas été fait en France, mais dans un pays ou l'IMC pour toutes le chirurgies est 40. La aussi, j'ai croisé des cas sur internet ou on enlève l'anneau au bout de 4 ou 5 ans à la personne en lui disant : "le problème est métabolique, l'anneau n'était pas la solution".

Bref, non, le cas par cas ne fait pas bon ménage dans ce cadre, parce que, au final, on voit bien que dans la majorité des cas la décision n'est pas prise par l'équipe dans son ensemble mais par le chirurgien. Et le chirurgien n'est ni psy, ni nutritionniste. D'ailleurs franchement, les personnes dont le métabolisme a vraiment été correctement évalué avant la pose de l'anneau ou tout autre chirurgie est vraiment très rare.

autumn a écrit:
donc si c'est esthétique il faut payer de sa poche...
le soucis est que la frontière est mince entre esthétique et reconstruction.
Elle est mince mais justement, les bornes ont été clairement définies. Et je le répète, la chirurgie esthétique est une chirurgie avec obligation de résultat. Bref, si tu ne rentres pas dans les critères et que tu es en échec alors tu peux te retourner vers ton chirurgien. Entre nous soit dit, on peut se psoer la question de savoir si un chirurgien qui propose à se patiente de grossir ne le fait pas dans le but de se prémunir contre ce risque.

A noter qu'avec une rééducation alimentaire correctement menée, (voire la rubrique rééducation alimentaire de ce forum ou les pages du G.R.O.S., tu peux obtenir des résultas corrects pour ta santé (perte de 20% du surpoids) sans passer par la case chirurgie.

Et maintenant reprenons le cas d'une personne qui a un IMC 35 pour une taille de 1,60m, soit environ 90k, pour un poids normal de 58k. Avec un anneau, elle va pouvoir espérer statistiquement une perte de la moitié de son surpoids soit 16K. Crois-tu vraiment que c'est ce qu'elle espère sur le plan esthétique, faire 74k 2ans après ?

Et si elle se met à grossir dans l'espoir de rentrer dans les critères, donc prendre 13k pour arriver à 103k et espérer alors en reprdre 21k, perte réelle 8k, là aussi juges-tu le résultat intéressant ?

Alors bien sûr, nous ne sommes pas des stat. Ce qui veut dire qu'au final, cette personne pourra perdre tout son surpoids ou l'augmenter encore. Sans travail psy, nutri et reprise du sport, la chirurgie est une roulette russe. Et les opérations en catimini remplissent la poche des chirurgien, mais pas les cabinets du psy, du nutritionniste ou les salles de sports. Mais moi, ce n'est pas ce que j'attends de la chirurgie. Et franchement, pour ce résultat, je trouve la rééducation alimentaire infiniment supérieure.
43 ans chez nous 1844
Patty a écrit:
tessy a écrit:
Que le chirurgien nous dise de prendre du poids là non mais se faire entendre dire par la Sécu ( entre autre pour la prise en charge) pas assez grosse là non merci :evil:


Qu'est ce que tu voudrais alors ? Qu'on opère tous ceux qui le demandent ? ;)
Non juste que de mon point de vue si cette opération est envisagée c'est qu'elle a été réfléchi et d'avoir fait toutes les démarches et divers exams pour au final t'entendre dire par la Sécu que " pas assez grosse madame" c'est flippant ;)
Maintenant c'est quand dans tout les domaines il y a des abus aussi bien des chirurgiens que des personnes
:lol:

...).
B I U


Discussions liées