MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Méchancetés d'enfants subies quand on était petit et gros

25680
Dans le topic de Lulu je ne me sens pas "à ma place" ici.. :-/ on peut lire un témoignage poignant notamment sur les "horreurs" qu'on  
peut subir en étant enfant.

simplement_lulu a écrit:
...
Je viens de me souvenir d'un "incident" que j'ai vécu à l'âge de 8 ans. j'étais dans un camping en été avec la famille, et la fille des personnes de la tante d'à côté, était super méchante avec moi (mais personne ne s'en rendait compte), donc un jour, je me promenait aux alentours, toute seule, c'est là que j'ai vu cette fille et une de ses copines, en me voyant elles ont commencé à me jeter des pierres, tout ce qui leur passait sous la main, elles le jetaient sur moi. aucun témoin à côté. je me réfugi derrière une voiture, après quelques minutes, ej décide de contre attaquer, je prend une grosse pierre histoire de leur faire peur, et juste au moment où je la prend, ya ma mère et celle de la fille en question qui arrivent derrière moi, les deux petites filles commencent à pleurer en m'accusant de toutes sortes de choses, donc ce que les deux adultes voient: moi avec l'arme du crime dans les mains, et les deux victimes devant moi entrain de pleurer.. les preuves sont flagrantes, je nie les faits, je pleure je crie à l'injustice, mais rien à faire, on me gronde, me cri dessus, me puni, et en plus je passe pour une menteuse..c'était trèd dur :cry: jusqu'à maintenant, on ne me croit toujours pas quand je raconte cette histoire. pour la famille (qui ne voit que ce que les autres lui fait voir), je suis une très vilaine petite fille colérique et haissant le monde entier, autant passer pour une criminelle nevrosée.
...


En lisant ce témoignage cela a fait remonter des souvenirs :(
Les enfants peuvent être violant (l'innocence à bon dos :roll: ) et moi aussi comme sûrement pleins d'autres personnes ici j'ai subit ce genre d'humiliations.

Les bandes de garçons au primaire qui me tapaient parce que j'étais grosse, suivis de temps en temps par des bandes de petites qui s'attaquaient à moi à 6.
Je me défendais mais bon face à plusieurs personnes on s'en prend quand même un peu dans la tête.
les gamines qui ne m'invitaient que parce que j'étais la copine de X (gentille fille populaire), mais qui étaient infectes dès que X n'était pas là.
Les gamines qui me fréquentaient comme un bouche trou me confiait pleins de trucs parce que j'étais gentille et me cracher dessus dès qu'elles étaient avec les autres .....

Pour ma part cela à duré jusqu'en 4eme environ, jusqu'à ce que je réagisse !

Et comme beaucoup j'en ai bavé !

Ce topic n'est pas un topic gai, mais toutes ces souffrances ont parfois besoin de sortir pour avancer !

Alors c'est peut-être le moment de témoigner de toutes ces choses que nous avons subit de la part de nos "camarades " étant enfant.
Et peut-être que nos histoires aideront des parents d'aujourd'hui à voir ce que l'ont peut vivre et à soutenir leurs enfants aujourd'hui :)

Les témoignages sont les bienvenues, et si vous avez souvenir d'autres sujets similaires n'hésitez pas à poster pour donner les liens :)
30 ans 10
je me souviens également avoir été en permanence mise à l'écart, considérée comme "moche" ou "énorme" par la suite...
Ce n'est qu'en entrant au lycée - il y a un peu plus d'un an - que les moqueries ont cessées, car j'entrais dans un établissement ou je ne connaissais pas grand monde, et ou la mentalité avait, bien heureusement, bien évoluée ! J'ai pu m'affirmer, me connaitre un peu mieux et me sentir heureuse.
Le bilan pourrait etre positif si je m'arretais la, mais quand j'y ai repensé avec plus de profondeur, j'en suis arrivée à une conclusion plus qu'affligeante : je n'aurais pas pu éviter les moqueries, car ces gens la étaient trop nombreux et se basaient sur le paraitre. En bref, ce n'est qu'en entrant au lycée que je pouvais me sortir de la. Ma seule solution était donc d'attendre 4 ans...
Mais bon... maintenant je n'en suis plus à ce stade, et le sourire me revient quand je compare cette période au moment actuel, ou je suis entourée de personnes géniales et toujours pretes à mécouter... !
38 ans 2362
ah oué le bon vieux temps ou on était les "bouboules" officielles de l'école...
:roll: Personellement, je réagissais avec beaucoup de violence à ce qu'on pouvait me dire, j'etais du genre à me bagarrer (et j'ai d'ailleurs le souvenir d'une raclée prise par un mec plus grand que moi.. )
Je me souviens aussi qu'un jour en sixieme, la prof nous avait mises l'une a coté de l'autre avec une fille un peu ronde qui est devenue ma meilleure amie et là, l'un des garçons a dit: "hahaha elle a mis les 2 tanks l'une a coté de l'autre"
Sur le coup, toute la classe a ri et moi je ne savais plus où me mettre... Ce n'est qu'à partir de la 3eme que j'ai appris à être langue de p*** aussi et à savoir piquer là ça fait mal :twisted: :twisted: (c'est un art qui s'apprend d'ailleurs ça...)
Mais j'avoue que jusqu'à ya peu de temps, je me sentais souvent désarmée face aux remarques blessantes...
38 ans 2362
ps: en tous cas, moi je sais que si un jour j'ai des enfants, qu'ils soient "bouboules" ou pas, je leur dirai que c'est les plus beaux enfants au monde, que c'est les plus intelligents et je leur apprendrai à avoir la langue pendue.. bon ok, pas trop nan plus mais juste assez pour savoir se défendre :lol: :lol:
C
51 ans Canada 172
Je me lance... A l'école, j'avais le malheur de ne pas être comme les autres. J'étais la seule à avoir des lunettes, la seule à avoir un prénom hors du commun et j'étais moins maigre que les autres (à l'époque, je n'étais pas grosse, surtout quand je revois les photos...). Alors durant toute l'école primaire (de 4 à 13 ans), j'ai entendu tous les jours des "grosse vache", "sac à patates", "crapaud à lunettes", etc... On me tapait aussi. Je croyais qu'en étant gentille, on me respecterai, mais les gosses sont des :twisted: ): j'ai proposé de leur porter leur cartables sur le chemin de la maison. Ils étaient super-contents: non seulement ils pouvaient me taper et m'insulter mais en plus j'étais chargée je pouvais pas me défendre d'une quelconque manière... Les jours passaient, d'une humiliation à l'autre. Je rentrais à la maison et je pleurai, je demandai à ma mère de faire quelque chose. Elle me disait que c'était à moi de me défendre. Elle avait raison... sauf que j'en était incapable!
Un "grand" de 15 ans à l'époque a profité aussi de ma "gentillesse". Il me disait "si tu viens dans ma chambre, je te promets de ne plus t'embêter". J'ai accepté. Mais à 7 ans, je ne comprenais pas pourquoi il voulait absolument frotter son zizi contre moi... (j'ai compris plus tard, trop tard...)
Ca a été tellement dur que je me suis convaincue que oui, j'étais qu'une grosse conne, moche, une déjection d'éléphant (pour rester polie). Le seul refuge (piège) que j'ai trouvé était la nourriture. Je mangeais en cachette entre les repas, j'ai même volé de l'argent à ma mère pour m'acheter du chocolat en masse. Le seul endroit où j'étais bien, c'était enfermée dans ma chambre, avec mes BDs, mon chat et ma réserve de nourriture sous le lit... Toute mon adolescence s'est passée comme ça. J'avais bien trop peur des gens pour sortir de mon cocon. Et c'est comme ça que je suis devenue obèse, maladivement timide, hyperphage...
Maintenant ça va beaucoup mieux, la vie est belle, mais les effets de ces insultes se font encore sentir dans certaines circonstances. La timidité revient lorsque je suis face à des inconnus, je rentre dans ma coquille et j'observe... Est-il un "gentil" ou un "méchant"? C'est la petite fille triste et peureuse qui ressurgit...
Excusez-moi pour le pavé... ça fait du bien... et du mal (les larmes reviennent, même des années après).
Merci à celles qui ont lu et bizouilles
T
40 ans noisy le grand 1060
Hum... j'ai eu de la chance.. ou pas.

Dans ma première école primaire, (deux classes par niveau) j'ai subi des mqueries, mais ça allait à la fin du ce1, ya eu des échanges pour continuer une expérience billingue, et donc, je me suis retrouvée dans une autre école primaire billingue à partir du ce2 (avec que des camarades issus de la première ecole) : 17 dans la classe. On était super protégés. A part la brute de la classe qui parfois m'insultait (moi parce que j'étais grosse, une telle pour ses lunettes, ...) ça allait et finalement je ne vivais pas trop mal en société d'enfants (par contre, la médecine scolaire, les cours de gym...).
D'ailleurs en retrouvant les photos, ladite brute de la classe, il était plus gros que moi...comme quoi...

Bon, on était super protégés... On s'est retrouvés dans un immense collège, comme des gamins, les garçons en jogging Zorro ou GI Joe, le filles avec serre tête, socquettes et corde à sauter... on a pas tenu longtemps. Au bout d'une semaine, oublié cet attirail, mais pas moins gamins à l'intérieur.
J'ai eu plus de mal encore à m'adapter (j'avais un an d'avance), et j'ai cummulé la tare de mon poids à celle d'être première de la classe. Résultat, une petite bande de mini voyous m'ont pris comme tête de turc et régulièrement tabassée à la sortie. Ca a quand même duré un an. Je l'ai payé le fait d'être grosse, moche et plus scolaire qu'eux...

Le résultat c'est que le reste du collège, je me suis coupé de mes camarades de classe, je suis allé chercher des amis du côté lycée (c'était un collège lycée) ou dans mon conservatoire.

Au lycée (pas celui du collège lycée, un autre, j'ai changé), je ne connaissais personne, mais j'étais sur la défensive, surtout vis à vis des garçons qui étaient plutôt bien. Il m'a fallu quelques mois pour me "lâcher" un peu, mais si je ne subissais pas les moqueries, je n'étais pas intégré au groupe populaire de la classe non plus. Cela dit je me suis constitué un petit groupe d'amis dont je ne suis pas peu fière.

Et en fait, j'ai réussi à vaincre mes complexes de sociabilité depuis finalement assez peu de temps (à peine 5 ans je dirai). C'est allé de pair avec un gros clash avec mon père. Depuis, ça va, je suis même très populaire dans ma classe, déléguée élue à l'unanimité et au BDE de ma formation. Mais quand je vois le temps qu'il m'a fallu pour prendre confiance en moi... quand je pense que ça a été sapé par 3 petits c**s en 6ème...

C'est pour ça que quand je vois quelqun de 19-20 ans qui complexe à mort (mais est-ce vraiment sur le poids ou sur la difficulté de s'insérer, finalement), je me retrouve à fond. Tout ça pour dire qu'il n'est surement pas trop tard à 19 ans pour s'épanouir (hein lulu... :) )

Enfin j'ai été longue, je vous ai raconté ma vie ^^, désolée
47 ans Paris 426
Ouais c'est un bon topic, et puis je suis d'accord avec toi là-dessus :
Citation:
Les enfants peuvent être violents (l'innocence à bon dos :roll: )


Je n'étais pas franchement ronde quand j'étais gamine (enfin si je compare à maintenant.....) mais je n'étais pas fluette, et surtout j'avais des culs de bouteille et les autres mômes m'arrivaient à l'épaule dans le meilleur des cas.

C'est bizare parce que même plus grande et visiblement plus forte ils me houspillaient sans arrêt :( et puis moi je ne me défendais pas beaucoup parce que j'étais très désemparée par ce que je vivais.
A côté de ça ma mère répétait à qui voulait l'entendre - et surtout aux mères de mes rares copines, devant les copines en question - qu'il fallait que je maigrisse, que j'étais trop rondelette (sic ! :roll: ) et leur expliquait par le menu combien j'étais gourmande, mes actes de gourmandise de môme (que tous les mômes font) décrits comme on décrirait qu'une truie se bâfre. :x Merci maman. Grâce à toi j'ai fini par te défier, tu cachais les paquets de gâteaux partout et sans raison, moi je me suis mis à les chercher et tous me les bouffer juste pour me faire payer, juste pour qu'il y ait une raison que tu parles de moi comme ça, que tu me démolisses avant même que j'ai vraiment avancé dans ma construction.

Je me suis faite virer du cours de danse, pas parce que j'étais mauvaise danseuse, ma mère me disait que j'étais trop grosse et j'ai appris par la suite que c'est simplement parce que j'étais tellement grande qu'on m'a fait sauter 2 années puisque je déparais physiquement, et que du coup je suis devenue mauvaise danseuse ](*,)

Des remarques incessantes sur mon cul. Gros cul = cul d'allumeuse, c'est dur à entendre à l'adolescence, mais à 7 ou 8 ans je ne vous dis pas les dégâts.
Pour parachever le paradoxe, ma très chère mère m'obligeait à porter l'été des shorts moulants très courts, qui mettaient bien en valeur mes cuisses et mon cul, justement. Ce genre de short maintenant on le garde poru l'intimité (ce sont les boxers pour filles, taille basse) et c'est très bien comme ça.

Ca c'est assez rapidement tassé à l'école primaire. Faut dire qu'en CM1 un jour j'en ai eu ma claque alors quand le plus gros, le plus costaud de l'école m'a encore taquinée, je l'ai provoqué en duel :lol: Genr "toi, rendez-vous à telle heure dans le préau" :twisted:
J'étais dans une telle rage que c'est lui qui a fini par demander grâce. Je me souviens très nettement qu'on s'est roulés par terre un moment en se bastonnant, que je l'ai finalement eu en lui balançant des coups de pied dans l'entrejambe, en lui arrachant des poignées de cheveux et en le mordant autant que je pouvais :2gunfire:
Après ça, personne n'est plus jamais venu m'embêter à l'école primaire :mrgreen:

Après j'ai traversé une longue période d'autisme du collège au lycée, j'avais une réputation de rebelle pas commode qui dessinait des tas de BD avec des punks dedans pendant les cours et qui avait tout de même des bonnes notes, donc on me regardait comme une alien mais on ne venait pas m'ennuyer de peur que... :splat:

Mais là où j'ai vraiment morflé étant môme, c'est l'enfoncement délibéré de ma mère. Ah elle pouvait bien dire parfois que j'étais jolie quand elle jouait à la poupée avec moi qu'elle m'habillait avec ces odieux ensembles veste autrichienne - kilt - serre-tête en velours - mocassins à pompon, le reste du temps elle détestait littéralement tout ce qui pouvait ressembler à de la féminité chez moi, avant même que cette féminité aparaisse... :x

Oui c'est très libérateur de l'écrire, ce n'est pas la première fois que je l'écris ou le dis, mais ça fait du bien parce qu'à chaque fois je le tourne différemment t il y a des petites choses qui n'étaient pas sorties avant qui ressortent... ;)
S
97 ans 4480
taniouchka a écrit:
Je l'ai payé le fait d'être grosse, moche et plus scolaire qu'eux...



Comme toi :roll: J'avais le malheur d'être grosse, moche selon les dires de certains, 1ere de la classe, blonde à lunettes :roll: :roll:

Alors je vous passe les détails :roll:
33 ans là bas, au loin 1705
c'est noté taniouchka :lol:

je ne vais pas raconter ma petite vie de fillette myope mal traitée à l'école, ça ressemblerais presque à vos témoignages..une fois, la première fois où j'ai décidé de faire quelque chose(au collège), j'ai eu le soutien de ma prof de français(la première personne qui avait pris ma défense dans toute ma vie, je peux confirmer que ça fiche un sacré coup de surprise :roll: ), elle a carrément fais regretter à la petite bande qui a trouvé ça amusant de me tabasser en récré. j'ai été agréablement surprise en entendant ce qu'elle a dit à mon propos, en voulant prendre ma défense, j'en ai pleuré, à la fin elle me demande pourquoi je pleure, c'est alors que je lui ai répondu avec mon plus beau sourire: "merci" ...
40 ans Montréal 752
ouh là...vous faites refouler à la surface des émotions bien enfouies...

J'ai moi aussi toujours été la "petite grosse" de l'école, impopulaire, sans ami. Je ne me suis jamais fait tabasser, mais j'ai reçu bien des insultes. Par contre, j'ai le souvenir de m'être aussi battu vers la fin de mes études primaires, avec un petit m****** qui ne me lachait jamais..je lui ai foutu un coup de pied dans les coucougnettes. Le plus beau? C'est lui qui a reçu une colle et pas moi! :twisted:

M'enfin, tout ça me rappelle que les enfants sont parfois bien méchants...et ça me désespère lorsque je vois des parents (ahem des mères devrais-je dire, le plsu souvent) qui détruisent leurs petits tranquillement...J'en vois dans mon entourage, et ça me met dans une rage folle!
37 ans Genève- Suisse 756
moi aussi j ai toujours été la grosse a lunette...
Sauf que dans mon cas, y avait que les garçon qui étaient méchants avec moi, les filles on était toutes copines.

les garçons me filait des coups de pieds, jusqu'au jour ou j'ai réussi a me défendre... je me laissais plus faire

une fois un type m'a donné un coup, j ai pas eu mal mais j ai fais semblant de pleurer devant les profs pour qu'il se fasse engueuler... ah ah bien fait.

Et puis a partir de 15-16 ans tout c'est calmé, plus d'insultes, plus de coups, parce que j 'ai une tete de méchante, ouais moi faut pas me faire chi** :lol:

de temps en temps y a un trou du *bip* qui ose dire m'insulter mais bon c rare et là je m'en fout... j'essaie de laisser couler
1147
Ahhh mon dou...lire tout ça...c'est vrai que ça fait remonter des mauvais souvenirs...

alors que j'étais au primaire...c'était la récré...et j'étais en train de m'amuser...et tout a coup...venu de nul part...4 ou 5 filles peut-être...m'accole au mur...et commence a me faire des menaces...(menaces de quoi...je ne me souviens plus...mais ça ressemblait à : «Si jamais tu fais ça...etc...» je me rappel aussi que la job a une des filles...c'est qu'a chaque fois que je faisais un mouvement était de baisser mes bras...pis ça se suivait d'un «bouge pas...»

une autre fois...en hiver...encore au primaire...un groupe c'est mis a me pitcher des balles de neiges...et il y a un gars...qui a pris une balle de neige...mais mi-glacé mi-neige...et me l'a envoyer en plein dans l'oeil...et la...entoucas...je me souviens qu'il m'avait dit quelque chose (avec une voix...assez hésitante) du genre : «c'est un premier avertissement...» (ben de quoi...je me rappel pas...je ne faisais que passer par la pour rentrer chez nous) entoucas...la dernière chose que j'ai vus avant de partir a courrir...c'était un adulte qui était en train de l'engueuler...

et aussi...un temps au primaire...je dînais a l'école...et il y avait une femme qui s'occupait de nous autres (elle s'appellait Lucie)...mais après le dîner...on jouait au ballon chasseur (c'est le nom que l'on donne au jeux au Quebec...je ne sais pas pour vous :P) et un moment donné...un gars m'envoit le ballon en plein sur l'oeil...j'avais mal je me suis mise a pleurer et sur le coup de la colère...je l'ai traiter d'idiot...il est aller chercher Lucie ...lui a dit que je l'avais traiter d'idiot...et la elle me chicane de la manière reglémentaire...pis après...quand elle a tourner le dos...j'ai entendu encore le petit gars dire à Lucie : «aye elle vient de t'envoyer chier»...pis la moi je me mets à pleurer encore plus fort...parce que ce n'est pas vrai...et la moi je hurles que c'est pas vrai...et bien tout ce qu'elle a trouver a dire c'est : «tu pleures...ça doit être vrai!» (je crois que ça été la première fois que j'ai eu envie de tuer un adulte...) bref...message aux professeurs et a mes parents...et moi je l'ai dis a mes parents que ce n'étaient pas vrai...et je me rappel que ma mère m'aille dit : «des fois tu fais des choses pis tu t'en rends pas compte...»

Et il y a eu aussi toutes les fois que deux petits cons de mon coin m'ont courru après sur le chemin du retour de l'école...entoucas...au moins je me rappel qu'un moment donné j'en ai eu ma claque...et que...je me suis mise a regarder un des deux (il était le seul a ce moment la) en plein dans les yeux et la tête haute je lui ai dis avec un air déterminé: «tu ne me fais pas peur» et c'est fou comme cette phrase a faite qu'il s'est retourner et est parti chez lui...

Bon entoucas...ça c'est des choses qui se sont passer au primaire...et il y en a plein d'autres...et il y en a pleins d'autre aussi à l'école secondaire...
39 ans Sud Ouest 3873
Petitemiss a écrit:
taniouchka a écrit:
Je l'ai payé le fait d'être grosse, moche et plus scolaire qu'eux...



Comme toi :roll: J'avais le malheur d'être grosse, moche selon les dires de certains, 1ere de la classe, blonde à lunettes :roll: :roll:

Alors je vous passe les détails :roll:


Idem, grosse, grande, blonde à lunettes, trop sérieuse & studieuse, trop cultivée (j'avais un vocabulaire d'adulte), et puis au collège un appareil dentaire... Super ! Du coup, vu ma carrure, j'étais tout le temps avec des mecs en sport, quelle m**de !

Bah j'ai quand même eu de la chance dans mon malheur : j'ai peu été insultée ou agressée. Mais très isolée par contre, ça je pense que c'était plus du à ma très grande timidité qu'à mon physique, même s'il était la source de ma timidité entre autres... Il l'est toujours d'ailleurs...

Juste quelques anecdotes marquantes :
A l'école primaire, j'avais 6 ou 7 ans, j'avais une salopette blanche fine, et je jouais à l'élastique dans la cour avec des copines. Une gamine passe, me regarde, et me lance perfidement bien haut : "C'est pour quand ?".
Je crois bien que je m'en souviendrais toute ma vie... Ca m'a tellement blessée. Comment on peut être aussi méchant en étant enfant ? Ca m'est totalement étranger...
Vous voyez le ventre très rebondi des bébés ? Ben j'ai toujours gardé le mien, même aujourd'hui, qui m'a valu parfois des quiproquos sur le fait que je soit enceinte... C'est là que j'ai vraiment commencé à complexer sur ce point de mon anatomie...
Plus tard, j'ai eu un "Oula, tu devrais faire un régime" de jeunes hommes dans la rue, et puis le "Il faut arrêter d'aller au MacDo" d'une pseudo infirmière pour la visite médicale du supérieur... Pauvre tâche, alors que je n'y allais que très rarement...

En fait, c'est surtout le fait d'être "à part" qui m'a blessée, plus que des attaques directes, mais le peu que j'ai pu avoir, m'ont beaucoup marquées.
33 ans là bas, au loin 1705
:cry: ça fait remonter des souvenirs ça.

une fois, en cours de sport, le prof n'était pas venu, on est donc restés pendant une heure à papoter avec mes camarades de classes. c'était au collège. on devait porter des tenues pour le sport, un peu comme des blouses ouvertes sur le côté, chaque équipe a une couleur (déjà pour en trouver à ma taille c'était la galère). la fille d'une voisine était dans le même collège, ce jour là, elle avait oublié la "blouse" (en fait je sais pas commen ça s'appelles) et elle m'a demandé de le lui prêter la mienne, je l'ai enlevé en oubliant que le tee shirt en dessous ne cachait pas mes fesses :? donc je l'enlève et du coup j'entend des fous rires derrière moi, de tout les élèves qui était là à rire de mon popotin (en plus il était pas si gros que ça), ça m'a fichu la honte!! :oops:

et un autre jour, en rentrant de l'école, un groupe de garçons m'avait encerclé et me traitaient de tout ce que vous pouvez imaginé, j'avais même reçu un coup par derrière, c'était horrible, après j'ai couru de toutes mes forces, je pleurais, j'étais mal, et je continuais à courir jusqu'à chez moi...

même sans aller bien loin, regardez mes cousins, j'ai déjà parlé de celui qui juste derrière moi faisait des grimaces sur moi, genre "regardez le tonneau assis juste là" et tout le monde dans la famille rigolait, et trouvait ça mignon :evil: j'ai des envies de meurtres quand je le croise.

j'ai su bien assez tôt que les enfants, ce n'est pas si innocent que ça. tenez même, à cause de tout ce que j'ai vécu, je ne supporte pas les enfants, même de les voir, dès que je vois l'image d'un enfant, j'ai envie de le massacrer :evil: ils m'en ont fait voir de toutes les couleurs. quand une mère me tend son bébé pour que je le prenne une seconde la réponse est toujours "non merci".
38 ans Rhône-Alpes 872
Moi aussi j'ai eu droit au remarque piquante à mon entrée en 6ème... j'étais surnommé BAZOUKA et BARACOUDA (allez savoir pourquoi ??? j'ai jamais pigée moi ???) sauf que j'avais bien compris que c'était mes tit kilos qui étais en cause....

Jusqu'au jour où je me suis retourné, j'ai demandé au jeune homme qui tentais de m'humilier à combien il estimais le poid de mes pieds ? il ma répondus 10 kilos chacun.... j'ai demandé à son avis combien pesais mes fesses ? il m'a répondus 20 kilos chacune... cet abrutis rigolais comme un malade en se foutant de ma gueule quand j'écoutais ces réponses.... puis je lui ais demandé à combien il estimait le poids de chacune de mes mains.... il m'à répondus 10 kilos chacune....

Et là......... V'lannnnnnnnnnnn ! grosse baffe ! un allez-retour dans la figure ! il m'a regardé abassourdis!!! et je lui ai demandé :

Et maintenant tu saurait me dire ce que ça fait de se prendre 10 kilos de viande non-désossé dans la figure ????

Et là il ma plus jamais rien dit... sauf des grand "Salut" tout les matin !!!

Après cet épisode je n'ai jamais eu aucune réflexion de toute ma scolarité ! j'étais même trèèèèèèèès populaire !!!
;)
B I U


Discussions liées