MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Avortement thérapeutique : pourquoi ?

M
45 ans 1134
J'ai besoin de votre avis: je parle bien d'un avortement thérapeutique et non pas d'un IVG

:arrow: Pour quelles raisons accepteriez vous un avortement thérapeutique ?
:arrow: Comment faire  
pour être sûre de prendre la bonne décision ?
:arrow: Que feriez vous avant de prendre une si grande décision ?

Merci de votre avis
L
35 ans 3913
marion06 a écrit:
J'ai besoin de votre avis: je parle bien d'un avortement thérapeutique et non pas d'un IVG

:arrow: Pour quelles raisons accepteriez vous un avortement thérapeutique ?
:arrow: Comment faire pour être sûre de prendre la bonne décision ?
:arrow: Que feriez vous avant de prendre une si grande décision ?

Merci de votre avis


Personnellement, je n'envisage cette pratique que pour des cas très particuliers tels que trisomie (quelle qu'elle soit c'est trop dur à vivre) ou handicpas majeurs (moteur)... bien évidemment si ce n'est pas détecté avant la naissance, je prendrai l'enfant tel qu'il sera mais sinon je ne pense pas que j'aurai la force de vivre avec !
Etre sure de prendre la bonne décision, on ne l'est jamais dans ces cas là... Je suggère d'avoir plusieurs avis médical et aussi beaucoup parlé avec son zhom...
42 ans 1090
L'avortement thérapeutique est uniquement envisagé sur le conseil d'un ou plusieurs médecins.
Le problème, c'est de vouloir ou non aller à terme de sa grossesse (parfois mettant la vie de la mère en danger), sachant que l'enfant est atteint d'une patholgie grave mettent sa vie en péril, ou sachant que dans tous les cas, cet enfant ne sera pas viable, ou seulement quelques jours.
Dans tous les cas, les parents devront faire face à un deuil.

Quand l'enfant est condamné, il est très difficile de surmonter son choix, qu'il soit celui de l'avortement thérapeutique ou celui d'avoir porté son enfant à terme.

J'ai connaissance de 2 cas dans mon entourage. Le 1er, un enfant ayant fait une hémorragie cérébrale, cerveau gravement endommagé, enfant non viable à la naissance. Les parents ont choisit l'avortement.
Le 2ème cas, un enfant de très petite taille, des poumons mal développés, le cerveau également... donc enfant non viable. Les parents ont décidé d'aller à terme. L'enfant est né, mais ne pouvait vivre plus de quelques jours, sous assistance. Les parents ont du prendre une décision, la décision de débrancher l'enfant pour lui éviter une lente agonie.

Dans les 2 cas, c'est difficile, et les parents sont suivis psychologiquement depuis plusieurs mois.

Si tu connais exactement la ou les pathologies, tu peux toujours faire des recherches sur le net, ou contacter des associations regroupant des parents dans le même cas, mais une même pathologie peut avoir divers degrés qui peut faire que l'enfant sera viable ou non. Demander à ton médecin s'il peut t'aguiller dans les recherches. Poster dans des forums santé sérieux afin de prendre contact avec d'autres parents.
Dans tous les cas, en parler avec le peère de l'enfant, la famille (à condition qu'elle soit assez ouverte pour pouvoir en discuter), les amis (même condition que la famille).

Aucune demande formulée par les parents pour des raisons plus ou moins obscures n'est acceptée. Ce sont le smédecins qui proposent l'avortement thérapeutique.
B
39 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
Le terme therapeutique veut deja dire que le bébé a un problème.

Aux parents de voir si ils seront capable d'elever et de gerer un enfant qui ne sera peut etre jamais autonome.

Je le ferai, malgré mon envie ++++ d'etre enceinte depuis 2 ans, je pense que ce n'est pas donné toute les chance au bébé pour sa vie que de l'handicaper dès sa naissance. Surout sera t il etre heureux comme ca?

Très egoistement, je l'avoue mais pas tant que ca vu mon desir +++, je ne me voit pas deja avant la naissance savoir que j'aurai mon enfant a m'occuper toute ma vie et si la mienne se termine je sais qu'il se retrouvera en foyer ou etablissement tout le reste de ses jours.
48 ans 5519
Ben je l'ai subi, à 5 mois et demi de grossesse, cela fera 5 ans dans 2 semaines.
J'ai pas vraiment eu le choix en fait. Si cette petite fille avait été viable, même handicapée, nous l'aurions gardée. Mais les professeurs ne nous ont même pas demandé notre avis en fait, c'était une évidence. Angèle avait une ostéogénèse imparfaite. On appelle ça la maladie des os de verre; Mais elle avait une version non viable. Les côtes ne se fermaient pas, les jambes ne se développaient pas. On m'a dit IMG (Interruption Médicale de Grossesse), sans me demander mon avis, pcq de toutes façons, elle ne serait pas allée au bout de la grossesse.
Et effectivement, elle n'a pas survécue à l'accouchement.
Je ne souhaite à personne de vivre ça. Mais malheureusement, cela fait partie des risques liés à la grossesse.
On y pense souvent, et on dira à nos enfants qu'il auraient du avoir une grande soeur.

Et il est certain que nous ne sommes pas décideurs dans ces cas là. Si les docs ne veulent pas faire l'IMG, ils ne le feront pas. Soyez en bien consciente. Une nana avec moi voulait se faire avorter pcq il manquait un bras si je me rappelle bien au BB. Ben ilsont refusé, pcq plus grand, il pouvait avoir une prothèse, il n'aurait pas été spécialement handicapé lourdement.
Nous ce fut une commission ("une formalité" selon ma gygy, et vu le cas effectivement), où ils sont plusieurs à décider. Et nous n'y assistons pas nous, en tant que parents. Il y a un chirurgien, un pédiatre, la gygy, et un ou plusieurs généticiens.

Voilà pour mon expérience...
42 ans Exactement à côté de sous le soleil... 1081
Il me semble que maintenant on emploi le temre "interruption médicale de grossesse" plutôt "qu'avortement thérapeutique" (thérapeutique signifiant curatif).
C'est en effet après avis médical qu'il est proposé aux parents et dans le cas de certains handicaps ou pathologies lourds.
Citation:

Pour quelles raisons accepteriez vous un avortement thérapeutique ?

Si mon enfants à naître n'était pas viable ou qu'il avait un handicap ou une pathologie qui le ferait souffrir le peu de temps qu'il pourrait rester en vie, je pense que j'envisagerais cette possibilité.
Je vais bientôt faire le triple test (HT21) pour déceler une éventuelle anomalie chomosomique, si le résultat était positif et que cela ne tenait qu'à moi, je ne suis pas sûre que j'aurais recours à une intérruption de grossesse, mais mon compagnon n'a pas la même connaissance de ce handicap que moi et ça serait très difficile pour lui, je ne trouve donc pas juste de lui imposer mon choix, même si j'imagine qu'il pourrait le surmonter avec le temps... Je n'en suis pas sûre...
Citation:
Comment faire pour être sûre de prendre la bonne décision ?

Je pense que l'on est jamais "sûre"... Je ne sais pas, de toute façon on ne doit pas être serein... Il faut sans doute faire un travail de deuil très éprouvant pour ce remettre de cela, sachant qu'au stade ou son provoquer les interruptions de grossesses, bien souvent, l'enfant est "mis au monde" de manière naturelle...
Citation:
Que feriez vous avant de prendre une si grande décision ?

Je ne sais pas, je pleureurais beaucoup je pense, j'en parlerais aussi, du moins j'essaierais si j'en ressens le besoin...

Une femme qui doit traverser cette épreuve (le choix puis l'acte) a besoin d'un grand soutien. Je crois que l'on a pas le droit de juger ou de donner son avis personnel sur ce que l'on ferait soit même à sa place... Tant que l'on y est pas, on ne peut pas vraiment savoir...

Pour finir Marion06, j'éspère que tu n'es pas confrontée à ce drame...
46 ans Belgique 3287
melimelo92 a écrit:
Et il est certain que nous ne sommes pas décideurs dans ces cas là. Si les docs ne veulent pas faire l'IMG, ils ne le feront pas. Soyez en bien consciente. Une nana avec moi voulait se faire avorter pcq il manquait un bras si je me rappelle bien au BB. Ben ils ont refusé, pcq plus grand, il pouvait avoir une prothèse, il n'aurait pas été spécialement handicapé lourdement.


Ben oui ce sont les médecins qui vont vivre sans le bras toute leur jeunesse... et être mal aimés par leurs parents à cause de ça... et si la mère a alors décidé d'accoucher sous X hein ? Vaut-il mieux les voir naitre malgré tout ou les voir naitre pour qu'ils vivent un épanouissement physique et affectif ?
48 ans 5519
Eveange a écrit:
melimelo92 a écrit:
Et il est certain que nous ne sommes pas décideurs dans ces cas là. Si les docs ne veulent pas faire l'IMG, ils ne le feront pas. Soyez en bien consciente. Une nana avec moi voulait se faire avorter pcq il manquait un bras si je me rappelle bien au BB. Ben ils ont refusé, pcq plus grand, il pouvait avoir une prothèse, il n'aurait pas été spécialement handicapé lourdement.


Ben oui ce sont les médecins qui vont vivre sans le bras toute leur jeunesse... et être mal aimés par leurs parents à cause de ça... et si la mère a alors décidé d'accoucher sous X hein ? Vaut-il mieux les voir naitre malgré tout ou les voir naitre pour qu'ils vivent un épanouissement physique et affectif ?

Vouloir avorter d'un enfant sous pretexte qu'il lui manque un bras, cela s'appelle de l'eugénisme. Pcq effectivement, on peut vivre avec un bras en moins (demande aux personnes qui l'ont perdu au cours d'un accident), et cela ne va pas l'empêcher de se développer normalement, intellectuellement, etc.
Quant à la mère, ben je suis dsl, mais ne pas aimer son enfant pcq il lui manque un bras, c'est lamentable. Elle fera quoi si cela viet plus tard dans sa vie (accident justement), elle le met dehors ???
Autant effectivement acocucher sous X. Pcq des tas de parents seront près à s'en occuper. Oui, les enfants handicapés peuvent être adoptés au même titre que les autres, et ils le sont souvent d'ailleurs, si c'est ce type de handicap.
Pour ce qui est des cas plus "lourds", type trisomie, etc, c'est différent, cela demande un investissement familial énorme et difficile. Que certains se refusent à faire, et on ne peut les juger.
Quand l'échographiste a vu quil y avait un pb, il nos a dit que c'était du nanisme. On ne s'est pas vraiment posé la question, pur nous on le gardait. Mais bon, après il s'est révélé que ce n'était absolument pas ça.
Bref, à force de vouloir faire des enfants parfaits, on va se retrouver à fabriquer des robots.
61 ans seine et marne 862
Ma fille a subi une IMG à 17 ans, pendant sa période anorexique. Elle pesait moins de 42 kg pour 1m72 et son état mental était catastrophique. Elle était alors internée en hôpital psychiatrique depuis 1 mois après 3 T.S. La commission nous a simplement "consulté". Elle était enceinte d'un peu plus de 3 mois quand ils s'en sont rendu compte (elle ne le "savait" pas car elle n'avait plus de règles depuis plusieurs mois). Le bébé avait déjà un gros retard de croissance, mais surtout sa santé (physique et mentale) à elle qui était en péril.
Même si ça a été dur, elle dit ne rien regretter, et ne nous en a parlé que 2 fois, juste pour être sûre que nous ne lui en voulions pas !!!! Parce qu' elle sait que j'ai eu beaucoup de mal (7 ans de traitement divers pour sa soeur et 3 ans pour elle) pour les avoir.
58 ans val de marne 43
melimelo92, s'il te plait, ne juge pas sans savoir, sans connaitre, chacun a son propre seuil de tolérance... ce n'est pas une décision facile a prendre et encore moins a vivre mais parfois on a pas vraiment le choix !

Quand ma petite Séléna est née et morte quelques minutes après, certains m'ont craché à la figure, la seule info qu'ils avaient "trisomie" !

Pour eux j'étais la pire des salopes parce que j'avais refusé ce que moi j'appelle l'acharnement thérapeutique, oui, Séléna aurait pu, peut-etre, vivre, finalement, mais a quel prix ? conbien de temps ?

Pour mes fils déja nés ? Regardez votre petite soeur, aimez là, mais ne la quittez pas des yeux parce qu'elle peut mourrir a chaque seconde.... comment infligé une telle chose a des frères de 9 et 2 ans ? je n'en ai pas eu ni le courage ni la force, j'ai gardé et aimé Séléna dans mes bras jusqu'au bout et je l'aime toujours autant aujourd'hui et son absence cruelle se fait toujours sentir aussi fort !

Oui j'ai fait ce choix et j'en paie le prix fort chaque jour de ma vie et malgré ça je ne regrette pas ! Depuis j'ai divorcée et j'ai fait trois infarctus... Séléna aurait bientot 17ans, le jour ou je partirai pour de bon qui s'occuperait d'elle ? ses frères ? c'est une bien lourde charge ! bien injuste et je trouve bien cruelle !!!
48 ans 5519
colinebreuil a écrit:
melimelo92, s'il te plait, ne juge pas sans savoir, sans connaitre, chacun a son propre seuil de tolérance... ce n'est pas une décision facile a prendre et encore moins a vivre mais parfois on a pas vraiment le choix !

Où ai je jugé qui que ce soit ? Dsl, mais relis bien mon message...
48 ans 5519
melimelo92 a écrit:
Eveange a écrit:
melimelo92 a écrit:
Et il est certain que nous ne sommes pas décideurs dans ces cas là. Si les docs ne veulent pas faire l'IMG, ils ne le feront pas. Soyez en bien consciente. Une nana avec moi voulait se faire avorter pcq il manquait un bras si je me rappelle bien au BB. Ben ils ont refusé, pcq plus grand, il pouvait avoir une prothèse, il n'aurait pas été spécialement handicapé lourdement.


Ben oui ce sont les médecins qui vont vivre sans le bras toute leur jeunesse... et être mal aimés par leurs parents à cause de ça... et si la mère a alors décidé d'accoucher sous X hein ? Vaut-il mieux les voir naitre malgré tout ou les voir naitre pour qu'ils vivent un épanouissement physique et affectif ?

Vouloir avorter d'un enfant sous pretexte qu'il lui manque un bras, cela s'appelle de l'eugénisme. Pcq effectivement, on peut vivre avec un bras en moins (demande aux personnes qui l'ont perdu au cours d'un accident), et cela ne va pas l'empêcher de se développer normalement, intellectuellement, etc.
Quant à la mère, ben je suis dsl, mais ne pas aimer son enfant pcq il lui manque un bras, c'est lamentable. Elle fera quoi si cela viet plus tard dans sa vie (accident justement), elle le met dehors ???
Autant effectivement acocucher sous X. Pcq des tas de parents seront près à s'en occuper. Oui, les enfants handicapés peuvent être adoptés au même titre que les autres, et ils le sont souvent d'ailleurs, si c'est ce type de handicap.
Pour ce qui est des cas plus "lourds", type trisomie, etc, c'est différent, cela demande un investissement familial énorme et difficile. Que certains se refusent à faire, et on ne peut les juger.
Quand l'échographiste a vu quil y avait un pb, il nos a dit que c'était du nanisme. On ne s'est pas vraiment posé la question, pur nous on le gardait. Mais bon, après il s'est révélé que ce n'était absolument pas ça.
Bref, à force de vouloir faire des enfants parfaits, on va se retrouver à fabriquer des robots.
M
45 ans 1134
Et bien merci pour toutes ces réponses.Et non Myraellen, je ne suis pas touché par ce drame : c'était juste un débat que je voulais lancer...voir un peu où en étaient les mentalités à ce sujet et en discuter

Continuez à discuter, je vous lis mais je n'ai plus beaucoup de temps pour venir ces derniers temps

Bises à toutes
D
63 ans Morbihan 2
Ma fille a subi une IMG à 17 ans, pendant sa période anorexique. Elle pesait moins de 42 kg pour 1m72 et son état mental était catastrophique. Elle était alors internée en hôpital psychiatrique depuis 1 mois après 3 T.S. La commission nous a simplement "consulté". Elle était enceinte d'un peu plus de 3 mois quand ils s'en sont rendu compte (elle ne le "savait" pas car elle n'avait plus de règles depuis plusieurs mois). Le bébé avait déjà un gros retard de croissance, mais surtout sa santé (physique et mentale) à elle qui était en péril.
Même si ça a été dur, elle dit ne rien regretter, et ne nous en a parlé que 2 fois, juste pour être sûre que nous ne lui en voulions pas !!!! Parce qu' elle sait que j'ai eu beaucoup de mal (7 ans de traitement divers pour sa soeur et 3 ans pour elle) pour les avoir
.Bonjour, je lis très tardivement ton témoignage concernant ta fille qui a vécu une >IMG. Je me présente : je suis psychologue, j'anime des formations en hôpital, notamment sur le thème de l'accompagnement des IMG, et je n'ai jamais eu "l'opportunité" de rencontrer une personne qui subit une IMG pour raison de santé physique et psychique. Est-ce que vous, ou votre fille, ou vous deux, seriez d'accord pour me faire part de votre expérience, cela me serait très utile pour aider les équipes médicale ? Si vous êtes d'accord pour partagé votre expérience, vous pouvez trouver mon adresse e-mail dans mon profil. Par avance,je vous remercie pour votre attention, et dans tous les cas, j'espère que votre fille va beaucoup mieux. Je vous souhaite une vie ensoleillée.
Bien cordialement. Dany
34 ans Vannes 2776
bonjour, je m'appelle aurélie et j'ai subi une interrruption médicale à 3 mois et 1/2 de grossesse.
mon bébé n'était pas "viable" car son coeur était à l'extérieur de son corps.
Cette prise en charge par les médecins a permis qu'on fasse des examens pour savoir ce qui s'était passé. ma chance est que ce n'était pas génétique et donc avec un risque trés faible de récidive. avec ces examens on a su que c'était une petite fille, elle aurait 1an ce mois ci...
j'y pense tous les jours et pourtant je n'hésiterais pas une seule minute si j'étais de nouveau confrontée à la maladie d'un bébé in utéro.
un nouveau bébé est tellemnt attendue que je n'accepterai pas qu'il y ait des complications. quand on a souffert une fois, on ne veut plus jamais recommencer.
B I U