MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

"D. Steel : une grande fillle" : roman sur l'estim

32 ans 17/92/93/79 1176
Une fois n'est pas coutume, j'ouvre une discussion sur un livre que j'ai lu en 4 jours et qui m'a vraiment marqué :

Une grande fille de Danielle  
Steel.
Je précise que je ne suis pas une fan de Steel et de ce type de roman, mais la 4eme de couverture m'a intriguée et je l'ai acheté.

Voici le pitch tiré du site de France Loisirs : "Des parents et une sœur longilignes... Les fées qui se sont penchées sur le berceau de Victoria étaient d’humeur plus "généreuse" et depuis son enfance, cette dernière souffre de ses rondeurs. Au point de quitter sa famille "un peu trop superficielle" pour s’installer à New York. L’indépendance, enfin. Bientôt le grand amour ?

On succombe sans retenue à ce Danielle Steel réjouissant, qui dénonce les stéréotypes actuels de la beauté... Sans oublier de laisser toute sa place à la roman"


et aussi un commentaire d'une des lectrice de ce même site qui m'a vraiment donné envie de le lire :

Moi qui m'attendais à lire une histoire à l'eau de rose avec ce roman de Danielle Steel, j'ai été agréablement surprise en découvrant un roman plus profond qu'il n'y paraît ! Certes, il y a du romantisme, Victoria cherche bien l'homme de sa vie et il est souvent question d'amour mais c'est un roman intelligent, à la fois tendre et cruel, qui dénonce la tyrannie des apparences et condamne les stéréotypes esthétiques de notre société actuelle. Sorte de remake moderne du Vilain Petit Canard, Une grande fille aborde des thèmes divers comme le surpoids, le manque de confiance en soi mais aussi et surtout l'importance capitale de l'apparence physique et de l'image de soi dans la réussite personnelle et professionnelle. On y suit avec beaucoup d'intérêt (et de compassion) les mésaventures de Victoria et son difficile parcours vers l'épanouissement personnel. De régimes draconiens catastrophiques en rééquilibrage alimentaire raisonné, de thérapie en chirurgie esthétique, Danielle Steel n'épargne rien son héroïne ! Victoria n'aura de cesse de lutter contre des rondeurs qu'elle n'accepte pas et plus encore contre des parents tyranniques, obtus, à l'origine même de son mal-être. Au delà de la transformation physique de Victoria et de son parcours visant à l'acceptation de soi, Danielle Steel tord aussi le cou à tous les canons esthétiques actuels et rétablit la notion de beauté intérieure, propre à chacun. Sa démarche, même si elle reste un peu simpliste, reboostera toutes celles qui se sentent mal dans leur peau et qui manquent de confiance en elles. On en ressort optimiste, le sourire aux lèvres, même si les situations restent parfois un peu trop téléphonées ou idylliques. Une lecture plaisir, toute en fluidité, qui fait tout simplement du bien au moral !

Je passes sur le faite que pour l'auteur, faire un 44-46 c'est être grosse et que la vie de la jeune fille est passée très rapidement je trouve.

Pour le reste, je me suis reconnue : des parents toxiques, avec un père qui casse du sucre sur son dos non-stop, un manque de confiance en soi, comblé par des glaces et autres fast-food au moindre stress, des régimes improbables dans tous les sens et finalement un besoin de suivre une psychothérapie.

Bon, il y a bien sur une histoire d'amour (c'est du Steel hein) et un côté un peu gnangnan sur sa vie professionnelle mais j'en suis sortie travaillée au plus profond de moi.
Du coup, je vous le recommande.

Si vous le lisez, je serais heureuse de partager avec vous.
41 ans chateau d oléron 17 182
DE Danielle Steel,j'apprécie surtt ses immersions dans différents milieux,la mode,les affaires,le droit,l'enfance maltraitée...La beauté,d'ame et de corps,y est largement,exprimée;la volonté de s'en sortir,aussi!mais elle "plonge" aussi dans l'industrie pharmaceutique,le show bizz("star"),les relation pere fille ,mere enfant,la famille recomposée,les peres célibataires....oui,c'est un auteur tres riche!
31 ans Ile de France 53
j'ai lu ce livre il y a de cela un moment. Ce qui m'a attiré c'était le titre "Big girl" en anglais avec en couverture le visage d'une fille (corpulence moyenne) qui lèche une cuillère avec du sucre dessus avec écrit "Big Girl".

J'ai aimé lire ce bouquin car c'est l'un des rares livre ou l'héroine à un problème de poids, et une famille... Bah une famille que tu as clairement envie de claquer!!!
On parle ici d'une fille qui a toujours été différente, n'est jamais rentré dans le moule, un vrai petit canard. Elle a tout de même des choses quelle aime dans son corps ses jambes (pinaise moi j'aimerai bien avoir les siennes en tout cas), et des choses qu'elles aiment moins...
J'ai trouvé le livre un peu facile dans le sens où, (attention, spoiler alerte!!!!)
> on a une fille qui a un problème de poids et passe son temps à faire du yoyo.
> Clairement un problème alimentaire dès que ca ne va pas, elle se retourne vers de la bonne nourriture (y'a des moments où j'aurai bien aimé partager son assiette)
> Clairement le vilain petit canard de sa famille avec un problème de reconnaissance et d'acceptation. Enfin je la comprends, avec une famille comme ca, autant être orpheline...
> Un peu dommage que l'acceptation elle n'ait pas réussi à l'obtenir toute seule mais grace à son sublime magnifique mec (est ce que ce genre de mec existe vraiment?! Parce que si il existe, moi je ne l'ai toujours pas croisé...)
Bon je donne un peu l'impression de descendre le livre, mais je l'ai tout de même apprécié, en le lisant on se sent un peu moins seul et l’héroïne est vraiment attachante :)

Autre livre (en anglais) qui est pas mal du tout "The next big thing" de Johanna Edwards
44 ans 58
Bonjour,

Je viens de terminer ce livre (sur les conseils de l'auteur de ce post :D ) et je suis dubitative. En effet, même si l'histoire change d'ordinaire (surtout pour D. Steel) il faut pas s'attendre à une révolution.

J'avais parfois envie de gifler l'héroïne qui ne doit pas avoir les yeux en face des trous pour voir qui sont les responsables de son "mal être".

Et puis dire que faire du 44 c'est être obèse je trouve qu'il faut pas pousser.

Ce qui m'a aussi soulé c'est la répétition de certaines explications et de certains termes qui revenaient trop souvent à mon goût et qui fait tourner le livre en rond, même la fin laisse une saveur amère...

Sinon, même si ça manque d'un petit quelque chose, c'est une charmante petite histoire mais pas le meilleur livre de cet auteur.

Merci pour ce partage ;)
B I U
â˜ș


?>