MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

Envie d'un 3eme bébé... Entre envie et raison...

37 ans 62
Bonsoir,

Cela fait longtemps que je ne suis pas venue sur ce forum, des semaines, des mois sans doute.
Je suis maman de 2 beaux enfants, qui ont respectivement  
5 ans et 1 an, et qui sont en bonne santé. Je suis avec leur papa depuis bientôt 7 ans, et nous venons d'acheter une maison.
J'ai toujours rêvé d'avoir 3 enfants, mon compagnon était plutôt parti sur 2.
Je vais avoir 37 ans, et voyant mon dernier enfant grandir, j'ai du mal à accepter que je vis les derniers moments de mes enfants "petits"; j'aime beaucoup partager leur vie, les aider à grandir et à devenir autonome. Mais cela signe aussi la fin de quelque chose. J'ai peur de regretter toute ma vie ce petit 3eme. Et en même temps, il est hors de question de faire un enfant dans le dos à mon conjoint, tant cela serait contraire à ce que doit être un enfant selon ma conception de la vie, le fruit d'une volonté des deux parents. C'est le 1er cadeau à faire à son enfant : le désirer à deux.

Or le mois dernier nous avons eu un problème de contraception dans la période de l'ovulation. Après un moment de réflexion, mon conjoint m'a dit que ça n'était pas une catastrophe, que si j'étais enceinte on y arriverait, que ca allait etre dur, fatiguant, mais qu'il n'allait pas pour autant partir ou ne pas investir ce 3eme enfant...
Du coup, les 15 derniers jours, j'étais bouleversée. Hyper à l'écoute (trop) de mon corps,de mes sensations. J'ai fait des tests de grossesse hyper sensible, tous négatifs. J'avais bon espoir tout en étant un peu fébrile...
Mais aujourd'hui, comme prévu, mes règles ont débarqué. Et je suis super déçue.

J'ai besoin de vous. J'ai besoin de l'avis de personnes neutres, qui soient en dehors de mes affects et de mon émotion qui affleurent (en partie dûs aux règles donc lol).

Je dois préciser que j'ai du diabète, une maladie auto immune, un IMC de 30, et que tout cela joue evidemment sur une potentielle 3eme grossesse (grossesse davantage suivie, insuline, prises de sang, régime contraignant etc).

Que faire ? Essayer d'en reparler avec mon conjoint à tête reposée ? Accepter notre vie à 4, qui objectivement se passe bien ?
L'horloge biologique participe à précipiter mon raisonnement... je n'ai plus les idées claires...

merci de vos éclairages :/
27 ans 473
Coucou !

Je comprends ce que tu vis, ce sentiment de deuil, de faire une croix sur ta vie de future mere, de ne plus revivre les tous premiers exploits de tes enfants..

Ton mari n'a pas l'air si contre.. peut etre qu'il est plus ouvert pour un ptit 3e que tu ne le penses ? rien ne t'empeche de lui en parler (sans forcing) il a peut etre de bons arguments pour avoir ou ne pas avoir ce troisieme !

Perso je ne suis pas bien objective non plus car l'envie dun petit troiz m'est viscerale, meme si ma situation est differente de la tienne.

Tu dis avoir acheté une maison.. il y aurait de la place pour ce petit troiz ?
et financierement ? faudra peut etre changer la voiture aussi..

desolee je ne suis pas d'une grande aide ^^
87 ans 9549
il m'est arrivé la même chose que toi Amora, deux bébés planifiés à pile deux ans d'intervalle, pour nous c'était clair c'était bien comme ça… et surprise du stérilet, un troisième 27 mois après le deuxième. Le papa ne m'a pas demandé d'avorer, étant passée par l'IMG tardive il savait que ça sera particulièrement compliqué et ce bébé a été accueilli avec enthousiasme (et un garçon, un… trois garçons donc). Et là ça a été l'apocalypse pour le quotidien, nous nous sommes noyés dans les contraintes, et séparés avant les 5 ans du petit dernier. Soyons claires je ne regrette pas du tout cet enfant et son père non plus, mais il faut aussi arriver à profiter de la vie, pas juste survivre en mode zombie nuits blanches lessive bureau courses… donc que les conditions de vie s'y prêtent ce qui n'était pas notre cas (on habitait loin du boulot, pas d'aide familiale ou autres, assez isolés, carrières prenantes…). On a vendu la maison pour se rapprocher du travail et ainsi alléger la logistique, mais ça n'a pas suffi… Et après le troisième, mon envie de maternité n'était pas morte d'ailleurs, j'ai eu un compagnon qd j'avais encore l'âge (36) qui voulait un bébé, je ne l'ai pas senti (il n'arrivait déjà pas à gérer les siens) et j'ai bien fait sinon aujourd'hui j'élèverai seule 4 enfants. Mon compagnon actuel a deux garçons aussi, on regrette de ne pas avoir été parents ensemble mais on a jamais envisagé sérieusement de…. l'envie c'est une chose, la raison en est une autre.
87 ans 9549
il y a aussi ton facteur santé… une grossesse dite patho avec deux enfants en bas âge à gérer, je l'ai vécu, ouch… bon ce n'était "que" un problème de menace d'accouchement (très) prématuré, mais ce que tu décris, c'est plus fatigant que juste devoir rester allongée sur un canapé il me semble...
36 ans Sous les pins!!! 7588
J'ai deux enfants aussi et mon dernier a 2 ans. Sauf que moi je n'ai jamais envisagé un 3ème et mon mari non plus. Mais je dois avouer que de voir grandir mon dernier "bébé" m'a fait ressentir un brin de nostalgie en me disant que je ne vivrais plus ça. Et pourtant mon dernier ne dort toujours pas à 2 ans et nous fait vivre un peu l'enfer ce qui devrait me vacciner lol Et pourtant je pense que si une 3ème grossesse intervenait je ne sais pas si j'aurai le courage d'y mettre fin. Par contre mon mari est clairement contre, plus de chambre de dispo dans la maison lol et financièrement même si ce serait gérable je préfère pas tenter!
Dans ta situation si l'envie est vraiment en toi alors parles en calmement avec ton conjoint. Expliques lui que tu sens peut être l'envie chez lui et que tu as besoin d'être sur de sa position sur un 3ème bébés.
37 ans 62
Merci pour vos réponses, différentes et donc forcément enrichissante.

Pour vous donner certaines précisions :
- Je pense qu'il n'a vraiment pas envie d'un 3eme, mais devant ma détresse (je suis incapable d’envisager une IVG, donc j'étais à fleur de peau quand on s'est aperçus de ce problème de contraception et des risques liés à la période du mois), il a voulu me rassurer. Je pense qu'il est soulagé que je ne sois pas enceinte. Ses arguments, je les connais, et ils sont à vrais dire tout ce qu'il y a de plus respectables (il est heureux avec nos deux enfants, il se sent comblé, il trouve que les premiers mois d'un bébé sont stressant et fatiguant, il a envie de faire des projets avec une logistique moins lourde qu'avec ce qui est possible avec un nourrisson)... Sauf que mon envie n'est pas vraiment rationnelle.
- Au rayon des "pour" : on aurait la place pour un 3eme enfant, il aurait même sa propre chambre. On a déjà un monospace, nos parents à proximité et plutôt disponibles. Nos ressources financières sont tout à fait correctes (on arrive à bien vivre, sans être jamais dans le rouge, on part en vacances, on se fait des restos). Les écoles et crèches sont à proximité. Je peux faire 1 à 2 jours de télétravail par semaine. Et si besoin, je peux passer à temps partiel (en ayant par exemple mes mercredi sans que cela soit insurmontable en terme de perte de salaire).
- Au rayon des "contre" : la fatigue liée à ma maladie qui induit 1) une grossesse galère, 2) un traitement à vie assez lourd avec injections, et qui me fatigue. Mon Chéri me soutient quand c'est le cas, et assure clairement avec les enfants. Il y a aussi le fait que je suis consultante et que je fais des déplacements; Dans ces moments là, c'est encore mon chéri qui gère l'intendance, 2 enfants c'est une chose, 3 sans doute une autre. Le témoignage d'A-Nonyme me fait également réfléchir : je n'ai vraiment pas envie que l'on s'englue dans un quotidien destructeur, avec des contraintes énormes. Même si j'ai du mal à mesurer objectivement la différence avec un petit 3eme. Est ce que finalement, on s'organise rapidement ? Est ce qu'on galère vraiment ?

Si j'en reparle avec lui, je sais ce qu'il va me dire.
Et en même temps, il va bien falloir que je referme la porte de cette possibilité d'une façon ou d'une autre... et si possible sans trop de casse...
87 ans 9549
le troisième (je parle d'enfants rapprochés) c'est la quatrième dimension… avec deux enfants, tu as un parent pour un enfant, égalité, balle au centre. Après…. on ne peut pas se couper en deux donc ça devient la folie, même si les enfants sont sympa…. j'ai des souvenirs de nuits d'apocalypse quand les trois avaient la gastro en même temps LOL bon maintenant c'est l'apocalypse tout le temps avec trois ados pénibles pour moi toute seule…. mon compagnon et moi n'avons pas le courage de recomposer avec cinq ados garçons :)
82 ans 4491
Dans l absolu j aurais aimé avoir 4 enfants. Mon mari n avait pas d idée précise il en voulait 2 sûr, 4 il était pas contre directement en tout cas.

J ai eu des grossesses difficiles. La deuxième j ai eu une méningite au 6eme mois ensuite on m a fait une césarienne a la 37eme semaine qui s est très mal passé. J avais un placenta praevia et cela n avait pas été noté dans le dossier. Ce qui fait que le médecin a incisé sur le placenta qui n était pas au bon endroit. Il paraît que le sang a gicle en ligne droite et moi suis partie loin. On m a réanimé par chance et on a ouvert en catastrophe l utérus en T pour côté sortir mon fils en détresse puisque le placenta ne remplissait plus sa fonction. Bref moi j ai pas de souvenirs et mon mari a été traumatise par les "nom de dieu on la perd" en parlant de moi et par la détresse de notre fils pendant ses premières heures de vie.

C est a ce moment là qu' il a pris conscience de tout ce qui peut arriver. Et cette grossesse et cette naissance nous ont rendu plus anxieux vis à vis du "cela n arrive pas qu' aux autres".

Paradoxalement passé un certain temps quand notre second fils a eu 2 ans j ai ressenti ce que tu décris. Je pense que beaucoup le ressentent une fois cette espèce de nostalgie ,ce côté cela sera la dernière fois en les voyant grandir. Ma soeur qui a 4 enfants l a ressenti à chaque fois (son mari en voulait 2 et du coup s est fait vasectomié après la 4 2eme car contrairement à nous ils étaient très fertiles).

Alors on a essayé quand même pour ce petit troisième mais nous n étions pas très fertiles et il n est jamais venu. A 40 ans cette nostalgie m avait passé on avait passé aussi dans une autre phase aussi sympa avec les garçons celle où on peut faire plus de chose et on a pu aussi reprendre du temps pour nous ,genre aller faire un ciné en amoureux sans complication.

Alors j aime toujours autant les bébés. J ai d ailleurs été nounou mais je n ai plus ce besoin. Bien sûr si je vois une photo ou une vidéo de mes fils petits je suis trop attendrie en me remémorant tous ces bons moments. D un autre côté j ai pas oublié la fatigue et l école (mes fils ont détesté l école et cela n a pas été simple de les convaincre d y aller tous les jours) .

Peut être même que si tu fais ce 3eme quand il ou elle aura 2 ans tu ressentira a nouveau la nostalgie et ce sentiment.

Tu as un mari sur qui tu peux compter c est une chance. S il n en veut pas consciemment c est a prendre en considération.
37 ans 62
Merci A-Nonyme, Merci Saralou... Vous me faite beaucoup de bien avec vos témoignages...
Je vais laisser reposer tout ca; mon chéri revient demain (il était en déplacement), je vais lui proposer un petit resto en amoureux et au moins lui exprimer mes sentiments.
Je vous raconterai
B I U


Discussions liées