MENU Le Forum Vive les rondes Connexion
Inspiration, entraide et nouvelles rencontres pour les femmes rondes modernes. Venez bouger avec nous ! :)

adopter après des enfants biologiques

40 ans isere 164
voilà
nous avons déjà deux enfants de quasi 2 et 5 ans, la fille et le garçon, enfin le choix du roi il parait :roll: .
à notre rencontre avec chéri, nous  
avions toujours pensé, de près ou de loin, à l'adoption et/ou à une famille nombreuse.
puis les bibous sont arrivés et à 22mois pour la dernière, on commence sensiblement à souffler.
finalement, on s'était dit que 2 c'était très bien et qu'on arrêtait là :D
et voilà que zom commence à reparler d'un troisième, par l'adoption :shock:
j'ai dans mon entourage professionnel deux collègues qui rencontrent des difficultés avec leurs ados respectifs adoptés à l'étranger; et j'avoue que ça me fait un peu peur du coup 8-[ .
notre projet au départ étant d'adopter des enfants pas des bébés (les nuits et les couches, c bon merci :lol: )
je voulais donc avoir vos sentiments et si certain(e)s d'entre vous se sont lancés, connaitre un peu votre vécu.
merci d'avance
45 ans CERGY (95) 871
Bonjour

Je ne suis pas exactement dans ton cas, puisque je ne peux pas avoir d'enfants biologiques et que j'ai adopté mon fils quand il était tout bébé, en France.

Mon fils a maintenant 3 ans.

Je connais énormément de parents adoptifs par le biais d'une association, et je suis sûre de 2 choses :

- les enfants biologiques peuvent aussi avoir une adolescence "pénible" (j'en connais)
- les enfants adoptés n'ont pas forcément une adolescence "pénible" (j'en connais aussi ;) )

A mon avis, si les enfants de tes collègues posent des problèmes en ce moment, c'est avant tout parce que ce sont des adolescents. Je crois qu'il ne faut pas stigmatiser l'adoption en lui mettant sur le dos des comportements passagers (repli sur soi, hyperactivité, agressivité...), des résultats scolaires en berne, ou le mal de vivre apparent de certains enfants ou ados.

Et je ne pense pas non plus qu'il y ait de différence entre les enfants adoptés en France ou à l'étranger en ce qui concerne la "crise d'adolescence".

Prends contact avec l'association EFA (il y a une antenne par département). Tu pourras discuter en live avec des gens qui ont "franchi le pas". Ils organisent parfois des conférences sur un thème particulier comme l'adolescence. Et ainsi savoir exactement à quoi tu t'exposes...

A+
40 ans isere 164
merci laglobule
effectivement je ne me fais pas d'illusions quant aux ados en général, je sais bien que tous peuvent être difficiles mais forcément la demande provoque des questionnements chez moi
en tout cas merci pour l'assoc ;)
32 ans 2804
Je me permets de t'aporter quelqus éléments, mais si je e suis pas directement concerné par l'adoption.
EN revanche, j'ai longuement travaillé sur ce thème pour mon mémoire. J'ai rencontré de nombreux parents et ait vu de nombreux professionnels.

Tout d'abord je mettrais l'accent sur votre choix d'adopter. Qu'est ce que représente l'adoption pour vous? C'est un élément sur lequel il est important d'insister car cela sera détbatu et redébattu et reredébattu avec l'assistante sociale au moment de l'agrément. Pourquoi est ce si important pour vous. POurquoi adopter et non pas avoir un autre enfant biologique? Je pense qu'il faut etre au clair avec ces motivations car il semblerait que se leurrer sur ses propres motivations, ou se taire, c'est ainsi qu'on a le plus de chance de se "planter" avec ses anfants [adoptifs] et c'est là que peuvent arriver les problèmes.
Et puis, qu'attendez-vous de cet enfant ?
Pour ce qui concerne les difficultés avec les adolescents, c'est assez complexe..... (mon mémoire porte sur ce thème, c'est assez conséquent, mais si plus tard, dans vos demarches, tu souhaites y jetter un oeil, je peux te l'envoyer avec plaisir)

Ensuite, je te conseille de prendre contact avec des association de parents adoptifs. Par leur echange tu pourras apprendre, t'informer sur le parcours de l'adoption, sur l'attente, sur le coût..... Se sont aussi des réalités a prendre en compte!

Enfin, vous parler d'adopter un enfant qui n'est pas un bébé. Personnellement, je vous conseillerait de prendre à garde à garder "lordre chronologique de la fratrie". C'est a dire que votre ainé "doit" rester l'ainé et que l'enfant adopter ne devrait pas etre plus agé. Sinon, il y a un risque de "desequilibre familial" où personne ne sait la place qui lui est assigné.

Dans tous les cas, je vous souhaite bonne chance dans vos projets!
32
joran a écrit:
voilà
nous avons déjà deux enfants de quasi 2 et 5 ans, la fille et le garçon, enfin le choix du roi il parait :roll: .
à notre rencontre avec chéri, nous avions toujours pensé, de près ou de loin, à l'adoption et/ou à une famille nombreuse.
puis les bibous sont arrivés et à 22mois pour la dernière, on commence sensiblement à souffler.
finalement, on s'était dit que 2 c'était très bien et qu'on arrêtait là :D
et voilà que zom commence à reparler d'un troisième, par l'adoption :shock:
j'ai dans mon entourage professionnel deux collègues qui rencontrent des difficultés avec leurs ados respectifs adoptés à l'étranger; et j'avoue que ça me fait un peu peur du coup 8-[ .
notre projet au départ étant d'adopter des enfants pas des bébés (les nuits et les couches, c bon merci :lol: )
je voulais donc avoir vos sentiments et si certain(e)s d'entre vous se sont lancés, connaitre un peu votre vécu.
merci d'avance


Le chemin de l'adoption n'est jamais facile. Sache que néanmoins on observe plutot MOINS de soucis dans les familles où sont mélangés enfants biologiques et adoptés.

Je n'ai pas, comme vous, fait la démarche "volontaire" d'adopter, en fait, je ne voulais qu'un enfant (assumer seule etc)... Simplement, ma "grande " m'a été confiée à 2 ans et quelques mois par une amie d'enfance et... Les choses ont évoluées de telle sorte qu'elle est là pour très longtemps, même pour toujours. Ma "petite" bioloique avait 2 mois quand elle est arrivée. Bien qu'ayant une formation de psy (mais pas de pédo-psy), j'ai vraiment ramé pour rendre la joie à ce bout de fille. Hurlement, peurs paniques, désobéissance chronique mais aussi besoin d'être rassurée en permanence, immense jalousie au début de la "petite". Une personne qui n'aurait pas été au courant m'aurait (peut-être) accusée de maltraitance, car, même si JAMAIS je ne l'ai frappée, j'ai eu recours les premiers mois à la mise au coin malgré ses cris et ses pleurs. Cela a duré quelques semaines, deux mois, et un matin, elle a sourit en me disant "Maman Bane, ze t'aime"... Le chemin est très très difficile, mais il en vaut la peine. A condition de ne pas "effacer" la mère biologique et d'accepter qu'un jour peut-être elle voudra en savoir plus. N'est-ce pas cela l'amour ?

Bien amicalement
40 ans isere 164
bonjour etolie
merci pour ta réponse.
je me suis renseigné un peu plus et pour des raisons administratives, nous devons attendre encore un peu pour présenter un dossier d'agrément; surtout que, au moins en isère, nous n'aurons aucune chance et serons obligés de nous tourner vers l'étranger; et donc revoir le budget quand même............ :roll:
mais ton message m'a "fait du bien" de savoir que le "mélange" enfants naturels et adoptés se passent généralement plutôt bien.
du côté parents biologiques, pour moi c'est naturel qu'ils existent après faudra adapter à la vie de tout les jours ;)
encore merci à toi (et tes deux filles)
N
44 ans 1
Bonsoir Joran,

Nous projetons d'avoir un troisième enfant via l'adoption après 2 enfants biologiques qui ont actuellement 5 et 1/2 et 2 an et 1/2 ; nous avons 36 et 37 ans et vivons maritalement....

Avez-vous mûri et concrétisé votre projet depuis 2007 ?

Ou en êtes-vous dans vos démarches ?


Je serais très heureuse de lire votre témoignage.

Cordialement, Nada S
40 ans isere 164
Bonjour nadas,
eh bien, nous nous sommes activement renseignés,etions tout à faits mûrs pour les longues démarches, avions pris les dates pour les réunions et pour retirer le dossier. Mais ne sommes pas allés plus loin lorsque nous avons appris qu'en isère, il ne nous serait pas confié d'enfants puisque ayant des anfants biologiques. Nos finances ne nous permettent pas de nous tourner vers l'étranger. voilà, fin de l'histoire. en tout cas pour le moment. Nous sommes restés à 2 enfants. :|
je ne pense pas t'avoir beaucoup aidé, mais, bon, ton chemin sera peut-être différent. ;)
je pense bien à vous en tout cas
31 ans 16
joran a écrit:
voilà
nous avons déjà deux enfants de quasi 2 et 5 ans, la fille et le garçon, enfin le choix du roi il parait :roll: .
à notre rencontre avec chéri, nous avions toujours pensé, de près ou de loin, à l'adoption et/ou à une famille nombreuse.
puis les bibous sont arrivés et à 22mois pour la dernière, on commence sensiblement à souffler.
finalement, on s'était dit que 2 c'était très bien et qu'on arrêtait là :D
et voilà que zom commence à reparler d'un troisième, par l'adoption :shock:
j'ai dans mon entourage professionnel deux collègues qui rencontrent des difficultés avec leurs ados respectifs adoptés à l'étranger; et j'avoue que ça me fait un peu peur du coup 8-[ .
notre projet au départ étant d'adopter des enfants pas des bébés (les nuits et les couches, c bon merci :lol: )
je voulais donc avoir vos sentiments et si certain(e)s d'entre vous se sont lancés, connaitre un peu votre vécu.
merci d'avance



Bonjour,

C'est déconseillé: Vous avez déjà eu des enfants et dans
55 % en adoptez est un total désastre.

Bonne fin de journée.
C
30 ans 2
Bonjour,

Tout d'abord, j'aimerais dire que j'ai un petit frère adopté à l'âge de 5 ans 1/2. Il est arrivé dans la famille il y a maintenant 11 ans, il y avait déjà moi et mon frère, alors âgés de 12 et 9 ans, et tout se passe très bien, il faut juste le temps pour tout le monde de "prendre ses marques", et en parler, s'il le faut. Mais vraiment, on n'a eu aucun problème, si ce n'est qu'il avait peur d'être abandonné à nouveau durant les premières semaines, le temps qu'il reprenne confiance. Donc pour nous, et c'est également le cas pour d'autres amis, adopter en ayant déjà des enfants biologiques, c'est tout à fait possible!!!

Voilà si ça peut en rassurer quelques uns, et si ça peut aider dans la décision des autres.

Pour ma part, je recherche des parents ayant adopté avec déjà des enfants biologiques (ou enfants biologiques arrivés après, qui voudraient bien me raconter leur histoire.
Je suis étudiante en Master deuxième année de Sciences de l'Education à St-Denis, Master pour lequel je dois rendre un mémoire en fin d'année. Je travaille sur le thème de l'adoption, et plus particulièrement sur l'éducation de l'enfant dans le cas de l'adoption.

L'intérêt de ma recherche n'est en aucun cas de montrer qu'une famille adoptive éprouverait plus de difficultés qu'une autre à élever et à éduquer son enfant, car chaque famille peut connaître des problèmes. La question ici est d'essayer de déterminer s’il existe des caractéristiques particulières dans l’éducation des enfants adoptés par rapport à celle inculquée aux enfants biologiques. Quand je parle d'éducation, je veux aussi parler de l'attachement, des liens qui se créent, comment ils se créent...

Je pars du principe où, quand une famille prend la décision d'adopter, ça n'est pas seulement l'enfant qu'elle adopte, mais toute son histoire (son vécu, ses « ruptures affectives » s'il y en a eu, l'attachement envers d'autres personnes avant son arrivée dans la famille...).

J'ai déjà eu les témoignages de plusieurs familles, quelques unes ayant adopté en France, d'autres à l'étranger, ayant adopté des nourrissons ou des « enfants grands », quelques familles qui avaient déjà des enfants biologiques avant d'adopter (c'est le cas dans ma famille)... on se rend bien compte que chaque histoire est différente, ce qui rend ce travail intéressant.

Je recherche encore des parents qui voudraient bien me raconter leur histoire, et que j'interrogerais sur les thèmes suivants : leur projet d'adoption, l'arrivée de leur enfant, l'attachement, l'entourage, l'éducation...

Pour un sujet tel que l'adoption, je n'ai pas de questionnaire tout fait, je n'ai pas de questions précises, j'ai juste mis en avant les thèmes que je souhaiterais que vous abordiez : le but ici est que vous racontiez votre histoire, avec vos mots, vos impressions, vos points de vue... pas que vous répondiez à des questions toutes faites.

Bien-sûr, distance oblige, je ne pourrai vous rencontrer, malheureusement. Mais s'il y en a parmi vous qui accepte, je propose que vous m'envoyiez votre adresse mail à cachoureunion@yahoo.fr , avec quelques informations sur vous (telles que : votre âge? marié(e) ou célibataire? combien d'enfants? combien d'enfants adoptés?)
A partir de là, je vous envoie personnellement les thèmes que je voudrais vous voir aborder, je vous donne des pistes. Ensuite, vous prenez le temps nécessaire pour y répondre, raconter, et me le renvoyer.

J'espère que certains d'entre vous seront intéressés par ce travail, et accepteront d'y participer.
31 ans 16
Bonjour Cachou !

C'est toujours la même histoire...

N'avez vous jamais remarqué que les petits garçons sont toujours mieux acceptés que les petites filles.

C'est tout à fait normal que votre petit frère adoptif ait été bien intégré. L'adoption est a l'esprit des gens une histoire de maman et non de parents et c'est une catastrophe inimaginable.

Les psychiatres, psychologues et médecins pédiatriques affirment d'après preuves et études à l'appui que les toutes les femmes presque préfèrent les mâles. L'incontournable de la famille est évidemment la mère. Sans elle, les scientifiques et chercheurs de la médecine n'ont pas encore trouvé de moyens de créer des hommes qui seraient enceinte, il n'y a pas d'enfant.

Sur la planète entière, les gens préfèrent les mâles qui auront une éducation propre et soignée, la chance de devenir quelqu'un avec un métier et une vie protégée et décente quand les pays et les temps s'y prêtent.
La femelle, elle est laissée de côté, a une éducation somme tout déplorable et advienne que peut si elle traverse de très mauvaises périodes : pourvu qu'elle fasse des enfants c'est tout ce dont elle peut espérer.

C'est un point de vue primitif mais c'est l'entière vérité dans beaucoup de pays en voie de développement et certains pays qui se targuent d'être modernes et riches ne font pas mieux parfois : Si le niveau de vie reste élevé, les femmes passent toujours au second plan, au niveau du travail par exemple...

C'est le même phénomène avec les enfants adoptifs.

Sans compter que des femmes misogynes et racistes envers les femmes de couleurs ou non, profitent vraiment du statut social tabou de la famille adoptive, pour mettre en valeur
les petits garçons.

A la télévision, lors d'une émission sur le thème de l'adoption en 2010, une femme dénonçait la maltraitance sur un enfant adoptif. Elle disait d'un air accablé et triste :
"Je ne sais pas comment peut on traiter comme ça un petit garçon que l'on a adopté." Elle l'a dit et répété au moins 4 foie. Elle avait entièrement raison mais d'autres témoins sur le plateau de télévision, étaient là et dénonçaient aussi des petites filles adoptées qui avaient reçu aussi de mauvais traitements.

De cette femme il n'y a eu aucune réaction en revanche sur ce point, il semblait qu'il n'existait que ce petit garçon.

Les petites filles sont plus exposées aux danger.

Elles servent aussi de femmes de ménages car il est mieux vu partout dans le Monde que ce soit une fille et non un garçon qui fasse les corvées ménagères. Ainsi certains adoptent spécifiquement des filles pour cela.
Elles servent aussi de défouloir sexuel. Là encore, les adultes crient au loup si c'est un petit garçon qui subit alors qu'une petite fille c'est déjà plus commun... c'est déjà plus banal... c'est déjà beaucoup moins alarmant.
Au pire, les parents adoptifs diront qu'elle est perturbée et qu'elle ment. Une petite fille a plus tendance à mentir dans la mentalité adulte... qu'un petit garçon.

Ça n'est pas toutes les adoptions qui se passent ainsi et Dieu merci, les mentalités et manières de vivre changent.
Les idiots et les gens malhonnêtes hésitent de plus en plus à l'être car les enfants sans distinction de sexe commencent à se faire défendre et à avoir des droits et ce même dans les pays en voie de développement. Les adultes commencent à en avoir plus qu'assez de voir leurs enfants humiliés. Car à travers les enfants... ce sont les parents aussi qui sont visés.
34 ans Vannes 2776
Et bien, quelle vision négative de l'adoption... :shock:
42 ans 17521
helloilot a écrit:
joran a écrit:
voilà
nous avons déjà deux enfants de quasi 2 et 5 ans, la fille et le garçon, enfin le choix du roi il parait :roll: .
à notre rencontre avec chéri, nous avions toujours pensé, de près ou de loin, à l'adoption et/ou à une famille nombreuse.
puis les bibous sont arrivés et à 22mois pour la dernière, on commence sensiblement à souffler.
finalement, on s'était dit que 2 c'était très bien et qu'on arrêtait là :D
et voilà que zom commence à reparler d'un troisième, par l'adoption :shock:
j'ai dans mon entourage professionnel deux collègues qui rencontrent des difficultés avec leurs ados respectifs adoptés à l'étranger; et j'avoue que ça me fait un peu peur du coup 8-[ .
notre projet au départ étant d'adopter des enfants pas des bébés (les nuits et les couches, c bon merci :lol: )
je voulais donc avoir vos sentiments et si certain(e)s d'entre vous se sont lancés, connaitre un peu votre vécu.
merci d'avance



Bonjour,

C'est déconseillé: Vous avez déjà eu des enfants et dans
55 % en adoptez est un total désastre.

Bonne fin de journée.


Alors dans 45 % ça se passe très bien ? Presque une chance sur deux alors... remarque, avec des enfants biologiques, c'est à peu près le même pourcentage...

Mais d'où sortent ces chiffres... et surtout que sont-ils sensés prouver... :roll:

helloilot a écrit:
C'est toujours la même histoire...

N'avez vous jamais remarqué que les petits garçons sont toujours mieux acceptés que les petites filles.

C'est tout à fait normal que votre petit frère adoptif ait été bien intégré. L'adoption est a l'esprit des gens une histoire de maman et non de parents et c'est une catastrophe inimaginable.

Les psychiatres, psychologues et médecins pédiatriques affirment d'après preuves et études à l'appui que les toutes les femmes presque préfèrent les mâles. L'incontournable de la famille est évidemment la mère. Sans elle, les scientifiques et chercheurs de la médecine n'ont pas encore trouvé de moyens de créer des hommes qui seraient enceinte, il n'y a pas d'enfant.

Sur la planète entière, les gens préfèrent les mâles qui auront une éducation propre et soignée, la chance de devenir quelqu'un avec un métier et une vie protégée et décente quand les pays et les temps s'y prêtent.
La femelle, elle est laissée de côté, a une éducation somme tout déplorable et advienne que peut si elle traverse de très mauvaises périodes : pourvu qu'elle fasse des enfants c'est tout ce dont elle peut espérer.

C'est un point de vue primitif mais c'est l'entière vérité dans beaucoup de pays en voie de développement et certains pays qui se targuent d'être modernes et riches ne font pas mieux parfois : Si le niveau de vie reste élevé, les femmes passent toujours au second plan, au niveau du travail par exemple...

C'est le même phénomène avec les enfants adoptifs.

Sans compter que des femmes misogynes et racistes envers les femmes de couleurs ou non, profitent vraiment du statut social tabou de la famille adoptive, pour mettre en valeur
les petits garçons.

A la télévision, lors d'une émission sur le thème de l'adoption en 2010, une femme dénonçait la maltraitance sur un enfant adoptif. Elle disait d'un air accablé et triste :
"Je ne sais pas comment peut on traiter comme ça un petit garçon que l'on a adopté." Elle l'a dit et répété au moins 4 foie. Elle avait entièrement raison mais d'autres témoins sur le plateau de télévision, étaient là et dénonçaient aussi des petites filles adoptées qui avaient reçu aussi de mauvais traitements.

De cette femme il n'y a eu aucune réaction en revanche sur ce point, il semblait qu'il n'existait que ce petit garçon.

Les petites filles sont plus exposées aux danger.

Elles servent aussi de femmes de ménages car il est mieux vu partout dans le Monde que ce soit une fille et non un garçon qui fasse les corvées ménagères. Ainsi certains adoptent spécifiquement des filles pour cela.
Elles servent aussi de défouloir sexuel. Là encore, les adultes crient au loup si c'est un petit garçon qui subit alors qu'une petite fille c'est déjà plus commun... c'est déjà plus banal... c'est déjà beaucoup moins alarmant.
Au pire, les parents adoptifs diront qu'elle est perturbée et qu'elle ment. Une petite fille a plus tendance à mentir dans la mentalité adulte... qu'un petit garçon.

Ça n'est pas toutes les adoptions qui se passent ainsi et Dieu merci, les mentalités et manières de vivre changent.
Les idiots et les gens malhonnêtes hésitent de plus en plus à l'être car les enfants sans distinction de sexe commencent à se faire défendre et à avoir des droits et ce même dans les pays en voie de développement. Les adultes commencent à en avoir plus qu'assez de voir leurs enfants humiliés. Car à travers les enfants... ce sont les parents aussi qui sont visés.


mais quel ramassis de clichés ! C'est juste hallucinant... :shock: Et le délire sur les "presque" toutes les mères qui préfèrent des garçons et laissent moisir leurs filles, plus les considérations racistes, bref...
31 ans 16
Bonjour Karen,

Si vous dîtes cela c'est que vous n'y connaissez rien à rien à l'adoption international.
IL est vrai que les véritables témoignages sont pour la plupart cachés et les rédacteurs d'émissions télévisés ou bien pour la presse ne servent que des choses belles et émouvantes. La réalité est pire que ce que l'on imagine.

Des adoptions internationales ont été effectué par le passé et qui cachait en vérité des trafics d'enfants...
Ces enfants étaient maltraités et cela sous couvert de bienvaillance par dessus les toits. Les petites filles auquel les adultes ne prettaient pas vraiment attention étaient les premières victimes...

Sachez que l'information évite de se prendre des murs....
42 ans 17521
helloilot a écrit:
Bonjour Karen,

Si vous dîtes cela c'est que vous n'y connaissez rien à rien à l'adoption international.
IL est vrai que les véritables témoignages sont pour la plupart cachés et les rédacteurs d'émissions télévisés ou bien pour la presse ne servent que des choses belles et émouvantes. La réalité est pire que ce que l'on imagine.

Des adoptions internationales ont été effectué par le passé et qui cachait en vérité des trafics d'enfants...
Ces enfants étaient maltraités et cela sous couvert de bienvaillance par dessus les toits. Les petites filles auquel les adultes ne prettaient pas vraiment attention étaient les premières victimes...

Sachez que l'information évite de se prendre des murs....


:-({|=

Curieux alors, je dois être entourée de gens d'exception... Et pour info, ne pas penser comme toi ne signifie pas qu'on en est resté aux émissions de Delarue... Tout n'est pas rose, mais il y a un juste milieu entre le pays des bisounours et la vision apocalyptique que tu nous présentes (dans quel but, d'ailleurs ? J'avoue que ça me laisse perplexe :-k)...
B I U