MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

"disons qu'il y a des peintures qui touchent..."

34 ans 92 / 69 5897
"Disons qu'il y a des peintures qui touchent, qui me touchent ou m'ont touché plus que d'autres, et il y en a qui ne m'ont pas encore touché, mais qui  
un jour ou l'autre vont me toucher, la question de chercher ce qui me touche dans ce tableau..."Histoire de peinture, Daniel Arasse

"Qu'est ce qui me touche dans un tableau ? Pouquoi l'esquisse de la danse de Matisse me met les larmes aux yeux, ce qui est absurde, on n'a pas à pleurer devant une peinture ? on pleure à l'opéra, non pour de la peinture... Il m'a fallu 20 ans pour aimer Mona Lisa, alors que le peintre l'a effectué en cinq ans...", Fenêtre sur l'art, Geneviève Brissac (historienne qui a particulièrement écrit sur la peinture italienne, notamment pour l'époque de la renaissance..)

Et vous, vous est il arrivé de ressentir une très vive émotion devant un tableau ? si oui, lequel ? quand ?
ressentez vous toujours pareil lorsque vous le revoyez ? ou la magie ne s'est elle opérée que de manière éphémère ?
Trouvez vous ça" plausible "ou "normal" (en référence à la première citation qui énonçait qu'on ne devait pas pleurer devant une peinture ...) ?
41 ans France 5623
(personnellement j'ai découvert dernièrement les toiles que peint mon amoureux...et j'avoue que c'est un sentiment étrange de voir son univers ainsi... l'impression de découvrir une part de lui, intime.... difficile à expliquer....)

Pour ce qui est des oeuvres d'artistes reconnus, je trouve assez difficile de décrire ce qui m'attire dans tel ou tel tableau.

Par contre, devant une sculpture, je sais que quand une me plait,m'attire, j'ai envie d ela toucher, de suivre les formes du mbout des doigts, sentir la matière... Dernièrement je suis allée à Orsay, et je suis restée bloquée devant une sculpture vraiment belle à mon goût, il me semble qu'elle s'appelle "l'éveil de la nature" ( ou quelque chose du genre)(*boreale a honte de ne pas avoir la mémoire des noms*) . une femme de marbre drapée dans un marbre vert... vraiment magnifique...
41 ans France 5623
pas du tout "l'eveil de la nature"!!! mais "la nature se dévoilant à la science"!!! j'ai trouvé ce lien : http://www.insecula.com/oeuvre/photo_ME0000053384.html
45 ans qc 93
La première fois que j'ai ressenti cette attirance pour une oeuvre c'est en cherchant des esquisses d'artistes pour un cours de dessin (une recherche en fait). Voilà que je tombe sur un livre détaillant le courant pré raphaélite... et une oeuvre de Jonh William Waterhouse : Hylas and the nymph.

J'ai été conquise d'un coup d'oeil, j'avais le goût d'en avoir une copie, je voulais tout savoir sur l'artiste, je voulais voir ses autres oeuvres, je voulais je voulais je voulais........ Aujourd'hui, j'ai une reproduction de cet oeuvre dans ma chambre à coucher et 3 autres reproductions de ses oeuvres un peu partout dans la maison. (en plus des autres que je n'ai pas encore faite encadrée)

je ne me lasse pas du tout de la voir, pour moi c'est une révélation. Mais je peux pas dire pourquoi ça me fait ça. J'ai juste été émue.
13610
Tellement de peintures me touches, mais je suis incapable de me souvenir de leur nom et de leur auteur.

Par contre, ayant fait un petit tour au Louvre ce matin, je suis restée telle une con bouche-bée en train de regarde la Joconde...
Ben de voir le tableau comme ça en vrai, c'est top ;)
43 ans Roubaix 705
Ce qui est marrant, c'est que ce ne sont pas nécessairement les "meilleurs" tableaux qui touchent.
Par exemple, moi, il y a quelque chose dans le "Ophelia" de Millais (ici : http://www.tate.org.uk/ophelia/images/ophelia.jpg), qui me touche, alors que c'est un tableau préraphaélite qui ne se démarque ni par sa créativité, ni par son aspect innovant....[/url]
427
L'exposition Francis Bacon organisée en 1996 au centre Beaubourg... j'en ai gardé un souvenir très vivace, tellement j'ai ressenti de la fascination, mais aussi un profond malaise face à ces portraits déformés, semblant hurler de terreur, dévisagés sans l'être vraiment. C'est là que j'ai réalisé que la beauté dans le domaine artistique n'était pas nécessairement liée à la reproduction, aussi fidèle soit-elle, de choses tenues pour belles par l'oeil, mais aussi dans la volonté aveugle de l'artiste de défaire le réel pour l'apprehender autrement.

D'ailleurs, c'est en m'intéressant de près à la vie de ce peintre que j'ai connu le philosophe Gilles Deleuze, qui lui avait consacré un ouvrage (Logique de la sensation), et dont l'oeuvre m'a servi de thème d'étude pour mon mémoire, quelques années plus tard.
B I U