MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Est-on plus fragile psychologiquement qu'avant ?

52 ans 759
Salut,

Je lance ce sujet suite au topic sur les antidépresseurs et autres anxiolitiques.
Je me pose cette question car je vois que certaines (et certains) prennent des traitements assez lourds. Enfin  
je m'explique avoir à peine la vingtaine et prendre plusieurs médicaments et ceci depuis plusieurs années, je trouve ça assez surprenant !
Pensez-vous que si vous aviez vécu plusieurs décennies en arrière, vous auriez eu à prendre autant de médicaments en supposant qu'ils aient existé à l'époque ?
Ou est-ce que c'est parce que maintenant on se pose beaucoup trop de questions, on est sans arrêt incité à être heureux et on est censé être l'artisan de son propre bonheur et si on y arrive pas c'est la catastrophe ?
Bien sûr il ne s'agit pas de remettre en cause les souffrances des unes et des autres mais je me pose quand même la question: est-ce la société dans laquelle on vit qui est cause de cette souffrance ?
Qu'en pensez-vous ?
682
nous vivons dans une société où l'on accumule et crée névroses et psychoses. Quant tu penses qu'avant la révolution industrielle tous les peuples étaient des peuples paysans! aujourd'hui nous vivons une époque de merde et pour pallier à cela (car nous en patissons) ils nous faut nous injecter de belles saloperies.

Vous l'aurez compris je n'aime pas beaucoupo cette société :roll:
36 ans Charleville-Mézières 1453
pour moi, c'est surtout qu'avant (y a longtemps pas y a 10ans) on avait d'autres préoccupations que son bien-être mental... genre je sais pas moi, manger par exemple.
Y a d'ailleurs un sociologue qui a fait un schéma sur le sujet mais j'en ai oublié le nom... avis à ceux qui savent...
En tout cas je ne crois pas au "c'était mieux avant" ! il y avait le même mal-être mais on ne l'exprimait pas pour cause de priorités !
B
40 ans 3449
Personnellement, je ne prends pas de médicaments ou d'anti-dépresseurs mais comme dit Jode, on vit dans un monde où on doit sans cesse aller vite, où on est de plus en plus stressé par son boulot, ses études, sa vie sentimentale ou familiale, le paraître...

Au bout d'un moment, c'est une spirale et il est difficile de s'en échapper. Alors même si on a acquis des libertés fondamentales et des avancées technologiques considérables, on a également obligé les gens à faire toujours mieux, toujours plus sans se soucier d'un point de saturation...

C'est pas un hasard si la grande majorité de la population se dit atteinte de stress et de dépression à divers degrés, parfois très graves. Peut-être nous concentrons-nous un peu trop sur les devoirs et moins sur les besoins...
51 ans Montpellier 376
Lodie, tu cites la pyramide de Maslow

http://home.nordnet.fr/~sdelbecque/cour/maslow.htm
K
45 ans Hettange Grande, Lorraine 5130
En même temps, si ces médicaments là avaient existé il y a des décennies, c'est qu'il y aurait eu la volonté, le savoir et l'état d'esprit nécessaire à leur création et donc, ça n'aurait pas été la même société que celle de cette époque là, si tu m'suis...

Enfin, c'est sur que la vie d'aujourd'hui implique un certain stress, il est différent du stress d'avant, certes, à une époque, ce mot n'existait même pas (en français, hein, en anglais, ça a d'autres significations aussi), mais je pense que l'etre humain a toujours connu des tensions, des soucis, et aussi des problèmes psychologiques, ils sont juste répartis différemment, accentués ou mis en évidence pas certains phénomènes selon les périodes (par exemple en temps de guerre, ou en temps de récession économique le "stress" ne sera pas le même que pendant une période plus clémente)

En même temps, est-ce que ces médicaments valent mieux que certaines pratiques anciennes, saignées, sangsues, trépanation, exorcismes, que l'on imposait aux patients, psy ou autres d'ailleurs ? La medecine n'est certes pas toujours au point encore, mais des avancées se feront sans doute encore et toujours... Et comme toujours, on se dira que c'est pas encore assez bien, ou alors que c'était mieux avant ;)
36 ans Charleville-Mézières 1453
bbsorciere a écrit:
Lodie, tu cites la pyramide de Maslow

http://home.nordnet.fr/~sdelbecque/cour/maslow.htm


merciiiiiiii :D :D
(alala flagrant manque de culture, je vais me cacher sous une table... oui bah en fait non, j'ai même pas honte ! mais j'essaierai de me rappeler ;) )
54 ans 5519
Je ne sais pas si nous sommes plus fragiles. Perso j'ai toujorus refusé les médocs, j'ai toujours pensé que ce n'étais pas la solution.
Disons qu'avant, on acceptait plus facilement son sort aussi. On était plus fatalistes. D'ailleurs, les "paysans" d'aujourd'hui, je parle de ceus qui ont une exploitation décente, pas de ceux qui gèrent de vraies "usines à gaz", se posent moins de questions.
Nous sommes harcelés quotidiennement pas le bruit, la pollution, etc. On ne prends plus le temps de se poser, de ne rien faire. Ben oui, moi il parait que je suis une fainéante. Tout ça pcq je suis maman au foyer. M'en fous de ce que les autres disent. Si j'ai envie de rien faire, ben je fais rien. Et quand je travaillais, ,pareil. Il faut prendre le temps de ne rien faire. Juste de rêvasser. Même les enfant sont stréssés. Ils ont des tonnes d'activité, n'ont jamais le temps de se poser. Arrêtons cette fuite en avant, et nous irons peut être déjà mieux...
52 ans devant mon pc 634
j'ai fait une tite dépression y'a 2/3 années, je sais pas trop à quoi c'était dû vraiment, mais c'est vrai que j'arrêtais pas de pleurer quand je voyais des "horreurs" à la tv, après je pleurais tout le temps dès que je me levais du lit, impossible à me contrôler et à relativisez, ça partait tout seul, et je sentais un poids sur le coeur constamment, les médocs m'ont aidé, ça m'a fait un bien fou et j'ai su arrêter avant de tomber dans une spirale!! mais si ça recommencerais, j'en prendrais sans me poser de questions, parce que l'état où on en est, est absolument insupportable.
B I U