MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

SVP, comment repérez-vous une hyperphagie ?

52 ans Région nîmoise 1567
Voilà, tiraillée entre les multiples injonctions aux régimes lancées de toutes parts et reprises par tout un chacun, je finis par me demander où commence la pathologie dans l'alimentation. Je  
m'explique :
j'ai toujours mangé avec plaisir le moindre petit bout de quoi que ce soit ; donc j'ai culpabilisé de manger, tout simplement, pendant les 20 années de contrôle alimentaire incessant que j'ai suivies.
Maintenant que je refuse toute forme de restriction cognitive pour n'écouter que ma faim réelle, je continue à me demander si je ne mange pas trop par rapport à mes besoins. C'est quoi beaucoup manger, c'est quoi grignoter ? Je me pose la question tant il y a de sujets ici, sur VLR, où des nanas indiquent ce qu'elles mangent dans la journée en disant qu'elles mangent à leur faim alors que, pour moi, elles paraissent en restriction.
J'aurais besoin d'exemples concrets de grignotages, de "crises" d'hyperphagie pour comprendre quelle réalité on met derrière. Merci d'avance de m'aider à éclairer ma lanterne.
S
49 ans suisse 993
Actuellement je dirai que je suis uen mangeuse régulée qui a plaisir à manger de tout. Je suis toujours grosse 100kg. Donc après des années de RA et autres thérapies et bien mes crises d'hyperphagie doivent encore exister mais plus "déguisées" disons. Et du coup je mange exactement ce que je dépense et du coup la flèche reste stable.

Alors comment se cache cette hyperphagie? chez moi je peux le cerner par le carnet alimentaire, oui c'est chiant je sais. Mais ca me permet de repérer que quand je suis fatiguée je me fais un grand thé au lait sucré plutôt qu'un verre d'eau, sans faim bien sûr.

Ou sinon ca me permet de repérer que lors d'un gros stress et bien je me tourne vers des trucs plus gras, que je mange avec plaisir et sans culpabiliser.

L'hyperphagie c'est finalement juste manger un peu plus que ce que l'on dépense, ou grignoter un tout petit peu, je ne crois pas que ce soit forcément sous forme de grosses "crises"
52 ans Région nîmoise 1567
Merci pour ta réponse sirelle. Ta dernière phrase est particulièrement intéressante et elle reflète, à mon sens, toute la difficulté de la "perception" alimentaire ; un thé au lait sucré, c'est quand même pas aussi évident que 2 ou 3 desserts à chaque repas.
S
49 ans suisse 993
J'ai fait un erxecice très intéressant qui permet de cerner un peu plus le "chose". Il s'agit de choisir un tout petit acte alimentaire que l'on pense pouvoir modifier ou arrêter. Un truc pas trop difficile quoi: genre décider que l'on pourrait boire un afé de moins pas jour. OU décider une fois par jour de s'arrêter au cours d'un repas pour vraiment déguster.

Ensuite il s'agit sur 2 colonnes de lister le pour et le contre d'une telle modification et d'évaluer notre motivation ou non à la faire, notre possibilité ou non à la réaliser. Ensuite si ok avec la motiv et bien on passe à l'action et on observe ce qui se passe.

Une autre fille que je connais et qui n'aime pas les fruits et les légumes a choisi une fois par jour de déguster un petit bout de fruit ou de légume pour voir ce qui se passe...et découvrir en fait qu'elle en aime bien certains. Du coup ca lui permet de se rendre compte que ses goûts/dégoûtss alimentaires sont modifiables.
F
34 ans Toulouse 1468
Perso mon comportement hyperphagique je le mets en lien avec mes émotions et le côté réflexe/rituel. Je pense que ça peut arriver à tout le monde de manger plus qu'à satiété lors d'un très bon repas entre amis, au resto, voire de se faire un petit plaisir chocolaté sans réelle faim, c'est de la "gourmandise" (j'ai l'impression que ce mot est tellement péjoratif maintenant..) et j'estime que ça n'a aucun caractère de gravité, voire que c'est "normal" (j'utilise ce mot parce que là je suis un peu trop crevée pour en trouver un qui apporterait plus de nuances).
Par contre, quand, lorsque je suis stressée, angoissée, en colère, peinée et que j'essaie de cloisonner ces émotions en bouffant, pour moi c'est de l'hyperphagie. De même, lorsque j'ai le réflexe (sans doute imprimée dans toutes les fibres de mon corps par plus de 15 ans de TCA) de bouffer (alors que je n'ai pas particulièrement faim) lorsque, par exemple, je mate un film , j'y vois le résultat de mon hyperphagie.
A
31 ans Nantes 11
Je crois que si tu continues à manger alors que tu n'as plus faim (pas forcément l'estomac qui déborde, juste la sensation de satiété) que tu ne controles pas cette phase et que c'est répétitif, c'est qu'il y a un problème quelque part... si tu n'arrives à voir ton assiette que d'un point de vue "volume", ou bien que tu ne peux envisager de manger un seul déssert, sans te référer à tes sensations, et que si tu essaies de diminuer les portions tu risques fort un retour "yoyo" (supression de sucreries un jour, gavage le lendemain par exemple) je pense qu'il y a quelque chose qui bloque...
C'est difficile de donner des "critères", il y a presque autant d'hyperphagies que d'hyperphages, chacun l'est à sa manière, mais c'est principalement une perte de controle sur son alimentation...
B I U


Discussions liées