MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Enfants et troubles alimentaires

33 ans Montréal, Québec 288
Bonjour tout le monde!

Je suis de retour sur le forum après une longue absence parce que depuis que je suis enceinte, et encore plus depuis que je sais que je  
vais avoir une petite fille, je me pose des questions sur les comportements, attitudes et trucs pour éviter que ma puce et mes autres futurs enfants aient, comme ça a été mon cas, des troubles alimentaires.

Je sais bien qu'il y a une multitude de causes aux différents troubles alimentaires et qu'on ne peut malheureusement pas toutes les éliminer de la vie de nos enfants, mais je veux faire tout ce qu'il m'est possible de faire pour leur éviter. Je m'en suis moi-même sortie depuis environ deux ou trois ans et je me porte à merveille depuis(merci VLR!), alors je pense bien que je serai un bon exemple de ce côté-là. Manger à notre faim ce que notre corps nous demande, c'est ma devise :lol: Mon copain me fait aussi confiance là-dessus et il a l'air très ouvert concernant la tactique qu'on adoptera face à la bouffe avec notre cocotte.

Pour l'instant, je me dis que je vais probablement offrir une alimentation variée, en incluant aussi ce que certains qualifient de "mauvais aliments", afin de les banaliser et que ça ne devienne pas une source de stress, mais que ce soient plutôt des aliments comme les autres pour elle. Je sais pertinemment que la société enverra à mes enfants un message tout à fait contraire au mien, alors j'aimerais avoir vos avis/témoignages.

Merci! :)
R
35 ans 15384
Je ne suis pas encore maman et je n'y connais pas grand chose,mais j'ai bien envie de donner mon avis sur le sujet !
Plus on fait de certains aliments un tabou,plus ils deviennent tentants,bah oui,l'interdit c'est toujours plus excitant :?
Alors je pense qu'il faut laisser les enfants manger a table selon leur appétit,sans leur rabacher la fameuse phrase qui reste ancrée dans nos têtes " Finis ton assiette ! " ...
Ils savent très bien se réguler tout seuls pour la plupart.
J'ai souffert d'hyperphagie,et je ne voudrais pas,une fois maman,que mon enfant souffre de ca aussi,c'est un tel enfer.
Je veux qu'il voit la nourriture comme un plaisir,non comme un remède a ses douleurs intérieures et ses frustrations alimentaires ...
E
99 ans Occitanie 3854
J'ai des enfants, et franchement je suis pas sûre qu'il y ait une solution...

J'ai deux enfants, élevés pareil, mangeant pareil... et j'en ai un en surpoids, souffrant de troubles alimentaires, et une toute fine (même parfois très limite sur les courbes)...

Alors pourquoi pour l'un je n'ai pas pu lui épargner la souffrance des troubles alimentaires ? car il n'a pas su faire face à ses difficultés, et que j'ai pas su l'en sortir. Il est dyslexique, dysorthographique, dyscalculique... et souffre depuis des années d'une très mauvaise image de lui du fait d'échec scolaire répété... il se sent différent, nul, ect ect... et se réfugie : dans la nourriture :?

A côté elle, c'est une gamine capricieuse, qui aime commander, et qui est entourée d'énormément d'amie. Très bonne en classe ...

L'un pourrait représenter le désespoir (très accentué en ce moment du fait de l'adolescence) et l'autre le bonehur (une petite puce incapable de tenir en place, toujours à courir, à s'amuser ...)

Ma solution : continuer à me battre tous les jours (ou presque car parfois suis épuisée) pour que lui s'en sorte (aidée en ça par son éducateur, certains de ses profs), et si il veut bien enfin se décider d'une psychologue...

et me battre pour que la puce ne devienne pas encore plus capricieuse :lol:

Vive les gosses :lol:
38 ans 4907
Bon, ne pas forcer un enfant à finir son assiette comme de raison, surtout si on en mets beaucoup dans l'assiette.

Si possible allaiter à long terme ou au moins 6 mois. Les bébés allaités apprennent à se réguler d'eux même alors qu'avec un biberon il est facile de trop boire car la lait coule tout seul et on peut avoir tendance à se dire il doit boire tant de ml/onces dans une journée et on le force à prendre cette quantité. Si tu n'arrives/veux pas allaiter, faire attention à ne pas forcer bébé à finir ses biberons (à moins qu'il soit en dessous de courbes de poids/problèmes de santé etc.).

Je crois qu'il faut aussi voir avec le patrimoine génétique des deux parents. Par exemple, j'ai une facilité à prendre du poids et rapidement alors que mon mari et toute sa famille sont une famille de type cure-dent, super mince, sous le poids santé de façon naturelle. Quand je regarde mes deux fils (2 ans et 4 ans) on voit tout de suite que le plus vieux est exactement comme son père et le 2e retient de moi énormément. Donc avec le 2e je tends à vérifier (un peu plus) s'il a vraiment faim quand il en redemande ou si c'est juste pour faire le glouton tout en le laissant faire le glouton de temps en temps pour ne pas être trop contrôlante.
56 ans Région parisienne 2154
D'accord avec tout ce qui précède. Aussi éviter les grignotages. Fiston a 4 ans et si je suis pas vigilante il grignote à 18 h et ne mange plus le soir. Plutôt avancer l'heure du dîner.

Si vous êtes d'accord, c'est déjà beaucoup. Ici, entre zhôm, ma mère, la belle-famille...

Pour l'allaitement ??? Mes deux fils ont été des bbs boules. Pour le cadet je sais pas mais l'aîné a visiblement hérité de ma constitution :cry: Je l'ai sevré à 6 mois. Je regrette.
47 ans 76 10598
Voici ce que je fais avec mes deux mistinguettes :

:arrow: ne jamais forcer à finir son assiette. Elles sont les mieux placées pour savoir si oui ou non, elles ont encore faim.
Et si elles ne finissent pas leur plat, cela ne veut pas dire qu'elles n'ont pas faim pour un bout de fromage ou un dessert.


:arrow: leur proposer une alimentation variée et leur expliquer que le corps a besoin de plein d'aliments différents pour bien fonctionner.

:arrow: leur expliquer qu'aucun aliment n'est "mauvais" si il est consommé par faim. Et donc que l'important est de respecter sa faim. De ce fait, ne pas exclure bonbons,gateaux, chocolat de sa maison mais les intégrer à l'alimentation.
Sincérement, lors des gouters d'anniversaire de mes filles, je repère facilement les enfants qui n'ont pas accés aux bonbons chez eux : ils se gavent alors que les autres en mangent normalement.

:arrow: ne pas faire de l'alimentation une source de chantage ou de récompense genre " si tu fais pas ça, tu seras privée de dessert / si tu finis ta soupe, tu auras ... " .



Quand à l'allaitement long, je ne sais pas si il joue un rôle. Si je regarde ma famille, celle qui a le plus petit appétit et la morphologie la plus longiligne est celle qui n'a pas été allaitée.


Pour le moment, cela semble fonctionner. Leurs courbes de croissance sont harmonieuses.
Elles se régulent parfaitement et sont capables de refuser un aliment qu'elles adorent par manque de faim ... ou de ne pas le finir.
Elles ne se jettent pas sur les bonbons et gâteaux pourtant en libre accès dans les placards.
56 ans Région parisienne 2154
La question du libre accès bonbons/gâteaux, pas simple... J'ai la m^ême optique, en accord avec zhôm. Mais le reste de la famille critique vertement, tout en couvrant fistons de bonbons/gâteaux sous prétexte des fêtes :roll:
47 ans 76 10598
Pomdereinette a écrit:
La question du libre accès bonbons/gâteaux, pas simple... J'ai la m^ême optique, en accord avec zhôm. Mais le reste de la famille critique vertement, tout en couvrant fistons de bonbons/gâteaux sous prétexte des fêtes :roll:


Tiens, c'est marrant, ça me fait penser à ma belle-mère qui a toujours peur que les miss mangent trop mais qui s'inquiète quand elles ne finissent pas leur assiette. :roll:

Pour la question des bonbons, j'ai grandi dans une famille où il n'y en avait pas en dehors des chocolats de Noel et de Pâques ... et j'ai toujours du mal à les consommer de manière raisonnable.
Alors quand je vois que mes filles, qui les ont en libre accés, oublient fréquemment qu'il y en a ... je me dis que cette solution n'est pas si mauvaise.
B I U