MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin de vider mon sac

102 ans 1277
Bonjour,

J'ai envi de vider mon sac et de dire ce que j'ai sur le coeur, de mettre tout ça à plat dans mon esprit, de pouvoir l'écrire pour y voir  
plus clair... ça va pas être facil et sans doute brouillon, je m'en éscuse d'avance ...




j'aimerais parler de mon enfance/adolescence, des relations avec mes parents ...


commençons par le plus gros du sujet ... mon père : déjà "père" est un mot que je n'ai jamais associé à "amour" j'ai mis vraiment longtemps à comprendre qu'on pouvai vraiment aimer son père ... et ça n'a pas vraiment changer, aujourd'hui encore, si quelqu'un m'annonce que son père vien de décéder hé bien je serai triste pour cette personne mais ça ne me fera rien, pour moi la vie de cette personne n'en sera pas bouleversée, pas comme si c'était la, mère.. c'était inconscient avant mais depuis peu je m'en rend compte. j'éspère ne pas passer pour une personne cruelle, j'éspère que les personnes qui lierons comprendrons ...


Donc, je me souvien mal des rapports avec mon père dans l'enfance, ce que je me souviens, c'est des coups, même si j'en est pas pris autant que ça, je me souvien que je m'allonger à terre pour pouvoir répondre à ses coups par des coups de pieds, de toutes mes forces ...
Je me souviens de nos relation dès que je suis entrée dans l'adolescence, il a arrété de me "taper" (je ne pense pas avoir était battue hein) mais les insultes ont commencé, et à la fois l'ignorance et le mépris ... Hé oui, même si j'ai honte, je le dis, dans les disputes j'insulte mon "père" pour la simple raison, je pense, que c'est ce qu'il m'a appris ... Et je peux aussi le dire, sans me poser de questions, je ne l'aime pas, vraiment pas ... il me dégoute, et jamais mais alors jamais je n'ai de contacte physique avec lui, si par malheure ça arrive, je me sent très mal et je vais me laver les mains (si c'est ça qui a touché ) en frottan bien ... il me répugne ... à tel point que je ne m'assoi jamais sur la même chaise que lui, je ne touche pas mon chien après lui etc ... (dis comme ça j'ai l'air d'une folle :cry: )
Même quand j'arrive à avoir une discution normale avec lui, dans ma tête je me dis "tu sais je te parle, mais je te hai tellement conn*rd..."
De plus, il est un fin manipulateur, et réussi aisément à retourner la situation, et à manipuler les gens autour de nous "je fais tout pour mes gosses et ma femme, mais ils ne me le rendre pas, je suis le vilain canard" voilà en gros ce qu'il fait passer à tout le monde ...




Tout ça, nettement influencé par ma maman ... j'adore ma mère, même si elle n'a pas forcément était une bonne mère, elle fait ce qu'ell peux, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour me protéger de lui.. ma mère a des tendance dépressives, elle suit un lourd traitement depuis euhh toujours je crois, que je l'ai toujours connu en train d'avaler des cachets ... ce qui me révolte, c'est que je suis persuadée que le problème est grandement influencé par mon père, qui la rabaisse sans arrêt, qui lui rabache sans arrét qu'elle ne sais pas éduquer ses enfants, qu'elle fait n'importequoi, qu'elle est nulle. d'après lui, si je suis comme je suis (une jeune fille normale aux yeux de tout le monde mais pour lui la pire des gamines ...) c'est de sa faute parce qu'elle fait tout de travers. Il est même capable de l'insulter parcequ'elle a acheter trop de pain et que quelque morceaux vont être perdus, (un exemple qui se reproduit souvent ... parmis tant d'autres)


Ma mère est fragile et je le sais, je me sens impuissante face à mon père, ma mère a déjà fait une TS, à cause de lui et de son boulot. Elle m'a souvent dis qu'elle voulais le quitter mais impossible faute d'argent ...
Mes relations avec mon père son déjà très très difficiles, et ça, biensur ça ne fait qu'agraver mon dégout envers lui, j'ai l'impression qu'il détruit ma mère, ma maman, elle qui fait tout pour moi ...

Je sais que pour moi, un jour ce "calvaire" (le mot est gros quand meme) sera fini, mais ma mère, elle restera toujours dedans, et toute seule en +. Le jour ou je partirai de la maison, je vais culpabiliser au plus haut point je croi ...



Voilà, j'ai grandi dans cette super ambiance, même si ma mère fait tout ce qu'elle peut, je n'ai jamais eut de je t'aime et je ne me souvien pas d'avoir eut de calins (dans mon enfance je pense que si quand meme) jusuqe là, je pensais avoir eut une grande autonomie, mais je me demande si ce n'était pas un peu de l'indifference ... quand je réfléchi à toutes les conneries que j'ai pu faire en etant gamine/jeune je me rend compte que certaines etait vraiment dangeureuses :shock: il aurait pu m'arriver des truc graves, et personnes pour m'en empecher ... il faut dire que j'était pas facile et assez maligne, mais je n'ai pas eut beaucoup de barrieres, que j'ai su facilement repousser.


Le pire moment à donc été au passage à l'adolescence, trop dur à suporté, j'ai souffert, et souffre toujours de TCA, et je me suis, pendant 2 ans scarifié le bras gauche. j'ai arrété depuis 3 ans mais les cicatrices elles ne partirons jamais... je n'assume pas car je voit bien que les gens me jugent, et je ne me sent pas de taille à raconter mes problèmes à chaque fois, d'autant +, que beaucoup d'autre personne on les mêmes problèmes, voir bien pires, et n'on pas de marques à leur bras ...



Voilà, j'ai vidé mon sac, comme je n'ai jamais fait. J'ai l'impression de me plaindre à tord, et je me sens coupable vis à vis de tout les gens qui on vécu / vivent bien pire que ça,.
Longtemps je me suis dis que c'était des futilités, par rapports à d'autres problèmes, mais j'avais besoins d'en parler


Merci à ceux qui auron eut l'énorme courage de lire ça !
37 ans 66
salut arklys

ça fait du bien de vider son sac,surtt qu' ici on est bcp a avoir eu des problemes de comportement alimentaire,d'accéptation de soi.En tt cas je te trouve courageuse c pas facile tt ça.tt ce que j'ai envie de te dire c de penser a toi et à ta mere puisque c la seule a etre de ton coté.Moi c pareil ça fait cinq ans que je n'adresse plus la parole ni ne vois le géniteur qui a servi a ma concéption lol j'arrive meme pas a dire père puisque pour moi il ne l'est pas.Voila j'en ai rien a faire de lui tout comme toi ton père.Reste présente pour ta mère peut etre que tu pourra un jour l'aider à le quitter si c vraiment ce qu'elle veut.Pourquoi tu pourrai pas ds quelques années (je ne sais pas ou tu en est question études ou boulot futur)t'installer que avec elle si tu l'aide finacièrement?En tt cas je vous souhaite du courage mais c clair qu' il vaut mieux se séparer plutot que de vivre tjs ds les conflits.peut etre meme que ça vs aidera a retouver une meilleure relation entre vous trois.
bizous
46 ans 1896
Ne te sens surtout pas coupable de te plaindre, ce ne sont pas des futilités ce que tu décris. Un père qui frappe (même si ce n'est que de temps en temps) et qui insulte, une mère dépressive depuis ton enfance... on a le droit de se plaindre à moins!

Une question: as-tu quelqu'un à qui te confier (famille, amis, psy)? Parce que pour encaisser tout ça il vaut mieux ne pas être seule. Si ce n'est pas le cas, je t'encourage à aller voir un psy qui t'aide au moins à surmonter ce sentiment de culpabilité et cette idée que ton problème n'est pas important.

Surtout ne te laisse pas sombrer, ne te sens pas coupable de la situation. Fais ta vie. Si un jour tu as ton appartement, un travail, etc. tu pourras sans doute aider ta mère à quitter enfin ton père, alors que si tu t'enfonces, ça risque de ne jamais évoluer.

Désolée si je n'ai pas de meilleur conseil à donner. Parfois il faut serrer les dents et accepter les choses telles qu'elles sont pour qu'elles s'améliorent plus tard.

Bon courage!
41 ans Nord 717
Arklys, ne t'excuse pas de vide ton sac, si tu l'as fait, c'est qu'il le fallait.

Comme Maiadi, je t'inciterais fortement à voir un psy, car même si comme tu le dis il y a des gens qui ont vécu pire, grandir avec une mère dépressive et un père qui frappe et insulte, au point qu'il te dégoûte et que tu ne supportes pas son contact, pour moi c'est une souffrance psychologique suffisante pour être aidée.
Je suis loin d'avoir eu une telle enfance, et pourtant je ne me sens pas prête à avoir un enfant tant que je n'ai pas réglé certaines choses par rapport à mon enfance et aux conflits avec ma mère.

Par contre, ça va te demander beaucoup de force et la possibilité d'avoir un refuge pour l'après séance, car ça secoue souvent pas mal, mais à moyen et long terme, on se sent mieux.

Quant à ta mère, ta simple présence doit beaucoup l'aider. Sais-tu par contre le type d'éducation qu'elle a eu? Car tu te plains de na pas avoir eu de calins, ou qu'elle ne t'ai pas dit qu'elle t'aime, mais dans certaines éducation, ça ne se fait tout simplement pas, mais ça se montre différemment, et tant qu'on est chez ses parents, c'est dur de la voir.
Ma mère par exemple n'a jamais été câline, ne nous a jamais dit "je t'aime" et le disait même rarement à notre père en notre présence. Par contre, en partant de la maison, je me suis rendue compte de ses attentions (aussi parce que j'ai les mêmes pour mon mari) : quand je suis chez elle, elle me fait des plats que j'aime, je repars systématiquement avec de la bouffe dans la valise (des choses que je ne trouve pas dans ma région : j'ai failli remonter avec un magret de canard ce coup-ci, heureusement les 10h de train l'ont dissuadée, mais j'ai quand même remonté 2 melons), et souvent elle m'emmène faire les boutiques et me paie au moins la moitié des vêtements (et j'ai 30 ans!!)
C'est sa façon à elle de nous dire qu'elle nous aime, mais c'est contre son éducation profonde de nous le dire directement.
41 ans oise 1060
j'ai vécu des choses similaires avec mon père (sauf les coups) et ma mère (éternelle dépressive) .

quand j'ai quitté le foyer parental (ouf!) , j'ai fait une dépression assez balèze avec phobies sociales , j'ai donc consulté un psychiatre . au bout de 3 séances , je me suis rendu compte que c'était pas moi qui avait un problème , mais mes parents ! quel soulagement ! j'ai tout fait pour me sortir de ma dépression et de mes phobies .

grâce à mon compagnon , qui m'a connu avant mon départ de chez mes parents , j'en suis sortie ! un an après , je réglais mes compte avec mes parents et je mettais un bébé en route !
maintenant , j'ai 2 enfants , et mes relations avec mes parents se sont arrangées , ils sont très fiers de leurs petits-enfants !

je ne dis pas que la vie est rose tous les jours , je continue à me battre contre moi-même , et contre mes phobies (qui me reviennent en pleine face par moment), mais la vie est plus douce !

courage , heureusement l'instinct de protection et de survie est le plus fort ! et la vie peut être adoucie !
35 ans 4879
Coucou ma belle...

Je me sens obligée de te répondre parce que quand j'ai lu ton message j'ai cru que tu racontais ma vie...à un point hallucinant.

Mon père est un pervers narcissique.
Je ne le supporte pas, je l'évite autant que possible, sa voix me dégoute, son image me dégoute, plus que tout son contact me dégoute...comme toi j'évite au maximum le contact physique et psychologique avec lui.

Je n'aime pas mon père non plus.
Je ne le considère d'ailleurs pas vraiment comme tel.
Il nous a fait trop de mal à ma mère et moi et nous en fait toujours autant.

Ma mère a fait une TS quand j’avais 3 ans à cause de lui.
Ca a été un immense traumatisme pour moi-même si je ne l’ai réalisé que récemment.
On me l’a avoué quand j’avais 8 ans et je n’ai plus réussi à m’endormir avant ma mère jusqu’à l’age de 12 ans à peu près.

Tus les soirs je guettais les crises, les insultes de mon père, les cris.
Tous les soirs j’avais peur qu’elle parte, qu’elle claque la porte et m’abandonne à nouveau.
Je guettais le moindre bruit, la porte d’entrée qui s’ouvre, un claquement de portière…pour pouvoir courir après elle et la rejoindre pour qu’elle ne me laisse pas seule avec lui, pour qu’elle ne recommence pas.

Mon père a gâché mon enfance, mon adolescence, ma vie.
A l’heure actuelle je souffre de troubles sociaux, je n’ai plus aucune confiance en moi, je suis incapable de trouver un travail et les rares fois ou j’en trouve on ne me garde pas.
Pourquoi ? Parce que je n’ose rien, je n’ai aucune assurance, aucun esprit d’initiative, aucune autonomie… Je suis incapable de prendre une décision dans ma vie privée. Incapable d’agir pour moi. Je ne vis qu’à travers mes couples et mes copains et je plonge irrémédiablement dans la dépression dès que je me retrouve seule car je n’ai aucune stabilité affective du côté de ma famille et que je souffre de dépendance affective.

J’ai réussi depuis 2 mois à aller voir une psy mais à quel prix…

J’ai tendance à également penser que ton père est un pervers narcissique de par ta description, le côté « tout gentil tout beau à l’extérieur », un caractère sociable, humain, positif, brillant même…le mari et le père idéal quoi…et une fois entre les 4 murs de la maison arrivent les insultes, les rabaissement, les humiliations, toutes les violences morales possibles…le recherche perpétuelle du conflit pour pouvoir au final écraser sa victime par la menace .

Je connais tout ça ma belle et je comprends très bien les scarifications.
Pour ma part je me suis dirigée très jeune vers le mouvement gothique qui m’a apporté beaucoup de soulagement dans ma souffrance mais bien entendu chacun réagit à sa manière…
Ma manière c’était m’habiller en noir, écrire, pleurer… Encore aujourd’hui et même si je sais très bien cacher mon jeu je suis fondamentalement comme ça, mal, angoissée, triste, dans le doute…

Mon père rabaisse également ma mère perpétuellement, comme toi, lui dit qu’elle est nulle, une merde, qu’elle n’arrive à rien et n’arrivera jamais à rien… Il me dit tout ça à moi aussi pour pouvoir après mieux pavaner devant ses amis en disant que « oui oui bien sur qu’il l’adore sa fille et qu’il comprend très bien qu’elle aie du mal à trouver du travail que d’ailleurs il accepte toujours de la loger gratuitement alors que hein peu en auraient fait ainsi »… ce qu’il oublie de dire c’est que si on ne m’avait pas dit tous les jours depuis ma naissance que je suis une merde, une ratée, un déchet humain…peut être que je l’aurais eue la confiance pour trouver du travail et partir, mais ça…

Bref me belle, je vais pas te raconter ma vie, tu la connais déjà je pense…
Ce que je voulais te dire surtout c’est que tu n’es pas seule à avoir subi ça et à le subir encore.
Et également te proposer de discuter toutes les deux si ça te dit , partager nos expériences, extérioser un peu avec quelqu’un qui te comprends mieux que beaucoup…
Bref si ça te tente n’hésites pas à m’envoyer un mp…on pourra passer sur msn après si tu veux.
Je t’embrasse fort et tu as tout mon soutien 
102 ans 1277
Ho les filles ... merci beaucoup, ça me touche que vous ayez pris le temps de repondre, vraiment ça me fait plaisir, merci beaucoup, beaucoup, beaucoup.

Désolée ne pas avoir répondu avant, pas eut le temps, et là je commence mon job d'été donc je vous répond ce soir !


Merci pour vos réponses, ça fait du bien :kiss:
102 ans 1277
Coucou :)


Je vais essayer de vous répondre le mieux possible.

Alors non, je n'ai pas vraiment quelqu'un à qui me confier, car j'ai beaucoup de mal à parler de moi en général, et encore + à parler de mes problèmes, j'ai l'impression d'embeter les gens. Je raconte un peu à mon copain mais je ne pense pas qu'il comprenne, il sait que mon père est un étérnel "guelard" comme il dit mais il ne voit pas tout ce qui se passe à coté et encore moins que j'en souffre.
Le souci pour le psy c'est que je me voit vraiment mal demander ça à mes parents ... je suis totalement dépendante pour l'instant. En + ma mère qui est depressive n'en à jamais vu, donc c'est pas un truc "comode" chez nous, je ne sais pas comment expliquer.
Pourtant j'y ai déjà penser, et peut être que quand je serait dépendante, j'irai ... tout comme le dermato pour ces fichues cicatrices.


Je ne connais pas vraiment l'éducation de ma mère, mais je sais qu'ils était beaucoup (9 enfants), pas forcément très riches et que c'était pas toujours la joie.
Elle ne m'a jamais parlé des rapports avec sa mère (appart les coup de torchons mouillés sur les fesses quand il y avait bétise ^^) mais + des relations avec ses fréres et soeurs. Je ne pense donc pas qu'il y avait vraiment de la tendresse et de l'amour démonstratif.

Parcontre, j'ai souvent pensé que mon père se rejettait sur nous, et nous en voulais inconsciemment (ou pas) car lui n'a pas eut une enfance tendre (ses parents sont décédés brutalement alors qu'il n'avais que 13 ans). Et c'est quand j'ai approché cet âge que je me souviens que la relation c'est vraiment dégradée... enfaite, lui n'a peut être pas changé au début, mais moi je suis entré dans l'adolescence et j'ai commencé à comprendre que ce n'était pas normal tout ça, j'ai commencé à me rebeller et forcemment ça c'est agravé, des 2 cotés.



iilune, ton témoignage m'a vraiment touché ... vraiment beaucoup.
Comme toi, tout les soir je guettais les cris, à tel point qu'il m'est déjà arrivé d'entendre la télé, et de sentir mon coeur s'emporter car je pensais que c'était mes parents.
Petite ce qui me traumatisait (et y a de quoi je pense) c'est les menaces de mon père, celles de tous nous tuer avec son fusil (même le chien :roll: ) et de se flinguer lui même après ... aujourd'hui encore, quand je rentre dans la chambre de mes parents alors qu'eux sont parti bosser, je regarde le lit (sans forcément y penser sur le coup) et j'ai peur d'y voir ma mère morte ...

Parcontre, moi je n'ai jamais eut peur de voir ma mère partir sans moi car elle m'a toujours dis que jamais elle n'abandonnerai, quand il y avait de grosses disputes, elle venait toujours me chercher pour essayer de sortir (il nous enfermait ...)
ça doit être horrible ... j'imagine la même chose, mais avec ma mère qui me lache, alors là .....


Moi aussi j'ai du mal à prendre des initiatives, je ne suis pas sur de moi, et très peu autonome ... je n'ai jamais pensé que ça pouvai venir de ma super éducation, pour moi c'est juste que je suis une "couille" sans caractère, pardonnez l'expression.


Moi j'ai un copain, depuis 3 ans, et je me rend compte que je lui mène la vie dur, j'aimerais qu'il soit parfais, qu'il s'éloigne le + possible de mon père.
Je râle tout le temps, et au début de notre relation, je faisait la tronche pour rien du tout, j'était capable de ne pas lui parler pendant 2 jours pour une futilité (je ne sais pas m'éxprimer, je ne sais pas dire ce qu'il ne va pas, c'est impossible pour moi, même si je m'améliore quand même depuis 3 ans).


Mon père m'a tout de même payé le permis, surement pour faire mieux devant les autres, mais il me le repproche sans arréts Il me repproche également de m'amener en cour (il passe devant pour aller bosser !) mais en même ne veux pas me payer le bus. Mais bon, je le comprend, même si il m'amène à contre-coeur et ne manque pas de me le faire payer, il peut se vanter à ses collègues de le faire.
c'est comme là, grâce à lui (piston) je travail cet été, quand il me l'a fait remarquer, je lui ai dit "merci" (quelle erreure) j'me suis fait rabaisser comme une m*rde ...


Enfin bref, malheureusement, je peux la deviner ta vie, et j'éspere que tu prendra une belle revanche. J'éspère à ton age être parti de chez moi, mais ça m'étonnerais ...

Merci beaucoup les filles :kiss:
102 ans 1277
Milmi a écrit:

Ma mère par exemple n'a jamais été câline, ne nous a jamais dit "je t'aime" et le disait même rarement à notre père en notre présence. Par contre, en partant de la maison, je me suis rendue compte de ses attentions (aussi parce que j'ai les mêmes pour mon mari) : quand je suis chez elle, elle me fait des plats que j'aime, je repars systématiquement avec de la bouffe dans la valise (des choses que je ne trouve pas dans ma région : j'ai failli remonter avec un magret de canard ce coup-ci, heureusement les 10h de train l'ont dissuadée, mais j'ai quand même remonté 2 melons), et souvent elle m'emmène faire les boutiques et me paie au moins la moitié des vêtements (et j'ai 30 ans!!)
C'est sa façon à elle de nous dire qu'elle nous aime, mais c'est contre son éducation profonde de nous le dire directement.



Je sais qu'elle m'aime, même si comme toi, elle ne le montre pas directement. En même temps je crois que je serai ... génée, je me voit mal prendre ma mère dans mes bras, c'est quelquechose qui ne se fait pas chez moi, parcequ'on ne la jamais fait...
Mais comme toi, elle me prouve qu'elle même, par exemple, si on fait les magasins à 2, elle va préférer m'achter 3 jeans à moi plutot que 2 à moi et 1 à elle.
Elle m'a toujours dis qu'elle ne nous abandonnerais jamais, mon frère et moi, qu'elle nous ferais passer avant tout et que jamais elle ne ferais de difference entre nous. Une façon de dire je vous aime ...
B I U