MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Témoignage sleevée après un an...

44 ans Paris 179
... ou presque.

Mon parcours a débuté il y a un peu moins de 3 ans. J'ai commencé par un psychothérapie chez un psychiatre. J'étais à l'époque en dépression, j'ai eu  
un traitement d'antidépresseurs et des séances à raison d'une fois par semaine, puis toutes les deux semaines, puis une fois par mois.
L'idée de tenter la chirurgie bariatrique était là depuis plusieurs années. Depuis ma puberté, j'ai pris inexorablement du poids et j'ai atteint le summum 3 ans après la naissance de mon enfant. Mon IMC était alors supérieur à 60.
J'en ai parlé à mon médecin traitant (qui avait eu la délicatesse d'attendre que je parle de mon poids pour l'aborder avec moi) et à mon psy.
J'avais suivi des tas de régimes depuis mon adolescence, pris des médicaments dont on connait la nocivité maintenant et qui sont interdit comme l'Isoméride. J'ai aussi fait des séances de mésothérapie, mais comme vous vous en doutez, rien n'a été efficace à long terme.
Il faut ajouter que je souffrais d'hyperphagie aussi, renforcée par ma dépression.
J'ai travaillé avec mon psy sur ma dépression d'où découlait mon rapport à la nourriture, et même si ce sont des choses qui restent toujours tapies dans l'ombre, prêtes à bondir quand on baisse les bras, je peux dire aujourd'hui que je vais beaucoup mieux sur le plan psychologique.
Mon poids était devenu un vrai handicap. Car jusqu'à un certain point, je ne souffrais pas de mon surpoids, j'étais mal dans ma peau par rapport au regard des autres, plus jeune, puis avec l'âge, j'avais appris à les laisser glisser sur moi, de toute façon, j'étais comme ça, je n'allais pas arrêter de vivre ma vie parce que je ne plaisais pas à certains !
Mais quand mon IMC est devenu très élevé, là, mon surpoids n'était plus un petit inconvénient avec lequel je devais composer, c'était devenu une véritable entrave à mon bien être et à ma qualité de vie. J'ai du adapter ma vie par rapport à ce handicap que représentait mon poids. Je ne pouvais plus marcher longtemps, je ne pouvais plus monter les escaliers à pieds, je ne pouvais plus me vêtir ou encore me laver toute seule, même ma vie intime avait du être adaptée. Ça n'était plus possible.
Après donc moult conversations avec mon psy et mon médecin, j'ai décidé de prendre contact avec un chirurgien.
Nous avons eu un premier rendez-vous. j'ai laissé s'écouler près d'un an avant de le recontacter. Il m'a expliqué toute la démarche, toutes les opérations possible, pourquoi il pensait que le by pass était le plus adapté à mon cas.
J'ai continué de voir mon psy ainsi que la nutritionniste de l'équipe pluridisciplinaire du chirurgien.
Puis, lorsque je me suis sentie tout à fait prête, j'ai recontacté le chirurgien.
A partir de ce second entretien, le délais n'a pas été long, mais si l'on considère le fait que j'étais en thérapie depuis près de deux ans et que je voyais une nutritionniste depuis un an (qui m'a réappris à manger. Mâcher, dans quelles conditions manger, tout ça...) finalement, la préparation était longue...
Je me suis finalement faite opérée en mai dernier. L'opération s'est bien déroulée, bien que mon chirurgien a opté pour ma sécurité en ne faisant pas un by pass comme prévu, mais une sleeve : Mon enfant étant né par césarienne, j'avais des adhérences au niveau des intestins et il jugeait dangereux de tripoter ceux ci qui sont particulièrement fragiles et qui auraient pu nous causer des soucis post op.
Donc, tout a été très bien.
J'avais un protocole alimentaire post opératoire que j'ai bien suivi, tjs avec la nutritionniste.
Puis en été je suis partie en vacances et j'ai arrêté tous suivis. J'ai arrêté de moi même mon traitement anti depresseurs, et les visites chez la nutri et le chir. Pourquoi ? Je me sentais bien et j'avais envie de passer à autre chose.
Pendant l'été, j'ai eu quelques soucis de vomissements. Je mangeais trop vite, j'étais parfois stressée...
Il y a encore quelques épisodes de vomissements mais ils sont extrêmement rares maintenant.
Je suis tjs ronde. Mais je ne me sens plus handicapée du tout. Mon IMC est à présent aux alentours des 40. Je perds beaucoup moins vite que pendant les premiers mois. En fait, je ne perds quasiment plus. Mais je me sens bien comme ça. Le but étant maintenant de ne pas reprendre de poids et de ne pas risquer de retomber dans mes travers hyperphagiques, je pense que je vais retourner voir mon psy...
Je ne suis pas mince, je ne le deviendrais sans doute pas, je n'ai pas fait ça pour ça, ce n'est pas un miracle.
C'est juste mon témoignage.
44 ans Paris 9866
3B: bravo, bon courage, bisous ;)
36 ans perpignan 140
merci de nous avoir fais partager ton parcours Fashionita ;)
peut etre aurai je le courage d'en faire autant je viens de feter mes 1 an de sleeve le 15 mars :lol:
48 ans Lorraine 4326
Merci pour ce témoignage intelligent :)
je te souhaite le meilleur .
44 ans Paris 179
Merci de m'avoir lue c'est très long...
36 ans perpignan 140
et alors plus c'est long plus c'est bon :lol:
B I U


Discussions liées