MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

suis je prete ?

C
32 ans 26
COUCOU

voila mon premier message sur le forum pour parler de moi !


voila ça fait quelques jours ou je me pose des questions

es ce que je suis prete à  
me détacher de la nourriture .
de ce controle quasi constant qui est ma principale activité de mes journées (courses , cuisine , réflexion , achat de bouquin en tout genre sujet de conversation)

ma principale préoccupation n'est pas mes examens qui approchent mais quesque je vais manger demain matin , à midi et ce soir . (et les 8 prochains jours ...)
je souffre de crise d'hyperphagie \o/ , je pense qu'elle venait d'une peur d'un manque mais la ...

et si mon rapport avec la nourriture comblait un vide mais aussi l'élargissait en crée une sorte de trou noire ou tout autre activité dépendait d'elle , puis disparaissait petit à petit ( ex je fais du sport seulement si j'ai a manger , oui maintanant que j'ai trop mangé je peux plus faire de sport)
je sais pas si vous me comprenez , mais une seule chose est sure c'est que j'ai peur de ne jamais réussir a me détacher , et de devoir continuer comme ca toute ma vie , parce que la je foire mes études , mon couple pâtit , ... ET je souffre .

je veux me détacher de ca , mais je ressent une certaine angoisse D'etre déja trop loin d'avoir atteint le point de non retour

VOILA merci .j'espere que c'est compréhensible Oo
35 ans ile de la réunion 1647
C'est compréhensible ne t'inquiètes pas.
La nourriture c'est vital c'est comme ça. Tu y accordes trop d'importance. Tu ne dois pas totalement te détacher de la nourriture mais moins y penser. Pourquoi t'embêter à réfléchir ce que tu vas manger le lendemain ?
Moi c'est pareil que toi j'ai que ça à faire de mes journées (avec le ménage et les papiers) mais je me prends pas la tête avec. Je vois qu'il est 19h, là je réfléchis à ce que je vais faire et des fois je mélange divers ingrédients en faisant des essais.
Manger c'est indispensable pour vivre, mais c'est aussi un plaisir. Ce n'est en aucun cas un problème ! Essaie de trouver une autre activité à faire. Il y a tant de choses à faire à part penser à la nourriture. Moi je peinds, je fais des meubles en carton etc, et ensuite je vois qu'il est midi passé et seulement là je pense à manger ! Et je me prends pas la tête j'ai faim je mange et voilà. Pour ensuite retourner plus vite à tes activités.
Si tu as du mal essaie de te faire suivre. Ou de faire des petits exercices. Pourquoi pas avec ton copain, lui apprendre à faire à manger ou bien il te bande les yeux et il te fais goûter diverses choses.
J'espere que ça t'aura un peu aider :)
48 ans Lorraine 4326
Bonjour crktte

Il y a aussi la possibilité que la nourriture te protege de quelque chose. Que le fait de te focaliser sur la bouffe, t'empeche , te protege de penser à autre chose qui fera peut-etre plus mal.

Tu sais la nourriture c'est un peu comme le tabac; l'alcool ou la drogue, on en prend, on sait que ca peut-etre mauvais, mais elle n'a a toujours une utilité.
donc on ne peut pas s'en debarasser comme ca , sans consequence .

Tu as deja pu parler de ton hyperphagie à un pro ?
44 ans 1896
ladybugette a écrit:
Bonjour crktte

Il y a aussi la possibilité que la nourriture te protege de quelque chose. Que le fait de te focaliser sur la bouffe, t'empeche , te protege de penser à autre chose qui fera peut-etre plus mal.

Tu sais la nourriture c'est un peu comme le tabac; l'alcool ou la drogue, on en prend, on sait que ca peut-etre mauvais, mais elle n'a a toujours une utilité.
donc on ne peut pas s'en debarasser comme ca , sans consequence .

Tu as deja pu parler de ton hyperphagie à un pro ?

C'est un peu ce que je voulais te dire: la nourriture doit avoir une fonction particulière pour toi, sinon tu n'y penserais pas tout le temps. Il serait sans doute intéressant de creuser ça avec l'aide de quelqu'un.
C
32 ans 26
coucou

merci de vos réponses aussi rapide


si je devais répondre quelque chose rapidemenr :
J'ai réelement commencé à prendre du poid lorsqu'au lycé c'était pas ca (absenteisme ,..j'étais trés maigre et donc avait 20KG devant moi)
LA FAC FUT UN ECHEC POUR MOI (et j'avais un petit ami que je ne supportais pas et que je n'arrivais pas à ''dégager"
et la je pense que j'ai dépasser l'imc normal ...)

Et maintenant que j'ai entrepris des études qui me plaisent (la nourriture m'obsede tellement que j'ai plus le temps de m'y consacré réellement.donc cette obsession cache t elle ma fénéantise ?)

merci beaucoup .(j'avais peur que ca reste sans message , mais l'écrire m'a fait un bien fou !)


@psycho j'essaie de le faire je me dis bon ty pense quand t'auras faim .... mais j'ai peur qu'il nyai plus rien dans mon frigo et me retrouve à manger n'importequoi et pas jusqu'a ma faim

mais demain j'applique ce que tu me dis : je ne penserai à manger qu'au momentou j'aurais faim (le frigo est pleins et le portefeuille aussi)et je mangerai ce dont j'aurai enVIE


PS : je compte allez voir un pro , jen avais déja vu avant quand j'avais 19ans mais je n'avais pas conscience d'un problème (maintenant un peu plus car je sais que je ne peux plus vivre comme ça)

je suis à l'étranger je vais voyager ces deux mois à mon retour je me renseignerai au consulat .
44 ans 1896
crktte a écrit:
LA FAC FUT UN ECHEC POUR MOI (et j'avais un petit ami que je ne supportais pas et que je n'arrivais pas à ''dégager"
et la je pense que j'ai dépasser l'imc normal ...)

Et maintenant que j'ai entrepris des études qui me plaisent (la nourriture m'obsede tellement que j'ai plus le temps de m'y consacré réellement.donc cette obsession cache t elle ma fénéantise ?)

Tes études t'intéressent et pourtant tu n'arrives pas à bosser? Déjà, première remarque, je ne crois pas que ça cache de la fainéantise. Je ne crois pas vraiment à ce concept, il permet juste cacher les vrais problèmes. Peut-être que penser sans cesse à la nourriture te détourne de la crainte de l'échec, ou au contraire de la crainte de la réussite.

Je m'explique.
:arrow: Crainte de l'échec: il est moins grave de rater ses études en n'ayant pas travaillé pour, on peut toujours se dire "oui, mais si j'avais bossé, j'aurais eu de très bonnes notes!" C'est une échappatoire, les éventuels ratés ont une explication toute trouvée.
:arrow: Crainte de la réussite: si tu réussis, tu vas peut-être devoir changer de vie, avoir plus de responsabilités que tu as peur d'assumer. Peut-être aussi que tu crains de mettre des proches en situation d'infériorité, et que tu as peur qu'ils ne s'éloignent de toi (si je réussis mieux que mes parents, mon conjoint, mes frères et soeurs, peut-être que les relations vont se détériorer avec eux?)

Ces réflexions sont tirées des divers bouquins et articles que j'ai lus sur la procrastination, car moi aussi j'ai toujours eu un problème pour me mettre au boulot, y compris sur des sujets que j'aime beaucoup. Et si ce n'est pas la nourriture, on trouve toujours des stratégies d'évitement. Donc il faut creuser non seulement pour régler ton problème d'hyperphagie, mais aussi pour éviter qu'il ne se reporte sur autre chose.

C'est une bonne chose que tu aies décidé d'aller consulter, vas-y, et ne te laisse pas décourager si jamais ça ne marche pas au premier rendez-vous, il faut parfois insister.

Ce que tu peux faire pour l'hyperphagie, en attendant un travail plus approfondi: essaie de ne pas culpabiliser, ça ne fait que renforcer le problème. Savoure ce que tu manges, en toute conscience, et quoi que ce soit. Il est aussi honorable de manger une crêpe au chocolat qu'une soupe aux poireaux. Quand tu manges un aliment à un instant T, tu dois avoir une raison de le manger, même si tu ne la connais pas. Le plus important n'est pas ce que tu manges, mais ce que tu ressens avant, pendant, et après avoir mangé.
V
35 ans 48
Thanks Maiadi :D
C
32 ans 26
merci (j'ai lu ta réponse dés qu'elle a été posté temps de réflexion)

si tu as des livres a me proposer déja j'ai commencé à me faire à l'idée que je maigrirais peut -etre pas et je peux te dire que même si c'est pleins de regret , je me sens libre (peut etre que le juste mot n'est pas regret fin je ne trouve pas le mot c'est pas une fatalité mais bon je sais pas ) et je peux te dire que je suis pressée d'etre à dans deux mois pour consulter vous lire (pas que sur ce topic hein) m'a donné envie ''dautres choses"

je ne culpabilise pas pendant les crises , sinon je décide de manger quand j'ai faim (j'impose mon rythme de repas , avant c'était dés que mon copain rentré du boulot même si la derniere crise datait d'une demi heure, maintenant je réfléchis : j'ai faim ? et je mange en conséquence) et je finis pas obligatoirement mon assiette même si c'est bon bref (en deux jours peut on parler de changements , mais en tout cas de bonne résolutions plus envie de me retrouvé dans un état anesthésiant-végétatif ou tu attends que ton ventre ne te fasse plus mal ...pour recommencer à manger )

ps : aujourdhui mini crise le matin fin à 11H , d'habitude j'aurai mangé à 13H (par normalité voir 12H ) la non 15H30 je suis sortis :restau jai mangé 1/4 de mon assiette j'ai demandé que les reste soit à emporté (ce qui a fait un heureux à la maison )
il est 19H (heure locale ) j'ai envie de concombre oO

BISOUS à toutes (et merci à celles , souvent les même pseudo qu'on retrouve qui prennent le temps d"écouter geindre des inconnus ;) , ca aide)

bref merci

ps oublie pas pour les livres :)

et plus de menu
44 ans 1896
Comme livres, tu peux lire ceux de Zermati et Apfeldorfer. Connais-tu le site du gros? C'est très intéressant aussi.

Je trouve à l'instant une petite bibliographie sur ce blog:
pour aider à avoir une vision globale du comportement alimentaire :
- Mangez en paix de Gerard Apfeldorfer,
- Maigrir sans regrossir, est-ce possible, de Jean-Philippe Zermati

de façon plus ciblée, pour comprendre le rôle des émotions dans les prises alimentaires :
- Lorsque manger remplace aimer, de Geenen Roth
- Les kilos émotionnels, de Stéphane Clerget
- Gérez vos émotions, perdez du poids, de Roger Gould (un peu compliqué à utiliser me semble-t-il)

pour se détacher de l'obsession de la minceur,
- A 10 kilos du bonheur, de Danielle Bourque.

Pour ce dont j'ai parlé, c'est-à-dire la peur de l'échec ou de la réussite, j'ai trouvé ça dans Comment ne plus être en retard, de Jane B. Burka et Lenora M. Yuen. Ça parle aussi de la procrastination comme moyen de garder un certain contrôle sur sa vie, et d'autres choses encore, comme des méthodes pour lutter contre cette foutue procrastination (mais je n'ai jamais fini de lire cette partie-là... :roll: )

Je me rappelle aussi avoir lu des articles sur ce sujet dans Psychologie Magazine, et dans Cerveau et Psycho.
C
32 ans 26
Coucou les filles (1 ans déjà !!)

Je voulais revenir pour vous remerciez . C'est sympa d'avoir une écoute et des pistes de reflexions des gens qui prennent le temps de vous lire et BIEN conseillez .

Merci vous m'avez beaucoup aidé ;)
44 ans 1896
Tant mieux si ça t'a aidé! Je trouve très sympa de ta part de revenir donner des nouvelles un an après ;) .
B I U