MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Présentailles d'une nouvelle venue

43 ans 2
Merci à la modération de déplacer mon message vers la bonne rubrique, je ne la trouve pas après plusieurs recherches.
----------------------------------------------------------

Bonjour à toutes et tous,

Je viens pousser la porte de  
votre espace pour vous lire, ètre lue et comprise.

Je crois que je cherche encore l'état dans lequel je suis car je multiplie les phases d'euphorie et d'apathie, un peu comme la transition entre deux périodes de vie.

J'ai 33 ans, je pèse 81.2kg pour 1.70m et deux supers gamines que j'ai éduqué seule et depuis récemment (presque 2ans de vie commune et 4 de relation) un type dans ma vie.
Je suis entourée de connaissances avec qui je sors et quelques précieuses amies qui écoutent mes doutes.
Sauf qu'en ce moment, et depuis ma mise en "couple traditionnel", j'ai fait un espèce de burn-out : je me suis mise à déprimer passivement, en y mettant toutes les formes possibles (angoisses, insomnies, prise de poids) et je me suis mise à me mépriser.

Paradoxalement, je n'ai que rarement été "mal dans ma peau" au point d'en vouloir à ce corps et à cet esprit de ne pas se mettre en accord.
Je ne me trouvais pas repoussante ni physiquement, ni psychologiquement.
Je n'ai pas eu dans ma vie de mauvais regard sur les rondeurs, au contraire, j'ai toujours trouvé cela bien plus attrayant qu'une personne maigre, qui m'inquiète plus que qu'une personne grosse.

Mais dernièrement, j'ai atteints les limites de mon acceptation car je souffre et dans mon corps et dans mon esprit. Je me flagelle, je mange sans faim, n'importe quoi et à n'importe quelle heure, et je mesure chaque semaine les conséquences de mes actes : j'enfle.
La balance ne me contredit pas, j'ai pris 4 kilos en peu de temps.

Je ne me reconnais plus, je ne me trouve pas laide ou repoussante mais je ne me comprends pas.

Et le comble, c'est ma relation : mon ami qui m'a connu avec 14kilos de moins, avait de forts stéréotypes ancrés sur les canons de beauté physique; il a totalement changé sa vision des choses, et depuis, il a appris à me "cerner" et à aimer la personne dans l'enveloppe.
Et moi, je fonctionne dans l'autre sens : je devrais me sentir bien qu'il aime (et il dit trouver ça très beau, me voit "pleine de vie" et attirante). Eh bien non, je fonds dans la dépression passive, sans arriver à me bouger pour sortir de cet état.

Rhoo ce qui me dégoute le plus, c'est de geindre comme ça, sans que y changer quoi que ce soit: ni sport, ni prise en charge médicale pour sortir de mon état larvaire, j'ai envie de me mettre des coups de pied au c**
Je suis pourtant passée par des moments plus critiques et graves (j'ai survécu à un cancer) et des nébuleuses turbulentes quand je me suis enfuie de ma première relation violente.
Mais je n'arrive pas à redresser la barre, et je ne comprends pas ce que je traverse. J'ai honte, je suis à peine en sur-poids comme si entrer dans la case "ronde" je , je n'y arrivais pas, une vraie ratée quoi.


Désolée pour ces couinages, je ne sais pas faire autrement pour le moment.

Quoi qu'il en soit, merci de votre lecture. Pardon pour les clichés que je véhicule, je n'ai pas encore mis le doigt sur tout, et j'attends vos lumières ;)
A très vite, de vous lire.
31 ans Dans le sud ;) 5608
Je vais laisser des personnes plus expérimentées que moi te répondre , mais je tenais a te dire que tu es trés emouvante et que ton message m'a beaucoup touchée .

Je te souhaite énormement de courage et de bonheur pour la suite
45 ans Paris 9866
Bienvenue et merci pour ton message très touchant!

Le poids a l'air assez secondaire dans ta problématique, non? ne couves-tu pas une petite dépression? as-tu eu l'occasion d'en parler à un médecin?
29 ans 447
:lol: bienvenue, ton message est tres touchant, le faites que tu te qualifie de "ratée" je ne trouve pas sa bien, d'apres ce que tu ecrit tu as l'air d'etre quelqu'un qui a "survécu" a pas mal de chose, d'apres tes ecrit j'ai l'impression que tu est plutot une personne tres forte et non une raté, pour ton poid, le mieux est que tu t'accepte comme tu est et si tu te sent encore mal ensuite malgré sa,parle en a un medecin ;) :roll:
48 ans Lorraine 4326
Bonjour Fridoucha , et bienvenue ici :)

Comme Poupoule , je pense que ton poids est un souci secondaire. Ce n'est sans doute pas le plus urgent à regler hein ;-)
Ta prise de poids est "juste" la consequence de ton comportement alimentaire , comportement qui traduit ton mal-etre.

Ce que je retiens c'est que relies ton debut de mal-etre avec ton debut de vie commune .Peut-etre que cette installation avec ton homme a reveillé d'anciennes peurs ? D'autant que tu dis avoir connu a violence conjugale .
As-tu dejà vu un psy ? Pour parler de cette ex violence, de ton cancer ? Y'a un moment, à force d'accumuler plein de stress, ca finit par craquer ...

bon courage à toi :kiss:
39 ans Houilles 381
Bonsoir !

Bienvenue à toi ! :D

Ce que tu décris ressemble en effet à une dépression...

Je connais, je suis passée par là APRES avoir vécu des moments pas drôles...

Je pense tout simplement que tu te relâche enfin, après t'être longtemps battu, pour élever tes enfants, contre ton cancer, etc...

Ton esprit se relâche, tu es en confiance, sereine, et le mal être et la dépression que tu refoulais jusqu'à présent car tu n'avais pas le temps pour ça, te tombent dessus.

Je suis pas psy, (mais j'en ai vu plusieurs qui m'ont dit la même chose). Ça peut être une piste pour toi, non ?

Prends soin de toi, et au plaisir de te lire au détour du forum ! ;)
43 ans 2
Merci pour vos réponses, et votre attention.

En effet, je crois que je cache une dépression mais je ne vois pas à quoi elle correspond, à quel stade de douleur j'en suis.

Bilan, j'ai toujours des soucis d'estime et de mal-être mais je dissimule ça derrière une vie plan-plan sans faire de vagues.

Je progresse malgré tout, j'envisage d'en parler à mon médecin même si l'étape va être dure à franchir.

Question poids, en effet, je crois que là aussi vous avez raison : je m'enlise là-dedans pour dissimuler le reste.
Comme ça, on ne voit que ça et moi je continue de me trouver des excuses, pour ne pas me prendre en charge.
Quand je dis que je suis une râtée, c'est que je n'arrive même pas à me sentir bien quelque part, ni en maigrissant, ni en étant ronde, grosse ou que sais-je.
Je suis devenue apathique on dirait parfois.

Je vais essayer de me faire un programme, à voir si je m'y tiens :roll:

Merci de votre générosité et votre accueil sur ce forum.
32 ans valenciennes 585
tout d'abord : bienvenue sur le forum
tu as fait le bon choix en t'inscrivant ici il y a des tas de gens supers intéressants à lire, et enormément d'excellents conseils =)

pour ton "souci" je pense qu'effectivement il faut que tu arrive à cerner ce mal être qui te pousse vers le bas.
la théorie de ladybugette me parait plutôt plausible, tu as vécu des moments douloureux lors de ta derniere expérience de vie commune avec un homme, et meme si tu nen a pas conscience tes vieux fantômes reviennent te hanter, t'empêchant de profiter de ce qui devrait te rendre heureuse et pleine d'enthousiasme...
tu as survécu à un cancer, fait face a un compagnon violent ce doit etre le contrecoup de ces expériences qui te fais basculer dans la dépression, parles en a ton medecin, ou si tu as peur d'evoquer ça avec lui essaie d'aller consulter un psychologue (mais ton médecin peut te conseiller un praticien digne de ce nom qui sera ptt plus fiable qu'un numéro au pif dans l'annuaire)

en tous cas ton message est très touchant, je te souhaite la bienvenue et espère que tu trouvera ici de bons conseils qui taideront a te remettre sur pied ! :kiss:
52 ans Var 2447
Comme les autres j'ai trouvé ton message très touchant.

Moi j'ai envie de te dire que tu t'es tellement battu dans ta vie (contre un mari violent, devoir élever deux filles seule, vaincre un cancer...) que ta stabilité actuelle....te déstabilise justement!!!

Tu sais comme quand on est habitué à se prendre des claques dans la vie. Une fois que le bonheur semble s'installer, on se dit:"non c'est pas possible. Qu'est-ce qui va me tomber sur la tête maintenant?"


Fridoucha a écrit:
Question poids, en effet, je crois que là aussi vous avez raison : je m'enlise là-dedans pour dissimuler le reste.


C'est quoi le "reste" pour toi? Creuses sur ce qui te pousse à te "remplir" ainsi.
Quand tu étais dans ces difficultés, tu mangeais comme ça aussi? Tu te dévalorisais tout comme maintenant?
Qu'est ce qui te pousse à être autant négative envers toi?

Parce que, excuses-moi, passer par où tu es passé cela demande quand même une certaine force... ;)
B I U