MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Syndicalisme aujourd'hui ... Cela a-t-il du sens pour vous ?

62 ans Avignon (84) 116
Que pensez vous du syndicalisme aujourd'hui ? Comment faites vous la différence entre une organisation et une autre, comment l'évaluez vous dans son efficacité ; en fonction de quoi, plutôt  
ses dogmes fondamentaux, plutôt son Histoire, enfin plutôt ses actions récentes face aux reculs sociaux actuels ?
J
38 ans Paris 1842
Fondamentalement, je suis très attachée au syndicalisme.

En pratique, c'est autre chose.

Etudiante, j'étais très investie dans mon université. Et là, je dois dire que les réactions et positions des syndicats enseignants et biatos me laissaient souvent perplexe. Il y a une façon de refuser la réalité, de considérer par ex que l'on doit voter en CA des positions qui sont illégales, une certaine façon de préférer le dogme à l'efficacité et un sectarisme qui m'ont beaucoup déçue.

Ensuite, j'avoue, mon petit côté soc-dem et moi, on aurait tendance à préférer la modération et le pragmatisme au positionnement idéologique dogmatique. Je le comprends, mais ce n'est pas ma tasse de thé.
34 ans 3267
Une position que je partage: attachement aux syndicats, mais plutôt partisane du pragmatisme... Pour les syndics étudiants, ayant vécu deux moments très importants ( CPE et réforme des universités) c'est vrai qu'il y a parfois une certaine dureté, je m'explique: je me rappelle d'AG où on votait à mains levées, donc beaucoup de pressions ( et ceux qui avaient suggéré un vote à bulletins secrets plus démocratiques ont été traités de lâches) et d'un cours de prépa agreg interrompu par des membres du syndicats qui a perturbé toute l'heure pour qu'on aille à une autre AG... Il s'agit de défendre les droits du travailleur/étudiant ( et je ne remercierai jamais assez le mien pour ça), pas de leur imposer une pensée unique.
62 ans Avignon (84) 116
bonjour,
je suis militant syndical, très impliqué puisque j'y consacre tout mon temps professionnel et une partie de mon temps de vie privée.
Je crois de mon côté que notre destin n'est pas le fait de la fatalité mais bien des actions que nous produisons. Certes il faut rester objectif, notamment dans ce que nous sommes face aux pouvoirs immenses des lobbies, quels qu'ils soient...
Toutefois se résigner est quelque chose que je refuse, comme disait "l'oncle Ho" pendant la guerre d’Indochine au français colonisateurs : " Je ne gagnerai pas cette guerre, mes enfants non plus, mais qui sait, peut être mes petits enfants seront-ils vainqueurs..."
Ainsi, même si je suis un grain de sable dans le désert, je ne m'estime pas le droit de condamner les générations de demain à l'asservissement total et à la perte de leur dignité d'humain.
Je suis un quinquagénaire, ceux de ma génération à contrario des précédentes n'a pas eu à se positionner dans des conflits de masse, nationaux ou entre nations, je me dis que perdre ma combativité par facilité ou à cause de d'une époque qui a vécu sans heurts majeurs serait une lacheté. Et je ne crois plus au père noël depuis longtemps, les discours d'embrigadement me laissent froid, ceux plus émollients des politiques encore plus ..
Je milite avec Force Ouvrière.
Amicalement à toutes et tous.
La fripouille
B I U


Discussions liées