MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

De moi à vous...

Bonsoir,
Je ne sais pas vraiment par où commencer.
Je ne sais pas non plus pourquoi je suis sur le point de vous dire ce que je ressens. Pas que  
je pense que vous ne soyez pas capable de comprendre, oh non, mais plus parceque je suis désespérée qu’il y ait un changement dans la façon que j’ai de ressentir les choses et dans ma vie.

Je suis désolée, cela va être long mais je crois que j'ai besoin de sortir ce que j'ai sur le cœur aussi. Désolée.

Je suis une femme d’une trentaine d’année.
J'ai un IMC de 36.

Que dire de plus ?
J’ai toujours eu des épisodes dépressifs depuis mon adolescence. Je souffre de TOCS depuis plusieurs années.Il m’est très difficile de sortir de chez moi. J'ai fait deux passages d'en tout une année environ en hôpital psychiatrique lors de ces 3 derniers années.

Je suis suivie psychologiquement parlant par un psychiatre et une psychologue depuis plusieurs années et ce hebdomadairement.

Bien évidemment j’ai perdu mon emploi car occupant un poste à responsabilité, mon employeur ne pouvait plus accepter ces absences, ce que je comprends très bien.

Je suis célibataire, pas d’enfants, pas d’amis car j’ai énormément déménagé (et que j’ai évidemment des blocages et les TOCS. Ma dernière relation date de 2 ans. On y a mis fin car il ne se voyait pas être en relation avec une dépressive.

J'ai beaucoup travaillé avec mes thérapeutes sur différents aspects et j’ai pris conscience d’énormément de choses mais il y a encore tellement de choses… J’ai l’impression que chaque porte ouverte découvre des portes à ouvrir. J’ai l’impression d’être dans un tunnel sans fin où je ne vois même plus d’ouvertures pour reprendre mon souffle.

Depuis 3 ans j’ai essayé plusieurs molécules chimiques (neuroleptiques...). J’ai pris énormément de poids, une trentaine de kilos. J’ai déclenché des crises d’hyperphagie. Pas la peine de vous dire que physiquement je le vis très mal. Ce qui explique mon IMC actuel de 37.

Je ne me suis jamais sentie bien dans ma peau (même si rétrospectivement j’étais objectivement pas mal quand je revois des photos) mais là je me déteste.
J’en viens à envier les anorexiques que j’ai pu côtoyer lors de mes hospitalisations. Je sais c’est stupide, mais je n’y peux rien. J’en veux quand même beaucoup aux médecins de m’avoir laissé prendre tellement de poids. Je n’avais pas besoin de ça, je me sentais déjà tellement mal.

Bon on ne va pas se mentir. Physiquement je ne sais pas comment je peux attirer quelqu’un. Je ne dis pas que les personnes obèses ne méritent pas l’amour mais bon, la graisse n’est objectivement pas attirante surtout quand elle est très mal vécue.

Et puis mentalement… qui voudrait d’une nana dépressive, au chômage… Là aussi je comprends et je ne leur en veux pas.
J'ai cependant parfaitement conscience qu’il ne faut pas que j’attende de quelqu’un qu’il me fasse aller mieux. C’est mettre trop de pression sur la relation et prendre le risque de s’écrouler une fois qu’elle prendra fin.

Bref, je suis désolée de vous raconter ma vie mais c'est pour vous expliquer un peu ma situation...

Hier j'avais RV avec mon généraliste avec qui je m'entends très bien et qui est au courant de tout mon "parcours".
Il y a eu l'épreuve de la balance.
Alors que depuis un mois et demi les crises d’hyperphagies avaient presque disparues et que je mangeais déjà moins pendant les repas hors crise, bam 5 kilos de plus sur la balance.
Manges (sic...) toi ça!
J'ai évoqué le sujet de l'anneau. Elle m'a dit qu'en ce qui la concernait elle était d'accord mais qu'il fallait que j'en parle à ma psychiatre pour qu'elle l'autorise et que je vois également une endocrinologue.

Et là je me suis écroulée...
Et depuis je tourne en boucle.
Je suis persuadée que l'on va me le refuser.
Parce que mon IMC n'est que de "36"... comme s'il fallait que je prenne encore des kilos pour être prise en charge...
Parce que je suis dépressive... comme si le fait d'avoir l'impression d'être un tas de graisse ne me maintenait pas dans la dépression...
Parce que je suis sujette à des crises d'hyperphagies... alors que je fais tout pour les amoindrir...

C'est super dur à vivre...
Je sais même pas si je suis capable d'entendre un refus...
Je pense que je ne le supporterai pas...

Je ne peux pas en parler à mes parents car ils ne le comprendraient pas. Alors je me dis que peut être ici on pourrait me comprendre...

En tout cas, merci de m'avoir déjà lue. C'est déjà beaucoup.
je t'ai lu tôt ce matin et je ne trouve toujours pas les mots pour te répondre.

je t'assure juste d'une chose: l'anneau est une grosse merde qui a démontrer bien trop souvent son inutilité et sa dangerosité.

je ne pense pas que tu supporterais un échec à ce stade.
39 ans Sous les pins!!! 7782
la seule chose que je peux te dire c'est que je pense qu'une opération ne sera pas la solution miracle à tes problèmes. Certe ton poid et ton physique te fait souffrir mais ce n'est pas parce que tu maigriras que tous tes problèmes s'envoleront comme par magie.
Si le courant passe bien avec ton psy parle lui de ton projet et tu verras ce qu'il te dira. Mais effectivement si déjà tu as peur de pas supporter un refus je te dirais de ne pas te lancer la dedans car un echec pourrait te faire bien plus de mal.
En tout cas, bon courage et regarde un peu les témoignages de filles opérées et tu verras que c'est loin d'être une solution à tout.
46 ans LORRAINE 54700 279
courage minoucat je n ai pas de mots bien précis pr te répondre mais je t envoie plein de bisous de réconfort je connais ce que tu exprime et sais combien c est difficile a vivre au quotidien(la dépression)etc... ,méme si c est pas facile reprend un peu confiance en toi, fais toi toute jolie et essaie de sortir un peu ,je suis sure que tu es toute mimi méme avec quelques kilos en plus ,allez courage mademoiselle çà va aller mieux :)
:kiss: ,agnés
Merci,
merci d'avoir pris le temps de me lire et de me répondre.

Je sais malheureusement bien qu'une opération ne serait pas la solution à mes problèmes, j'en ai parfaitement conscience mais comme je le disais à ma psychiatre la dernière fois, déjà si je n'avais plus ou moins même ce problème de poids, j'aurais un souci en moins...

J'ai parfaitement conscience des difficultés que l'on rencontre une fois opérée (j'ai deux amies qui se chargent de me le répéter) et aussi des complications potentielles (pour une d'entre elle, cela a été le cas. L'anneau s'est trop re serré une fois sous l'effet d'un choc psychologique - elle a maintenant l’œsophage extrêmement irrité).

Mais c'est vrai que comme je vous disais, je ne sais pas comment je prendrais un échec, même si c'est une simple réponse de non acceptation de la part des médecins. Mais d'un côté mes amies dont je parlais ci-dessus me disent de faire le nécessaire et que je verrai bien.

En tout cas je continue à vous lire et me documenter, je me dis que ce n'est jamais une perte de temps.

Et je vous remercie une fois de plus pour votre gentillesse.

Bonne nuit et pensées positives à vous !
B I U


Discussions liées