MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Terreurs nocturnes : que faire ?

35 ans Doubs 1677
Mon petit bonhomme va sur ses 14 mois.

Il a commencé à faire ses nuits à à peine 1 mois.
DOnc, à part en cas de maladie, on est habitué à avoir  
un ptit homme qui est heureux de retrouver son lit le soir et qui n'a jamais pleuré lors du coucher...

Mais, depuis mardi dernier (simple hasard ou coïncidence, jour du retour de nos vacances en famille), petit Mr ne veut plus dormir le soir...
Dès qu'on le couche, il hurle, pleure, transpire, se lève dans son lit...
Jeudi soir, il a passé 2 heures à hurler, pleurer... je ne savais plus quoi faire, je l'ai bercé, relu des histoires, essayé de le rassurer, mis une veilleuse, donné du doliprane... Dès que je sortais de sa chambre, c'était la cata...il a fini par s'endormir d'épuisement.
Hier soir, on a eu le droit a seulement 10minutes de "râle", il s'est endormi, mais s'est réveillé à minuit en hurlant...je l'ai retrouvé debout dans son lit, comme paniqué :(
Je l'ai pris dans mes bras, je lui ai fait un énorme câlin, je l'ai bercé, rassuré....il a hurlé pendant 5 minutes, dès que j'suis sortie de sa chambre.

On a un rituel pour le coucher, depuis sa naissance. On lui lit 4 histoires, on lui fait chacun un énorme câlin, on lui dit bonne nuit, ainsi qu'à tous ses doudous dans son lit et on lance le mobile...

Là, je me sens démunie. J'ai l'impression qu'il est angoissé à l'idée de s'endormir le soir, et qu'il est malheureux car je ne reste pas avec. Mais pour nous, il est hors de question de le prendre dans notre lit.

Avez vous vécu ça avec vos petits ? Qu'avez vous fait pour remédier à ces crises ? Cela a t il duré longtemps ?
N
45 ans Région parisienne 343
je suis passé par là avec ma fille de 4 ans maintenant.
elle a fait ses nuits à 10 mois, on a enchainé pratiquement avec les terreurs nocturnes (hurlement pendant la nuit, panique) et enfin les cauchemars...
les terreurs ont duré environ 5 mois...
En fait à part la patience...
le rassurer...
... en parlant de patience, ma 2eme de 2 ans ne fait toujours pas ses nuits (heureusement pour l'instant elle ne fait pas de terreurs!)
courage, ça passe...
34 ans 2879
papaillette a écrit:

Jeudi soir, il a passé 2 heures à hurler, pleurer... je ne savais plus quoi faire, je l'ai bercé, relu des histoires, essayé de le rassurer, mis une veilleuse, donné du doliprane... Dès que je sortais de sa chambre, c'était la cata...il a fini par s'endormir d'épuisement.

Je l'ai fait et je pense a posteriori que c'était une erreur : lorsque c'est l'heure de dormir, je ne rallume plus, je ne lis pas d'histoires...Je le rassure mais je ne fais rien d'autre. Et l'âge avançant je le rassure de plus en plus par des paroles, par une présence que j'essaie de rendre plutôt ponctuelle que continue.

Je ne veux pas qu'il se sente seul, mais je ne veux pas non plus lui faire passer un message autre que "C'est l'heure de dormir, et tu es fatigué. Tu n'as rien à craindre ici, j'ai confiance en toi pour réussir à dormir."

Ca ne m'empêche pas de faire des gros câlins quand je le sens bouleversé.
Maintenant, j'avoue que je ne sais pas exactement comment procéder quand il pleure en continu.
J'essaie de revenir régulièrement, de montrer ma présence et mon affection, mais j'avoue qu'au delà de 20 minutes de hurlements je lui dis que je ne suis pas loin et je le laisse un peu (pour mieux revenir plus tard, mais serait-il nécessaire en fait de rester 2h à endurer avec lui ses pleurs, j'avoue que je ne sais pas).

Et si le soir et le fait d'avoir les parents là ça lui permettait de décharger aussi toute sa journée ?
En ce moment mon fils fait des crises de larmes, c'est ce qui m'y a fait penser.
44 ans région parisienne 5831
C'était Saralou qui racontait qu'elle passait une partie de la nuit à côté de son fils qui avait des terreurs nocturnes. La psy lui avait dit qu'en faisant cela, elle confirmait à son fils que c'était effectivement dangereux pour lui de dormir seul. Du coup, ça n'arrangeait pas les choses au contraire.

je crois qu'effectivement, on veut bien faire en rassurant l'enfant, mais à force de le faire trop, on lui fait finalement passer le message qu'il a raison d'avoir peur! :?

Okapi a écrit:
Et si le soir et le fait d'avoir les parents là ça lui permettait de décharger aussi toute sa journée ?
En ce moment mon fils fait des crises de larmes, c'est ce qui m'y a fait penser.


Tu as lu pleurs et colères d'Aletha Solters? Elle parle justement des pleurs de décharge.

Perso, mes deux filles font de temps en temps des pleurs de décharge, c'est variable en fonction des émotions qu'elles ont eu dans la journée. Je les prends dans mes bras et je les caline pendant qu'elles pleurent. En général, c'est radical: quand les pleurs sont finis, elles sont beaucoup plus calmes et apaisées.
34 ans 2879
mamykro a écrit:

Okapi a écrit:
Et si le soir et le fait d'avoir les parents là ça lui permettait de décharger aussi toute sa journée ?
En ce moment mon fils fait des crises de larmes, c'est ce qui m'y a fait penser.


Tu as lu pleurs et colères d'Aletha Solters? Elle parle justement des pleurs de décharge.

Perso, mes deux filles font de temps en temps des pleurs de décharge, c'est variable en fonction des émotions qu'elles ont eu dans la journée. Je les prends dans mes bras et je les caline pendant qu'elles pleurent. En général, c'est radical: quand les pleurs sont finis, elles sont beaucoup plus calmes et apaisées.

Non, je ne l'ai toujours pas lu, mais par contre j'ai emprunté "Comprendre les besoins de votre enfant" du même auteur et c'est vrai que ça donne des repères.

Je crois qu'on reconnaît bien les pleurs de décharge à ce que l'enfant se tortille dans tous les sens (mais sans violence) ; d'ailleurs je n'arrive pas à le garder dans mes bras, elle est marrante elle.

Quand ce n'est pas des pleurs de décharge, je pense donc qu'il vaut mieux faire du ponctuel pour rassurer l'enfant.
Quelques caresses sur la tête, des paroles douces, et revenir le voir un peu plus tard pour qu'il ne pleure pas dans le vide.
Mais lui montrer que la voie est celle de l'endormissement. Si on garde ce cap en tête, je pense qu'on se disperse moins, qu'on panique moins face à un enfant qui a des réticences, et qu'on peut arriver à le guider sans le heurter, mais assez fermement pour qu'il se sente contenu.
44 ans région parisienne 5831
Moi, ce qui m'avait le plus aidée, c'est cette phrase:

"On n'endort pas un enfant, il s'endort toujours tout seul, qu'on soit ou non à côté de lui."

Ca m'avait aidé à comprendre effectivement que ce n'était pas l'aider à s'endormir que de rester près de ma fille, parce que, de toutes façons, c'était elle qui allait s'endormir, moi, je n'avais pas le pouvoir de la faire dormir.
35 ans Doubs 1677
Euh....merci, mais mon post datait de septembre et en fait, cela n a duré qu à peine 1semaine. Je pense que c était dû au retour des vacances, le fait de devoir retrouver son environnement.
Depuis, il refait parfaitement bien ses nuits. Couché à 19h30 pour être réveillé à 7h00, sans jamais se réveiller (sauf quand une prémollaire pointe le bout de son nez)
B I U