MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

L'estime de soi

34 ans 3170
Il n'y a pas vraiment de question mais juste un échange^^

Lorsque je travaillais avec les enfants et qu'ils faisaient un dessin par exemple, j'avais tendance à utiliser des superlatifs pour  
dire que le dessin est superbe et ainsi donner confiance en soi chez l'enfant.
On m'a donné une autre méthode que je trouve très intéressante :
L'estime de soi ne doit plus se chercher à travers l'autre l'autre mais chez soit, par exemple on ne dira plus :
- Ton dessin est magnifique !
mais :
- Comment trouves-tu ton dessin ? Est-ce que tu es fier de ce que tu as dessiné?

L'idéée c'est que l'enfant ne dépende plus du regard des autres pour s'aimer mais qu'il cherche ça par lui-même.

Je ne sais pas si c'est clair ;)
40 ans 04 5576
C est une bonne idée mais je pense qu un mix des deux est utile aux plus petits. La self estime est importante mais les petits ont aussi besoin de se raccrocher au monde qui les entoure.

Bon après je n ai pas d enfant et n en fréquente quotidiennement que durant mes vacances mais si je connais bien mon filleul, il cherchera mon approbation avant de se prononcer. Il a trois ans.

Et si tu es claire :lol:
34 ans 3196
Je crois que cela rejoint un peu un des principes de Montessori : ne pas féliciter du résultat (sinon à la longue l'enfant cherche à "faire bien" pour recevoir une approbation extérieure) mais encourager l'effort.

Je trouve bonne l'idée de l'auto-évaluation, c'est très intéressant Chantillyfraise :)
47 ans grenoble 159
oui c'est vrai que c'est pas mal ca... je suis en plein dedans avec mes ptits de 3.5 et 5.5 et ils sont en pleine recherche de mon approbation quand ils dessinent,ou font des réalisations à base de kapla ou légo... à tenter de temps en temps.. oui ca me plait bien ;)
34 ans Orgrimmar 6511
Pareil, je trouve ça très intéressant. (pas comme mon commentaire ><)
45 ans région parisienne 5831
Yuutsu :lol:

Perso, je suis pour. Je dis régulièrement à ma fille des choses comme ça. Pour autant, je ne lui dis pas que des trucs comme ça, je m'extasie aussi à titre personnel sur ses créations, et je trouve ça important aussi.

Je ne crois pas que rechercher l'approbation des autres soit "le mal": on est une espèce sociale, c'est normal que, pour nous, l'approbation des autres soit quelque chose d'important. Les rapports humains en sont bourrés, et à mon avis, très rares sont les personnes qui n'ont jamais besoin de l'approbation des autres.
33 ans Golbey 859
Je trouve l'idée très intéressante, je crois que je vais essayer...
34 ans 2879
Je trouve aussi ça intéressant. Et puis, si on s'extasie trop facilement, il y a des chances pour que l'enfant se dise que c'est du flan, ou qu'on n'attend de lui rien de particulièrement recherché...

J'aurais tendance à m'extasier quand je le ressens, ou que je sens qu'il s'est vraiment bien appliqué (ce qui m'extasie en tant que tel même si ça n'est pas dans les canons de l'esthétisme) :)

J'espère que cette expression n'est pas si contre-productive parce que j'aime bien dire ce que je ressens.
Et si je ne ressens pas d'extase, je pense pouvoir tout de même parler avec lui de manière positive autour de son oeuvre, et ce parce que tout de même ça m'intéresse ce que fait mon bonhomme ^^

(Bon, mais je vais reréfléchir à la question, avec ces éléments que vous apportez ; je vous donne mon impression sur la question à l'instant t)

Sinon, je me demande dans quelle mesure l'affichage (encadré) dans la maison peut être positif ou inhibant...
34 ans Orgrimmar 6511
Okapi: à mon sens, si tu affiches tout ce qu'il fait, il va comprendre au bout d'un moment que c'est surtout parce qu'il est ton fiston qu'il a droit à autant de compliments, et pas parce qu'il fait des choses intéressantes^^
S
85 ans 4896
mon expérience de maman me fait dire que chez nous, c'est un mélange des deux qui a fonctionné.

Tout petits ,je me suis toujours extasiée, pas pour faire semblant mais tout simplement car leur pere et moi étions en admiration devant la moindre chose qu ils faisaient, on s en fichait de savoir si c'était le développement "normal" d'un enfant, on était gaga.

Ensuite, tout dépend si on parle de dessins uniquement ou de manière globale.

Pour les dessins, j avais toujours un discours positif, sans dire pourtant de manière automatique, sans regarder réellement "c'est très joli mon chéri".

Déjà, je demandais ce qu'ils avaient voulu dessiner car c'était pas toujours évident et ensuite je disais c'est bien, mais quand ils sont devenus plus grands je leur demandais également "et toi, tu le trouves comment, car tu sais maman n'est pas toujours objective devant tes dessins".

C'est quelque chose dont on a parlé pas mal au début de l'adolescence, le fait que j'ai tendance à etre pas objective par rapport à mes jugements sur eux. Vers 12 ans, je me souviens que mon ainé m'a dit qu'il savait très bien que je n'étais pas toujours objective mais qu'il appréciait pourtant ce coté là chez moi, mon second fils également.

Apres mon ainé devenu plus grand, j'ai adapté mon discours de manière différente, quand il me demandait de ne pas regarder avec mon oeil de maman par exemple. Pour son travail de maturité pour le bac, je lui ai donné mon avis tout en lui disant que c'était mon avis et que j'étais pas prof.

Mais je crois que c'est ma personnalité qui est comme cela, je déteste affirmer qu'un truc est pas beau, cela sera "cela ne me plait pas" .

On parlait beaucoup du fait que c'était important d aimer et de choisir ce qui leur plaisait pour le dessin par exemple et cela a donné pas mal de problèmes avec les profs de dessins à l'école car justement ils n'appréciaient pas toujours la manière de faire de certains maitres. Une fois, une maitresse a déchiré le dessin de mon second fils en lui disant c'est trop moche pour le garder.

Personnellement, n'étant pas artiste, j'ai une relation assez simplifiée avec le dessin, peut etre que si j avais une culture artistique j aurais eu une autre manière de faire.

De toute façon, quand ils sont petits, les enfants aiment plaire à leur parent, je crois que c'est inévitable.

Donc je pense que de dire à un enfant, "j aime bien ton dessin" n'empeche pas d'enchainer sur " et toi tu l'aimes bien ? ", .

Mais malgré tout il n'y a pas de recette type je pense, chaque parent doit faire avec sa personnalité, c'est à dire que si quelqu un pense que la critique positive est quelque chose d'important, meme pour un dessin, je ne vois pas le souci de le faire plutot que de faire semblant d'aimer toute production de ses enfants.

Si on a envie de s'émerveiller devant chaque gribouillis et d'en encadrer certains qui nous plaisent plus que d'autres, je crois qu il faut aussi le vivre de manière toute simple.

Mes deux fils ont une bonne estime d'eux, pour autant chez mon ainé les difficultés relationnelles avec le rejet de ce qu'il était à l'école a été quand meme bien difficile à vivre.

Je pense pourtant, maintenant qu'il va beaucoup mieux, que le fait d'avoir eu une base, un repère à la maison l'a aidé, c'est en tout cas ce qu'il nous dit maintenant que tout est devenu plus léger. :D
45 ans région parisienne 5831
Perso, je sais que ma fille a eu vraiment besoin qu'on s'extasie sur ses dessins, sinon, elle aurait peut-ête complétement laissé tomber, ce qui est dommage car elle adore le dessin et est objectivement très douée (j'ai vu l'ensemble des dessins de sa classe sur le blog de son école, et j'ai aussi lu les commentaires des enfants de la classe, et beaucoup ont plebiscité les dessins de ma fille).

A l'age de 2/3 ans, elle ne savait pas vraiment dessiner, mais elle avait envie de bien faire. Son papi dessine assez bien, et elle voulait dessiner aussi bien que lui, ce qui n'était pas possible, vu son âge. J'ai du lutter pour que le papi ne prenne pas systématiquement le crayon à sa place pour lui faire ses dessins (à la demande de ma fille).

En effet, ma fille se rendait bien compte que son trait n'était pas aussi assuré que celui de son papi, et il a vraiment fallu que j'insiste, que je lui dise que je trouvais ses dessin plus beaux que ceux de son papi (tout à fait sincèrement d'ailleurs), qu'elle était douée, que ses dessins étaient beaux...etc...

Sinon, il lui serait arrivé comme à mon mari: elle aurait fini par abandonner tout travail manuel. En effet, mon mari n'a pas été poussé par ses parents, étant jeune (ils lui disaient des chsoes du style: "c'est très bien pour ton âge, mais il faut encore t'entrainer et tu vas encore faire mieux") et de lui-même, il se rendait bien compte qu'il ne faisait pas aussi bien que les adultes. Du coup, il a complétement laissé tomber tout ce qui est manuel, c'est dommage quand même.

C'est pourquoi, même si je suis séduite par cette théorie permettant de développer l'estime de soi par soi-même au lieu de compter sur les autres, je suis certaine que c'est loin d'être suffisant. En tous cas, cela nécessite que les enfants aient déjà un certain âge, à mon avis.
35 ans 37 469
c'est pas inintéressant comme approche mais à mon sens s'extasier est aussi important parce qu'on est parent et qu'on ne doit pas attendre de notre enfant une performance, (ce qui n'empêche pas de l'encourager à s'améliorer et à progresser)
on est sa base de sécurité affective, la personne qui aura toujours un amour inconditionnel pour lui et de ce fait aimer tout ce qu'il fait même si c'est pas encore d'un niveau top parce que le risque inverse c'est de créer chez lui une crainte de n'être jamais à la hauteur face aux exigences d'un parent!! et perte de confiance et estime de soi bof...
S
85 ans 4896
je voudrais rajouter que je pense que pour moi, le role est différent en tant que parent qu enseignant ou éducateur de petit enfant.

Je rejoins toutes celles qui pensent que c'est important de s'extasier devant leurs enfants petits.

pour autant, on le fait selon sa personnalité. J'ai une personnalité assez extravertie pour cela, je ne joue pas un role, mon mari n'avait pas le meme phrasé du tout, c'était plus une question d'attitude chez lui.
40 ans Au pays des cigognes ~ 1629
Et puis soyons honnêtes ... tout c'qui vient de nos enfants est formidable. Même si ce sont les 1er dessins, que la tête est un bonhomme qui rivalise avec madame patate, qu'il est deux fois plus grand que la maison ou l'arbre à cotés et que bizarrement ton môme te voit toujours aussi épais qu'un fil de fer. :lol:

Je ne m'extasiais pas vraiment devant ces dessins, je me marrais beaucoup, mais du fond du coeur. Sans moqueries mais vraiment pour toute l'innocence de ce simple dessin et de tout le récital qui suivait. L'explication était tout aussi drolesque que le dessin.

J'ai jamais été la maman béate devant les dessins. Amusée oui. Intriguée également (mais où est ce qu'elle va chercher tout ça?). Je ne l'ai jamais gargarisé d'un vaporeux "c'est beau mon bébé" alors qu'elle gribouillait un truc. J'essayais d'en parler avec elle, de comprendre le dessin ou ce qui l'avait animé pendant qu'elle le faisait. Je crois que souvent mon attitude l'a poussé à se perfectionner.

Puis les dessins d'enfants sont devenus des dessins d'ados et là pour le coup mes discours ont changés et aujourd'hui je m'extasie devant ses petits chef d’œuvre (à mes yeux). Son regard critique et son sens aiguisé du détail me surprend. Elle a également diversifié son vocabulaire et l'échange que nous avons autour d'un dessin ou d'un écrit sont intéressants.

Mais parfois je me dis que ses dessins d'enfants auraient mérités peut être moins de "cérébralité" et plus de "cinéma" parce qu'elle cherche une certaine perfection, une certaine bénédiction dans mes yeux, alors que je souhaiterais qu'elle l'obtienne par elle même, pour elle même.

Les deux manières d'approches me semblent donc complémentaires et indispensables pour un tout petit, que nous soyons parents, enseignants ou éducateurs.
B I U