MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La mythomanie

M
43 ans Ici et là... 2039
Bonjour,

Connaissez vous cette maladie ? Ou quelqu'un qui en souffre ? Est ce que cela se soigne et comment ? Est ce que l'on peut finir par refaire confiance  
à quelqu'un qui nous a menti ?
G
50 ans 1626
un mytho est une personne qui ment tout le temps c est une maladie un mensonge dit une seule fois n a rien a voir avec une personne qui ment tout le temps

je ne connais un mytho on a l impression que lorsque il parle tout est ouah je laisse parler car ce n est pas de sa faute

peut être y a t il d autres cas :?:

en tout cas cette personne est âgée sans enfant sans compagne
M
43 ans Ici et là... 2039
Effectivement qui ment pour tout et n'importe quoi, pour les choses graves comme pour des petits rien... Si c'est une connaissance que tu vois une fois de temps en temps, ça peut être amusant, mais quand c'est un ami ? Un Conjoint ? Un membre de ta famille ? Comment tu gères ? Parce que moi je n'arrive plus à gérer et je ne sais plus quoi faire, cette personne voit un psy, mais il parait que c'est très long à soigner voire que ça se soigne pas...
G
50 ans 1626
c est un ami que je voyais souvent

il n etait ème plus appelé par son prénom mais un surnom on l écoutait mais pour lui faire plaisir

hélas non il n a pas change d où le fait d être célibataire a plus de 60 ans
56 ans 91 25732
Il faut distinguer la mythomanie, une vraie maladie psychiatrique, du menteur "pathologique".

Le mythomane ment, enjolive la réalité, s'invente une autre vie et ça peut aller très loin car souvent il vit sa vie inventée et n'a pas forcément conscience de mentir, il n'arrive plus à distinguer ses histoires de la réalité. Ses mensonges l'aident à vivre et sont souvent la réponse à un traumatisme ancien.

Il y a des traitements médicaux, mais c'est une maladie difficile à prendre en charge car le patient n'a pas conscience d'être malade.

Ensuite il y a le menteur que j'appelle "pathologique". Il ment, même sur des choses banales, mais il sait très bien qu'il ment. Mon ex mari était comme ça. Il mentait pour cacher des dépenses mais parfois pour rien du tout et j'avais beaucoup de mal à comprendre pourquoi il faisait cela. Parfois, quand je savais qu'il avait menti et que je voulais confirmation de sa part je lui disais que j'allais lui poser une question dont je connaissais déjà la réponse, que je voulais seulement vérifier. Eth bien il mentait quand même et il fallait que je lui mette littéralement "le nez dedans" pour qu'il consente à dire qu'il avait menti. Et quand je lui demandais pourquoi il avait menti, il disait qu'il ne savait pas... :roll: C'est épuisant à la longue. Je peux comprendre son comportement de menteur quand il était alcoolique, parce que c'est quasiment toujours le cas. Mais après ? L'habitude ? Selon sa mère, il avait toujours été menteur. Il doit bien y avoir une raison.

Quant à refaire confiance, personnellement j'ai redonné ma confiance à Monsieur Ex 2 ou 3 fois, mais il a toujours menti. Alors après, je ne le croyais plus. Quand c'était important je vérifiais tout systématiquement, quand ça ne l'était pas, ben je laissais tomber. Epuisant aussi... :roll:
M
43 ans Ici et là... 2039
Alors la personne en question ne croit pas à ces mensonges, il sait qu'il ment et il le fait pour fuir ses responsabilités, parce que la vérité le stress, pour protéger son entourage (en fait ça fait l'inverse) . Le psy a dit que ce n'est pas de la mythomanie donc ça doit être du mensonge pathologique comme tu dis Patty. Lui aussi le fait depuis l'enfance.

Mais si on vérifie il se met dans une colère noire en disant qu'on lui fait pas confiance, pourtant on peut pas faire confiance à quelqu'un qui ment. Bref je tourne en rond, je sais vraiment pas comment agir ni réagir...
56 ans 91 25732
Monsieur Ex aussi se mettait en colère quand je lui disais que j'allais vérifier certaines choses... :roll:

Je me souviens notamment qu'il a arraché le fil du téléphone parce que je voulais vérifier quelque chose auprès de sa mère... de la destruction d'une puce de portable parce que là encore je lui demandais de me montrer... de la disparition soudaine de ma clé de boite à lettres. Il me l'avait prise pour être certain que je ne tomberais pas sur le courrier de la banque qui prouvait qu'il avait encore fait des bêtises avec MON compte ce que savais (vu que ma banquière m'avait appelée) mais il niait, ce n'était pas lui ! Quand j'ai cherché (et trouvé!)cette fichue clé dans ses affaires, j'en ai entendu de belles... :evil:

A partir du moment où le menteur sait qu'il va être démasqué, sa seule réaction c'est de se mettre en colère et de tenter de culpabiliser l'autre en espérant qu'il va laisser tomber.

Je ne peux pas te dire comment agir. Ce que je sais c'est que j'ai tout essayé, la gentillesse, la compréhension, la colère, les menaces, le "nez dedans"... ça n'a jamais rien changé, il est toujours resté menteur et je n'ai jamais eu d'autre explication que "je ne sais pas pourquoi je fais ça". :? :roll: Je pense vraiment que c'est un comportement de défense, qui sert à ne pas affronter ce qu'on n'a pas envie d'affronter. Sauf que ça ne sert à rien, à part aggraver les situations bien souvent.

Mentir pour protéger ? Moui... j'y crois moyen dans ce cas précis. Parfois Monsieur Ex me disait qu'il m'avait menti "en attendant de régler la situation, comme ça il n'y aurait plus eu de problème". Sauf que je n'ai jamais vu d'action concrète pour régler la situation. Quand je m'en rendais compte, ça pourrissait depuis un moment et j'avais intérêt à m'en mêler si je voulais que ça s'arrange.

J'assimilerai ça à la procrastination. Les procrastinateurs remettent une action à plus tard pour ne pas s'embêter. Tant que l'action peut être reportée, ils ont la paix. Les menteurs pathologiques remettent la vérité à plus tard pour ne pas s'embêter. Tant que leur mensonge marche, ils ont la paix.

C'est un comportement terriblement infantile, très difficile à vivre pour les autres, parce qu'il s'accompagne en général d'un refus des responsabilités et des contraintes. En tout cas c'était le cas de Monsieur Ex.

Par contre, maintenant que j'en suis libérée, bon dieu ce que ça fait du bien !!! :D

Je sais qu'il ment toujours. Récemment la banque, oubliant qu'on est divorcés, m'a appelée pour me prévenir d'une anomalie sur le compte de Monsieur. Mais quand lui m'en parle (alors que je ne lui demande rien, ce n'est plus mon problème) tout va bien... :roll: :?

En fait y aurait il une forme de mythomanie quand même ? Ces menteurs ne croiraient pas à leur mensonges, mais en auraient besoin pour vivre "mieux". :?
M
43 ans Ici et là... 2039
Tout cela n'est pas très encourageant :?

Il me semble avoir tout essayé également mais rien n'y fait et je ne peux pas passer mon temps à tout vérifier, alors je le crois, dans un 1er temps, et parfois je découvre le pt aux roses et je tombe, toujours de plus haut, toujours plus bas...

Je procrastine, je suis en dépression , je peux comprendre beaucoup de choses, mais j'ai du mal à admettre qu'il puisse m'aimer et me mentir comme un arracheur de dents. Le pire c'est que je culpabilise quand il me ment, ma confiance en moi déjà pas bien grande en prend un coup à chaque fois.
Une personne qui ment de facon "utilitaire" (parvenir à ses fins, ne pas se faire engueuler, cacher ses méfaits, etc.) n'est pas un mythomane mais un menteur invétéré, parfois un escroc. Ce n'est pas une maladie. Mentir pour camoufler qu'on a fait des betises avec le compte d'une autre personne, c'est plus proche de la délinquance que de la maladie.
Le mythomane, c'est celui qui ne peut pas s'empecher de s'inventer une autre vie (ou plusieurs). Ca ne lui apporte rien de concret mais c'est plus fort que lui. C'est une maladie.
Pour prendre une comparaison, la différence est un peu la meme qu'entre un voleur et un cleptomane. Le voleur vole pour avoir la chose d'autrui et s'en servir ou la revendre (bénéfice concret). Le cleptomane ne peut pas s'empecher de voler et il a souvent un comportement de collectionneur: il vole généralement toujours le même type d'objets et les entasse consciencieusement (aucun bénéfice concret).
C'est pareil pour la différence entre un menteur et un mythomane. Le premier en tire des bénéfices concrets, le second ne peut juste pas s'en empecher.
M
43 ans Ici et là... 2039
Je dirais que ans le cas présent ce n'est pas des bénéfices qu'il en tire, il est plutôt en train de s'enfoncer, de s'enterrer lui même et d'enterrer notre couple en même temps. Le pire c'est que si tu le prends la main dans le sac il te dira non c'est pas moi et ça c'est pathologique car ça n'a rien d'utilitaire...

Le psy m'a expliqué que les petits enfants mentent pour s'inventer un monde de jeu, une vie meilleure... Et normalement à un certain âge on comprend la différence entre vérité et mensonge et on arrête de dire des mensonges. Apparemment mon ami n'a pas eu cette phase, il est resté dans le mensonge comme quand il avait des amis imaginaires.

Là en gros si je résume : il sait qu'il ment, il dit qu'il ne peut pas s'en empêcher, ça ne lui apporte pas grand chose de positif sur le long terme (peut être sur le moment mais après ça le dessert très fortement). Donc c'est un peu un mélange entre mythomane et menteur , en tout cas ça me fait souffrir et j'aimerais bien pouvoir l'aider.
Mathilde76 a écrit:
Le psy m'a expliqué que les petits enfants mentent pour s'inventer un monde de jeu, une vie meilleure... Et normalement à un certain âge on comprend la différence entre vérité et mensonge et on arrête de dire des mensonges. Apparemment mon ami n'a pas eu cette phase, il est resté dans le mensonge comme quand il avait des amis imaginaires.

S'il en est effectivement resté à cette phase, on est effectivement plus proche de la mythomanie... Maintenant, rien n'interdit effectivement qu'il y ait des zones de transition entre les deux, de même qu'il y en a entre le gourmand et l'hyperphage ou entre le bon vivant qui boit un peu trop et l'alcoolique. Mais guérir de qqch qui s'apparente à un arret de développement (au moins partiel) vers l'age de 6-7 ans me semble difficile... La question, c'est surtout de savoir si vous pouvez faire avec ou pas. Ce n'est pas parce que c'est une maladie qu'on est obligé de l'accepter si cela nous détruit. Une femme qui vit avec un alcoolique violent n'a aucune obligation de rester avec sous prétexte que c'est une maladie et qu'il ne le fait pas exprès... Donc, il faut faire ce qui est le mieux pour soi: parfois, c'est de rester avec la personne malade parce que la balance inconvénients/avantages penche du coté du maintien de la relation... parfois, c'est de partir parce que la balance penche de l'autre coté. Il n'y a que vous qui pouvez savoir.
B I U
‚ėļ